Les dossiers OFC : Zinédine Zidane et le Real Madrid, les clés du renouveau

Victoire en Supercoupe d'Espagne Copyright -OFC
Quelques mois après un triste début de saison, et à quelques semaines du choc face à Manchester City en Ligue des Champions, c'est un Real Madrid aujourd'hui métamorphosé qui s'affiche sur la scène du football européen. Pour vous, Orange Football Club a décrypté les clés du renouveau pour Zinédine Zidane et ses troupes. Focus.

Le match de trop ?


19 octobre 2019. Cette date, anodine à première vue, a marqué un tournant dans la saison du Real Madrid, et plus encore, dans la jeune carrière d'entraîneur du triple champion d'Europe Zinédine Zidane.

Une rencontre pour le compte de la 9ème journée de Liga sur la pelouse de Majorque, à cette époque relégable. Un match, qui sur le papier paraissait être comme une simple formalité pour les madrilènes. Ce jour-là pourtant, le Real s'est incliné sur le score de 1-0, perdant ainsi la tête du championnat au profit du rival catalan.

Cette défaite réside aujourd'hui encore comme la plus symptomatique du Real Madrid de ce début de saison (nous pouvons inclure également dans cette analyse la fin de saison précédente) : stérile, en manque de créativité et cruellement inefficace devant le but.

Acculé de toute part, Zizou était après le match annoncé par la presse madrilène sur le départ, avec une supposée perte de confiance de son groupe et de son président Florentino Pérez, pour qui le successeur sur le banc était déjà tout trouvé en la personne de José Mourinho.

Dos au mur, la dernière issue pour le Maestro était de s'imposer en Ligue des Champions chez les stambouliotes de Galatasaray, après l'humiliation 3-0 face au PSG. Une défaite, qui aurait été lourde de conséquences, pour des madrilènes comptant 1 point après 2 matchs de compétition. Loin d'être flamboyant, le Real a néanmoins su arracher la victoire ce soir-là grâce à un but du Kaiser Toni Kroos, qui donna de l'air à son Coach.

Mais comment Zidane est-il parvenu a inverser la tendance ?

Un groupe regonflé à bloc


Annoncé comme abandonné par son vestiaire, avec un message qui semble-t-il ne passait plus auprès des cadres, Zinédine Zidane a su une fois encore renverser la vapeur et laisser son aura dicter la marche à suivre auprès de son groupe. Ce changement radical s'est surtout illustré par un regain de forme de ses plus fidèles soldats : Sergio Ramos, Raphael Varane ou encore Toni Kroos pour ne citer qu'eux. De tempérament calme, il a su une fois de plus faire taire ses détracteurs sans faire de vague et montrer à ceux qui doutaient encore de ses capacités à gérer ce vestiaire qu'il était bel et bien l'homme de la situation.

Zidane a cette capacité à communiquer avec l'ensemble de ses joueurs, des plus jeunes aux plus expérimentés, parvenant à faire ressentir à chacun d'entre eux qu'ils occupent un rôle important.

Un tacticien polymorphe


Souvent vu comme un simple Manager, uniquement là pour gérer le vestiaire et ses égos, et qui aurait gagné 3 Ligues des Champions grâce à des exploits individuels de Cristiano Ronaldo, Zidane montre jour après jour qu'il est également un fin tacticien. L'objectif n'est bien sûr pas de le comparer à un Pep Guardiola ou Arigo Sacchi, loin de là, mais plutôt de mettre en lumière un aspect qui était jusqu'à il y a très peu de temps encore sous-estimé.

Le français ne se base aujourd'hui plus sur une formation type, mais sur des animations capables de s'adapter à chaque adversaire. Preuve en est, la Supercoupe d'Espagne remportée récemment avec un système à 5 milieux de terrains, inédit au Real.

A lire aussi >> La dernière trouvaille tactique de Zidane

Une sérénité défensive retrouvée


Dans le jeu, la première clé de cette résurrection est très certainement une solidité retrouvée en défense, avec un retour en grande pompe de la charnière centrale Sergio Ramos - Raphael Varane, qui nous rappelle la saison 2017-2018, et qui parvient de nouveau à faire trembler les attaquants adverses.

Les latéraux également sont en forme, avec un Dani Carvajal toujours aussi costaud, qui sent certainement la menace Achraf Hakimi arriver l'été prochain, date de fin de prêt à Dortmund pour l'international marocain.

Ferland Mendy joue pour sa part un rôle des plus importants pour sa première saison chez les Merengue, profitant de l'absence de Marcelo pour creuser son trou dans sa nouvelle équipe. Bien que l'apport offensif soit bien plus modéré que celui du brésilien, sa solidité derrière soulage énormément l'équipe, et plus particulièrement Sergio Ramos, moins enclin à couvrir les montées fougueuses de son camarade de toujours Marcelo.

Le Real se place aujourd'hui comme la meilleure défense de la Liga avec seulement 0,62 buts encaissés par match, le plus bas taux depuis 55 ans.

A lire aussi >> "Varane, un autre leader quand il n'y a plus Ramos"

Un Thibaut Courtois de retour aux affaires


Le Real Madrid n'aurait jamais pu redevenir une équipe compétitive sans un retour en forme du portier belge, qui a obtenu la totale confiance de Zinédine Zidane et de son Président lors du mercato estival et la vente de Keylor Navas au PSG. Ce qu'on peut pour le moins dire, c'est que cette confiance est bien rendue. Le gardien enchaîne les prestations de haut vol et a sauvé son équipe à de nombreuses reprises. Sa montée sur un corner face à Valence a même permis aux siens d'arracher un match nul dans le temps additionnel.

Décrié par ses supporters en début de saison, le belge a aujourd'hui mis tout le monde d'accord en encaissant seulement 9 buts en 17 matchs de Liga.

L'habilitation de Valverde


Fede Valverde, voilà un nom qui fera certainement vibrer la planète football dans les années à venir. Une fois de plus, le crédit est à donner en grande partie à Zinédine Zidane, qui après l'échec du dossier Pogba cet été, a su déceler chez le jeune uruguayen formé à la Castilla, un potentiel exceptionnel.

Profitant des absences au milieu de terrain, le crack s'est en quelques semaines imposé comme un élément indéboulonnable de l'équipe, en témoigne ses prestations magistrales face au PSG en Ligue des Champions (2-2), ou plus récemment en finale de Supercoupe d'Espagne, où son tacle plein de grinta en toute fin de match a certainement sauvé son équipe et permis de remporter le trophée (0-0, TAB 4-1).

A lire aussi >> Supercoupe d'Espagne : le Real Madrid titré en finale contre l'Atletico

Très complet, le joueur apporte au milieu de terrain sa polyvalence, son impact physique, mais également ses qualités techniques. Le natif de Montevideo a d'ores et déjà renouvelé son contrat avec le Real Madrid, engagé désormais jusqu'en 2025 avec une clause libératoire de 750M d'euros.

Karim Benzema toujours en feu


Si Zinédine Zidane a toujours fait preuve d'une confiance sans faille en Karim Benzema, le français n'en a pas oublié la politesse, et s'est de son côté montré comme l'un des seuls joueurs étant à la hauteur au moment où son entraîneur avait le plus besoin de lui.

Il a parfaitement su s'imprégner du rôle de leader, délivrant son équipe à plusieurs reprises. Cette saison, Nueve a déjà inscrit pour le moment 16 buts et même délivré 7 passes décisives toutes compétitions confondues, preuve de son altruisme sans faille.

A quelques semaines des huitièmes de finale de Ligue des Champions, le Real Madrid qui va prochainement récupérer Eden Hazard blessé depuis la rencontre retour face au PSG, attend de pied ferme les Citizen dans l'entre du Santiago Bernabéu.
Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des

🔴FLASH: Victime de racisme, Moussa Marega quitte le terrain !

Moussa Marega - FC Porto Copyright -AFP
Victime de cris racistes ce dimanche dans le championnat portugais sur la pelouse de Guimaraes (2-1), la superstar malienne du FC Porto, Moussa Marega, a quitté le terrain en plein match ! C'est le genre de scène qui n'a rien à faire dans un stade de football ! A la 70e minute de la rencontre qui a mis aux prises le FC Porto et Guimaraes dans le championnat du Portugal ce dimanche, l'attaquant malien, Moussa Marega, a quitté le terrain de lui-même après avoir été visé par des cris racistes comme relayé par L'Equipe. Furieux, le buteur vedette des "Aigles" du Mali n'a pas écouté son entraîneur Sergio Conceiçao qui avait tenté de le rasséréner, et a préféré rejoindre directement les vestiaires.  Auteur de la réalisation qui avait permis à son club de remporter le succès lors de cette 21e journée du championnat portugais (2-1), Marega a ensuite brandi des doigts d’honneur en direction des tribunes avant d’être remplacé "en catastrophe" par son coach. Il convient de noter également que Marega, toujours aussi excédé après la rencontre, s'est aussi fendu d'un message incendiaire à travers son compte Instagram : «Je voudrais juste dire aux idiots qui viennent faire des cris racistes au stade... Allez vous faire f**tre ! Et je remercie également les arbitres de ne pas me défendre et de m'avoir donné un carton jaune parce que je défends ma couleur de peau. C'EST UNE HONTE !!! »

Liga : Le Real Madrid accroché par le Celta Vigo

Dominant grâce au retour d'Eden Hazard, le Real Madrid n'a pas su prendre le meilleur sur le Celta Vigo. Dans un match spectaculaire, les deux équipes se sont quittées sur un match nul : 2-2.
Zinedine Zidane avait averti ses ouailles lors de son point presse d'avant-match : le Celta ne mérite pas sa place en bas de tableau de la Liga. Le club galicien s'est montré très coriace à Santiago Bernabeu face au Real Madrid, malgré un Eden Hazard de retour et titulaire après une convalescence de 81 jours. Le Belge s'est d'ailleurs montré à son avantage et a pu combiner avec Karim Benzema à plusieurs occasions face à une défense galicienne regroupée après son ouverture du score dès la 7e minute. Smolov ayant tranquillement trompé Courtois en profitant d'un mauvais placement de Varane sur une ouverture en profondeur.

La Galice jusqu'à la lie ?


Le Real et ses stars se sont ensuite cassés les dents face à une arrière-garde des visiteurs aussi solide que solidaire. Un Real emprunté qui avait du mal à l'emporter, voilà le scénario qui se dessinait à mesure où les minutes s’égrainaient dans la capitale espagnole. Mais à la 52e minute, Toni Kroos, l'artificier maison, profitait d'un centre de Marcelo bien lancé par Benzema pour marquer du gauche et ainsi égaliser. De quoi sonner la récolte pour les locaux avec un Hazard qui obtiendra par la suite un penalty transformé par le capitaine courage Sergio Ramos peu après l'heure de jeu. La dynamique de l'affrontement change alors et le Real, moins dans l'urgence, peut continuer d'attaquer avec plus de discernement, voire, de retenue. Un peu trop même. Puisque les merengue se feront rejoindre par Santi Mina d'une frappe croisée suite à un service de Denis Suarez dans la profondeur à deux minutes de la fin. 2-2, score final, le Real perd deux points, mais en conserve un d'avance sur le Barça en tête de la Liga.

Premier League : Enfin un succès convaincant pour Arsenal

Avec une large victoire sur Newcastle (4-0), Arsenal s'est relancé collectivement. Certains joueurs ont aussi repris confiance à l'image de Mesut Özil, Nicolas Pépé ou Alexandre Lacazette qui ont marqué.
Arsenal, qui occupe une anonyme dixième place au classement de Premier League, devait rapidement se relancer pour espérer se mêler à la lutte pour les places continentales. Les hommes d'Arteta, forts d'une série de cinq matches sans défaite en Championnat (avec quatre nuls dans le lot), recevaient Newcastle avec un Nketiah titulaire et un Lacazette relégué au banc au coup d'envoi. Alors que les Magpies se procuraient les meilleures occasions en contre, Arsenal débloquait la situation par celui que d'aucuns considèrent déjà comme un flop cette saison sur les bords de la Tamise.

Pépé change tout


C'est en effet l'ancien lillois Nicolas Pépé qui offrait une passe décisive à Aubameyang pour l’ouverture du score à la 54e minute. Un centre du gauche qui permettait au Gabonais de marquer d'une tête pleine de détermination. Trois minutes plus tard, Saka s'offrait un petit pont sur Lazaro, avant d'alimenter un Pépé inspiré, dont la frappe du gauche faisait mouche. 2-0, puis 3-0 grâce à Ozil bien servi par Lacazette. Un Lacazette lui aussi buteur en toute fin de rencontre. 4-0, score final, Arsenal se relance grâce au réveil de Pépé.

Ligue 1 : L’OM sur une voie royale !

Mené logiquement au score, l’Olympique de Marseille a finalement renversé le LOSC dans la dernière demi-heure et a réalisé un très gros coup dans la course à la deuxième place (1-2) !
Dans la course à l’Europe, cette opposition entre le LOSC et l’Olympique de Marseille représentait une bataille importante. Les Dogues n’avaient pas d’autre choix que de mordre dans cette partie, face à un OM qui possédait un matelas très confortable de neuf points d’avance.

Les Olympiens sont clairement venus au stade Pierre-Mauroy - fermé en raison de la tempête Dennis qui touche la partie Nord de la France – pour avant tout bien défendre. Invaincu lors de ses 13 derniers matchs de Ligue 1 (10 victoires, 3 nuls), l’OM s’appuie en 2020 sur une défense de fer, Steve Mandanda n’ayant pas concédé le moindre but depuis cinq journées. C’est d’ailleurs le gardien et capitaine olympien qui va permettre à l’OM de conserver cette invincibilité. El Fenomeno va en effet sortir deux parades de grande classe face à Victor Osimhen (5eme) qui voyait sa frappe enroulée au fond des filets, puis Loic Rémy (16eme) à bout portant ! Victor Osimhen, véritable poison pour la défense marseillaise, manquera ensuite de précision sur un enchaînement rapide dont il a le secret (29eme). Pour l’OM, offensivement, c’est le grand désert ! Une frappe de Morgan Sanson (19eme) et puis c’est tout... Dario Benedetto doit se contenter d’être le premier défenseur d’un bloc olympien bien en place. Tout va se décanter en seconde période. Le LOSC repart dans le même état d’esprit et bouscule l’OM d’entrée. Victor Osimhen, à la limite du hors-jeu sur un service de Jonathan Bamba, va cette fois-ci remporter son duel face à Steve Mandanda et ouvrir logiquement le score (1-0, 51eme). Marseille est bousculé et pense encaisser un second but, quand Loic Rémy marque à bout portant sur un centre d’Osimhen (56eme), mais le Nigérian est signalé hors-jeu. Le LOSC était sur les bons rails, mais soudain, la machine lilloise va s’enrayer.

L’OM va tout d’abord déchanter, Valentin Rongier manquant un penalty obtenu par Bouna Sarr (60eme). De quoi se demander pourquoi ni Dario Benedetto, ni Valère Germain, ne se sont emparés du ballon... Ce seront finalement les deux principaux protagonistes d’un retournement de situation alors improbable. Sur un corner, Valère Germain surgit au premier poteau pour dévier le ballon, expédié par Reinildo dans son propre camp (1-1, 67eme). A peine le temps d’avaler cette égalisation évitable, les Dogues vont se retrouver menés sur un but de Dario Benedetto, servi sur un plateau par Valère Germain (1-2, 69eme) ! Le football, ça va vite ! Lille ne mettra plus un pied devant l’autre et l’OM a su conserver son avantage jusqu’au bout.  Au coup de sifflet final, les Olympiens ont célébré leur victoire avec la légitime impression d’avoir effectué un pas immense vers une qualification en Ligue des Champions. 12 points d’avance sur Lille, 11 sur le Stade Rennais et un Olympique Lyonnais à la traîne... L’OM va certainement réussir son pari.

David Alaba (Bayern) attiré par la Premier League

Le défenseur international autrichien David Alaba a exprimé son désir de rejoindre le championnat anglais un de ses jours.

David Alaba est un des joueurs cadres du Bayern Munich et il y est encore lié jusqu’en juin 2021. Toutefois, cela ne l’empêche pas de faire des plans pour le futur et envisager une expérience dans un autre championnat. Sa préférence va au championnat anglais. Fan d’Arsenal lorsqu’il était plus jeune, il se verrait bien en effet de découvrir les joutes de la Premier League et marcher sur les pas de son idole, un certain Patrick Vieira. « On verra ce qui se passera dans le futur, a-t-il confié à The Times. Je connais très bien la Premier League parce que je l'ai beaucoup suivie quand j'étais plus jeune. Je supportais les Gunners et Vieira était l’un de mes joueurs favoris. Pour l’instant, je n’y pense pas trop mais je m’imagine jouer ailleurs ».


Alaba veut une deuxième Ligue des Champions avec le Bayern


Tout en révélant son attirance pour l’Angleterre, Alaba a quand même assuré qu’il était pleinement concentré sur ses devoirs avec le Bayern. Un club avec qui il totalise 350 apparitions. « Je suis très concentré sur le Bayern Munich, a-t-il clamé. Nous voulons vraiment atteindre nos objectifs et je veux vraiment aider l'équipe. Nous sommes en bonne voie pour atteindre nos objectifs en Bundesliga, en Coupe et peut-être aussi pour réaliser notre rêve en gagnant Ligue des champions. Nous savons que tout dépend des petites choses pour gagner la Ligue des champions, des petits détails et ce que je sais, c'est que nous avons une grande équipe et un excellent état d’esprit. Vous pouvez le voir dans notre entraînement et dans notre jeu en ce moment. »