Top 100 des joueurs africains de l'histoire: 11e - Nwankwo Kanu

Nwankwo Kanu Copyright -OFC
Redoutable buteur au gabarit impressionnant (1,97m, plus de 90 kilos du temps de sa splendeur) Nwankwo Kanu, alias «Papilo» fait partie du cercle très fermé des légendes du «Continent-mère» qui ont réussi à remporter le Ballon d’or africain à deux reprises, à l’instar des Didier Drogba, Roger Milla, George Weah et El-Hadji Diouf.

Doté de qualités techniques exceptionnelles, mêlées à une redoutable efficacité devant les buts, sa facilité et son aisance à accomplir les gestes les plus subtils malgré son physique imposant ont construit sa fame.

C’est dans sa ville natale à Owerri que le géant nigérian a débuté sa riche carrière longue de plus de vingt ans. D’abord sous les couleurs du Fed Works et ensuite avec Heartland, le club le plus prestigieux de sa région, avec lequel Kanu décrocha à seulement 17 printemps le titre de champion du Nigeria en 1993.

Le jeune prodige acheva l’exercice footballistique avec 15 réalisations dans son escarcelle et fut alors sélectionné avec les « Golden Eaglets » (surnom de l’équipe nationale nigériane des moins de 17 ans) pour disputer la Coupe du Monde de la catégorie au Japon.

Formant un duo d’attaque de feu avec son illustre compatriote Tijjani Babangida, "Papilo" mena alors son équipe vers le sacre mondial, en faisant parler la poudre à cinq reprises durant la compétition.



Alléchés par les prouesses du surdoué nigérian de 17 ans, les dirigeants de l’Ajax Amsterdam décident alors, sous les recommandations de Louis Van Gaal, de s’attacher ses services en août 1993.

Avec les Amstellodamois, l’enfant d'Imo va connaître une ascension fulgurante. Eclaboussant de son talent les pelouses néerlandaises et européennes malgré son jeune âge, il remporta trois titres de champion des Pays-Bas de 1994 à 1996 et décrocha la prestigieuse Ligue des Champions UEFA en 1995 face au grand Milan AC. Agé à l’époque de 20 ans, Kanu était l’un des jeunes talents les plus convoités du « Vieux Continent ».



L’homme aux 87 capes avec le Nigeria connaîtra l’année suivante sa plus grande émotion en équipe nationale en offrant à son pays l’or olympique lors des JO d'Atlanta en 1996.

Au sommet de son art, le champion olympique fut élu ballon d’or africain à seulement 21 printemps. Il rallia dans la foulée les rangs de l’Inter Milan et semblait promis à un avenir doré. Mais lors de son transfert en Italie les médecins du club milanais lui décèlent une anomalie cardiaque. Le diagnostic est formel : sans opération à cœur ouvert, Kanu ne pourra plus fouler de nouveau le rectangle vert !

Beaucoup le pensait alors perdu pour le foot, mais le roc nigérian s'est battu, a retrouvé son niveau après une longue période de repos, avant de rejoindre le « Royaume de sa Majesté » du côté d’Arsenal. Arrivé chez les Gunners sur la pointe des pieds, il en est parti en légende, avec son nom lié à jamais à la saison historique des invincibles.

En six saisons sous les ordres d’Arsène Wenger, il décrocha notamment deux titres de champion d’Angleterre (2002 et 2004) ainsi qu’une FA Cup (2002). Ses prouesses sur les terrains britanniques lui valurent le titre de « joueur africain de l’année » pour la deuxième fois de sa carrière.



Après deux nouvelles brillantes expériences au sein de la prestigieuse Premier League du côté du West Bromwich Albion (de 2004-2006) et Portsmouth (de 2006 à 2012), celui qui a défendu le maillot des Super Eagles pendant 17 années (1994-2011) fit ses adieux au football à l’issue de la saison 2010/2011.

Hommage au "Géant d’Owerri" qui possède sans conteste l’un des plus beaux palmarès du football africain.

A lire aussi :

> Le Top 100 des meilleurs joueurs africains de tous les temps (Partie 1) de 100 à 91

> Partie 2: de 90 à 81

> Partie 3: de 80 à 71

> Partie 4: de 70 à 61

> Partie 5: de 60 à 51

> Partie 6: de 50 à 41

> Portrait 40: Lucas Radebe

> Portrait 39: Mustapha Dahleb

> Portrait 38: Victor Ikpeba

> Portrait 37: Pierre-Emerick Aubameyang

> Portrait 36: Seydou Keita

> Portrait 35: Paul Moukila

> Portrait 34: Badou Zaki

> Portrait 33: Michael Essien

> Portrait 32: Trésor Mputu

> Portrait 31: Mohamed Aboutrika

> Portrait 30: Kalusha Bwalya

> Portrait 29: Emmanuel Amunike

> Portrait 28: Frédéric Kanouté

> Portrait 27: Emmanuel Adebayor

> Portrait 26: Rigobert Song

> Portrait 25: Lakhdar Belloumi

> Portrait 24: Patrick Mboma

> Portrait 23: Bruce Grobbelaar

> Portrait 22: Jay-Jay Okocha

> Portrait 21: Larbi Benbarek

> Portrait 20: Godfrey Chitalu

> Portrait 19: Tarak Dhiab

> Portrait 18: Hossam Hassan

> Portrait 17: Riyad Mahrez

> Portrait 16: Laurent Pokou

> Portrait 15: Thomas Nkono

> Portrait 14: Mohamed Salah

> Portrait 13: Rashidi Yekini

> Portrait 12: Rabah Madjer

Ligue Europa : trois internationaux camerounais en 8es

Michaël Ngadeu, Karl Toko Ekambi, Jérôme Onguéné et leurs clubs respectifs ont obtenu leurs tickets pour les huitièmes de finale de la Ligue Europa ce jeudi, au terme de matchs fous. Ça passe pour les internationaux camerounais. Michaël Ngadeu, Karl Toko Ekambi et Jérôme Onguéné vont disputer les huitièmes de finale de la Ligue Europa cette année. Les clubs des trois Lions Indomptables ont obtenu leurs tickets respectifs ce jeudi, à l’occasion de la phase retour des seizièmes de finale de la compétition. Et parfois, sans leurs atouts camerounais. C’est en effet le cas du Slavia de Prague. Privé de son indispensable défenseur, Michaël Ngadeu, suspendu pour avoir enchainé les cartons jaunes lors des précédentes rencontres, le club Tchèque est facilement venu à bout de Genk (1-4), après le nul (0-0) concédé au match aller. Menés dès la 10e, les coéquipiers du Camerounais ont su réagir en faisant preuve de réussite sur chacune de leurs occasions dangereuses. Tour à tour, Coufal (23e), Traore (54e) et Skoda (64e et 69e) ont fait trembler les filets adverses. Toko Ekambi décisif Si Ngadeu était suspendu, alors que Jérôme Onguéné ne faisait pas partie du groupe de Red Bull Salzbourg, tombeur du Club Brugge (4-0) après la défaite 2-1 au match aller, Karl Toko Ekambi lui, a été décisif dans la qualification de Villarreal. Mené à domicile par le Sporting (0-1), le Sous-marin Jaune a pu obtenir le nul et éviter les prolongations, grâce en effet à un Toko passeur décisif sur le but de l’égalisation (80e). Vainqueur au match aller (0-1), le club espagnol n’avait plus qu’à resserrer sa défense, et c’est ce qu’il s’est passé. Ngadeu, Toko, Onguéné et leurs clubs respectifs connaitront l’identité de leurs prochains adversaires dans les jours qui viennent.

Jean Pierre Adams: 37 ans dans le Coma...

Jean-Pierre Adams Copyright -AFP
Passé dans l'oubli pour beaucoup, le natif de Dakar, Jean Pierre Adams, qui formait avec Marius Trésor la charnière de la défense de l'équipe de France, appelée la garde noire, est dans le coma depuis...1982. Victime d'une erreur médicale fatale d'anesthésie à la suite d'une banale opération du genou alors qu'il avait 34 ans, Adams avait disputé 251 matchs et inscrit 24 buts en Ligue 1. L'apogée de sa carrière était dans les années 70 lorsqu'il a joué avec le grand FC Nîmes de l'époque, avec qui il a remporté la Coupe de France des Alpes en 1972 . Il a porté par 26 reprises le maillot des bleus. Aujourd'hui, JPA dort les yeux fermés, dans un coma profond, aux cotés de sa femme, chez lui à Nîmes. Bernadette veille sur lui tous les soirs, guette ses moindres gestes, espère chaque seconde que par miracle il réagira, lui fera un geste, ne serait-ce minime... L'épouse du joueur avait accordé un entretien émouvant à la CNN en 2018, dans lequel elle revient sur son quotidien, ses craintes "Imaginez si je meurs avant lui, qu'adviendra-t-il de lui? Il va mourir sans être soigné. Il a besoin de moi pour être capable de manger, pour satisfaire ses besoins primaires. Si je ne le fais pas, qui le fera?". Elle aussi revenue, dans une autre interview, sur l'état de l'homme de sa vie "Il sent tout ce qu'on lui fait. Il vieillit moins vite que moi: pas de rides et presque pas de cheveux blancs. Le temps s'est arrêté le jour de l'accident. Aucun tuyau. Il respire tout seul. Il est d'apparence normale. Il entend très bien mais ça s'arrête là. Mon mari est là sans être là. Il est dans son monde à lui mais il est bien vivant. Je ne sais pas comment ça finira". Les derniers mots de Jean Pierre Adams avant son opération étaient destinés à sa femme " Tout va bien, je suis en pleine forme. C'est à 11H que je vais être opéré. Pense à moi quand même, mais vient me chercher dans huit jours, et n'oublie pas alors, une paire de béquille ! " C'était le 17 mars 1982...Et tant qu'il y a de la vie, il y aura de l'espoir. Courage JP!   Découvrez également l'incroyable histoire de Joachim Fernandez, ex coéquipier de Zidane, mort dans le froid et l'indifférence

Milan Skriniar (Inter Milan) confirme être « proche » de rempiler

Milan Skriniar a confirmé jeudi être en passe de prolonger son contrat avec l’Inter Milan. « Nous sommes proches, j’ai une super relation avec le club », a expliqué le défenseur slovaque à Sky Sports.
Dans les tuyaux depuis de nombreuses semaines, la prolongation de contrat de Milan Skriniar avec l’Inter Milan se précise. Le défenseur international slovaque (24 ans, 23 sélections) a confirmé être sur le point de rempiler en faveur des Nerazzurri, qu’il a rejoints à l’été 2017. « Nous sommes proches, j’ai une super relation avec le club », a confié Skriniar jeudi au micro de Sky Sports en marge de la qualification de son équipe pour les 8emes de finale de la Ligue Europa aux dépens du Rapid Vienne (4-0). Le Correire dello Sport révélait début février que l’ancien de la Sampdoria Gênes, courtisé par Manchester United et le PSG, devrait prolonger pour une saison de plus, soit jusqu’en 2023, et percevoir un salaire de 3 millions d’euros par an. En revanche, il ne devrait pas disposer d’une quelconque clause libératoire.

Jan Oblak (Atlético Madrid), les détails de sa prolongation XXL

L’Atlético Madrid devrait officialiser la semaine prochaine la prolongation de contrat de Jan Oblak, qui devrait bénéficier d’un salaire entre 10 et 12 millions d’euros annuels. Sa clause libératoire devrait être fixée entre 150 et 200 millions.
Pisté de longue date par le PSG, en quête d’un gardien de top niveau pour assurer son avenir à ce poste, Jan Oblak ne bougera pas de l’Atlético Madrid. Au moins pas à moyen terme. En cours depuis des mois, les discussions pour une prolongation de contrat de l’international slovène (26 ans, 18 sélections) ont abouti à un accord entre son entourage et les Colchoneros. Le club madrilène devrait, selon les informations de AS, officialiser la signature de son nouveau bail dans le courant de la semaine prochaine, ce qui était une priorité pour Diego Simeone quand il a prolongé son propre engagement jusqu'en 2022. Actuellement lié à l’Atlético jusqu’en 2021, Oblak devrait rempiler au moins pour deux saisons supplémentaires. Le quotidien espagnol précise que son salaire annuel devrait osciller entre 10 et 12 millions d’euros annuel. Sa clause libératoire, dont le montant a un temps ralenti les négociations entre les deux camps, devrait passer de 100 à 150 voire 200 millions d’euros.


Oblak encore à 50% de clean-sheets


Arrivé à l’été 2014 en provenance de Benfica contre 15 millions d’euros, Oblak réalise une nouvelle saison énorme avec l’Atlético. Il a rendu une clean-sheet lors de 50% de ses 32 matchs disputés toutes compétitions confondues, un ratio qu’il a toujours atteint depuis qu’il est devenu un titulaire indiscutable chez les Colchoneros en 2015-16. Il affiche aussi une belle moyenne de 0,78 but encaissé par rencontre. Formé à l’Olimpija Ljubljana et passé par de nombreux clubs portugais pour lancer sa carrière, Oblak est unanimement considéré comme l’un des cinq meilleurs gardiens du monde. Même s’il lui manque la reconnaissance qu’il aura difficilement sur la scène internationale avec la Slovénie, qui figure dans le groupe de la Pologne, de l’Autriche, d’Israël, de la Macédoine et de la Lettonie dans les éliminatoires pour l’Euro 2020.

L1 : Le réveil de Choupo-Moting, les surprises Dijon et Monaco… Nos paris osés

Les journalistes de Foot365 se projettent sur la journée de L1 à venir en prenant chacun un pari osé concernant les matchs du week-end. Avec une dose de risque et de subjectivité volontairement assumée.

Rémi Farge : Le joli coup de Dijon contre Saint-Etienne


Battu par Angers, Marseille et Nîmes, Dijon est retombé dans la zone rouge à cause notamment du sursaut de Monaco. Pourtant, le DFCO dégage quelque chose de bien plus positif depuis quelques semaines. Antoine Kombouaré a redonné de la solidité à une défense qui en manquait énormément. En championnat, le club bourguignon n’a jamais pris plus de deux buts dans un même match depuis l’arrivée du Kanak, alors que cela lui était arrivé cinq fois sur la phase aller. Contre Saint-Etienne, les Dijonnais vont avoir plus de réussite offensivement et s’inspirer de leur carton face aux Verts en Coupe de France (6-3) pour réaliser la surprise de cette 26eme journée.

Robert Langer : Ndoye cadre… et marque !


En déplacement sur la pelouse de Guingamp, Angers va marquer par l’intermédiaire de Cheikh Ndoye. Avec 14 buts durant sa carrière en Ligue 1, le milieu de terrain sénégalais est connu pour avoir un certain poids offensif, mais ses statistiques sont catastrophiques cette saison. L’ancien Cristolien n’a toujours pas trouvé l’ouverture malgré trente-cinq tentatives (pour… 4 frappes cadrées et un magnifique 1/22 à la maison). Il s’agit d’un record dans le Top 5 européen, mais cette série va terminer sur la pelouse du Roudourou.


Arthur Merle : Monaco s’offre l’OL


L’AS Monaco va bien mieux depuis le retour de Leonardo Jardim. Le club du Rocher a pris 7 points sur 9 possibles depuis que le Portugais est revenu, alors que les recrues s’intègrent petit à petit si elles ne portent pas déjà l’ASM, comme Gelson Martins. Sur le papier, les Monégasques ont désormais un effectif pour rivaliser avec les meilleures équipes de Ligue 1 sur un match au moins, et vont frapper un premier gros coup en s’imposant face à Lyon dimanche soir, alors que l’OL a laissé des plumes face au Barça mardi (0-0). Rony Lopes, impliqué sur trois des cinq derniers buts monégasques contre les Gones, pourrait d’ailleurs jouer les bourreaux.

Julien Pereira : Gradit joue… et Caen gagne !


En football, les chats noirs n’existent pas. Jonathan Gradit n’en est donc pas un, même si Caen n’a jamais gagné un match de L1 cette saison lorsque son défenseur figurait sur la pelouse. Cette inquiétante série va prendre fin à Toulouse. Parce qu’après tout, le joueur de 26 ans est loin d’être le pire défenseur de notre championnat. Il sera titulaire, encore, dans un schéma en 5-3-2 qui avait permis au Stade Malherbe de stopper l’hémorragie face à Strasbourg, la semaine dernière (0-0). L’arrivée de Rolland Courbis, officialisée jeudi, va redonner de l’allant aux Normands. Après cela, tout le monde aura la certitude qu’un joueur n’a jamais porté malheur à son équipe.

Geoffrey Steines : Choupo-Moting claque enfin


Sans une position de hors-jeu, Eric-Maxim Choupo-Moting aurait inscrit contre Montpellier mercredi (5-1) son deuxième but en L1, après avoir débloqué son compteur à sa première apparition avec le PSG, à Rennes fin septembre (1-3). Depuis, il en est à 392 minutes sans marquer dans une attaque qui tourne à un rythme de plus de trois réalisations par match. Ce pourrait être son moment contre Nîmes samedi, dans un match qu’il pourrait bien débuter pour faire souffler ceux qui enchaînent dans le secteur offensif depuis trois semaines. Affronter la 15eme défense de L1, c’est exactement ce qu’il faut à l’international camerounais pour relancer la machine.

A voir aussi :
>>> Lille, Payet-Garcia, Monaco-Lyon : Les 5 débats qui vont animer le week-end