Serie A (J1) : La Juventus de Pirlo débute bien contre la Sampdoria

Copyright : Panoramic
A domicile, la Juventus Turin a idéalement débuté sa saison contre la Sampdoria (3-0) pour les débuts de Pirlo sur le banc piémontais. Buteur, Ronaldo a notamment permis aux siens de prendre la 2eme place de la Serie A.
Andrea Pirlo ne pouvait pas rêver mieux. Ce dimanche soir, à l'Allianz Stadium, le jeune entraîneur de la Juventus Turin a débuté sa nouvelle carrière par une belle victoire contre la Sampdoria (3-0). Alignée en 3-4-3, avec notamment la titularisation du jeune Gianluca Frabotta, la formation piémontaise n'a pas mis longtemps avant de se montrer dangereuse. Après deux occasions pour Danilo (6eme) et Cristiano Ronaldo (11eme), c'est Dejan Kulusevski qui a ouvert le score pour son premier match officielle avec la Vieille Dame d'une frappe enroulée au ras du poteau (13eme). Par la suite, les Turinois ont continué de pousser et notamment leur Ballon d'Or, qui n'arrivait cependant pas à battre Emil Audero, le gardien adverse, sur deux nouvelles bonnes opportunités (24eme et 34eme), avant la mi-temps. A la pause, la Juve était donc devant mais n'en menait pas large au tableau d'affichage.


Pirlo et Ronaldo peuvent avoir le sourire


Au retour des vestiaires, les joueurs de Pirlo ont continué de dominer cette rencontre mais n'arrivaient pas à faire le break, malgré deux nouvelles occasions pour Frabotta (48eme) et Mattia De Sciglio (71eme). Il a fallu attendre encore un peu pour que le nouvel homme fort de Turin soit plus serein sur son banc. Suite à un corner et un cafouillage dans la surface, Leonardo Bonucci a fait le break en concluant de près dans le but vide (78eme). Derrière, après une opportunité de Weston McKennie (85eme), Ronaldo a fini par ouvrir son compteur (88eme). Idéalement lancé par Aaron Ramsey, le Portugais a marqué d'une frappe croisée. Premier match plutôt tranquille pour Pirlo, qui a cependant vu la Samp inquiéter par deux fois Wojciech Szczesny, par Albin Ekdal (83eme) et Fabio Quagliarella (87eme). Avec ce premier succès de la saison, les coéquipiers d'Adrien Rabiot, titulaire et qui a disputé tout le match, sont pour le moment 2emes, derrière le Genoa.

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Clasico : Ronald Koeman fustige l'arbitrage et la VAR

Battu par le Real Madrid lors du Clasico, le technicien du FC Barcelone, Ronald Koeman pointe du doigt l'arbitrage. Le choc le plus attendu de la planète football, chaque année, entre le FC Barcelone et le Real Madrid a eu lieu ce samedi. Un clasico aussi crucial qu'inhabituel au Camp Nou : à huis clos à cause de la pandémie de Coronavirus, le club catalan en crise et un club merengue sous pression se sont affronté à l'occasion de la 6e journée de Liga. Un match qui a tourné à l'avantage de la Casa Blanca 3-1. Le tournant du match a certainement été le penalty obtenu, puis transformé par le défenseur merengue Sergio Ramos. Un penalty accordé par l'arbitre après avoir consulté le VAR, non sans créer une polémique. Ce penalty a été jugé litigieux par plusieurs observateurs dont le coach des Blaugrana Ronald Koeman. Cette décision a provoqué la colère du technicien néerlandais qui s'est plaint de l'arbitrage. Pour l'entraineur du Barça le tirage de maillot de Clément Lenglet sur Sergio Ramos ne méritait pas une telle sanction. "Je veux connaître votre opinion. Nous ne sommes pas d'accord, il n'y a pas penalty pour moi. J'espère qu'un jour, ils pourront m'expliquer la question de la VAR en Espagne. Nous jouons depuis cinq journées maintenant et seule la VAR a été contre le Barça. (...) La VAR peut être très bonne, mais pas pour toutes les équipes. Je n'ai pas parlé à Lenglet mais j'ai vu la scène. Il y a faute de Ramos sur Lenglet. Ensuite, Lenget attrape Ramos, mais pas pour le repousser en arrière. De toute façon, il devait se jeter vers l'avant, pas vers l'arrière. Pour moi, une fois de plus, il n'y a pas de penalty" a lâché Koeman. Penalty ou pas ? A vous de juger ! A lire aussi >> Clasico : La stat incroyable de Lionel Messi depuis le départ de Cristiano Ronaldo

Premier League (6e J): Arsenal - Leicester en direct

Arsenal - Leicester City Copyright -OFC
La 6ème levée de la prestigieuse Premier League anglaise nous offre ce dimanche une alléchante affiche qui mettra aux prises Arsenal (7ème avec 9 points) et Leicester City (6ème avec 9 unités). >> Suivez la rencontre en direct commenté à partir de 19h15 gmt : >>> Toute l’actualité de la Premier League

Classement UEFA des clubs: le Bayern domine le top 10 européen !

Classement UEFA Copyright -AFP
A l’issue de la première journée de la phase de poules de la Ligue des Champions UEFA et de la Ligue Europa, l’instance dirigeante du football européen a rendu public ce dimanche 25 octobre son classement des meilleures équipes du "Vieux Continent". A lire aussi >> Ligue des Champions: tous les résultats de la 1ère journée Sans surprise, c’est le Bayern Munich, récent lauréat de la plus prestigieuse des compétitions de clubs, qui trône sur le classement de l’UEFA pour la troisième fois de suite. Le géant allemand détrône ainsi le Real Madrid (2e) qui trustait la première place européenne lors des quatre dernières saisons. Les deux mastodontes du football mondial devancent ainsi le FC Barcelone (3ème), ainsi que l'Atlético Madrid qui pointe au pied du podium. A lire aussi >> Ligue des Champions UEFA: 67 joueurs africains sur la ligne de départ ! A la 5e position, on retrouve la Juventus de Cristiano Ronaldo. Manchester City et le PSG suivent de près, respectivement à la sixième et à la septième position, juste devant le FC Séville, brillant vainqueur de la Ligue Europa 2020, Manchester United et enfin Liverpool. Ci-après le classement UEFA des clubs au 25 octobre 2020 : (Le classement est combiné aux résultats des clubs sur les cinq précédentes saisons de la Champions League et de l’Europa League) 1) Bayern Munich (ALL): 136.000 points 2) Real Madrid (ESP): 134.000 points 3) FC Barcelone (ESP): 128.000 points 4) Atlético de Madrid (ESP): 127.000 points 5) Juventus (ITA): 117.000 points 6) Manchester City (ANG): 116.000 points 7) Paris Saint-Germain (FRA): 113.000 points 8) Séville FC (ESP): 102.000 points 9) Manchester United (ANG): 100.000 points 10) Liverpool (ANG): 99.000 points 11) Arsenal (ANG): 91.000 points 12) Shakhtar Donetsk (UKR): 85.000 points 13) Borussia Dortmund (ALL): 85.000 points 14) Tottenham (ANG): 85.000 points 15) Olympique Lyonnais (FRA): 83.000 points 16) Chelsea (ANG): 83.000 points 17) AS Rome (ITA): 80.000 points 18) Naples (ITA): 77.000 points 19) FC Porto (POR): 75.000 points 20) Benfica (POR): 70.000 points Classement UEFA Le classement des championnats: 1) 🇪🇸 Espagne : 87,712 pts 2) 🏴󠁧󠁢󠁥󠁮󠁧󠁿 Angleterre : 76,033 pts 3) 🇩🇪 Allemagne : 60,070 pts 4) 🇮🇹 Italie : 59,367 pts 5) 🇫🇷 France : 50,915 pts

Griezmann doit « se couper la main »

Bixente Lizarazu a conseillé ce dimanche à Antoine Griezmann de quitter le FC Barcelone dès qu'il le pourra.

Remplaçant au coup d'envoi du Clasico perdu ce samedi par son équipe du FC Barcelone face au Real Madrid (1-3), Antoine Griezmann n'est visiblement plus dans les petits papiers de Ronald Koeman. Alors que le coach néerlandais voulait lui laisser les clefs de la maison catalane, avant que Lionel Messi ne décide de rester au Camp Nou, Griezmann a perdu son crédit. De quoi faire dire à Bixente Lizarazu que son compatriote doit désormais partir.


Consultant de l'émission Téléfoot, "Liza" a donné ce dimanche son sentiment cash sur la situation de "Grizi". "Le joueur est fantastique avec l'équipe de France, mais pas avec le Barça. Il est arrivé là avec le fantasme de jouer avec Messi. Mais il n'y a pas de relation technique avec seulement cinq passes de moyenne par match."


"Se couper la main plutôt que le bras"


Et pour le champion du monde 98, le mal est désormais profond et Griezmann n'a plus le choix : "Il ne sait plus jouer au foot avec le maillot du Barça. Il ne trouve plus sa place. Quand tu perds à ce point ton football, il vaut mieux se couper la main plutôt que le bras, et partir. Cela fait dix-huit mois, donc ça impacte la tête, et la situation est vraiment critique pour lui." Antoine Griezmann se décidera-t-il à suivre ce conseil ?


PSG - Les critiques, son avenir... la mise au point de Tuchel

Tuchel - PSG Copyright -AFP
Même s’il n’a rien laissé transparaitre en public, le coach du PSG Thomas Tuchel aurait été marqué par les critiques dont il a été la cible après la défaite contre MU. Thomas Tuchel traverse peut-être l’une de ses périodes les plus compliquées sur le plan personnel depuis qu’il s’est installé sur le banc du PSG, à l’été 2018. Le technicien allemand n’a plus le crédit dont il jouissait auparavant et plus le temps passe et plus il semble être isolé. Sa relation avec Leonardo, le directeur sportif du club, s’est sérieusement détériorée, son message ne semble plus passer dans le vestiaire, et avec les journalistes c’est aussi devenu très tendu depuis quelques temps. Une situation que l’intéressé vivrait très mal. Selon les révélations faites par le Parisien ce samedi, Tuchel aurait été très touché par les critiques qui ont suivi la défaite du PSG contre Manchester United en Ligue des Champions. L’entraineur a modérément apprécié que tout son travail ait été remis en question, et qu’il ait été désigné comme l’un des responsables de ce faux-pas avec son incapacité prétendue d’influer sur le sort de la partie. Il a été blessé par ses attaques extérieures et cela pourrait bien marquer un point de rupture dans sa relation avec la presse.

Tuchel n’a pas l’intention d’abandonner

S’il a été marqué par tous les évènements contraires qui ont eu lieu depuis le début du mois, Tuchel ne compte pas pour autant jeter l’éponge. Dans son esprit, il n’est pas question de démissionner, et il garde même l’espoir de rempiler si l’on se fie aux déclarations qu’il a tenues vendredi en conférence de presse. « J’ai un contrat avec le PSG et pour moi, ça ne fait pas de différence pour mon travail, a-t-il concédé. On a des circonstances particulières dans le monde avec ce virus, et ce n’est pas facile de faire une planification pour quelqu’un et en même temps ce n’est pas possible de ne pas communiquer. Si on ne parle pas de prolongation, on ne parle pas ». En somme, s’il se retrouve désormais sur la défensive, l’Allemand n’est pas du tout fataliste et croit en sa capacité à relancer le PSG et mener à bien ses objectifs. >> Toute l'actualité du PSG sur Orange Football Club