Top 100 des joueurs africains de l'histoire: 9e - Rachid Mekhloufi

Rachid Mekhloufi - Algérie Copyright -OFC
L’illustre footballeur algérien, Rachid Mekhloufi, quatre-vingts deux ans aujourd’hui, se distingue par son parcours unique dans l’histoire du sport-roi. Né entre les deux guerres, il a fait ses premières armes lors des années sombres de la colonisation. Mais à force de persévérance et grâce à un talent hors pair, il a fait le bonheur de l’AS Saint-Etienne, de l’équipe de France ainsi que de la sélection algérienne. Fait peu commun dans les annales du football.

Pour beaucoup il demeure encore le plus grand joueur africain de tous les temps. Durant sa longue carrière de près de vingt ans, l’emblématique attaquant de l’AS Saint-Etienne des années 50 et 60Rachid Mekhloufi, a fait vibrer les férus du ballon rond en France, au Maghreb et en Afrique comme personne ne l’a fait avant lui.

Pétri de talent, doté de qualités techniques exceptionnelles, sa facilité et son aisance à réaliser les gestes les plus compliqués ont construit sa légende. Un génie qui a traversé les époques sans jamais se démoder.

Marquer le football africain c’est également servir son pays et son continent, en écrire l'histoire grâce à son talent. Et l’homme qui a offert ses premières lettres de noblesses à la grande AS Saint-Etienne n’a pas eu peur de tourner le dos à la gloire durant la lutte pour la libération, afin de défendre son idéal et servir son pays qui n’existait pas encore, mais qui était déjà le sien.



La légende de Mekhloufi a débuté au sein du club de sa ville natale, l’USM Sétif. Au-dessus du lot dès les équipes de jeunes, le «gamin en or» ne tarda pas à attirer l’attention des dirigeants de l’AS Saint-Etienne qui le recrutent en 1954 dès ses 18 printemps.

Son impressionnante palette technique, sa pointe de vitesse, sa créativité, son sens du but inné et son pied gauche de velours, lui permettent d’éclater rapidement au grand jour et de s'imposer comme étant le plus grand joueur algérien de son époque.

L’exercice 1956-1957 est le sien. Formant un duo d’attaque de feu en compagnie de l’illustre canonnier camerounais Eugène N’Jo Léa, ils marquent 54 buts à eux deux et offrent le premier titre de champion à l'ASSE. Un autre sacre de champion du monde militaire sous le maillot de l’équipe de France vient couronner la saison époustouflante de l’enfant de Sétif qui est présenté à l’époque comme un modèle d’une intégration fraternelle réussie, en pleine crise d’Algérie française.



Durant la guerre d'Algérie entre 1958 et 1962, et alors qu'une carrière exceptionnelle l'attendait en France avec notamment une participation au Mondial 58 en Suède qui lui tendait les bras, sa carrière prend une tournure totalement inattendue. Le chouchou du Chaudron surprend son monde en quittant l’AS Saint-Etienne pour rejoindre la Tunisie afin de participer à la création de l’équipe du FLN (Equipe du Front de Libération Nationale algérien) pour porter la voix du gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA).

Dès lors, il s’impose comme étant le footballeur de la Révolution, et le talentueux Mekhloufi sillonne le monde pendant quatre ans, disputant plusieurs matches de gala, et ce, afin de populariser la lutte de libération nationale algérienne (1958-1962).



En 1962, l'équipe du FLN se dissout avec la libération de l’Algérie. Le surdoué Fennec décide alors de retrouver le chemin des pelouses françaises. En décembre, et après une courte période de transition au Servette de Genève en Suisse, celui qui a entre-temps abandonné sa nationalité française pour redevenir algérien à part entière retrouve enfin son club de cœur, l’AS Saint-Etienne.

Le retour de l’ancien enfant chéri chez les Verts fut de nouveau fabuleux. Pendant six saisons, le buteur métamorphosé en meneur de jeu n’a cessé de régaler les fans stéphanois. Le brassard de capitaine au bras, il s’impose de nouveau comme étant l’un des meilleurs joueurs du championnat de France et se constitue un palmarès conséquent.

Artiste par excellence et chef d’orchestre d’une redoutable armada verte, il mena ses partenaires de la Ligue 2 à trois titres de champions de France (1964, 1967 et 1968) ainsi qu’un doublé historique à l’issue de sa dernière saison à Geoffroy-Guichard.

Elu meilleur joueur de Ligue 1 en 1964, 1966 et 1967, il demeure à ce jour le deuxième meilleur buteur de la prestigieuse écurie stéphanoise (151 buts en 315 apparitions toutes compétitions confondues) derrière l’illustre Hervé Revelli (209 buts) et devant le légendaire buteur malien Salif Keïta (140 buts).

A lire aussi :

> Le Top 100 des meilleurs joueurs africains de tous les temps (Partie 1) de 100 à 91

> Partie 2: de 90 à 81

> Partie 3: de 80 à 71

> Partie 4: de 70 à 61

> Partie 5: de 60 à 51

> Partie 6: de 50 à 41

> Portrait 40: Lucas Radebe

> Portrait 39: Mustapha Dahleb

> Portrait 38: Victor Ikpeba

> Portrait 37: Pierre-Emerick Aubameyang

> Portrait 36: Seydou Keita

> Portrait 35: Paul Moukila

> Portrait 34: Badou Zaki

> Portrait 33: Michael Essien

> Portrait 32: Trésor Mputu

> Portrait 31: Mohamed Aboutrika

> Portrait 30: Kalusha Bwalya

> Portrait 29: Emmanuel Amunike

> Portrait 28: Frédéric Kanouté

> Portrait 27: Emmanuel Adebayor

> Portrait 26: Rigobert Song

> Portrait 25: Lakhdar Belloumi

> Portrait 24: Patrick Mboma

> Portrait 23: Bruce Grobbelaar

> Portrait 22: Jay-Jay Okocha

> Portrait 21: Larbi Benbarek

> Portrait 20: Godfrey Chitalu

> Portrait 19: Tarak Dhiab

> Portrait 18: Hossam Hassan

> Portrait 17: Riyad Mahrez

> Portrait 16: Laurent Pokou

> Portrait 15: Thomas Nkono

> Portrait 14: Mohamed Salah

> Portrait 13: Rashidi Yekini

> Portrait 12: Rabah Madjer

> Portrait 11: Nwankwo Kanu

> Portrait 10: El-Hadji Diouf

Cameroun/Salaires des joueurs : la Fécafoot en quête de solutions

Le ministère des Sports, la Ligue de football, le Syndicat des footballeurs et les 24 clubs accusés de ne pas verser les primes et salaires des joueurs sont conviés à une réunion que va présider Seidou Mbombo Njoya, lundi prochain à Yaoundé. Siedou Mbombo Njoya a entendu l’appel de la Fifa. Le président de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) va se pencher personnellement sur l’affaire du non paiement des primes et salaires aux joueurs de 24 clubs des championnats professionnels, épinglés par les conclusions d’une enquête menée par le Syndicat national des footballeurs du Cameroun (Synafoc). « M. Mbombo Njoya veut voir clair sur l’état des arriérés de primes et de salaires de ces joueurs », mais surtout « trouver des solutions durables à cette situation, à la suite d’une interpellation de la FIFpro relayée par la Fifa », indique une source en service à la Direction de la communication de la Fécafoot. Ainsi donc, le patron de l’instance faîtière du football camerounais convoque une réunion à laquelle sont appelés à prendre part, le ministre des Sports, la Ligue de football professionnel, le Syndicat des footballeurs et les clubs incriminés, lundi, 25 février prochain au siège de la Fécafoot. Objectifs ? Analyser les « mesures suggérées par toutes les parties invitées » et prendre des « décisions relatives au règlement de cette affaire ». Le président de la Fécafoot, en tant que délégataire de la gestion de ce secteur du football au Cameroun a d’ailleurs fait parvenir une correspondance au président de la Ligue de football. Seidou Mbombo Njoya invite Pierre Semengue à lui faire parvenir « en urgence, l’état des arriérés de salaires et primes dus aux joueurs par les 24 clubs cités » et les mesures que ce dernier préconise à son niveau pour le règlement de ces arriérés.

Ligue Europa : trois internationaux camerounais en 8es

Michaël Ngadeu, Karl Toko Ekambi, Jérôme Onguéné et leurs clubs respectifs ont obtenu leurs tickets pour les huitièmes de finale de la Ligue Europa ce jeudi, au terme de matchs fous. Ça passe pour les internationaux camerounais. Michaël Ngadeu, Karl Toko Ekambi et Jérôme Onguéné vont disputer les huitièmes de finale de la Ligue Europa cette année. Les clubs des trois Lions Indomptables ont obtenu leurs tickets respectifs ce jeudi, à l’occasion de la phase retour des seizièmes de finale de la compétition. Et parfois, sans leurs atouts camerounais. C’est en effet le cas du Slavia de Prague. Privé de son indispensable défenseur, Michaël Ngadeu, suspendu pour avoir enchainé les cartons jaunes lors des précédentes rencontres, le club Tchèque est facilement venu à bout de Genk (1-4), après le nul (0-0) concédé au match aller. Menés dès la 10e, les coéquipiers du Camerounais ont su réagir en faisant preuve de réussite sur chacune de leurs occasions dangereuses. Tour à tour, Coufal (23e), Traore (54e) et Skoda (64e et 69e) ont fait trembler les filets adverses. Toko Ekambi décisif Si Ngadeu était suspendu, alors que Jérôme Onguéné ne faisait pas partie du groupe de Red Bull Salzbourg, tombeur du Club Brugge (4-0) après la défaite 2-1 au match aller, Karl Toko Ekambi lui, a été décisif dans la qualification de Villarreal. Mené à domicile par le Sporting (0-1), le Sous-marin Jaune a pu obtenir le nul et éviter les prolongations, grâce en effet à un Toko passeur décisif sur le but de l’égalisation (80e). Vainqueur au match aller (0-1), le club espagnol n’avait plus qu’à resserrer sa défense, et c’est ce qu’il s’est passé. Ngadeu, Toko, Onguéné et leurs clubs respectifs connaitront l’identité de leurs prochains adversaires dans les jours qui viennent.

Jean Pierre Adams: 37 ans dans le Coma...

Jean-Pierre Adams Copyright -AFP
Passé dans l'oubli pour beaucoup, le natif de Dakar, Jean Pierre Adams, qui formait avec Marius Trésor la charnière de la défense de l'équipe de France, appelée la garde noire, est dans le coma depuis...1982. Victime d'une erreur médicale fatale d'anesthésie à la suite d'une banale opération du genou alors qu'il avait 34 ans, Adams avait disputé 251 matchs et inscrit 24 buts en Ligue 1. L'apogée de sa carrière était dans les années 70 lorsqu'il a joué avec le grand FC Nîmes de l'époque, avec qui il a remporté la Coupe de France des Alpes en 1972 . Il a porté par 26 reprises le maillot des bleus. Aujourd'hui, JPA dort les yeux fermés, dans un coma profond, aux cotés de sa femme, chez lui à Nîmes. Bernadette veille sur lui tous les soirs, guette ses moindres gestes, espère chaque seconde que par miracle il réagira, lui fera un geste, ne serait-ce minime... L'épouse du joueur avait accordé un entretien émouvant à la CNN en 2018, dans lequel elle revient sur son quotidien, ses craintes "Imaginez si je meurs avant lui, qu'adviendra-t-il de lui? Il va mourir sans être soigné. Il a besoin de moi pour être capable de manger, pour satisfaire ses besoins primaires. Si je ne le fais pas, qui le fera?". Elle aussi revenue, dans une autre interview, sur l'état de l'homme de sa vie "Il sent tout ce qu'on lui fait. Il vieillit moins vite que moi: pas de rides et presque pas de cheveux blancs. Le temps s'est arrêté le jour de l'accident. Aucun tuyau. Il respire tout seul. Il est d'apparence normale. Il entend très bien mais ça s'arrête là. Mon mari est là sans être là. Il est dans son monde à lui mais il est bien vivant. Je ne sais pas comment ça finira". Les derniers mots de Jean Pierre Adams avant son opération étaient destinés à sa femme " Tout va bien, je suis en pleine forme. C'est à 11H que je vais être opéré. Pense à moi quand même, mais vient me chercher dans huit jours, et n'oublie pas alors, une paire de béquille ! " C'était le 17 mars 1982...Et tant qu'il y a de la vie, il y aura de l'espoir. Courage JP!   Découvrez également l'incroyable histoire de Joachim Fernandez, ex coéquipier de Zidane, mort dans le froid et l'indifférence

Milan Skriniar (Inter Milan) confirme être « proche » de rempiler

Milan Skriniar a confirmé jeudi être en passe de prolonger son contrat avec l’Inter Milan. « Nous sommes proches, j’ai une super relation avec le club », a expliqué le défenseur slovaque à Sky Sports.
Dans les tuyaux depuis de nombreuses semaines, la prolongation de contrat de Milan Skriniar avec l’Inter Milan se précise. Le défenseur international slovaque (24 ans, 23 sélections) a confirmé être sur le point de rempiler en faveur des Nerazzurri, qu’il a rejoints à l’été 2017. « Nous sommes proches, j’ai une super relation avec le club », a confié Skriniar jeudi au micro de Sky Sports en marge de la qualification de son équipe pour les 8emes de finale de la Ligue Europa aux dépens du Rapid Vienne (4-0). Le Correire dello Sport révélait début février que l’ancien de la Sampdoria Gênes, courtisé par Manchester United et le PSG, devrait prolonger pour une saison de plus, soit jusqu’en 2023, et percevoir un salaire de 3 millions d’euros par an. En revanche, il ne devrait pas disposer d’une quelconque clause libératoire.

Jan Oblak (Atlético Madrid), les détails de sa prolongation XXL

L’Atlético Madrid devrait officialiser la semaine prochaine la prolongation de contrat de Jan Oblak, qui devrait bénéficier d’un salaire entre 10 et 12 millions d’euros annuels. Sa clause libératoire devrait être fixée entre 150 et 200 millions.
Pisté de longue date par le PSG, en quête d’un gardien de top niveau pour assurer son avenir à ce poste, Jan Oblak ne bougera pas de l’Atlético Madrid. Au moins pas à moyen terme. En cours depuis des mois, les discussions pour une prolongation de contrat de l’international slovène (26 ans, 18 sélections) ont abouti à un accord entre son entourage et les Colchoneros. Le club madrilène devrait, selon les informations de AS, officialiser la signature de son nouveau bail dans le courant de la semaine prochaine, ce qui était une priorité pour Diego Simeone quand il a prolongé son propre engagement jusqu'en 2022. Actuellement lié à l’Atlético jusqu’en 2021, Oblak devrait rempiler au moins pour deux saisons supplémentaires. Le quotidien espagnol précise que son salaire annuel devrait osciller entre 10 et 12 millions d’euros annuel. Sa clause libératoire, dont le montant a un temps ralenti les négociations entre les deux camps, devrait passer de 100 à 150 voire 200 millions d’euros.


Oblak encore à 50% de clean-sheets


Arrivé à l’été 2014 en provenance de Benfica contre 15 millions d’euros, Oblak réalise une nouvelle saison énorme avec l’Atlético. Il a rendu une clean-sheet lors de 50% de ses 32 matchs disputés toutes compétitions confondues, un ratio qu’il a toujours atteint depuis qu’il est devenu un titulaire indiscutable chez les Colchoneros en 2015-16. Il affiche aussi une belle moyenne de 0,78 but encaissé par rencontre. Formé à l’Olimpija Ljubljana et passé par de nombreux clubs portugais pour lancer sa carrière, Oblak est unanimement considéré comme l’un des cinq meilleurs gardiens du monde. Même s’il lui manque la reconnaissance qu’il aura difficilement sur la scène internationale avec la Slovénie, qui figure dans le groupe de la Pologne, de l’Autriche, d’Israël, de la Macédoine et de la Lettonie dans les éliminatoires pour l’Euro 2020.