Top 100 des joueurs africains de l'histoire: 3e - George Weah

George Weah Copyright -OFC
Ballon d’or en 1995, Sénateur puis Président de la République du Liberia, la vie de l’illustre George Weah est un véritable conte de fées.

Jeudi 26 décembre 2017, l’enfant terrible du foot africain accède à la Présidence du Libéria. Son élection a constitué un tournant dans l’histoire de ce pays ravagé par une terrible guerre civile entre 1989 et 2003. Pour la première fois depuis la création du pays en 1822, le vainqueur est un « enfant du ghetto ».



George Weah est né le 1er octobre 1966 à Clara Town, un bidonville malfamé de la capitale Monrovia. Il a été élevé par sa grand-mère dans une pauvreté extrême et, pour subsister, le gamin a dû exercer divers petits métiers.

Mais le ballon qu’il aimait tant taquiner dans les ruelles boueuses du ghetto, allait bouleverser son existence.

Fait du hasard ou ironie du sort, le jeune adolescent fit ses premières armes de footballeur dans un modeste club de Monrovia au poste de, tenez-vous bien… gardien de but ! En 1988, alors âgé de 22 ans, il se retrouve au poste d’avant-centre au Tonnerre de Yaoundé.

Au Cameroun, il est repéré par Claude Leroy qui le recommande aussitôt à Arsène Wenger, alors, entraîneur de l’AS Monaco. La même année, le jeune surdoué débarque à la Principauté.

Arsène Wenger se rappellera plus tard : « Quand je l’ai vu pour la première fois à Monaco, un peu perdu ne connaissant personne, n’étant pas reconnu comme joueur et devenant meilleur du monde en 1995, puis aujourd’hui Président de son pays. C’est incroyable ».



Oui la vie de George Weah est un conte de fées. Car pendant quatorze ans, l’attaquant va exercer son talent dans les clubs européens les plus réputés : Paris Saint-Germain, Milan AC en passant par Chelsea, Manchester City et l’Olympique de Marseille.

 

Le périple européen


Son premier contrat signé, Weah est à la conquête de l’Europe. Il a 22 ans et il devient rapidement une figure incontestable de l’équipe monégasque. Pour sa première saison, il totalise 14 buts en 23 matchs. Dans la foulée, il décroche la Coupe de France en 1991.

Weah se révèle comme étant le prototype unique d’attaquant mixte : sans fioritures, il allie la rigueur des footballeurs européens à la fantaisie des magiciens du football africain. Il excelle dans la lecture du jeu, l’anticipation et l’improvisation. En 1992, il mène ses coéquipiers vers la finale de la Coupe des Coupes remportée par le Werder Brême (2-0).



Son talent hors pair l’amène l'été suivant au PSG, club avec lequel il va franchir un palier décisif. Au bout d’une saison de légende dans laquelle il devient l’un des meilleurs canonniers de la Coupe d’Europe des clubs champions (Ligue des Champions), l’attaquant libérien fait étalage de toute sa classe sur les terrains européens.

Meilleur buteur lors de la saison 92-93, il est champion de France avec le PSG en 93-94 et mène son équipe à la finale de la Coupe des Coupes perdue face à Arsenal (0-1).

L’année suivante, le PSG mené par Luis Fernandez, atteint les demi-finales de la Ligue des Champions. Il est éliminé par le Milan AC. En championnat, l’équipe termine 3ème , tout en remportant les deux Coupes de France.



Lors de son passage au Parc des Princes, Weah aura inscrit 55 buts en 137 matches dont 8 buts en C1. Son talent pur, son élégance, sa générosité et sa courtoisie lui valurent le surnom de « Mister George » en hommage à la responsabilité qu’inspire George Weah, cet anglophone converti à la langue de Voltaire.

« Weah est plus cher que la Tour Eiffel » avait déclaré un jour Michel Denisot, président délégué du club.

Au bout de cette saison mémorable, Weah cède aux sirènes d’un des grands d’Europe : le Milan AC. Les Ultras parisiens réagissent et affichent une banderole significative lors de l’ultime apparition de la légende au stade de la Porte d’Auteuil : « Weah casse-toi ! ».

 

Sur le toit du Monde


Les supporters parisiens étaient loin de se douter qu’ils saluaient ainsi le futur premier ballon d’or non européen.

Mister George signe donc en 1993 en faveur du Milan AC et fait une entrée fracassante dans le prestigieux championnat italien. Le Calcio découvre un artiste au sommet de son art.

Face à la Lazio de Rome, il inscrit un but d’anthologie le 3 décembre 1995 qui va marquer les esprits et peser sur les votes des spécialistes. C’est la consécration : Weah devient le premier africain à être élu Ballon d’or européen. Il est également le premier joueur de l’histoire à cumuler la même année ballon d’or européen et ballon d’or africain. Ce sacre, il le doit tant à la qualité de ses prestations au PSG, qu’à ses exploits au Milan AC.



Accueilli à bras ouverts par le Calcio italien, Mister George « Il Fenomeno» y évoluera durant plus de quatre saisons. Son bilan fut exceptionnel : deux titres de champion en 1996 et 1999 et meilleur buteur de son club durant ses trois premières saisons.

Au cours de son séjour italien, Weah impressionne par son style particulier où sont alliées puissance d’accélération et finesse d’orfèvre.

Le 8 septembre 96, il accomplit face au Hellas Vérone l’une des prouesses les plus captivantes de l’histoire du football à l’instar des Messi et Maradona. Une chevauchée de plus de 80 mètres, en slalom pour effacer trois défenseurs médusés et une frappe finale qui met le gardien hors de portée devant un public en délire. Mais rien n’est trop beau pour « Mister George » : la FIFA va l’élire en 1996 joueur de l’année.


La préretraite dorée


Au sommet de son art, Weah décide de quitter la Lombardie durant le mercato hivernal de l’an 2000. L’arrivée de l’Ukrainien Shevchenko a réduit son temps de jeu et a précipité son départ pour une préretraite dorée.

De Londres (Chelsea) à Manchester City puis à Marseille et enfin aux Emirats Arabes Unis (Al Jazira), il achèvera sa carrière au terme de la saison 2002-2003 en évitant la saison de trop. Le légendaire Weah va relever un nouveau défi : la course vers la présidence de son pays.



A lire aussi :

> Le Top 100 des meilleurs joueurs africains de tous les temps (Partie 1) de 100 à 91

> Partie 2: de 90 à 81

> Partie 3: de 80 à 71

> Partie 4: de 70 à 61

> Partie 5: de 60 à 51

> Partie 6: de 50 à 41

> Portrait 40: Lucas Radebe

> Portrait 39: Mustapha Dahleb

> Portrait 38: Victor Ikpeba

> Portrait 37: Pierre-Emerick Aubameyang

> Portrait 36: Seydou Keita

> Portrait 35: Paul Moukila

> Portrait 34: Badou Zaki

> Portrait 33: Michael Essien

> Portrait 32: Trésor Mputu

> Portrait 31: Mohamed Aboutrika

> Portrait 30: Kalusha Bwalya

> Portrait 29: Emmanuel Amunike

> Portrait 28: Frédéric Kanouté

> Portrait 27: Emmanuel Adebayor

> Portrait 26: Rigobert Song

> Portrait 25: Lakhdar Belloumi

> Portrait 24: Patrick Mboma

> Portrait 23: Bruce Grobbelaar

> Portrait 22: Jay-Jay Okocha

> Portrait 21: Larbi Benbarek

> Portrait 20: Godfrey Chitalu

> Portrait 19: Tarak Dhiab

> Portrait 18: Hossam Hassan

> Portrait 17: Riyad Mahrez

> Portrait 16: Laurent Pokou

> Portrait 15: Thomas Nkono

> Portrait 14: Mohamed Salah

> Portrait 13: Rashidi Yekini

> Portrait 12: Rabah Madjer

> Portrait 11: Nwankwo Kanu

> Portrait 10: El-Hadji Diouf

> Portrait 9: Rachid Mekhloufi

> Portrait 8: Pierre Kalala Mukendi

> Portrait 7: Salif Keïta

> Portrait 6: Abedi Pelé

> Portrait 5: Yaya Touré

> Portrait 4: Roger Milla
Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des

Diego Armando Maradona lance une pique à Lionel Messi

Messi - Maradona Copyright -AFP
Lionel Messi et Diego Armando Maradona sont sans doute les deux meilleurs joueurs argentins de tous les temps. Mais qui est le meilleur n°10 de l'histoire de l'Argentine ? Le légendaire joueur de Naples, a répondu à cette question sur son compte Instagram. El Pibe de Oro a assuré que "le n°10 serait toujours le sien", adressant ainsi un petit tacle à Lionel Messi au passage. "Agacé" par la comparaison avec le joueur du FC Barcelone, Maradona estime qu’il est impossible de comparer deux joueurs d'époques distinctes "C'est pourquoi je dis aux journalistes, qui aujourd'hui font mille comparaisons, mille statistiques, que c'est incomparable (les deux époques, ndlr). Ce n'était pas comme ça avant. Tout était différent. Les terrains, le ballon, les crampons, l'arbitrage, l'entraînement, la nourriture, les médicaments, le journalisme, les médias, les transports, les hôtels..." avance le vainqueur de la Coupe du Monde 1986 dans son post. Une chose est sure, Maradonna, un talent foudroyant, rare et inouï, restera à tout jamais dans la mémoire des amateurs du ballon rond.
 
Voir cette publication sur Instagram
 

Hoy se cumplen 35 años de este partido de eliminatorias contra Venezuela, en 1985. Yo ya había jugado dos amistosos antes, contra Paraguay y Chile, unos días antes. Pero este era mi primer partido oficial, después del Mundial 82. En esos casi tres años de ausencia, tuve hepatitis, una fractura de tobillo, y los problemas que teníamos los "extranjeros" para jugar en la selección. Antes no habían fechas FIFA, los clubes te retenían el pasaporte, y las federaciones no estaban obligadas a cedernos. Aquél era OTRO FÚTBOL. Era otro mundo. Al llegar a Venezuela, una persona me rompió la rodilla de una patada, entrando al hotel. Eso hoy no podría pasar. Por eso le digo a los periodistas, que hoy hacen mil comparaciones, mil estadísticas, a los que piensan que descubrieron el fútbol, que no se puede comparar. Antes no era como ahora. Era todo distinto. Las canchas, la pelota, los botines, el arbitraje, el entrenamiento, la alimentación, la medicina, el periodismo, los medios de comunicación, el transporte, los hoteles, el descanso. El Fair Play no existía, te cagaban a patadas. Y si no tenías la copa del mundo, no había paraíso. Por eso, Bilardo armó una selección con jugadores locales durante los primeros años. No hubo "europeos". Passarella, Burru y Valdano tampoco venían a jugar. A ellos tampoco los dejaban venir. Con todo esto quiero decirles que yo no me borré. Que yo NUNCA me saqué la camiseta de la selección. No le mientan a la gente. Que la cuarentena no les afecte, muchachos. Porque aunque en algún momento yo no haya estado, la 10 va a ser siempre mía.

Une publication partagée par Diego Maradona (@maradona) le

A lire aussi sur Orange Football Club >>Rétro - Il y a 11 ans, Eto’o et Messi offraient la troisième C1 au Barça

Serie A : La reprise fixée au 20 juin

Alors que la compétition a été interrompue le 9 mars derniers, la Serie A pourra reprendre ses droits dès le 20 juin prochain.
Attendue suite à l'annonce du retour de la Premier League le 17 juin, l'officialisation de la date de reprise de la Serie A a également eu lieu. Le championnat d'Italie reprendra le 20 juin. Une décision prise par les différentes instances du pays - Ligue et Fédération - sur la même longueurs d'onde que le gouvernement. « Le Comité technique et scientifique a donné son accord sur le protocole et la fédération m'a assuré qu'elle avait un plan B et un plan C. A la lumière de ces considérations, le championnat peut reprendre le 20 juin », a déclaré le Ministre des Sports italien Vincenzo Spadafora.

Retour du football avec la Coupe dès le 13 juin


Pour rappel, la Serie A italienne était suspendue depuis le 9 mars dernier à cause de la pandémie de coronavirus. Pays le plus touché au monde par le Covid-19, l'Italie a même envisagé l'arrêt définitif de son championnat, imaginant plusieurs formules pour les récompenses et les accessits à distribuer. A noter qu'avant la Serie A, le football reprendra en Italie dès le 13 juin avec les demi-finales de la coupe nationale, qui réserve deux chocs (Naples-Inter Milan et Juventus-AC Milan).

Bochum : Ganvoula très suivi en Bundesliga

L'attaquant congolais de Bochum Silvère Ganvoula, qui cartonne au deuxième échelon allemand, est très convoité en Bundesliga.
Auteur de 17 buts et 8 passes décisives toutes compétitions confondues cette saison avec le VfL Bochum, Silvère Ganvoula a franchi un important palier ces derniers mois en Bundesliga 2. A tel point que le puissant attaquant international congolais (6 sélections, 1 but avec les Diables Rouges) suscite les convoitises et pourrait être l'un des animateurs du prochain mercato, outre-Rhin mais pas seulement. Un club de l'élite allemande était venu aux nouvelles l'hiver dernier, mais Bochum avait alors repoussé cette approche, comptant sur son buteur de 23 ans pour assurer le maintien. La donne a changé depuis, et la formation de la Ruhr est aujourd'hui davantage à l'écoute des propositions.

La Bundesliga à l'affût


Certains clubs de Bundesliga ne sont pas fait prier pour se manifester. Selon les informations recueillies par Football365 Afrique, Mayence, Schalke 04 et le Fortuna Düsseldorf ont déjà pris des contacts avec le joueur, qui commence également à attirer les regards à l'étranger. Après avoir suscité cet hiver les intérêts de Grenade et de Villarreal (où Ganvoula était vu comme un possible successeur de Karl Toko Ekambi), le Besiktas et l'Ajax Amsterdam se sont déplacés pour le superviser. Et ce n'est pas tout : des clubs anglais ne seraient pas indifférents aux qualités de Silvère Ganvoula, passé notamment par le Raja Casablanca et Anderlecht avant de réaliser pleinement son potentiel cette saison à Bochum.

Ligue 1 : Le gouvernement autorise la reprise des entraînements collectifs dès le 2 juin

A l'occasion de la présentation de la deuxième phase du déconfinement, le Premier Ministre Edouard Philippe a confirmé que les entraînements collectifs pourront reprendre à compter du 2 juin.
Dans une nouvelle allocution ce jeudi soir, le Premier Ministre Édouard Philippe a fait le point sur les rassemblements collectifs dans le secteur du sport. Le chef du gouvernement a ainsi fixé la date du 2 juin comme nouvelle échéance pour l'autorisation des entraînements collectifs. Les clubs de Ligue 1 sont appelés à effectuer un programme spécifique dans ce contexte.

Pas d'événement sportif dans les stades avant le 21 juin


Par ailleurs - et ce point sera certainement sujet à débats -, Édouard Philippe a ajouté qu'aucun événement sportif ne serait autorisé dans les stades avant le 21 juin. La perspective de voir des événements organisés à partir de cette date, si elle se confirme, pourrait accentuer la cacophonie qui anime le monde du foot français depuis l'arrêt officiel de la Ligue 1 et de la Ligue 2. Un sujet de discorde renforcé par l'effet de contraste dû à la reprise du football - actée ou programmée - dans les 4 autres grands championnats européens. "Les championnats ont été interrompus pour d'excellentes raisons", a répondu le Premier Ministre dans une ultime interrogation sur ce thème, précisant sa volonté de s'abstenir de commenter les décisions prises par les instances. "Je ne crois pas que le moment soit venu. J'espère que le moment viendra bientôt...".

Des joueurs de Ligue 1 dans les matchs sauvages ?

D'après Le Parisien, plusieurs joueurs de Ligue 1 et de Ligue 2 auraient pris part à ces fameux matchs "sauvages", proscrits en raison de la crise sanitaire.


La passion plus forte que tout. En dépit du confinement ou des mesures sanitaires en vigueur, plusieurs quartiers ont vu certains matchs de football "sauvages" d'ampleur plus ou moins importante se dérouler. Deux exemples frappants, la tenue d'une rencontre à Strasbourg au quartier des Poteries ou un match à Grigny (Essonne). Des parties fortement relayées sur les réseaux sociaux, qui font forcément débat quand l'on constate l'affluence et l'irrespect des gestes barrières. Un phénomène décrit comme grandissant depuis le 11 mai.

Le Parisien explique dans son édition du jour que certains joueurs professionnels de Ligue 1, Ligue 2, ainsi que des aspirants ou stagiaires de centre de formation auraient participé à certains matchs. Sans citer aucun nom, le journal avance un défenseur de Ligue 1 originaire de Marseille, et recueille les témoignages anonymes d'un jeune du PSG et d'un joueur de National 2.

Quand pros et amateurs défient l'interdit


Une attitude expliquée par un manque de compétition et la volonté de se remettre en forme par ce dernier "C'est la première fois depuis mon enfance que je n'ai pas tapé dans un ballon pendant deux mois". Quant à lui, le jeune Parisien atténue le danger de ces rencontres : "Il y a des risques de contamination, mais pas plus que si je vais faire mes courses dans un supermarché".

Les témoignages d'amateurs recueillis par Le Parisien décrivent la présence d'un joueur d'Angers, de Metz et en provenance de Belgique dans un match sauvage du Val-de-Marne, et d'un joueur de Troyes dans un match joué à Paris. Un moment unique pour les adversaires qui peuvent se mesurer à des professionnels, mais sûrement pas au goût des autorités.