Six ou sept recrues dont des têtes d’affiche : Bordeaux prépare les grandes manœuvres

Alors que les Girondins de Bordeaux vivront cet été leur premier Mercato de l’ère Paulo Sousa, la prochaine période de tractations s’annonce particulièrement agitée selon L’Equipe.
Une victoire, deux matchs nuls et deux défaites : les débuts de Paulo Sousa avec Bordeaux sont très mitigés en termes de résultats. Alors qu’ils recevront Lyon vendredi soir, en ouverture de la 34eme journée de Ligue 1, les Girondins pointent à une décevante 14eme place. Mais entre places européennes inatteignables, mise en place du 3-4-3 et évaluation des forces en présence pour la saison prochaine, le coach portugais insiste depuis son arrivée que les résultats ne sont pas la priorité à court terme. Pour appliquer pleinement sa vision, le prochain Mercato du club au scapulaire sera donc décisif. Et selon L’Equipe, il s’annonce particulièrement mouvementé. Dans le sens des départs, nombreux sont ceux - parmi les 37 joueurs sous contrat - qui pourraient aller voir ailleurs. Entre fin de contrat imminente, retours de prêt, potentielles envie de départ et profils n’entrant pas dans les plans de Sousa, les cas sont tous très différents. Mais à l’heure actuelle, les avenirs de Cafu, Vada, Baysse, Bernardoni, Youssouf, Koundé, Pablo, Sabaly, Otavio ou encore Kamano, pour ne citer qu’eux, s’écrivent en pointillés.

Kalinic, Badelj, têtes d’affiche… Quelles recrues pour Bordeaux ?


Et dans le sens des arrivées ? « Nous espérons un été excitant, avec beaucoup de travail. Le nombre de joueurs qu'on prendra dépendra aussi de ceux qui partent (…) Mais on n'a pas besoin de vendre avant d'acheter », a assuré a quotidien Hugo Varela, directeur sportif officieux. Ainsi, le journal estime que les Girondins pourraient recruter six à sept joueurs, dont un arrière-gauche, un attaquant et un ou deux défenseurs centraux. Peu de noms ont filtré pour le moment mais des éléments ayant déjà croisé la route de Sousa pourraient être sondés, à l’image de Facundo Roncaglia (défenseur du Celta Vigo), Milan Badelj (milieu de la Lazio) ou encore Nikola Kalinic (attaquant de l’Atlético Madrid). Un ou deux « grands noms » seraient en tout cas espérés. « S'ils partagent la même vision, tous les grands joueurs sont intéressants pour nous. Il faut qu'ils aient la bonne mentalité, qu'ils aient toujours faim, et que ça se fasse au bon prix », a précisé Varela. Les supporters bordelais pourraient donc avoir de belles surprises cet été. Même s’il y a un gouffre énorme entre les projets et les réelles opportunités sur le marché…

Une CAN, un but: 1968, Kalala écrit l'Histoire des Léopards

1968, le Congo Kinshasa sur le toit de l’Afrique Copyright -@fecofa_cd
Depuis sa création en 1957, la Coupe d'Afrique des Nations s’est imposée au fil des éditions comme étant le rendez-vous phare des amateurs du ballon rond et de l’ensemble du sport africain. Avec ses héros, ses buts mémorables, ses surprises, ses revers inattendus, ses succès tant espérés, la grande messe africaine nous a offert des moments inoubliables à l’image de sa 6ème édition de 1968 en Éthiopie qui a vu les Léopards de la République Démocratique du Congo inscrire pour la première fois de leur histoire le nom de leur pays au palmarès de la plus prestigieuse des compétitions africaines. En effet, l’épreuve de 1968 qui accueillait huit nations, a été marquée par une génération exceptionnelle de Léopards. Ceux-ci ont à cette occasion gravé en lettres d’or leur nom dans le grand livre de la coupe africaine en s’adjugeant pour la première fois le sacre grâce notamment à un but mémorable signé par l’illustre buteur congolais Pierre Kalala Mukendi alias «Le Bombardier». C’était un dimanche 21 janvier 1968, devant 35.000 supporters en transe au Stade Haïlé-Sélassié d’Addis-Abeba (aujourd’hui Addis Abeba Stadium) lorsque Kalala a fait parler la poudre, délivrant les siens lors de la grande finale face au tenant du titre ghanéen signant ainsi l’unique but de la rencontre (1-0). Une réalisation historique qui a permis au «Congo Kinshasa» d’intégrer pour la première fois le palmarès de la CAN mettant ainsi un terme à la domination des Black Stars sur le continent africain. Véritable phénomène du football congolais des années 60, le regretté Kalala qui nous a quitté le 30 juin 2015, a indéniablement marqué toute une génération tant au Congo qu’à travers le continent africain. Son sens du but, sa technique et ses exploits hors normes ont fait du mythique attaquant du Tout Puissant Englebert (devenu le Tout Puissant Mazembe), une légende. Ce n’est d’ailleurs pas par hasard si beaucoup de jeunes Africains se donnent à ce jour pour surnom « Kalala ». Un joueur qui n’est pas seulement l’un des plus grands de l’histoire des Léopards, mais sans doute le plus grand de tous ! Tout en espérant voir un autre joueur de la sélection congolaise le rejoindre sur son piédestal, nous vous proposons de revivre ce but historique en vidéo :

Jorginho (Saint-Etienne) reste en Bulgarie

Jorginho, l’ailier guinéen de Saint-Etienne, rejoint Ludogorets. Le deal a été annoncé ce mardi par l’écurie bulgare.
Après avoir lancé son marché estival avec Mavis Tchibota, Dan Biton et Jordan Ikoko, Ludogorets enchaîne avec la venue de l’ailier stéphanois Jorginho (23 ans). La formation bulgare est parvenue à un accord pour le transfert de l’ancien joueur d’Aourca, qui était prêté ces derniers mois au CSKA Sofia (4 buts et 2 assists en championnat). Les modalités du deal n’ont pas été précisées.

CAN 2019 : une prime astronomique pour le vainqueur !

CAN 2019 Copyright -OFC
La Confédération Africaine de Football (CAF) soigne son épreuve reine ! En effet, chacune des 24 équipes qui disputeront la phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations 2019, du 21 juin au 19 juillet en Egypte, touchera au minimum 600.000 dollars, tandis que le futur vainqueur de l’épreuve empochera la somme astronomique de 4,5 millions de dollars (environ 4 millions d’euros), « Cette année, nous avons décidé d'augmenter le prize money pour la compétition », a assuré le président de la CAF, Ahmad Ahmad, dans un entretien accordé cette semaine à RFI. >> CAN 2019 : le calendrier complet Il convient de rappeler également que le Cameroun, vainqueur de l’édition 2017, avait empoché 3,5 millions de dollars, tandis que l’Egypte, finaliste, avait encaissé 2 millions de dollars. Les deux demi-finalistes avaient touché 1,5 million de dollars chacun. >> CAN 2019: les villes-hôtes et les stades, groupe par groupe

Rodri (Atlético Madrid) opte pour Manchester City

Ciblé par une flopée de formations européennes, Rodri, le milieu de terrain récupérateur de l’Altético Madrid, aurait choisi de rejoindre Manchester City, selon Sky Sport Italia.
Sous contrat jusqu’en juin 2023 avec l’Atlético Madrid, le milieu de terrain récupérateur international espagnol Rodri (22 ans) se rapprocherait à grands pas de Manchester City. Ciblé par une flopée de formations européennes, l’ancien joueur de Villarreal aurait choisi de rejoindre les Citizens, mais l’affaire ne serait pas bouclée pour autant. Alors que la formation managée par Josep Guardiola aurait accepté de s’aligner sur le montant de sa clause libératoire (70 M€), les négociations salariales auraient été lancées avec le numéro 14 des Colchoneros (qui devrait être remplacé par Marco Llorente du Real Madrid). En cas d’échec des discussions, le protégé de Diego Simeone pourrait se rabattre sur le Bayern Munich qui resterait dans la course, selon Sky Sport Italia.

Stars de la CAN 2019 : John Obi Mikel, le revenant

John Obi Mikel - Nigeria Copyright -OFC
A l'approche de la Coupe d’Afrique des Nations 2019, Orange Football Club vous propose de découvrir une série de portraits consacrés aux joueurs les plus attendus de la grande messe du football africain. Focus aujourd’hui sur l'emblématique capitaine des Super Eagles du Nigeria, John Obi Mikel. Nom : John Obi Mikel Naissance : 22 avril 1987 (32 ans) Lieu : Jos (Nigeria) Poste : Nigeria Latéralité : droitier Taille : 1,89 m Nombre de sélections : 85 Nombre de buts en sélection : 6 Club actuel : Middlesbrough FC (D2 anglaise) Statistiques en 2018/2019 : 1 but et 4 passes décisives en 22 matches Valeur marchande : 4,5 M€ On ne présente plus le maître à jouer de la sélection nigériane John Obi Mikel. Capitaine des Super Eagles depuis 2015 mais aussi l’idole de tout un pays, tous les espoirs du Nigeria reposent sur ses épaules et son expérience au plus haut niveau. Pièce maîtresse de l’effectif pléthorique de Gernot Rohr pour la CAN 2019, le milieu central de 32 ans sera le chef d'orchestre de la sélection nigériane qui effectue cette année son retour à la grande messe du football africain, et ce, après avoir manqué la qualification lors des deux précédentes éditions. De retour cette saison au "Royaume de sa Majesté", du côté de Middlesbrough, après deux ans passés en Chine, le maître à jouer nigérian n'a toutefois plus porté le maillot des Super Eagles depuis le 26 juin 2018 et la rencontre du premier tour du Mondial russe face à l’Argentine (défaite du Nigeria 1-2). Pour son grand retour en sélection, l'homme aux 85 capes avec les Super Eagles aura à cœur de mener de nouveau ses partenaires sur le toit l'Afrique après le sacre de 2013 en Afrique du Sud.