Top 100 des joueurs africains de l'histoire: 7e - Salif Keïta, la Panthère Noire

Salif Keïta - 1970 Copyright -AFP
Précurseur, créatif, novateur et redoutable buteur, les qualificatifs ne manquent pas pour décrire cet incroyable joueur que fut le légendaire canonnier malien, Salif Keïta, surnommé affectueusement "Domingo".

Attaquant hors pair, idole de toute une génération au Mali et en Afrique des années 60, «La Panthère Noire», fut l’un des premiers joueurs africains à s’imposer de son vivant, comme étant une légende reconnue à travers l’Europe et le Monde.

Au-dessus du lot dès son plus jeune âge, le natif de Bamako a affuté ses premières armes en championnat du Mali du côté des Pionniers de Ouolofobougou à l’âge de… 15 ans. Il glane grâce à ses prouesses une première sélection chez les Aigles à seulement 16 printemps et demeure à ce jour le plus jeune international de l’histoire de son Pays.



Un seul exercice suffit au jeune phénomène malien pour se tailler une solide réputation chez les observateurs des clubs de la capitale. Il ne tarda alors pas à rallier les rangs du prestigieux Stade Malien de Bamako. Dès son premier exercice en 1964/1965, il mena ses partenaires vers la toute première finale de la Ligue des Champions africaine, perdue à Accra face aux Camerounais d’Oryx Douala (1-2).

Débarquant dans la foulée chez le grand rival, l’AS Real Bamako, le jeune prodige s’affirme alors comme la star incontestée du football malien menant notamment les siens vers trois titres de champions du Mali et trois Coupes nationales.

En 1965, il retrouve une nouvelle fois la grande finale de la plus prestigieuse des compétitions de clubs alors nommée Coupe des Clubs champions. Malgré son titre de meilleur buteur de l’épreuve-phare du football africain avec l’impressionnant total de 14 réalisations signées en seulement 8 apparitions, l’attaquant vedette des "Scorpions" cède de nouveau au finish face au Stade d’Abidjan.

Le seul point noir à l’éloquent tableau de chasse de l’emblématique capitaine des Aigles, demeurera toutefois qu’il n’aura jamais réussi à décrocher un titre continental. Malgré ses mémorables prouesses en sélection qu’il mena vers la grande finale de la CAN 1972, il se retrouve en effet une nouvelle fois contraint de se contenter de la deuxième place au Cameroun, en s’inclinant face au Congo (2-3).



Sa légende, le premier ballon d’or africain de l’histoire la forgera en Europe. En effet, et en 1967, un certain Charles Dagher, un Libanais installé à Bamako, recommande aux dirigeants de l’AS Saint-Etienne de s’intéresser au jeune attaquant aux statistiques exceptionnelles. Convaincus par son potentiel, les Stéphanois invitent alors l’attaquant malien à participer à un stage.

Son arrivée en France fut toutefois un long et dur périple. Sa Nation refusant qu’il exporte son énorme talent de footballeur en Europe, Keïta se rend alors clandestinement au Liberia pour rejoindre la capitale française. A Monrovia, avant de prendre l’avion, il se fait agresser et voler tous ses biens. Arrivé à l'aéroport de Paris-Orly, deux jours avant la date prévue, personne ne l’accueille puisque les émissaires stéphanois n’étaient pas prévenus de son arrivée.

Le jeune Keita demande alors, épisode fameux, au premier taxi venu de l’emmener à « Geoffroy-Guichard », à Saint-Etienne, à 500 kilomètres au sud ! Le chauffeur s’étonne, mais Keïta, sûr de lui, affirme que le club paiera la course.

Les dirigeants des Verts paieront effectivement la facture du taxi qui s’élevait à 1 060 francs, (soit 1 314 euros). Et ils ne regretteront pas leur ‘investissement’…



En cinq années passées sous la prestigieuse vareuse stéphanoise, le «serial-buteur» malien a fait parler la poudre à 120 reprises en 149 matches, remportant au passage trois titres de champion de France (1968, 1969 et 1970), un doublé historique coupe-championnat en 1970, ainsi qu’un « Soulier d’argent » (récompense pour le deuxième meilleur buteur européen avec l’incroyable total de 42 buts sur l’année civile 1972).

L’histoire d’amour entre les supporters stéphanois et leur buteur vedette est telle qu’en 1968, le club prend une panthère noire pour mascotte, en hommage au légendaire malien. Cette panthère demeure à ce jour l’emblème de l’ASSE.

En froid avec les dirigeants stéphanois lors de l’été 1972, la «Panthère Noire» quitte le Forez pour Marseille. Pour son premier match avec l’OM, le sort lui réserve le droit d’affronter son ancienne équipe face à laquelle il signe… un doublé !



Durant son court séjour chez les Phocéens, il signe la bagatelle de 10 buts en 18 apparitions, avant de quitter le club olympien pour des raisons administratives après seulement une saison passée à l’OM. Suivront ensuite des expériences espagnoles et portugaises sous les maillots du FC Valence (1973-76, 23 buts) et du Sporting Portugal (1976-79, 32 buts) avant d’achever sa riche carrière aux Etats-Unis du côté du New England Tea Men (1979-80, 17 buts).

Les inconditionnels du sport-roi garderont du grand Salif Keïta l’image d’un buteur exceptionnel mais également d’un homme libre qui a ouvert la voie aux futurs dignes ambassadeurs africains en Europe. Des légendes du ballon rond qui seront adoubés ensuite partout à travers le «Vieux Continent».

A lire aussi :

> Le Top 100 des meilleurs joueurs africains de tous les temps (Partie 1) de 100 à 91

> Partie 2: de 90 à 81

> Partie 3: de 80 à 71

> Partie 4: de 70 à 61

> Partie 5: de 60 à 51

> Partie 6: de 50 à 41

> Portrait 40: Lucas Radebe

> Portrait 39: Mustapha Dahleb

> Portrait 38: Victor Ikpeba

> Portrait 37: Pierre-Emerick Aubameyang

> Portrait 36: Seydou Keita

> Portrait 35: Paul Moukila

> Portrait 34: Badou Zaki

> Portrait 33: Michael Essien

> Portrait 32: Trésor Mputu

> Portrait 31: Mohamed Aboutrika

> Portrait 30: Kalusha Bwalya

> Portrait 29: Emmanuel Amunike

> Portrait 28: Frédéric Kanouté

> Portrait 27: Emmanuel Adebayor

> Portrait 26: Rigobert Song

> Portrait 25: Lakhdar Belloumi

> Portrait 24: Patrick Mboma

> Portrait 23: Bruce Grobbelaar

> Portrait 22: Jay-Jay Okocha

> Portrait 21: Larbi Benbarek

> Portrait 20: Godfrey Chitalu

> Portrait 19: Tarak Dhiab

> Portrait 18: Hossam Hassan

> Portrait 17: Riyad Mahrez

> Portrait 16: Laurent Pokou

> Portrait 15: Thomas Nkono

> Portrait 14: Mohamed Salah

> Portrait 13: Rashidi Yekini

> Portrait 12: Rabah Madjer

> Portrait 11: Nwankwo Kanu

> Portrait 10: El-Hadji Diouf

> Portrait 9: Rachid Mekhloufi

> Portrait 8: Pierre Kalala Mukendi
Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des

Bundesliga : Kunde Malong et Mayence encore dans le dur

Face à Hoffenheim ce samedi lors de la 29e journée de Bundesliga, le milieu de terrain camerounais Pierre Kunde Malong et Mayence ont été vaincus 0-1.

Déjà quatre matchs de championnat depuis la reprise le 17 mai dernier, et toujours pas de victoire pour Pierre Kunde Malong et Mayence. Déjà englués dans une série de deux nuls et une défaite, le Camerounais et son club sont tombés ce samedi devant Hoffenheim (1-0). Même si ses partenaires et lui ont dominé leurs adversaires durant la majeure partie de cette rencontre qui comptait pour la 29e journée de Bundesliga. Alignés dans un schéma en 4-2-3-1 avec un Kunde Malong sur le banc de touche, les Zerofivers se sont montrés entreprenants offensivement dès l’entame. Mais se sont leurs adversaires qui auront les meilleures occasions. La première, c’est sur penalty. Heureusement pour Mayence, Florian Müller sortait le grand jeu pour repousser le tir de Steven Zuber (27e). Le gardien mayençais a cependant peu de chance devant un Ihlas Bebou qui conclue ensuite une action de génie. Lancé en profondeur, celui qui est entré 6 minutes plus tôt va clouer la défense d’un geste technique du droit avant d’envoyer le portier cueillir des fleurs (0-1, 43e).

A lire aussi >> Bundesliga : Kunde et Mayence se heurtent à un solide mur de Berlin

De retour de la pause, les joueurs du club hôte multiplient les assauts. Mais même l’entrée en jeu de Kunde Malong (76e) ne va pas changer grand-chose au destin de la rencontre. Mayence est vaincu une fois encore. Le club pointe à la quinzième place du classement, avec un point d’écart sur le premier relégable.

Mondial 2002 : "Le Sénégal avait marabouté la France" !

Copyright -OFC
La rencontre de la Coupe du Monde 2002 à Séoul entre le Sénégal et la France est restée dans l'histoire du football Sénégalais. Le but de Papa Bouba Diop à la demi-heure du jeu a permis aux Lions de la Téranga de faire chuter le champion du Monde en titre (à l’époque) sur les terres asiatiques. Un mauvais souvenir pour l’ex international français, Emmanuel Petit qui semble ne pas avoir encore digéré cette défaite. Pour l’ancien tricolore, les Bleus auraient été victimes de sorcellerie ! « Les marabouts ont contribué à la victoire du Sénégal (éclats de rires). Je vais vous raconter une anecdote : un an avant la coupe du monde en Corée, je suis sur une plage en France. Un vendeur à la sauvette vient me voir. Il me regarde sérieusement et me dit : « tu sais la coupe du monde qui aura lieu dans un an la France va affronter le Sénégal et va perdre par un but à zéro, parce que nos marabouts sont très puissants au Sénégal. Vous allez voir. (…) ça m’est venu à l’esprit et je me suis dit peut-être que la France a été maraboutée. On a eu beaucoup de malchance dans ce match. On a tapé les poteaux et la barre transversale plusieurs fois. Il ne manquait que ce but. Non mais sérieusement, le Sénégal méritait cette victoire », confie-t-il dans un entretien avec Record. A lire aussi sur Orange Football Club >>Quiz: Que savez-vous sur l'histoire footballistique du Sénégal ?

FIF : Joseph Antoine Bell apporte son soutien à Didier Drogba

Didier Drogba prépare sa prochaine campagne électorale pour briguer le poste de président de la Fédération Ivoirienne de Football. Mise en cause par certains de ses anciens coéquipiers, la candidature de l'ex capitaine des Éléphants ne fait pas l'unanimité. L'ancien joueur de Chelsea n'a pas été épargné par les critiques. Toutefois, DD a reçu le soutien de l'ancien international camerounais, Joseph Antoine Bell. l'ancien portier des Lions Indomptables a défendu la candidature de Drogba « Qu’est ce qu’on pense de la candidature de Didier Drogba ? Mais personne ne demande ce qu’on pense de la candidature des adversaires qui n’ont pas été footballeurs ! Un type (Drogba) qui a défendu les couleurs du pays peut avoir le droit d’être candidat... Comment peut-on se poser la question ‘qu’est ce qu’on pense de la candidature de Didier Drogba, ancien capitaine des Éléphants ? Non. Ce n’est pas logique de demander à un footballeur pourquoi il se porte candidat! », a-t-il fait savoir. Il convient de rappeler que trois candidats sont à ce jour déclarés : Didier Drogba, Sory Diabaté, et Idriss Diallo A lire aussi sur Orange Football Club >> Cameroun : quand André Onana évoque la rivalité avec Fabrice Ondoa

Tunisie : La reprise du championnat officiellement fixée au 2 août

La Fédération Tunisienne de football a fixé la relance du championnat, interrompu à la mi-mars, au 2 août prochain lors de la 17eme journée.
Réuni ce samedi, le bureau de la Fédération tunisienne de football a communiqué le calendrier de la reprise de la Ligue 1, interrompue à la mi-mars pour cause de coronavirus. Les rencontres reprendront le 2 août. Se jouera alors la 17eme journée, première des dix restant à disputer. Ce mini-marathon se terminera le 20 septembre, entouré d'un protocole sanitaire strict. Chaque club de l'élite recevra une deuxième tranche d'aide de la FTF, d'un montant de 40.000 dinars (environ 12.500 euros). Enfin, rappelons que la saison 2020-2021 débutera le 24 octobre.

Calendrier de la fin de saison 2019-2020 :


17eme journée : 2 août.
18eme journée : 9 août.
19eme journée : 12 août.
20eme journée : 16 août.
21eme journée : 23 août.
22eme journée : 26 août.
23eme journée : 30 août.
24eme journée : 13 septembre.
25eme journée : 16 septembre.
26eme journée : 20 septembre.

Bundesliga (J29) : Le Bayern Munich écrase le Fortuna Düsseldorf

A l'issue d'un match à sens unique, le Bayern Munich a creusé l'écart au sommet de la Bundesliga grâce à une très large victoire face au Fortuna Düsseldorf.
Les semaines suivent et se répètent pour le Bayern, toujours aussi dominant en Bundesliga lors de cette phase retour. Premier du championnat d'Allemagne, le Rekordmeister pouvait mettre le Borussia Dortmund à dix points d'écart. Et au vu de la démonstration collective du champion en titre face au Fortuna Düsseldorf ce soir, le retour du BVB qui se déplace demain à Paderborn est de plus en plus utopique.

Pavard, le presque-doublé


Le Bayern n'a pas eu le temps de douter, bien lancé par un de ses Français. Retrouvé on ne sait comment aux avants-postes suite à une belle action collective, Benjamin Pavard reprenait un centre d'Alaba pour l'ouverture du score (15eme). En déséquilibre, la frappe non-cadrée du latéral est contrée par Jorgensen au fond des filets. L'ancien Lillois n'a pas tremblé un quart d'heure plus tard sur corner, pour convertir un corner de Kimmich par une tête puissante (29eme). C'est le cinquième but de Pavard cette saison, le deuxième depuis la reprise du championnat.

Düsseldorf n'arrive pas à contenir les assauts bavarois et subit un énième contre avant la mi-temps. Talonnade en profondeur de Lewandowski pour Kimmich, qui réalise à son tour une talonnade subtile dans la surface. Müller remet à Lewandoski pour le 3-0 (43eme) et une action de toute beauté. Uwe Rosler, coach de Düsseldorf restera de longues minutes abattu avant de retourner aux vestiaires.

Lewandowski se rapproche de Gerd Müller


Le Polonais peut compter sur ses coéquipiers pour atteindre un objectif individuel bien particulier. Celui d'atteindre le record de Gerd Müller, élevé à 40 buts en saison régulière. À la reprise, Gnabry offre à son avant-centre le 29e but d'une saison impressionnante (50eme). Il restera cinq journées pour inscrire onze buts, compliqué, mais pas impossible si le Bayern continue de tourner à plein régime. C'est finalement Alphonso Davies qui cloue le spectacle après une récupération dans la surface adverse (5-0, 52eme).

La fin du match est tranquille, tout en gestion pour le Bayern qui confirme ce succès et les 10 points d'avance en championnat. Outre Pavard, Kingsley Coman et Lucas Hernandez étaient titulaires côté Français. Rassurant pour ce dernier, barré par Boateng en Bavière les dernières rencontres. À noter l'entrée en jeu de Mickaël Cuisance à la place d'Hernandez à la pause, pas loin de marquer son premier but avec Munich en seconde mi-temps.