OFC Légendes: Salif Keïta, la Panthère Noire

Salif Keïta - Mali Copyright -AFP
Précurseur, créatif, novateur et redoutable buteur, les qualificatifs ne manquent pas pour décrire cet incroyable joueur que fut le mythique canonnier malien, Salif Keïta, surnommé affectueusement "Domingo".

Attaquant hors pair, idole de toute une génération au Mali et en Afrique des années 60, «La Panthère Noire», fut l’un des premiers joueurs africains à s’imposer de son vivant, comme étant une légende reconnue à travers l’Europe et le Monde.

Au-dessus du lot dès son plus jeune âge, le natif de Bamako a affuté ses premières armes en championnat du Mali du côté des Pionniers de Ouolofobougou à l’âge de… 15 ans. Il glane grâce à ses prouesses une première sélection chez les Aigles à seulement 16 printemps et demeure à ce jour le plus jeune international de l’histoire de son Pays.



Un seul exercice suffit au jeune phénomène malien pour se tailler une solide réputation chez les observateurs des clubs de la capitale. Il ne tarda alors pas à rallier les rangs du prestigieux Stade Malien de Bamako. Dès son premier exercice en 1964/1965, il mena ses partenaires vers la toute première finale de la Ligue des Champions africaine, perdue à Accra face aux Camerounais d’Oryx Douala (1-2).

Débarquant dans la foulée chez le grand rival, l’AS Real Bamako, le jeune prodige s’affirme alors comme la star incontestée du football malien menant notamment les siens vers trois titres de champions du Mali et trois Coupes nationales.

En 1965, il retrouve une nouvelle fois la grande finale de la plus prestigieuse des compétitions de clubs alors nommée Coupe des Clubs champions. Malgré son titre de meilleur buteur de l’épreuve-phare du football africain avec l’impressionnant total de 14 réalisations signées en seulement 8 apparitions, l’attaquant vedette des "Scorpions" cède de nouveau au finish face au Stade d’Abidjan.

Le seul point noir à l’éloquent tableau de chasse de l’emblématique capitaine des Aigles, demeurera toutefois qu’il n’aura jamais réussi à décrocher un titre continental. Malgré ses mémorables prouesses en sélection qu’il mena vers la grande finale de la CAN 1972, il se retrouve en effet une nouvelle fois contraint de se contenter de la deuxième place au Cameroun, en s’inclinant face au Congo (2-3).



Sa légende, le premier ballon d’or africain de l’histoire la forgera en Europe. En effet, et en 1967, un certain Charles Dagher, un Libanais installé à Bamako, recommande aux dirigeants de l’AS Saint-Etienne de s’intéresser au jeune attaquant aux statistiques exceptionnelles. Convaincus par son potentiel, les Stéphanois invitent alors l’attaquant malien à participer à un stage.

Son arrivée en France fut toutefois un long et dur périple. Sa Nation refusant qu’il exporte son énorme talent de footballeur en Europe, Keïta se rend alors clandestinement au Liberia pour rejoindre la capitale française. A Monrovia, avant de prendre l’avion, il se fait agresser et voler tous ses biens. Arrivé à l'aéroport de Paris-Orly, deux jours avant la date prévue, personne ne l’accueille puisque les émissaires stéphanois n’étaient pas prévenus de son arrivée.

Le jeune Keita demande alors, épisode fameux, au premier taxi venu de l’emmener à « Geoffroy-Guichard », à Saint-Etienne, à 500 kilomètres au sud ! Le chauffeur s’étonne, mais Salif Keïta, sûr de lui, affirme que le club paiera la course.

Les dirigeants des Verts paieront effectivement la facture du taxi qui s’élevait à 1 060 francs, (soit 1 314 euros). Et ils ne regretteront pas leur ‘investissement’…



En cinq années passées sous la prestigieuse vareuse stéphanoise, le «serial-buteur» malien a fait parler la poudre à 120 reprises en 149 matches, remportant au passage trois titres de champion de France (1968, 1969 et 1970), un doublé historique coupe-championnat en 1970, ainsi qu’un « Soulier d’argent » (récompense pour le deuxième meilleur buteur européen avec l’incroyable total de 42 buts sur l’année civile 1972).

L’histoire d’amour entre les supporters stéphanois et leur buteur vedette est telle qu’en 1968, le club prend une panthère noire pour mascotte, en hommage au légendaire malien. Cette panthère demeure à ce jour l’emblème de l’ASSE.

En froid avec les dirigeants stéphanois lors de l’été 1972, la «Panthère Noire» quitte le Forez pour Marseille. Pour son premier match avec l’OM, le sort lui réserve le droit d’affronter son ancienne équipe face à laquelle il signe… un doublé !



Durant son court séjour chez les Phocéens, il signe la bagatelle de 10 buts en 18 apparitions, avant de quitter le club olympien pour des raisons administratives après seulement une saison passée à l’OM. Suivront ensuite des expériences espagnoles et portugaises sous les maillots du FC Valence (1973-76, 23 buts) et du Sporting Portugal (1976-79, 32 buts) avant d’achever sa riche carrière aux Etats-Unis du côté du New England Tea Men (1979-80, 17 buts).

Les inconditionnels du sport-roi garderont du grand Salif Keïta l’image d’un buteur exceptionnel mais également d’un homme libre qui a ouvert la voie aux futurs dignes ambassadeurs africains en Europe. Des légendes du ballon rond qui seront adoubés ensuite partout à travers le «Vieux Continent».
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Kolo Touré rêve de voir Manchester City remporter la C1

Kolo Touré Copyright -AFP
Arrivé en Angleterre en 2002, Kolo Touré a porté les couleurs d'Arsenal et de Liverpool mais également Manchester City. Un club avec lequel il a remporté le championnat d'Angleterre en 2012 mais jamais la Ligue des Champions. Le défenseur Ivoirien a été l'un des piliers des Gunners entre 2002 et 2009 avant de quitter vers les Citizens. Le frère de Yaya Touré a accepté ce challenge afin de gagner la C1 mais hélas. « Manchester City doit gagner la Ligue des Champions cette année. Ils sont tellement malchanceux depuis plusieurs années. Je prie pour qu’ils y parviennent. Quand j’ai rejoint cette équipe, remporter la Ligue des Champions était mon rêve », a indiqué le joueur dans une interview accordée à Stats Perform. Manchester City doit tout d'abord dépasser l'obstacle Real Madrid afin d'atteindre le Final 8 à Lisbonne. A lire aussi >> Anniversaire Kolo Touré: le légendaire Eléphant fête ses 39 ans

Les compos probables de Juventus Turin - Olympique Lyonnais

Juventus - OL Copyright -AFP
Vainqueur au match aller (1-0), l'Olympique Lyonnais se déplace à Turin pour défier la Juventus, en ballottage favorable, ce vendredi à 19h GMT, dans le cadre des huitièmes de finale de la Ligue des Champions. Pour ce match capital pour les néo champions d'Italie, Maurizio Sarri, doit se passer de De Sciglio et Douglas Costa, blessés. Dybala est toujours incertains alors que Ronaldo devrait débuter en attaque. En face, Rudi Garcia, dispose d'un groupe au complet. Absent lors de la première manche, Depay sera titulaire pour ce choc. Voici les compos probables : Juventus : Szczesny - Cuadrado, Bonucci (c), De Ligt, Alex Sandro - Bentancur, Pjanic, Rabiot - Bernardeschi, Higuain, Ronaldo. Lyon : Lopes - Denayer, Marcelo, Marçal - Dubois, Caqueret, Guimarães, Aouar, Cornet – Depay (c), Dembélé. Suivez le match en direct >> Ligue des Champions (8es): Juventus - OL en direct

ES Tunis : Sameh Derbali incertain à Ben Guerdane

ES Tunis Copyright -OFC
Samah Derbali pourrait manquer la rencontre de la 18e journée de Ligue 1 que l'Espérance Sportive de Tunis disputera samedi à 17h en déplacement contre l'Union Sportive de Ben Guerdane. Ayant contracté une petite blessure samedi dernier devant l'Avenir Sportif de Soliman, il a dû sauter les premières séances d'entrainement de la semaine. Il n'a repris le travail avec le groupe que jeudi, et cela risque de se révéler insuffisant dans la perspective d'un match très dur à disputer sur une surface en tartan et par des chaleurs terribles.

L'EST appelle Al Watania à reprogrammer son match

Le bureau directeur de l'Espérance Sportive de Tunis a dénoncé le changement du programme des retransmissions télé du prochain week-end. En effet, Al Watania 1 avait initialement prévu de retransmettre la rencontre USBG-EST du samedi 8 août à partir de 17h. Avant de renoncer à retransmettre cette affiche. Le club de Bab Souika a publié jeudi un communiqué où il s'interroge sur les raisons de cette déprogrammation qu'il qualifie "d'étrange", et invite Al Watania à reprogrammer le match afin de ne pas priver le large public de suivre les sorties de son club dans ce contexte exceptionnel de huis clos installé en raison de l'épidémie du nouveau coronavirus. A lire aussi >> Mercato : Chaâlali signerait pour trois ans à l'Espérance de Tunis

Le CS Sfaxien doit verser 210 mille dinars à Mselmi

Tunisie - CS Sfaxien Copyright -OFC
La commission fédérale des litiges relevant de la fédération tunisienne de football a condamné jeudi le CS Sfaxien à verser un montant de 210 mille dinars à son ancien joueur Mohamed Mselmi et d'accorder la résiliation du contrat demandée par le joueur. Le club sudiste doit 61 mille dinars de salaires et primes impayés, en plus d'une indemnité de 150 mille dinars pour résiliation unilatérale du contrat qui devait normalement se poursuivre jusqu'en janvier 2022. Le CSS a résilié le contrat de Mselmi suite à son agression verbale à l'encontre de son entraineur Fethi Jebal. Sur le coup, il a écarté son milieu international U23 de l'effectif, proposant à la fédération sa radiation à vie. Quant au litige opposant le CSS à son milieu offensif Habib Oueslati, il a été reporté au 27 août. En effet, le club noir et blanc n'a pas daigné se faire représenter à cette audience en signe de protestation contre le jugement rendu par cette même commission des litiges dans l'affaire Alaâ Marzouki.

CSS-USMA: bagarre juridique pour Benchaâ

Le Club Sportif Sfaxien a rejeté le compromis annoncé par l'USM Alger (L1, Algérie) sur sa page officielle facebook et qui consiste à permettre à son attaquant Bilel Benchaâ de terminer la saison en cours avec le club pour lequel il a été prêté, à savoir le CSS, à condition de revenir à son club d'origine à partir du 1er octobre prochain. Le bureau de M.Moncef Khemakhem rappelle que la clause de l'option d'achat a été activée, et que les instances de la fédération internationale vont devoir trancher dans ce litige. "Nous détenons la priorité absolue dans l'activation de l'option d'achat à laquelle nous tenons, insiste le CSS. Nous avons écrit à la fédération tunisienne et à la FIFA pour réclamer nos droits". Benchaâ n'a pas jusque-là joué la moindre minute avec le CSS dans un match officiel. En plus d'une longue blessure, sa titularisation a été contrariée par la suspension du championnat suite à la crise sanitaire du nouveau coronavirus. Tout en exprimant son étonnement du contenu du communiqué du CSS, l'USMA rassure ses supporters que Benchaâ jouera bel et bien pour lui à partir du 1er octobre prochain. A lire aussi >> Les fans du CS Sfaxien en colère contre Yassine Meriah

Mercato : Serge Aurier à l'AC Milan, ça brûle !

Serge Aurier et Paolo Maldini Copyright -AFP
Le transfert de Serge Aurier à l'AC Milan se précise jour après jour. L'Ivoirien aurait donné son aval pour rejoindre le club Lombard selon la presse Italienne. A en croire les informations de Sky Italia, l'ancien latéral du PSG a donné son accord aux dirigeants milanais pour un transfert estival. Le joueur de 27 ans veut quitter Tottenham, malgré avoir gagné la confiance de José Mourinho depuis la reprise. Trois ans après son départ de Paris pour Londres, le joueur veut découvrir la Serie A. Le Milan AC offrirait 15 millions d'euros au joueur mais les Spurs en demandent 20. L'Ivoirien est toujours sous contrat avec le club Londonien jusqu'en juin 2022. L'éventuelle arrivée d'Aurier poussera le Milan AC à céder soit Andrea Conti, soit Davide Calabria, pour libérer de l'espace sur le flanc droit de la défense. A lire aussi >> Serge Aurier à l'AC Milan ? Les précisions de Maldini