Top 100 des joueurs africains de l'histoire: 21e - Larbi Benbarek

Larbi Benbarek - Maroc Copyright -OFC
Orange Football Club se propose de vous faire redécouvrir les 100 valeureux chevaliers du ballon rond qui ont fait la gloire et la fierté du football africain au cours des dernières décennies. Aujourd'hui, c'est au tour du légendaire maître à jouer des Lions du Maroc, Larbi Benbarek.

L’illustre milieu offensif marocain, Larbi Ben Barek (1917-1992), fut sans doute la première grande star du football arabe et africain. « Si je suis le roi du football, alors Ben Barek en était le Dieu. » Ce compliment émane du Roi Pelé qui estima lors de son voyage au Maroc en 1976 que Ben Barek était tout simplement le meilleur footballeur de son époque.

Bien avant les éloges du légendaire auriverde, l’enfant des bidonvilles de Casablanca fut affublé du surnom de "Perle Noire". Passé par l’Olympique de Marseille (1938-1939), le Stade Français (1945-1948) ou encore l’Atletico Madrid (1948-1953), «Larbi le Magnifique» a marqué toute une génération au Maroc, en Afrique, en France et dans le monde entier. Il survit encore aujourd’hui dans la mémoire collective de tous les férus du ballon rond.

Formé au sein de l’Union Sportive Marocaine où il a débuté à 14 ans, ses exploits footballistiques ont vite traversé la Méditerranée. A l’aube de ses 20 printemps, le jeune prodige rallia les rangs de l’Olympique de Marseille qui réalisa à l’époque un gros coup en faisant signer le meilleur joueur du championnat d'Afrique du Nord.

Par son style « brésilien », son sens du but inné axé sur un remarquable jeu de tête et une frappe de balle surpuissante, le transfuge de l'Union Sportive Marocaine charme d’emblée le public français en faisant étalage d’impressionnantes qualités lors de sa première saison disputée sous la prestigieuse tunique de l’OM (14 buts en 32 matches).

Véritable idole à Marseille, le génial milieu offensif connaîtra alors sa première sélection sous le maillot de l’équipe de France en décembre 1938 devant l’Italie (le Maroc étant alors sous protectorat français). Tout semblait alors lui promettre un avenir doré. Hélas, la seconde guerre mondiale va freiner son brillant début de carrière entre 1939 et 1945 où il retourna à l’US Marocaine, club avec lequel il remporta malgré tout pas moins de cinq titres de champion d’Afrique du Nord.

A la libération, il rejoint Paris et le Stade Français ou il réalisa trois brillantes saisons. Mais en 1948, l’Espagne réclame «El Mago de Casablanca» (le magicien de Casablanca). C’est alors que le très réputé Atlético Madrid dénicha la perle du championnat français en dépensant la somme record de 17 millions de francs, au grand dam des supporters parisiens.

"On peut vendre la Tour Eiffel et l’Arc de Triomphe, mais Ben Barek jamais !"


L’annonce du transfert est vécue comme un véritable scandale en France à tel point que les journaux français auraient même titré : " On peut vendre la Tour Eiffel et l’Arc de Triomphe, mais Ben Barek jamais ! ".

En Liga, son inimitable style de jeu va encore faire sensation. Il remporta deux titres de champion d’Espagne (1950 et 51), signa plus de 50 buts et s’imposa à 31 ans comme étant l’une des plus grandes vedettes du prestigieux championnat ibère.

A l’aube de ses 36 ans, et alors que tout le monde le croyait fini, "le pied de dieu" effectue son grand retour en France sous le maillot de l’Olympique de Marseille (de 1953 à 1955) où il fera encore parler sa classe. Il fêtera alors son 17e et dernier match avec l’équipe de France en octobre 1954 face à l’Allemagne ce qui fait de lui, à ce jour, le joueur ayant eu la plus longue période d’activité sous le maillot de l’équipe de France (15 ans et 10 mois). Hommage à ce grand homme qui nous a quitté en 1992.

A lire aussi :

>> Le Top 100 des meilleurs joueurs africains de tous les temps (Partie 1) de 100 à 91

>> Partie 2: de 90 à 81

>> Partie 3: de 80 à 71

>> Partie 4: de 70 à 61

>> Partie 5: de 60 à 51

>> Partie 6: de 50 à 41

Côte d'Ivoire - Liberia (Amical) : Jonathan Kodjia offre la victoire aux Eléphants

Ce mardi 26 mars 2018 , la Côte d'Ivoire affrontait le Liberia au stade Felix Houphouet Boigny du Plateau dans le cadre d'un match amical international  . Apres leur victoire le samedi dernier face au Rwanda pour le compte de la 6e journée des éliminatoires de la CAN , la Côte d'Ivoire s'est imposée par la plus petite des marges dans ce match qui l'opposait au Liberia . Avec un onze complètement remanié , les hommes de Kamara Ibrahim ont eu du mal à animer cette rencontre . Faible en occasions lumineuses , le faible public ivoirien présent à ce match a du se contenter en première mi-temps des tacles défensifs de Simon Déli (22è, après une perte de balle de sa part) et de Serey Dié (43è) . Au retour des vestiaires, les Libériens, bien regroupés, se découvrent. De quoi créer quelques ennuis à la défense expérimentale ivoirienne. Mais les deux frappes de Mohamed Sangaré trouvent un Cissé Abdoul Karim bien inspiré. Derrière, la défense libérienne ouvre des brèches. Un bouffée d'oxygène pour Assalé Roger qui lance Maxwel Cornet. La tentative du Lyonnais cette fois ne trouve pas le cadre. Au bonheur d'Ashley Williams, le portier des visiteurs. Même scénario qu'en première période , à part ces trois occasions rien de consistant à se mettre sous la dent jusqu'à la sortie de Méïté Yakou et l'entrée de Jonathan Kodjia. Rentré à la 74e minute , ''Djoko''  a attendu 9 minutes pour se faire remarquer dans ce match . Apres avoir touché le poteau sur un lob presqu'astucieux , celui qui n'avait jamais marqué au Felicia benificie d'un penalty obtenu par le Lyonnais Maxwell Cornet . Il le transforme avec sérénité et offre la victoire dans les dernieres minutes aux Eléphants . Score final 1-0.

Amical – Préparation CAN 2019 : Le Sénégal bat le Mali au bout du suspense !

Les Lions de la Téranga Copyright -OFC
Ce mardi, à Dakar, au stade Leopold Sedar Senghor, le Sénégal accueillait le Mali. Qualifiés à la prochaine coupe d’Afrique des nations en 2019, les deux équipes se préparent activement pour la compétition en Egypte. Les lions de la Téranga se sont difficilement imposés face aux aigles.  Après la victoire des lions de la Téranga face au Madagascar (2-0) en éliminatoire de la coupe d’Afrique des nations de 2019, les hommes d’Aliou Cissé accueillaient le Mali, ce dimanche au stade Léopold Sédar Senghor.  Avec un onze complétement remanié, les lions de la Téranga ont du mal à entrer dans le match. En première mi-temps, les Maliens ont même réussi à tenir en échec les Sénégalais (0-0).  En deuxième période, les aigles surprennent les lions et ouvrent le score à la 74ème minute de jeu grâce à Adama Traoré. Ce but, contre le court du jeu, pousse Aliou Cissé à changer ses plans. En effet, le sélectionneur fait entrer Santy Ngom, Moussa Konaté et Sadio Mané. Des changements qui vont s’avérer payant, car le Sénégal réussit à égaliser à la 87ème minute de jeu grâce à Sadio Mané. Le feu follet se joue de la défense adverse et marque un magnifique but. Les lions continuent de mettre la pression sur la défense malienne et réussissent à marquer le but de la victoire à la 90ème minute de jeu grâce à Moussa Konaté.  Devant son public, le Sénégal boucle le mois de mars avec deux victoires.   

National 1 : Lyon-la-Duchère se replace avec son succès arraché contre Bourg-en-Bresse

Lyon-la-Duchère s'est imposé en fin de match contre Bourg-en-Bresse mardi en match en retard de la 20eme journée de National 1 (1-0). Un succès précieux pour rester dans la course à la montée en L2.
Lyon-la-Duchère n'a pas dit son dernier mot dans la course à la montée en L2. En match en retard de la 20eme journée de National 1, la troupe de Karim Mokkedem s'est imposée dans le derby contre Bourg-en-Bresse (1-0). Il a fallu le premier but avec la formation lyonnaise de Julio Donisa, prêté par le Red Star cet hiver, pour arracher cette victoire en fin de match (86eme). Lyon-la-Duchère reste 6eme du classement, mais n'est plus qu'à un point de Cholet (5eme) et revient à 5 points de Laval, virtuellement barragiste. Rendez-vous désormais vendredi avec un déplacement à Avranches.

Guido Burgstaller prolonge jusqu’en 2022 avec Schalke 04

Guido Burgstaller a rempilé avec Schalke 04 ce mardi. L’attaquant autrichien a prolongé son contrat pour deux ans de plus, soit jusqu’en juin 2022.
Guido Burgstaller garde la confiance de Schalke 04. Malgré une efficacité en berne (3 buts en 26 matchs) par rapport à ses deux premières saisons du côté de Gelsenkirchen (25 réalisations en 62 apparitions), l’attaquant international autrichien (29 ans, 23 sélections) a prolongé son contrat ce mardi. Son club a annoncé la signature d’un nouveau bail pour l’ancien de Nuremberg, Cardiff ou encore le Rapid Vienne. Rempilant pour deux années supplémentaires, Burgstaller est désormais lié à Schalke jusqu’en 2022.

A voir aussi :
>>> Toute l'actu du Mercato

CAN 2019: l’équipe type des éliminatoires

L’équipe type des éliminatoires de la CAN 2019 Copyright -OFC
Le rideau est tombé cette semaine sur les éliminatoires de la Coupe d'Afrique des Nations 2019. A l'issue d’une phase de poules des plus passionnantes, nous connaissons désormais l’identité des 24 pays qui participeront à la grande messe du football africain en Egypte du 21 juin au 19 juillet prochains. A lire aussi >> Eliminatoires CAN 2019: le classement final groupe par groupe A cette occasion, la rédaction d'Orange Football Club vous propose un tour d’horizon des joueurs qui sont sortis du rang lors des éliminatoires africaines à travers l'équipe type de la phase de groupes. On découvre ainsi une formation résolument offensive, organisée en un atypique 3-4-3 à même de mettre en exergue les performances exceptionnelles d’attaquants africains éprouvés particulièrement prolifiques et qui ont signé l’impressionnant total de 323 réalisations au cours des 140 rencontres disputées (soit une moyenne de 2,30 buts par match). A lire aussi >> Eliminatoires CAN 2019: le classement des buteurs A lire aussi >> CAN 2019: meilleure attaque, invincibilité… le bilan de la phase de poules en chiffres Il convient de noter également que les sélections qui ont validé leur billet pour la phase finale sont logiquement les équipes les plus représentées. Ci-après l’équipe type des éliminatoires de la CAN 2019 (organisée en 3-4-3) :

GB) 🇨🇲 André Onana (Cameroun)

Poste: Gardien de but > 5 matches – pourcentage d’arrêts : 81% > Note: 7,5

DC) 🇹🇳 Yassine Meriah (Tunisie)

Poste: Défenseur > 6 matches - duels gagnés :79,8% - > 2 buts > Note: 7,5  

DC) 🇲🇱 Salif Coulibaly (Mali)

Poste: Défenseur > 6 matches - duels gagnés :78,3% > 2 buts > Note: 7,5  

DC) 🇨🇮 Eric Bailly (Côte d'Ivoire)

Poste: Défenseur > 4 matches - duels gagnés :84,2% > 2 buts > Note: 8

MG) 🇸🇳 Sadio Mané (Sénégal)

Poste: Ailier > 4 matches – 2 passes décisives > Note: 7,5  

MC) 🇬🇳 Naby Keita (Guinée)

Poste: Milieu de terrain > 5 matches > 1 but et 2 passes décisives > Note: 7,5  

MC) 🇲🇦 Hakim Ziyech (Maroc)

Poste: Milieu de terrain > 2 matches > 3 buts et 2 passes décisives > Note: 8,5  

MD) 🇪🇬 Mohamed Salah (Egypte)

Poste: Ailier > 3 matches > 4 buts et 2 passes décisives > Note: 9

AD) 🇳🇬 Odion Ighalo (Nigeria)

Poste: Attaquant > 5 matches > 7 buts et 2 passes décisives > Meilleur buteur des éliminatoires > Note: 9,5  

BU) 🇨🇩 Cédric Bakambu (RD Congo)

Poste: Attaquant > 4 matches > 3 buts et 1 passe décisive > Note: 8,5  

AG) 🇧🇮 Fiston Abdul Razak (Burundi)

Poste: Attaquant > 4 matches > 6 buts et 3 passes décisives > Note: 9