Rennes - PSG: Les notes des joueurs parisiens !

PSG Copyright -AFP
Copyright : Panoramic
Le PSG a chuté sur la pelouse de Rennes dimanche soir en clôture de la 2eme journée de Ligue 1. Bête noire du club de la Capitale depuis quelques mois, le Stade Rennais a déjà mis au jour les carences du champion de France en titre.

Le debrief


Le PSG était prévenu, et pourtant... Le club de la Capitale sait que Rennes est, avec Lyon, sa plus grande bête noire de l’ère QSI en Ligue 1. Pas plus tard qu’il y a deux semaines, les Rouge et Noir avaient considérablement gêné Paris au Trophée des Champions, quelques semaines après lui avoir soufflé la Coupe de France. Et pourtant, encore une fois, l’équipe de Thomas Tuchel s’est laissée piéger par celle de Julien Stéphan dans une rencontre qui a pas mal rappelé la finale perdue par les Parisiens au Stade de France.

Pourquoi ? Parce que le PSG a ouvert le score mais n’a jamais été souverain. Pire que ça, il a été très moyen, voire carrément médiocre, avec un nom énorme de ballons perdus, un déchet technique affligeant et une fébrilité défensive rappelant son inquiétante fin de saison dernière.

Au cas par cas, on pourrait passer un temps fou à développer les carences individuelles du champion de France en titre ce dimanche soir. Marquinhos a tout raté, Thomas Meunier a été dépassé, Julian Draxler a été inutile et Alphonse Areola n’a pas fait un arrêt.

Mais pire que ça, aucun esprit de révolte et aucun enthousiasme à souligner, comme si le fatalisme et le spleen avait déjà pris possession de ce collectif. Il y a un an, il avait fallu quinze matchs au PSG pour voir sa série de victoire s’arrêter en championnat.

En 2019-20, la série ne se sera pas étirée plus d’une semaine. Une statistique qui ne dit rien de la suite de la saison des coéquipiers de Kylian Mbappé. Mais au moment où l’Olympique Lyonnais démarre en trombe, ce raté ne va pas passer inaperçu et va faire naître les plus gros fantasmes.

Et parce qu’il y a plusieurs histoires dans l’histoire, ce Rennes-PSG restera aussi le match au cours duquel le jeune Eduardo Camavinga, 16 ans, a changé de dimension. Très intéressant depuis que son entraîneur l’utilise en équipe première, ce pur produit du centre de formation a éclaboussé cette rencontre de son talent avec une faculté à faire de chaque ballon qu’il touche un produit d’orfèvrerie.

On le suivra comme on suivra le Stade Rennais, parti cette année encore pour enchanter le Roazhon Park. Car après deux journées, trois clubs comptent six points et Paris n’en est pas, au contraire de Rennes.

On pensait les nombreuses pertes estivales rédhibitoires pour se mêler au haut de tableau cette saison. Visiblement, tout reste possible en Ille-et-Vilaine.
L’instant T :
Il n'avait alors pas raté une passe. Une mi-temps à 100% quand on joue au milieu et qu'on affronte le PSG, c'est déjà exceptionnel. Alors, quand on l'a vu tenter d'envoyer le ballon dans la surface parisienne, on s'est dit qu'Eduardo Camavinga prenait un risque et qu'il allait connaître son premier raté. Mais la feuille morte déposée sur la tête de Romain Del Castillo était parfaite, comme tout ce que le jeune joueur de 16 ans avait entrepris depuis le début du match. Rennes a alors pris l'avantage pour ne plus le lâcher. Et c'est à cet instant précis que Camavinga s'est fait un nom.

 

Les buts


36eme minute (0-1)
Une erreur de Da Silva est fatale au Stade Rennais ! En voulant jouer court vers son gardien, le défenseur rennais offre une passe décisive à Cavani, qui n’a plus qu’à pousser le ballon au fond des filets dans un angle fermé.

45eme minute (1-1)
Egalisation rennaise signée Niang. Servi dos au but dans la surface par Traoré, l’ancien Caennais réalise un superbe enchaînement en pivot pour tromper Areola d’un tir croisé du gauche. Marquinhos, trop loin au marquage, ne peut que constater les dégâts.

48eme minute (2-1)
Rennes prend l’avantage grâce à Del Castillo ! Ce dernier est à la réception d’une merveille de centre de Camavinga. L’ancien Nîmois échappe à Meunier et profite de l’attentisme d’Areola pour marquer de près de la tête.

 

Les tops et les flops


Eduardo CAMAVINGA (8)

C’est LE joueur de ce début de saison, et Eduardo Camavinga a tout pour devenir la révélation de la saison. A 16 ans, le jeune milieu rennais ne cesse d’impressionner depuis ses débuts professionnels au printemps dernier. Contre Paris, il a confirmé au très haut niveau. Efficace à la récupération, propre à la relance… et passeur décisif sur une merveille de centre. Un phénomène !
Faitout MAOUASSA (7)

Si Rennes a laissé filer Ramy Bensebaini, c’est parce que le club breton a toute confiance en Faitout Maouassa pour assurer dans le couloir gauche de la défense. Revenu d’un prêt encourageant à Nîmes, l’ancien coéquipier de Kylian Mbappé dans les équipes de France de jeunes a été très bon ce dimanche soir. Solide défensivement et tranchant dans ses montées.
Thomas MEUNIER (3)

De retour dans le onze à la faveur de la blessure de Thilo Kehrer, Thomas Meunier n’en a pas profité pour marquer des points. L’arrière droit belge a été étonnamment incapable d’apporter le surnombre offensivement, et a en plus souffert derrière. C’est lui qui laisse Romain Del Castillo prendre de l’avance dans la surface sur le deuxième but rennais. Sa détresse sur le banc à sa sortie en dit long sur son son ressenti.
MARQUINHOS (3)

Reconduit en sentinelle, Marquinhos a vécu un match très différent de celui de la semaine dernière. L’international brésilien a semblé perdu sur le terrain, souvent trop bas. Méconnaissable dans les duels, il n’a pas eu l’impact habituel, notamment sur l’action de l’égalisation rennaise où son marquage sur Niang est trop lâche. De manière générale, le Sénégalais l’a beaucoup gêné.

 

La feuille de match


RENNES - PSG : 2-1

Roazhon Park (28 000 spectateurs environ)
Temps agréable – Pelouse excellente
Arbitre : M.Gautier (6)

Buts : M.Niang (45eme) et Del Castillo (48eme) pour Rennes - Cavani (36eme) pour le PSG

Avertissements : Draxler (42eme), Meunier (54eme), Verratti (58eme), Bernat (67eme) et Cavani (88eme) pour le PSG

 

Les notes du match:


Rennes
Rennes
Salin (6) – H.Traoré (6), Gélin (6), Da Silva (cap) (4), Morel (5), Maouassa (7) - Bourigeaud (6) puis Léa Siliki (77eme), Camavinga (8), Grenier (6) - Del Castillo (7) puis Siebatcheu (73eme), M.Niang (7)

N'ont pas participé : E.Mendy (g), Nyamsi, Boey, Gboho, J.Johansson
Entraîneur : J.Stéphan

 

PSG
PSG
Areola (4) – Meunier (3) puis Dagba (64eme), Thiago Silva (cap) (5), A.Diallo (5), Bernat (5) - Marquinhos (3), Verratti (5), Draxler (4) puis Paredes (77eme) - Di Maria (4) puis Sarabia (64eme), Cavani (5), Mbappé (5)

N'ont pas participé : Bulka (g), I.Gueye, Kouassi, Choupo-Moting
Entraîneur : T.Tuchel
Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des

LdC: Man City renverse le Real Madrid au Bernabéu !

Real Madrid - City Copyright -AFP
Le Real Madrid chute à domicile ! Malgré l'ouverture du score d'Isco, le club merengue a été battu à domicile par Manchester City (1-2) en 8e de finale aller de la Ligue des Champions UEFA ! Plus d'informations à venir... >> Revivez la rencontre en direct commenté : >> Ligue des Champions UEFA: tous les résultats des huitièmes

🔴Ligue des Champions (8es): Real Madrid - Man City en direct

Real Madrid - Manchester City Copyright -OFC
Vivez en direct sur notre portail le choc opposant le Real Madrid à Manchester City, disputé dans le cadre des huitièmes de finale aller de la Ligue des Champions UEFA. Coup d’envoi prévu à 20h00 GMT. >> La rencontre en direct commenté : >> Ligue des Champions UEFA: tous les résultats des huitièmes

Le rêve américain de Chicharito

Transféré cet hiver au Los Angeles Galaxy, Javier Hernandez alias « Chicharito » semble s'épanouir de l'autre côté de l'Atlantique.
Accueilli comme une rock star dans la cité des anges, Chicharito semble être déjà adopté en Californie. Les produits dérivés à son effigie font un véritable carton sur le site web du Galaxy. La grosse communauté latino de Los Angeles n'y est pas étrangère. Cette dernière réclamait l'arrivée de la légende mexicaine depuis un long moment.

Chicharito s'intègre parfaitement à la ville
















Voir cette publication sur Instagram




















City of Stars 🌟


Une publication partagée par LA Galaxy (@lagalaxy) le





Si la MLS ne démarre que ce week-end, la cote de popularité de Javier Hernandez ne cesse de grimper. Des peintures à son effigie fleurissent déjà dans la ville. Et les différentes franchises de Los Angeles ont accueilli comme il se doit le meilleur buteur de l'histoire de la sélection mexicaine (52 réalisations). L'attaquant de 31 ans a donné le coup d'envoi fictif de la rencontre de NHL entre les Los Angeles Kings et les Florida Panthers. Et lundi, c'est Lebron James qui est venu saluer le numéro 14 des Los Angeles Galaxy avant le match des Lakers face aux Pelicans (NBA). L'amour est donc au rendez-vous pour Chicharito, il ne reste plus qu'à enchaîner les buts désormais. Et pourquoi ne pas ramener le premier titre de champion de MLS à Los Angeles depuis 2014 ?

Bayern Munich : Cette saison, Serge Gnabry met Londres à ses pieds

Auteur d'un doublé ce mardi sur la pelouse de Chelsea, Serge Gnabry continue sa belle série lors qu'il se déplace à Londres
Chelsea était prévenu, cependant la défense des Blues n'a pas pu empêcher Serge Gnabry d'inscrire ses cinquième et sixième buts en Ligue des Champions cette saison, ce mardi lors de la victoire 3-0 du Bayern à Stamford Bridge en huitième de finale aller. Londres est une ville qui réussit bien à l'international allemand qui avait déjà inscrit quatre buts sur la pelouse de Tottenham lors de la phase de groupes.

Gnabry le Gunners








L'histoire d'amour entre le joueur du Bayern Munich et l'Angleterre ne date pas d'hier. En effet, l'ailier a évolué à Arsenal de 2011 à 2016. Venu dans le nord de Londres en provenance de Stuttgart afin de finaliser sa formation, Gnabry n'a cessé d'impressionner dans les catégories de jeunes des Gunners. Cependant, le passage chez les professionnels ne s'est pas passé comme prévu. Rarement convoqué en équipe première, l'ailier virevoltant a disputé seulement 21 matchs pour seulement un but sous le maillot rouge et blanc. Le joueur de 24 ans reste cependant attaché à Arsenal. Sur son compte Twitter, il n'a pas hésité à chambrer ses victimes londoniennes en postant des messages comme « North London is red » après la victoire contre Tottenham. Et un « London is still red » après sa performance de mardi soir.

Egypte : Le Zamalek sanctionné pour avoir boycotté le derby du Caire

Le Zamalek s'est vu infliger trois points de pénalité après le boycott du derby face à Al-Ahly, lundi en championnat d'Egypte.

Double peine pour le Zamalek. Après avoir boycotté et perdu sur tapis vert le derby du Caire face à Al-Ahly (2-0), lundi, les Chevaliers Blancs se sont également vus infliger trois points de pénalité par la Fédération égyptienne de football (EFA). Le club du président Mortada Mansour devra également s'acquitter d'une amende de 200.000 livres égyptiennes d'amende (environ 11.700 euros). La position de principe des récents vainqueurs de la Supercoupe d'Afrique et de la Supercoupe d'Egypte, qui entendaient protester contre un calendrier jugé trop surchargé, leur coûte donc très cher. Leur rival local reste plus que jamais en tête de l’Egyptian Premier League.