Top 100 des joueurs africains de l'histoire: 3e - George Weah

George Weah Copyright -OFC
Ballon d’or en 1995, Sénateur puis Président de la République du Liberia, la vie de l’illustre George Weah est un véritable conte de fées.

Jeudi 26 décembre 2017, l’enfant terrible du foot africain accède à la Présidence du Libéria. Son élection a constitué un tournant dans l’histoire de ce pays ravagé par une terrible guerre civile entre 1989 et 2003. Pour la première fois depuis la création du pays en 1822, le vainqueur est un « enfant du ghetto ».



George Weah est né le 1er octobre 1966 à Clara Town, un bidonville malfamé de la capitale Monrovia. Il a été élevé par sa grand-mère dans une pauvreté extrême et, pour subsister, le gamin a dû exercer divers petits métiers.

Mais le ballon qu’il aimait tant taquiner dans les ruelles boueuses du ghetto, allait bouleverser son existence.

Fait du hasard ou ironie du sort, le jeune adolescent fit ses premières armes de footballeur dans un modeste club de Monrovia au poste de, tenez-vous bien… gardien de but ! En 1988, alors âgé de 22 ans, il se retrouve au poste d’avant-centre au Tonnerre de Yaoundé.

Au Cameroun, il est repéré par Claude Leroy qui le recommande aussitôt à Arsène Wenger, alors, entraîneur de l’AS Monaco. La même année, le jeune surdoué débarque à la Principauté.

Arsène Wenger se rappellera plus tard : « Quand je l’ai vu pour la première fois à Monaco, un peu perdu ne connaissant personne, n’étant pas reconnu comme joueur et devenant meilleur du monde en 1995, puis aujourd’hui Président de son pays. C’est incroyable ».



Oui la vie de George Weah est un conte de fées. Car pendant quatorze ans, l’attaquant va exercer son talent dans les clubs européens les plus réputés : Paris Saint-Germain, Milan AC en passant par Chelsea, Manchester City et l’Olympique de Marseille.

 

Le périple européen


Son premier contrat signé, Weah est à la conquête de l’Europe. Il a 22 ans et il devient rapidement une figure incontestable de l’équipe monégasque. Pour sa première saison, il totalise 14 buts en 23 matchs. Dans la foulée, il décroche la Coupe de France en 1991.

Weah se révèle comme étant le prototype unique d’attaquant mixte : sans fioritures, il allie la rigueur des footballeurs européens à la fantaisie des magiciens du football africain. Il excelle dans la lecture du jeu, l’anticipation et l’improvisation. En 1992, il mène ses coéquipiers vers la finale de la Coupe des Coupes remportée par le Werder Brême (2-0).



Son talent hors pair l’amène l'été suivant au PSG, club avec lequel il va franchir un palier décisif. Au bout d’une saison de légende dans laquelle il devient l’un des meilleurs canonniers de la Coupe d’Europe des clubs champions (Ligue des Champions), l’attaquant libérien fait étalage de toute sa classe sur les terrains européens.

Meilleur buteur lors de la saison 92-93, il est champion de France avec le PSG en 93-94 et mène son équipe à la finale de la Coupe des Coupes perdue face à Arsenal (0-1).

L’année suivante, le PSG mené par Luis Fernandez, atteint les demi-finales de la Ligue des Champions. Il est éliminé par le Milan AC. En championnat, l’équipe termine 3ème , tout en remportant les deux Coupes de France.



Lors de son passage au Parc des Princes, Weah aura inscrit 55 buts en 137 matches dont 8 buts en C1. Son talent pur, son élégance, sa générosité et sa courtoisie lui valurent le surnom de « Mister George » en hommage à la responsabilité qu’inspire George Weah, cet anglophone converti à la langue de Voltaire.

« Weah est plus cher que la Tour Eiffel » avait déclaré un jour Michel Denisot, président délégué du club.

Au bout de cette saison mémorable, Weah cède aux sirènes d’un des grands d’Europe : le Milan AC. Les Ultras parisiens réagissent et affichent une banderole significative lors de l’ultime apparition de la légende au stade de la Porte d’Auteuil : « Weah casse-toi ! ».

 

Sur le toit du Monde


Les supporters parisiens étaient loin de se douter qu’ils saluaient ainsi le futur premier ballon d’or non européen.

Mister George signe donc en 1993 en faveur du Milan AC et fait une entrée fracassante dans le prestigieux championnat italien. Le Calcio découvre un artiste au sommet de son art.

Face à la Lazio de Rome, il inscrit un but d’anthologie le 3 décembre 1995 qui va marquer les esprits et peser sur les votes des spécialistes. C’est la consécration : Weah devient le premier africain à être élu Ballon d’or européen. Il est également le premier joueur de l’histoire à cumuler la même année ballon d’or européen et ballon d’or africain. Ce sacre, il le doit tant à la qualité de ses prestations au PSG, qu’à ses exploits au Milan AC.



Accueilli à bras ouverts par le Calcio italien, Mister George « Il Fenomeno» y évoluera durant plus de quatre saisons. Son bilan fut exceptionnel : deux titres de champion en 1996 et 1999 et meilleur buteur de son club durant ses trois premières saisons.

Au cours de son séjour italien, Weah impressionne par son style particulier où sont alliées puissance d’accélération et finesse d’orfèvre.

Le 8 septembre 96, il accomplit face au Hellas Vérone l’une des prouesses les plus captivantes de l’histoire du football à l’instar des Messi et Maradona. Une chevauchée de plus de 80 mètres, en slalom pour effacer trois défenseurs médusés et une frappe finale qui met le gardien hors de portée devant un public en délire. Mais rien n’est trop beau pour « Mister George » : la FIFA va l’élire en 1996 joueur de l’année.


La préretraite dorée


Au sommet de son art, Weah décide de quitter la Lombardie durant le mercato hivernal de l’an 2000. L’arrivée de l’Ukrainien Shevchenko a réduit son temps de jeu et a précipité son départ pour une préretraite dorée.

De Londres (Chelsea) à Manchester City puis à Marseille et enfin aux Emirats Arabes Unis (Al Jazira), il achèvera sa carrière au terme de la saison 2002-2003 en évitant la saison de trop. Le légendaire Weah va relever un nouveau défi : la course vers la présidence de son pays.



A lire aussi :

> Le Top 100 des meilleurs joueurs africains de tous les temps (Partie 1) de 100 à 91

> Partie 2: de 90 à 81

> Partie 3: de 80 à 71

> Partie 4: de 70 à 61

> Partie 5: de 60 à 51

> Partie 6: de 50 à 41

> Portrait 40: Lucas Radebe

> Portrait 39: Mustapha Dahleb

> Portrait 38: Victor Ikpeba

> Portrait 37: Pierre-Emerick Aubameyang

> Portrait 36: Seydou Keita

> Portrait 35: Paul Moukila

> Portrait 34: Badou Zaki

> Portrait 33: Michael Essien

> Portrait 32: Trésor Mputu

> Portrait 31: Mohamed Aboutrika

> Portrait 30: Kalusha Bwalya

> Portrait 29: Emmanuel Amunike

> Portrait 28: Frédéric Kanouté

> Portrait 27: Emmanuel Adebayor

> Portrait 26: Rigobert Song

> Portrait 25: Lakhdar Belloumi

> Portrait 24: Patrick Mboma

> Portrait 23: Bruce Grobbelaar

> Portrait 22: Jay-Jay Okocha

> Portrait 21: Larbi Benbarek

> Portrait 20: Godfrey Chitalu

> Portrait 19: Tarak Dhiab

> Portrait 18: Hossam Hassan

> Portrait 17: Riyad Mahrez

> Portrait 16: Laurent Pokou

> Portrait 15: Thomas Nkono

> Portrait 14: Mohamed Salah

> Portrait 13: Rashidi Yekini

> Portrait 12: Rabah Madjer

> Portrait 11: Nwankwo Kanu

> Portrait 10: El-Hadji Diouf

> Portrait 9: Rachid Mekhloufi

> Portrait 8: Pierre Kalala Mukendi

> Portrait 7: Salif Keïta

> Portrait 6: Abedi Pelé

> Portrait 5: Yaya Touré

> Portrait 4: Roger Milla
Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des

Ligue 1- 11e journée: Teungueth FC enfonce Génération Foot

Victorieux du champion en titre, Génération Foot, ce samedi lors de la 11ème journée de Ligue 1, Teungueth FC a réussi une première échappée en tête du classement. Déjà forts de 6 points d’avance sur leurs suivants immédiats avant ce tour, les Rufisquois ont en effet, de nouveau creusé l’écart grâce à cette victoire (2 – 1) qu’ils ont désormais porté à 8 longueurs. Car, dans le même temps, le Dakar Sacré-Cœur n’a pu faire que match nul face à l’AS Pikine alors que l’AS Douanes s’est de son côté inclinée face au Jaraaf qui se reproche ainsi de sa victime du jour.
Ligue 1     Ligue 2

Ligue 1 – 11ème journée : Teungueth FC réussit une première échappée

Victorieux du champion en titre, Génération Foot, ce samedi lors de la 11ème journée de Ligue 1, Teungueth FC a réussi une première échappée en tête du classement. Déjà forts de 6 points d’avance sur leurs suivants immédiats avant ce tour, les Rufisquois ont en effet, de nouveau creusé l’écart grâce à cette victoire (2 – 1) qu’ils ont désormais porté à 8 longueurs. Car, dans le même temps, le Dakar Sacré-Cœur n’a pu faire que match nul face à l’AS Pikine alors que l’AS Douanes s’est de son côté inclinée face au Jaraaf qui se reproche ainsi de sa victime du jour. Diambars, lui, n’arrive toujours pas à s’imposer au stade Fodé Wade de Saly. Ce samedi, les « Académiciens »  ont fait match nul à domicile face à NGB Niary Tally. Ce dimanche, Stade de Mbour (12ème, 10 pts)  et CNEPS Excellence (13ème, 9 points) se feront directement face pour s’éloigner du bas du tableau. Les Stadistes comptent bien profiter de la loi du terrain pour vaincre leurs vis-à-vis qui ont encore du mal à s’adapter à la L1. Le Casa Sports (8ème, 12 pts), adepte du yo-yo, rend visite à une US Gorée qui ne perd plus depuis 4 matches (11ème, 11 pts) et veut poursuivre sa remontée en apnée. Le Ndiambour (7ème, 12 pts), lui compte profiter de la visite de Mbour PC (10ème 11 pts) pour se rapprocher du haut du tableau. Les résultats enregistrés le samedi 22 février : Teungueth FC – Génération Foot 2 – 1 ; Dakar Sacré-Cœur – AS Pikine 1 – 1 ; Diambars – NGB Niary Tally 1 – 1 ; AS Douanes – Jaraaf 0 – 1 La suite du programme : Dimanche 23 février à 16h30 à Alboury Ndiaye : Ndiambour – Mbour PC ; à Mbao : US Gorée – Casa Sports ; à 17h à Caroline Faye : Stade de Mbour – CNEPS Excellence

Martin Braithwaite (Barça) : « Je ne vais plus laver mon maillot après le câlin de Messi »

Le Barça a remporté un succès probant face à Eibar ce samedi en Liga et Martin Braithwaite a pu faire sa première apparition. Il s'est exprimé au terme du match.

Le Barça a corrigé Eibar et s'est rassuré avant une semaine décisive avec des matches face à Naples en C1 et au Real Madrid en Liga qui se profilent. Si Leo Messi a inscrit un quadruplé, Martin Braithwaite, le joker médical Blaugrana, s'est offert sa première passe décisive barcelonaise. L'ancien toulousain s'est exprimé au terme du match.


Braithwaite vit un rêve éveillé au Barça


L'attaquant, qui vit un rêve éveillé au Barça, est revenu sur une intéraction vécue avec Lionel Messi durant la rencontre : "Je ne vais plus laver mes vêtements après avoir reçu un câlin de Messi", a-t-il ainsi confié dans des propos relayés par Marca. Le coach catalan Quique Sétien s'est montré très satisfait de la première de son nouveau joueur : "Braithwaite a fait plus que ce à quoi je m'attendais de sa part, beaucoup plus. Honnêtement, je pense que nous avons fait une recrue extraordinaire. Il s'adaptera parfaitement à ce que nous faisons, il a participé à deux buts aujourd'hui et il comprend déjà si bien le jeu", a louangé le technicien blaugrana dans les médias espagnols.


Juventus : Ronaldo plus fort que l'OL !

Pas besoin de comparatif entre la Juventus et l'OL, avant leur affrontement de mercredi en Ligue des Champions. Cristiano Ronaldo suffit !

L'Olympique Lyonnais accueille la Juventus, mercredi (21h), en huitièmes de finale aller de Ligue des champions. Un choc que les hommes de Rudi Garcia abordent évidemment avec un statut d'outsider. Car si l'OL bénéficie d'une expérience notable sur la scène européenne - y compris dans la plus prestigieuse des compétitions - la Juventus, et surtout son facteur X Cristiano Ronado - ont un tout autre vécu, comme l'a rappelé une chronique de l'émission L'Expresso Late sur beIN SPORTS.

Ronaldo, monstre sacré de la Ligue des champions


Hormis le nombre de buts inscrits où l'OL devance le meilleur buteur de l'histoire de la compétition, CR7 affiche des chiffres supérieurs à ceux du club rhodanien en termes de matches au compteur, et bien évidemment de palmarès puisque la superstar portugaise totalise 5 sacres en Ligue des champions à elle seule. Un contraste qui situe l'ampleur du défi pour l'Olympique Lyonnais.

Liga : Le Real tombe à Levante

Bien mauvaise soirée pour le Real Madrid, samedi à Levante. En plus de la défaite 1-0 (25eme journée de Liga), Eden Hazard s'est à nouveau blessé.
Dominer n'est pas gagner. Et l'adage s'est de nouveau vérifié pour le Real Madrid face à Levante. Malgré une supériorité affichée dans les échanges et dans les occasions, le score était toujours de 0-0 au repos. Benzema a d'abord buté sur Aitor Fernandez, le portier des locaux. Ce dernier a ensuite effectué une sortie aux poings hasardeuse sur laquelle Casemiro a tenté de remettre le ballon de la tête dans les cages vides, mais le cuir passait à côté.

Le Real a perdu Hazard sur blessure



Le schéma était le même en seconde période. Un atelier d'attaque défense avec des contres occasionnels et dangereux de Levante, orchestrés par l'ancien madrilène Mayoral. Des contres sur lesquels un Eden Hazard très affûté revenait aider sa défense. Mais l'ailier belge, revenu depuis quelques jours à la compétition, se blessait peu après l'heure de jeu et était contraint de quitter le pré. Levante s'enhardissait par la suite et s'offrait plusieurs situations chaudes sur le but d'un Courtois vigilant. Vigilant jusqu'à la 78e minute et cette frappe lointaine et sublime de Morales, qui allait se loger dans sa lucarne. 1-0, score final. Alors que le Barça l'a emporté face à Eibar grâce à un Messi stratosphérique et repasse devant, le Real chute juste avant les rendez-vous face à City en Ligue des champions et face au Barça lors du Clasico.

Ligue 1 : Monaco ramène un nul chanceux de Dijon

Ce samedi soir, Monaco et Dijon ont partagé les points dans le cadre de la 26ème journée de Ligue 1 (1-1). Un mauvais résultat pour le club de la Principauté, qui manque une occasion en or de s'affirmer dans la course à la Ligue des Champions.
Dans une rencontre au rythme de jeu très modéré, l'AS Monaco et le Dijon FCO ont réalisé un match nul (1-1). Les buts ont été inscrits par Mama Baldé (56eme) et Guillermo Maripan (79eme). Ce résultat nul n'arrange aucune des deux équipes. Le capitaine dijonnais Julio Tavares a manqué la balle de match dans les dernières minutes.


UN DFCO PRO-ACTIF EN DEBUT DE RENCONTRE


Avant cette rencontre au stade Gaston-Gérard, les hommes de Stéphane Jobard n'avaient gagné que deux de leurs onze derniers matchs de Ligue 1. Les Bourguignons en étaient conscients, et ils ont montré envie et détermination d'entrée. Julio Tavares signait la première occasion franche de la rencontre, sur un centre de Romain Amalfitano, mais son coup de tête décroisé passait de peu à côté (19eme). Très remuant, le capitaine Tavares tentait de nouveau sa chance seul dans la surface sur un service de Didier Ndong, mais sa frappe tendue du droit était déviée de peu par Benoit Badiashile (25eme). Islam Slimani était également dangereux sur un service de Stevan Jovetic, mais Runar Runarsson, le gardien islandais du DFCO, sortait cette puissante frappe enroulée du droit (27eme). Dans une première partie de match assez calme, Stephy Mavididi était le dernier à tenter sa chance, mais son tir du gauche était bien bloqué par Benjamin Lecomte (42eme).

 

MONACO ET SLIMANI TROP IMPRECIS



La supériorité technique des hommes de Robert Moreno était évidente, et elle fut accompagnée d'un excès de confiance fatal au retour des vestiaires. Adrien Silva manquait sa passe en retrait en destination de Badiashile, ce qui permettait à Mama Baldé de se jouer de Maripan d'une belle feinte. La frappe dans le rectangle à ras-de-terre de l'attaquant bissau-guinéen ne laissait aucune chance à Lecomte (1-0, 56eme). Le sixième but cette saison en Ligue 1 de l'attaquant du DFCO. L'AS Monaco était alors tirée d'un sommeil bien trop profond, mais pas forcément mieux inspirée. Pas de changement pour Moreno avant la 78eme minute (un seul de toute la rencontre, Fabregas suppléant Jovetic) et l'étau dijonnais se resserrait. Jusqu'à ce coup franc anodin d'Adrien Silva, repris d'une tête d'Islam Slimani mal repoussée par Runarsson sur Guillermo Maripan, qui surgissait dans le petit rectangle pour marquer son deuxième but de la saison en Ligue 1, contre toute attente (79eme, 1-1).

Islam Slimani aurait pu se mordre les doigts de sa frappe seul à côté du but vide (82eme), mais l'international algérien partagera ses regrets avec Julio Tavares. L'international cap-verdien manquait le dernier face-à-face de la rencontre devant Benjamin Lecomte, malgré une opportunité inespérée due à un mauvais alignement défensif de Ruben Aguilar. L'ancien gardien du Montpellier Hérault sortait une manchette du bras gauche salvatrice dans sa surface de but (90eme+2). Ce succès n'arrange aucune des deux équipes, puisque Lille s'est imposé ce soir contre Toulouse (3-0) et prend seul la troisième place de Ligue 1 (avec 43 points). Dijon (17eme, 27 points) est sous la menace de Nîmes, qui compte actuellement le même nombre de points en tant que barragiste. Les coéquipiers de Wissam Ben Yedder espéreront un bon résultat des Crocodiles demain à Rennes (17h), puisqu'un succès des Bretons laisserait l'ASM à 5 points. Les deux équipes auront donc un oeil attentif sur le Roazhon Park demain après-midi.