OFC Légendes: Yaya Touré, l’incroyable parcours d’un Roi d’Afrique

Yaya Touré Copyright -AFP
Quadruple Ballon d’or africain, vainqueur de la Ligue des Champions UEFA, auteur d’un sextuplé historique sous le maillot du FC Barcelone, Champion d’Afrique avec la Côte d’Ivoire, double champion d’Espagne, triple champion d’Angleterre et une flopée de Coupes dans son escarcelle, le légendaire Eléphant, Gnégnéri Yaya Touré, a marqué de son empreinte indélébile l’histoire du football africain, européen et mondial.

Retour sur le parcours hors norme d’un Roi d’Afrique:

« Un jour, je pourrai raconter à mon fils que j’ai évolué avec le meilleur joueur africain de tous les temps ! » En quelques mots, l’international espagnol David Silva, va résumer parfaitement le talent hors pair et la carrière exceptionnelle de l’homme aux 102 capes avec la Côte d’Ivoire.

Milieu de terrain complet, le grand Yaya sait tout faire sur le rectangle vert. Doté d’excellentes qualités techniques, mêlées d’une redoutable efficacité, sa facilité et son aisance à réaliser les gestes les plus compliqués malgré son imposant gabarit (1,91m, plus de 85 kilos), ont construit sa légende.

Des quartiers populaires d'Abidjan jusqu'au "Royaume de Sa majesté" en passant par Athènes, Monaco, l’Ukraine, la Belgique ainsi que la capitale catalane, l’enfant de Bouaké a sillonné les quatre coins du "Vieux Continent" au cours de sa riche carrière, laissant des souvenirs impérissables partout où il est passé. Des trajets qui lui ont permis de mieux se situer.

Yaya Touré suit d’abord les pas de son frère ainé Kolo et rallie les rangs de la prestigieuse académie de l'ASEC Mimosas à l’âge de 13 ans. Sous la tutelle du coach français Jean-Marc Guillou, le jeune prodige fait immédiatement étalage d’un talent certain sur les terrains ivoiriens, ce qui lui permet de découvrir l’Europe en 2001 en signant son premier contrat professionnel chez le club belge, KSK Beveren.

Photo: Yaya Touré en compagnie de Jean-Marc Guillou au KSK Beveren en 2002:



Mais pour le surdoué Eléphanteau de 18 ans, son périple sur le "Vieux Continent" ne fait que commencer. C’est d'abord au poste de milieu défensif qu’il brille pendant deux saisons (2003–2005), sous le maillot de l’équipe ukrainienne, Metalurg Donetsk.

Il débarque en juillet 2005 à l’Olympiakos le Pirée, club avec lequel il commence à épingler les prouesses à son tableau de chasse, avec notamment un doublé coupe-championnat lors de la saison 2005-2006. Fini d'évoluer devant la défense : ‘trop de technique’, ‘trop de talent’, «Gnégnéri» (ce qui signifie prier Dieu en dialecte Tagbana) se place désormais en numéro 10 et régale. Il fait trembler les filets et distribue les caviars à ses partenaires.

Attirés par les prouesses du surdoué ivoirien de 23 ans, les dirigeants de l’AS Monaco décident alors de s’attacher ses services en août 2006. L'Ivoirien continue son ascension en éclaboussant de son talent les pelouses françaises avant de rejoindre le grand Barça en 2007. Cinquième pays foulé par Yaya après la Belgique, l'Ukraine, la Grèce et la France… à seulement 24 printemps !

Avec les Catalans, le milieu de terrain aux longs compas retrouve une génération dorée de Blaugrana qui planait sur l’Europe. Irrésistible, implacable et injouable, le Barça des Xavi, Eto’o, Ronaldinho, Iniesta, Puyol, Messi était alors considéré par bon nombre d’observateurs comme étant la meilleure équipe du Monde.

Malgré quelques frictions avec son coach Pep Guardiola, avec lequel il entretenait une relation amour-haine, l’enfant du Continent fut certainement l’une des figures de proue de cette génération dorée qui décrocha en 2009 un sextuplé inédit : à la Coupe du Roi, à la Liga et à la C1 viennent s'ajouter la Coupe du Monde des Clubs, la Supercoupe d'Espagne et la Supercoupe de l'UEFA !



Après 118 apparitions sous la prestigieuse vareuse barcelonaise dont trente en LDC UEFA, l’Elephant finit brouillé avec Guardiola et cède en juillet 2010 aux sirènes du richissime Manchester City.

Quelques jours après avoir disputé la Coupe du Monde en Afrique du Sud, Yaya Touré s'engage avec les Citizens, qui n’ont pas hésité à débourser 32 millions d'euros pour s’attacher ses services, faisant de lui le 3ème joueur africain le plus cher de l’époque derrière son compatriote Didier Drogba (37 M€) et le Ghanéen Michael Essien (38 M€).

A lire aussi >> Le Top 10 des joueurs africains les plus chers de l’histoire

Plus efficace, plus complet, véritable pierre angulaire de la formation anglaise, Yaya Touré s’éclate sur les terrains britanniques. Pendant huit ans, l’Ivoirien s'est construit un statut de légende à Manchester en remportant notamment trois titres de champion d'Angleterre, une FA Cup et une Coupe de la Ligue anglaise.

L’ex capitaine des Skyblues aura marqué les esprits à tel point que les dirigeants anglais ont décidé en juillet 2018 de renommer leur terrain d'entraînement au nom de Yaya Touré.



Sous le maillot des Eléphants de la Côte d’Ivoire qu’il défendit pendant presque deux décennies, Yaya a longtemps patienté avant de porter sa sélection au sommet. En effet, et après avoir participé à cinq Coupes d’Afrique des Nations (2006, 2008, 2010, 2012, 2013), trois Coupes du Monde (2006, 2010 et 2014) et mené ses partenaires vers deux finales de la CAN (2006 et 2012), il est nommé capitaine après la retraite de Drogba, et décroche enfin la plus prestigieuse des compétitions africaines en 2015, en Guinée Equatoriale.



Aux côtés des Eto’o, Drogba, Kanu… le grand Yaya demeurera à jamais l’un des plus grands ambassadeurs que le football africain ait connus. Le natif de Bouaké ne rate pas une seule occasion pour rappeler à qui veut l’entendre qu’il est fier de ses origines, de sa couleur et de son identité africaine.

Footballeur de génie et philanthrope dévoué, il apporte constamment de l’aide aux plus démunis en Côte d’Ivoire et en Afrique. Ambassadeur pour le Programme des Nations Unies pour l'Environnement (UNEP), il est notamment engagé dans la lutte pour la sauvegarde de la flore ivoirienne ainsi que contre le commerce illégal d'ivoire.

Le bien nommé «Gnégnéri» est une bénédiction pour l’Afrique !

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des

Marcel Desailly explique pourquoi il a choisi la France plutôt que le Ghana

Copyright -Panoramic
Marcel Desailly, l'illustre défenseur franco-ghanéen, avait opté pour la France au lieu du Ghana Né au Ghana de parents ghanéens, la légende de Chelsea et de l'OM a rejoint la France à l'âge de 4 ans. Entre le Ghana et la France, le champion du monde en 1998 avait choisi "Les Coqs" plutôt que les "Black Stras" L'ex international français est revenu sur son choix dans une interview accordée à Football Made in Ghana «C’est étrange quand vous dites qu’il a remporté la Coupe du monde avec la France. Les gens m’identifient tout de suite à une sorte d’européen mais je suis ghanéen. Mes deux parents sont ghanéens. Vous savez, dans les années 80, j'ai quitté le Ghana, j'avais 4 ans. J’ai donc atteint la France et je suis entré lentement dans le football. Je n'avais pas vraiment le choix, j'étais dans le système et (chez) les moins de 13 ans, je jouais déjà pour l'équipe nationale de France. Je n’avais donc pas vraiment le choix, j'étais déjà dans le système», a expliqué Desailly. A lire aussi sur OFC >> "Benzema est 100% algérien" pour le président de la Fédération algérienne !

Messi ou Ronaldo ? Trent Alexander-Arnold répond

Depuis plus d'une décennie, les deux mastodontes Lionel Messi et Cristiano Ronaldo dominent le monde du ballon rond, raflant presque tous les titres possibles. Ces deux géants n’ont laissé aucune miette aux autres joueurs. Mais qui est le meilleur joueur entre ces deux géants ? C'est le débat agite souvent les observateurs et acteurs du football à travers la planète Invité à donner sa préférence entre les deux génies, lors d’une session de questions/réponses avec ses followers sur Twitter, le joueur de Liverpool Trent Alexander-Arnold a choisi... Jordan Henderson Préférerais-tu jouer avec Messi ou avec Ronaldo ?", demande un fan à l’international anglais... Le champion d’Angleterre a donc répondu "Hendo" De quoi faire plaisir à son coéquipier et capitaine Jordan Henderson. A lire aussi >> Arsenal : Aubameyang bat un record de Thierry Henry

Arsenal : Aubameyang bat un record de Thierry Henry

Copyright -OFC
Arsenal a profité de la réception de la lanterne rouge de Premier League, Norwich City, pour l’emporter largement (4-0) dans le cadre de la 32e journée. Pierre-Emerick Aubameyang a été le grand artisan de cette victoire. L'international Gabonais a inscrit un doublé... Grâce à ces deux buts, le capitaine des Panthères du Gabon a atteint la barre des 50 réalisations au sein du club londonien, en seulement 79 apparitions en Premier League. L'ancien joueur du Borussia Dortmund fait mieux notamment que le légendaire Thierry Henry qui a eu besoin de 87 rencontres pour être bi-centenaire. Par ailleurs, "PEA" (19 buts) rejoint Jamie Vardy en tête du classement des meilleurs buteurs. A lire aussi >> Premier League : Arsenal facile contre Norwich, Aubameyang brille

Premier League : Chelsea craque contre West Ham

Favori dans ce derby londonien contre West Ham, Chelsea a fini par s'incliner dans toutes les toutes dernières minutes face aux Hammers (3-2).
Alors qu’ils restaient sur un succès de prestige en championnat face à Manchester City, les Blues ont concédé un inattendu faux-pas ce mercredi contre le voisin de West Ham. Trop sûrs d’eux ou peut-être émoussés par la répétition des rencontres, ils ont été battus sur le score de 3 à 2. Willian a surnagé avec un doublé inscrit, mais le reste de l’équipe s’est complètement effondré.

Willian n’a pas suffi


En instance de départ car étant en fin de contrat, l’international brésilien a démontré que son club a bien eu raison de le prolonger pour deux mois supplémentaires. Il a été doublement décisif, avec des réalisations signées sur coups de pied arrêtés. Le premier sur pénalty à la 42e pour ouvrir le score, et le second à la 72e sur coup franc pour égaliser à 2-2. Malheureusement pour lui, ce doublé n’a pas suffi pour éviter la défaite.

Car outre les carences du jour des Blues, il y a eu aussi la prestation héroïque des Hammers qui a pesé sur l’issue de l’empoignade. Les hommes de David Moyes se sont surpassés pour aller chercher cette victoire ultra-précieuse en vue du maintien. C’est le cas entre autres du Tchèque Tomas Soucek, qui a trouvé deux fois la faille à la réception des corners, mais avec un but refusé et un autre validé (45e). Son égalisation juste avant la mi-temps a été très importante pour le moral des locaux.

Yarmolenko refroidit les Blues


En seconde période, c’est le chevronné Michail Antonio qui a mis à mal Kepa (51e). D’une reprise du près sur une deuxième passe décisive de Jarrod Bowen, il mettait les siens sur la voie du succès. C’était avant que Willian ne sort de sa boite pour rétablir la parité. Le score de deux partout est ensuite resté de mise jusqu’à la 89e, avec une équipe de Chelsea très peu inspirée aux avant-postes. Et au moment où ils pensaient devoir se contenter d’un nul, les Blues ont cédé une troisième fois à la suite d’un contre adverse. L’Ukrainien Andriy Yarmolenko, entré en jeu 10 minutes auparavant, les a fusillés au bout d’une belle course et une frappe limpide du gauche.



En s’inclinant ce mercredi, Chelsea voit son avance sur Manchester United (5e) et Wolverhampton (6e) fondre. Kanté et ses coéquipiers n’ont plus que deux points d’avance sur les Red Devils et les Wolves. Leicester (3e) ayant aussi perdu ce mercredi, c’est une bataille à quatre qui se dessine pour les deux derniers tickets donnant accès à la prochaine C1 en Angleterre.

Hazard absent du groupe du Real Madrid face à Getafe

Eden Hazard n'a pas été retenu par Zinédine Zidane dans le groupe du Real Madrid pour affronter Getafe, jeudi soir en Liga.
Le Real Madrid a l'opportunité de prendre quatre points d'avance sur le FC Barcelone en tête de la Liga, en cas de victoire face à Getafe, jeudi soir (22 heures). En effet, le match nul du Barça contre l'Atlético Madrid (2-2) peut profiter aux joueurs dirigés par Zinédine Zidane, portés par un Karim Benzema très inspiré depuis la reprise du championnat d'Espagne. Cependant, c'est sans Eden Hazard que le club merengue tentera de s'imposer, le Belge n'ayant pas été retenu par Zidane dans le groupe du Real Madrid. Selon des informations de AS, il s'agit surtout d'une décision motivée par le fait de préserver Hazard, qui a subi une opération de la cheville droite le 5 mars dernier à Dallas. Le 22 février face à Levante, Hazard avait contracté une fissure au péroné droit. De par son jeu particulièrement provocateur, il reste un joueur cherché par ses adversaires. Dans le sprint final qui attend le Real Madrid, Zidane a visiblement opté pour le choix de la sûreté  alors qu'Hazard est loin d'avoir montré l'étendue de son talent pour sa première saison avec le club merengue.


Mendy de retour dans la liste


Lucas Vázquez et Jovic figurent dans le groupe pour la première fois depuis la reprise de la Liga. Ferland Mendy est lui de retour, alors qu'il était suspendu face à l'Espanyol Barcelone lors de la précédente journée. Karim Benzema est présent dans le groupe, à l'instar de Sergio Ramos, Raphaël Varane ou encore Toni Kroos.