Zinédine Zidane, le deuxième coach le plus titré de l'histoire du Real Madrid !

Zinédine Zidane - Real Madrid Copyright -AFP
En à peine quatre saisons à la tête de la «Maison Blanche madrilène», le surdoué technicien franco-algérien Zinédine Yazid Zidane a remporté onze prestigieux trophées collectifs, devenant seul dauphin du grand Miguel Munoz, le coach le plus titré de l'Histoire du Real Madrid !






Un trophée tous les 19 matches ! C’est la folle statistique que le phénomène kabyle affiche au poste d’entraîneur du Real Madrid. Sacré champion d’Espagne 2019/2020, Zinédine Zidane ne cesse de confirmer son entrée fracassante dans la sphère des entraîneurs de haut niveau, lui qui a réussi à remporter un titre de Liga chez le club de la capitale après deux années de règne catalan.

A lire aussi >> Coronavirus : Zinédine Zidane fait un nouveau don à l'Algérie

Il faut dire que le génie merengue vient étoffer un palmarès déjà impressionnant après seulement... 209 matches dirigés sur le banc de touche du géant madrilène ! Intronisé à la tête du Real en janvier 2016 pour succéder à Rafa Benitez, l’idole du Santiago Bernabéu a remporté 3 Ligues des Champions (2016, 2017, 2018), deux Supercoupes espagnoles (2018, 2020), deux Supercoupes d'Europe (2017, 2018), deux Mondiaux des Clubs (2017, 2018) et donc deux Ligas (2017, 2020). C’est tout simplement exceptionnel ! Le seul trophée qui lui manque est la Coupe du Roi.

Un bilan loin d’être anodin puisque «Zizou» l’entraîneur s’installe désormais au deuxième rang des coachs les plus prolifiques de l’histoire du Real Madrid. Il dépasse déjà la plupart des ses illustres prédécesseurs en un temps record.

Devant lui, on retrouve seulement le légendaire Miguel Muñoz Mozún, largement en tête avec 14 titres mais en 16 années passées sur le banc madrilène (605 matches).

Zinédine Zidane se place ainsi bien au dessus du lot et pourrait bien grimper de nouveau dans la hiérarchie.

A lire aussi >> Real Madrid : Karembeu "admiratif et fier" de Zidane

Ci-après un aperçu des quatre entraîneurs les plus titrés de l’histoire du Real Madrid :

1) Miguel Muñoz Mozún : 14 titres (1959-1974)

2) Zinédine Yazid Zidane : 11 titres (2016-2018 et depuis 2019)

3) Luis Molowny Arbelo : 8 titres (1974, 1977-1979, 1982 et 1985-1986)

4) Vicente Del Bosque : 7 titres (1994, 1996 et 1999-2003)
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

PSG - Les critiques, son avenir... la mise au point de Tuchel

Tuchel - PSG Copyright -AFP
Même s’il n’a rien laissé transparaitre en public, le coach du PSG Thomas Tuchel aurait été marqué par les critiques dont il a été la cible après la défaite contre MU. Thomas Tuchel traverse peut-être l’une de ses périodes les plus compliquées sur le plan personnel depuis qu’il s’est installé sur le banc du PSG, à l’été 2018. Le technicien allemand n’a plus le crédit dont il jouissait auparavant et plus le temps passe et plus il semble être isolé. Sa relation avec Leonardo, le directeur sportif du club, s’est sérieusement détériorée, son message ne semble plus passer dans le vestiaire, et avec les journalistes c’est aussi devenu très tendu depuis quelques temps. Une situation que l’intéressé vivrait très mal. Selon les révélations faites par le Parisien ce samedi, Tuchel aurait été très touché par les critiques qui ont suivi la défaite du PSG contre Manchester United en Ligue des Champions. L’entraineur a modérément apprécié que tout son travail ait été remis en question, et qu’il ait été désigné comme l’un des responsables de ce faux-pas avec son incapacité prétendue d’influer sur le sort de la partie. Il a été blessé par ses attaques extérieures et cela pourrait bien marquer un point de rupture dans sa relation avec la presse.

Tuchel n’a pas l’intention d’abandonner

S’il a été marqué par tous les évènements contraires qui ont eu lieu depuis le début du mois, Tuchel ne compte pas pour autant jeter l’éponge. Dans son esprit, il n’est pas question de démissionner, et il garde même l’espoir de rempiler si l’on se fie aux déclarations qu’il a tenues vendredi en conférence de presse. « J’ai un contrat avec le PSG et pour moi, ça ne fait pas de différence pour mon travail, a-t-il concédé. On a des circonstances particulières dans le monde avec ce virus, et ce n’est pas facile de faire une planification pour quelqu’un et en même temps ce n’est pas possible de ne pas communiquer. Si on ne parle pas de prolongation, on ne parle pas ». En somme, s’il se retrouve désormais sur la défensive, l’Allemand n’est pas du tout fataliste et croit en sa capacité à relancer le PSG et mener à bien ses objectifs. >> Toute l'actualité du PSG sur Orange Football Club

Liga : Ronald Koeman en veut à l'arbitre

Après la défaite de Barcelone dans le Clasico face au Real Madrid, Ronald Koeman est allé s'expliquer avec l'arbitre. Le Néerlandais n'a pas apprécié le pénalty accordé aux hommes de Zinedine Zidane.
Ronald Koeman l'avait décidément mauvaise ce samedi, au terme d'un Clasico perdu avec le FC Barcelone face au Real Madrid (1-3, 7e journée de Liga). Une rencontre au cours de laquelle les Catalans ont eu un penalty sifflé contre eux. Transformé par Sergio Ramos à la 63e minute, ce fameux penalty a permis aux Madrilènes de (re)prendre l'avantage, pour ne plus jamais le perdre. Au coup de sifflet final, Koeman a demandé des explications à l'arbitre.



"Pourquoi ? Pourquoi ?", a tout de suite interrogé le coach néerlandais au moment de serrer la main de Monsieur Munuera, lors d'une séquence captée par la chaîne Movistar. "Vous avez vu les images contre Getafe ? Sur les deux interventions de la VAR, à chaque fois ça a été contre nous". Faisant référence au match perdu par le Barça lors de la dernière journée de Liga face à Getafe (1-0), Ronald Koeman ne parvient pas à digérer des décisions qu'il juge plus que litigieuses.

Un penalty "incompréhensible"


Sans réponse de l'officiel, il n'a pas décoléré et en a remis une couche en conférence de presse estimant que ce penalty offert au Real "était incompréhensible". Seulement douzièmes de Liga, le FC Barcelone et son entraîneur vont cependant rapidement devoir passé à autre chose et se concentrer sur leur choc de Ligue des champions prévu ce mercredi, sur le terrain de la Juventus d'un certain Cristiano Ronaldo.

Liga : L'Atlético bat son record d'invincibilité

Seule équipe encore invaincue cette saison en Liga, l'Atlético de Madrid améliore une série entamée au printemps. Ca fait maintenant 21 matchs que les Colchoneros n'ont plus perdu.
Et si c'était lui le plus dangereux ? Tandis que tous les yeux se braquaient ce samedi sur le choc entre le FC Barcelone et le Real Madrid (1-3, 7e journée de Liga), l'Atlético de Madrid l'emportait de son côté sur le Betis (2-0), glanant au passage un troisième succès sur ses cinq premières sorties en championnat. Désormais invaincue en Liga depuis 21 matchs (un record pour elle), la formation entraînée par Diego Simeone tisse sa toile, dans l'ombre des deux ogres blaugrana et merengue.



C'est souvent le cas en Espagne. Lorsque tout le monde se soucie principalement du Barça et du Real, l'Atlético en profite pour surgir. S'il n'a terminé "que" troisième l'an passé, l'autre club principal de Madrid n'en a pas moins fini second les deux années précédentes. Et bien que son dernier titre national remonte à six ans (2014), l'équipe est toujours bien classée et tente de bousculer la hiérarchie.



Et cette saison pourrait bien une nouvelle fois l'y aider. Avec un FC Barcelone piètre 12e, et en plein marasme lié notamment à la situation plus qu'incertaine d'un Lionel Messi plus proche que jamais d'un départ en fin d'exercice, les Colchoneros madrilènes pourraient bien une fois encore jouer les trouble-fête. Et cela même si leur niveau de jeu n'est pas toujours convaincant, comme ce fût le cas ce samedi face au Betis.

A un point du Real Madrid


Bousculés et transparents durant la première période (seulement 35% de possession et zéro tir cadrés sur trois maigres tentatives), les partenaires de Luis Suarez ont su réagir lors du second acte, pour finalement l'emporter 2-0 et grimper au deuxième rang du classement de la Liga. Avec une unité de retard (mais un match en moins) sur le Real Madrid, l'Atlético semble prêt à endosser une fois de plus son costume d'outsider numéro un.

Mercato : Un joueur de Schalke pour remplacé va Dijk ?

Privé de Virgil van Dijk pendant de longs mois, Liverpool est à la recherche de son remplaçant. Ozan Kabak, qui évolue à Schalke, serait la priorité des Reds.
Violemment taclé par le portier d'Everton, Jordan Pickford, le 17 octobre dernier, lors du derby de la Mersey entre les Toffees et Liverpool (2-2), Virgil van Dijk a vu sa saison s'arrêter brutalement. Touché aux ligaments croisés d'un genou, le Néerlandais va passer par la case "opération" avant une rééducation qui devrait durer plusieurs mois. Pour palier à son absence, les Reds viseraient le défenseur central de Schalke 04, Ozan Kabak.

Selon The Mirror, les deux clubs seraient déjà entrés en contact et les négociations progresseraient rapidement. Si la formation allemande avait fixé le prix de son joueur à 44 M€ il y a encore quelques mois, la situation liée au Covid-19 aurait fait chuter cette côte et Liverpool pourrait le recruter à moitié prix, aux alentours de 22 M€.

Kabak prêt à changer de dimension


Tout juste âgé de 20 ans, Ozan Kabak a déjà connu trois clubs, dont Galatasaray, le VfB Stuttgart, et Schalke 04 où il a signé le 30 juin 2019. Un peu plus d'un an plus tard, le Turc pourrait passer dans une autre dimension s'il venait à s'engager avec Liverpool. Les Reds ont en tout cas grand besoin d'un remplaçant à Van Dijk, eux qui ont encore joué avec Fabinho replacé en défense centrale ce samedi, lors de la victoire difficile face à Sheffield United (2-1, 6e journée de Premier League).

Didier Ndong (Dijon) pousse un coup de gueule contre le PSG

Le milieu de terrain dijonnais Didier Ndong n'a pas apprécié l'attitude des joueurs du PSG et l'a fait savoir à la mi-temps de la rencontre de la 8eme journée de Ligue 1, samedi.

Didier Ndong en avait gros sur la patate. Pas tant à cause de la défaite (4-0) de son équipe que de l'attitude des joueurs du PSG, trop douillets à ses yeux. Le milieu de terrain de Dijon l'a fait savoir sans mâcher ses mots à la mi-temps de cette rencontre de la 8eme journée de Ligue 1, samedi sur la pelouse du Parc des Princes. « Y a qu'en France, quand on met de l'engagement, ça vous énerve, a lancé l'international gabonais, très remonté. Vous êtes une équipe de football, faut arrêter ça. On ne doit pas vous toucher ! Vous êtes intouchables ? Faut arrêter ! Vous êtes une équipe comme les autres. » Le message est passé, et les caméras de Canal+ n'en ont pas perdu une miette.