Rennes : Le prix est fixé pour Niang

Copyright : Panoramic
D'après la presse italienne, le Stade Rennais ne céderait pas M'Baye Niang pour moins de 15 millions d'euros.
Depuis quelques semaines, la rumeur d'une possible arrivée de M'Baye Niang à l'Olympique de Marseille prend de l'épaisseur. L'international sénégalais s'est relancé durant ses deux saisons au Stade Rennais. Mais il n'a pas caché que le départ prématuré d'Olivier Létang, avec lequel il entretenait des rapports étroits, n'avait pas été à son goût. Le buteur a également reconnu ne pas être insensible à l'intérêt du club phocéen.

Rennes réclamerait 25M€ pour Niang


L'OM peut-il donc attirer un joueur de ce calibre dès cet été - alors que les finances sont dans le rouge ? Dans les faits, le prix de Niang serait abordable. Selon les informations du journaliste de Transfermarkt Nicolo Schira, le Stade Rennais réclamerait une indemnité de 25 millions d'euros pour l'attaquant sénégalais. Il reste à savoir si ce montant est de nature à refroidir les décideurs marseillais ou pas.
Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des

FC Barcelone : Setien félicite Griezmann pour sa performance et son splendide but

Quique Setien, l’entraineur du FC Barcelone, a couvert d’éloges Antoine Griezmann après la production du Français à Villarreal (4-1), dimanche soir en Liga.


Après la pluie, le beau temps. En grande difficulté depuis son arrivée au FC Barcelone durant l’été 2019, Antoine Griezmann alimente régulièrement les gazettes et les critiques depuis plusieurs mois. Les commentaires fâcheux se sont encore davantage multipliés lors des derniers jours. L’attaquant français a été relégué sur le banc des remplaçants contre l’Atlético de Madrid, son ancien club, puis le Celta Vigo, et à chaque fois, il a connu l’humiliation d’entrer en jeu dans les toutes dernières minutes. Un camouflet pour un joueur de son envergure qu’il a très mal vécu. Puis, dimanche soir, la situation s’est arrangée.

La joie après l’humiliation pour Griezmann


Titularisé par Quique Setien à Villarreal, Griezmann a pu évoluer dans une position axiale, et non pas sur le flanc gauche. L’effet a été évident. Positionné devant Lionel Messi en compagnie de Luis Suarez autour de qui il pouvait tourner à sa guise, le Français a brillé. En verve et en jambes, le champion du monde 2018 a montré qu’il en avait sous la semelle, grandement déterminé à faire taire les critiques et prouver à son coach qu’il pouvait l’aligner dès le coup d’envoi. Alors, Grizou s’est démené. A l’aise techniquement, il a été devancé sur l’ouverture du score, un but contre son camp de Pau Torres dès la 3eme minute.


Motivé à l’idée de montrer qu’il ne s’est pas trompé de club et qu’il veut rester au Barça la saison prochaine, Griezmann a ensuite régalé vers Suarez et Vidal qui n’ont pas réussi à transformer ses offrandes. Puis le Français a marqué juste avant la pause (45eme). Et pas n’importe quel but, s’il vous plait. Sur une superbe talonnade de Messi, avec qui la relation semble s’être améliorée en dehors des terrains, Griezmann a levé son ballon subtilement du pied gauche sur un tir en rupture et signé un magnifique lob gagnant !

Quique Setien : « Griezmann a été très bon »


L’attaquant français a ainsi inscrit son 15eme but de la saison, toutes compétitions confondues, son 9eme en Liga. Il a mis un terme à 572 longues minutes de mutisme. Setien a grandement apprécié la prestation du Français qu’il a rappelé sur le banc à la 72eme minute (remplacé par Ansu Fati, auteur du dernier but, 4-1 pour le Barça). « Je pense qu’il a été très bon. Il a participé au jeu, dans une zone du terrain qui lui convient le mieux. Il a très bien combiné avec Leo (Messi) et Luis (Suarez). Il a été tout près d’inscrire plusieurs buts. Il a retrouvé de la confiance, et je suis très satisfait de sa performance, comme il doit aussi être satisfait de lui, du match qu’il a fait. En plus, il a marqué un superbe but, très spectaculaire. Cela me rappelle le but de Leo (Messi) à Séville contre le Betis qui était similaire, extraordinaire lui aussi », a confié le coach catalan après la rencontre. Mercredi, Griezmann tentera de confirmer ses bonnes dispositions contre l’Espanyol Barcelone lors de la 35eme journée de Liga.

Barcelone - Bartomeu : « La VAR avantage toujours le Real »

Malgré la nette victoire de son équipe contre Villarreal dimanche (4-1), le président du Barça Josep Maria Bartomeu a pesté après-coup contre l'arbitrage, qui penche trop à l'entendre en faveur du Real Madrid.
Si la course au titre de champion en Espagne manquait un peu de piment, les déclarations tenues dimanche soir par Josep Maria Bartomeu devraient fortement y remédier. L’homme fort du FC Barcelone s’est lâché et a étalé tout ce qu’il avait sur le cœur après le carton des siens face à Villarreal (4-1). En dépit du large succès, le président du Barça était mécontent. Et sa colère était due à ce qui s’était passé quelques heures plus tôt à Bilbao lors du match entre l’Athlétic et le Real Madrid.

Les Merengue l’ont emporté sur le plus petit des écarts et grâce à un pénalty transformé en fin de match par Sergio Ramos. Un pénalty discutable et qui fut accordé après l’utilisation de la VAR. «J'ai vu la fin de la deuxième période à Bilbao. Une victoire de plus pour le Real Madrid et je vais répéter mon message. Cela me fait de la peine car nous avons le meilleur championnat du monde et mais la VAR n'est pas à la hauteur », a fulminé Bartomeu auprès des journalistes.

Les propos de Bartomeu pourraient lui valoir de sérieux problèmes avec les dirigeants de la Liga. Mais, il n’en a que faire. Il assume même ses propos en soulignant que « la VAR avantage toujours la même équipe ». « Elle ne s'est pas montrée équitable et il y a des équipes qui se sont vues lésées. Nous en avons parlé avec la Fédération Espagnole et la VAR doit être là pour aider l'arbitre », a-t-il ajouté. Cette sortie médiatique du président blaugrana va faire couler beaucoup d’encre. Mais, c’est peut-être l’effet espéré, avec l’idée de se prémunir contre d’éventuelles injustices lors des dernières journées qui restent à disputer.

PSG : Allegri pour remplacer Tuchel ?

L’entraîneur italien Massimiliano Allegri garderait toujours la cote auprès des responsables du PSG et en particulier Leonardo, qui pourrait voir très vite en lui le successeur de Thomas Tuchel sur le banc parisien.
Cela fait un peu plus d’un an que l'on n’a plus revu Massimiliano Allegri sur un banc. Et cela commence à faire un peu long. Inactif depuis qu’il a quitté la Juventus Turin en mai 2019, le très respecté technicien toscan commence à se tourner les pouces. Après avoir pleinement profité d’une année sabbatique, Allegri a hâte, semble-t-il, de rebondir et relever un nouveau défi. Le problème qui se pose pour lui c’est que les postes vacants ne sont pas légion chez les grands clubs. Il n’y a point d’ouverture, pas même auprès de ceux qui l’apprécient et qui l’ont déjà sondé par le passé.

Le PSG entre dans cette dernière catégorie. Leonardo, le directeur sportif des champions de France, est un grand fan d’Allegri. Dès son retour du côté du Parc des Princes, il avait envisagé d’installer ce dernier à la barre technique de l’équipe francilienne. Ce souhait resterait toujours d'actualité, si l’on se fie à ce que révèle L’Equipe. Mais tant que Thomas Tuchel est sous contrat et que les résultats parlent en faveur de l’Allemand, le Brésilien ne serait pas en mesure de concrétiser l’intérêt qu’il a envers le technicien six fois champion d’Italie.

Allegri n’a donc d’autre alternative que de prendre son mal en patience. Si le projet du PSG le tente ou celui de n’importe quel autre grand club étranger, il doit attendre qu’un confrère soit débarqué de ses fonctions. Ce n’est pas l’idéal, mais c’est le prix à payer quand on choisit de se retirer volontairement du devant de la scène.

Russie : Le Zenit au firmament

Grâce à une victoire sur la pelouse de Krasnodar (2-4), le Zenit Saint Pétersbourg est assuré de finir la saison en tête du championnat russe. Les partenaires d'Artem Dzyuba conservent leur titre.
Quatre journées avant la fin du championnat russe, le Zenit Saint-Pétersbourg a été sacré champion. En s'imposant sur la pelouse de Krasnodar (2-4), les coéquipiers de Malcom ont creusé un écart de 13 points que le Lokomotiv Moscou ne sera pas en mesure de combler. Artem Dzyuba, le meilleur buteur du championnat russe, Sardar Azmoun qui est devenu son premier poursuivant avec un doublé et Alex Sutormin ont marqué les buts synonymes de sacre. Le Zenit remporte là le sixième titre de champion de Russie de son histoire, le deuxième d'affilée. Avec ce doublé, le club qui avait nommé Sergueï Semak au poste d'entraîneur en 2018 a réussi son pari. L'ancien joueur du PSG a ramené le club de Saint-Pétersbourg au sommet du football russe.

Liga : Le Barça stoppe l'hémorragie

Avec un but d'Antoine Griezmann, le FC Barcelone n'a pas tremblé dimanche à Villarreal (1-4, 34eme journée de Liga).
Le propre d'un attaquant, c'est d'attendre la bonne occasion et de la mettre au fond dès qu'elle se présente. Une méthode utilisée par Antoine Griezmann avec ses détracteurs ce dimanche. Après l'humiliation de son entrée en jeu en toute fin de rencontre lors du choc contre l'Atlético Madrid, le Français a été titularisé face au Sous-Marin jaune et en a profité pour le torpiller à la demi-heure de jeu. Un but inscrit suite à un service en talonnade de Messi, afin de rétorquer aux sceptiques qui estiment impossible une entente ludique (voire une entente tout court) entre les deux hommes. Avant la merveille de Grizou d'un lob sublime, Torres, sous pression après un centre de Jordi Alba, envoyait le cuir dans ses propres filets dès la 3e minute et si Moreno égalisait suite à un contre au quart d'heure de jeu, Luis Suarez nettoyait la lucarne opposée d'Asenjo après un décalage de Messi à la 20e minute. 3-1, c'était d'ailleurs le score au repos.

À l'image du premier acte, Barcelone monopolisait le cuir en seconde période et Villarreal n'avait d'autre choix que d'essayer de profiter du moindre contre. Le Barça continuait de faire le siège des cages d'Asenjo et un service de Griezmann pour Messi permettait à ce dernier de solliciter le portier des locaux d'une frappe molle. Mais l'Argentin allait insister. À 20 minutes du terme, le natif de Rosario profitait d'un centre rasant de Roberto pour couper la trajectoire d'une tentative croisée gagnante. 4-1 ? Non, car le but allait être annulé par la VAR suite à un hors-jeu de Vidal. Ansu Fati inscrivait néanmoins le 4e but du Barça en fin de rencontre. 4-1, score final. Le Barça revient, Griezmann aussi. Et avec eux la promesse d'une fin de saison palpitante en Liga.