FC Barcelone: Les quatre grands défis de Quique Setién

Quique Setién - FC Barcelone Copyright -AFP
Copyright : Panoramic
Pour remplacer Ernesto Valverde, le FC Barcelone a fait appel aux services de Quique Setién. Ce technicien de 61 ans a inévitablement du pain sur la planche.

Après plusieurs jours d’attente, le verdict est tombé tard lundi soir. Le FC Barcelone a mis fin à la mission d’Ernesto Valverde en tant qu’entraineur principal. Les dirigeants catalans ont tourné la page du technicien basque et en ont immédiatement ouvert une nouvelle avec l’intronisation de Quique Setién comme le nouveau coach de l’équipe. À 61 ans, ce dernier se voit propulsé subitement au-devant de la scène avec le premier défi important de sa carrière. Il a de quoi l’aborder avec excitation, ambition mais aussi peut-être de l’appréhension.

Car il n’est jamais facile de prendre les rênes d’un club aussi prestigieux que le Barça et encore moins en cours de route. Cet amoureux du beau jeu déborde assurément d’idées et il y a fort à parier qu’il va tout faire pour les appliquer du côté du Camp Nou. Cependant, ses plans se heurtent d’entrée à une impérativité : celle d’être performant rapidement. Les premiers matchs vont certainement apporter une réponse concernant la compatibilité entre ce qu’il compte mettre en place et l’enchainement les bons résultats. Et en attendant, on peut déjà énumérer les différentes tâches importantes qui l’attendent en terre catalane. Celles pour lesquelles il a certainement été choisi.

 

RAMENER LA CONFIANCE DANS LE GROUPE


Le Barça reste actuellement sur un revers contre l’Atlético Madrid en demi-finale de la Supercoupe d’Espagne. C’était le premier depuis le 2 novembre dernier (contre Levante). Cependant, sur les cinq dernières rencontres que les Blaugrana ont disputé, ils n’ont signé qu’un seul succès (face à Deportivo Alaves). Face à cette série d’accrocs, et même si l’équipe reste leader de la Liga et toujours en course en Ligue des Champions et en Copa Del Rey, le moral des troupes a assurément été touché. Il incombe au nouvel entraineur d’y remédier. Par un discours mobilisateur, par des paroles rassurantes mais aussi en convainquant son vestiaire que son projet est solide et qu’il est en mesure de ramener le club au sommet pour peu que tout le monde le suive.

 

REDONNER AU BARÇA UN STYLE QUI CORRESPOND À SON ADN


Ce n’est assurément pas la priorité du moment, mais on imagine mal Quique Setien se détourner de ses préceptes de jeu dès sa prise de fonction. L’ancien coach du Bétis de Séville n’a jamais dérogé à ses principes et il y restera probablement fidèle au Barça. Cela tombe bien, sa philosophie de jeu correspond bien à celle que prône le club, ou a prôné plus précisément. Car depuis plusieurs saisons, et même s’il y a eu des campagnes très abouties, l’équipe première n’a pas affiché un visage à même de séduire ses socios les plus fidèles. Après le départ de Pep Guardiola, aucun coach n’a vraiment réussi à faire évoluer l’équipe avec un style qui correspond à son ADN : ce jeu porté vers l’avant, fait d’une touche de balle et un pressing constant et étouffant à la perte du cuir. Il n’est pas sûr que Quique Sétien va relever le défi, mais on peut être certain qu’il va essayer.


QUIQUE SETIÉN DOIT TROUVER LA BONNE FORMULE EN ATTAQUE


Quique Setien ne débarque pas dans des conditions optimales au Barça. Quoi de plus normal quand il y a un changement de la barre technique en plein milieu de la saison. Cela étant, en plus de la (semi) crise des résultats, il est aussi confronté à quelques défections au sein de son équipe. Il sera notamment privé de Luis Suarez jusqu’à la fin de la saison. L’Uruguayen est un élément essentiel du onze de départ blaugrana. Valverde avait comme mission de trouver la solution pour faire briller l’équipe sans El Pistolero, avant de refiler la patate chaude à son successeur. L’ancien coach du Bétis peut compter sur les Français Ousmane Dembélé et Antoine Griezmann pour lui faciliter la tâche et explorer les différentes options dans ce secteur. Enfin, on peut imaginer que le rôle de Lionel Messi, le capitaine et star incontournable de l’équipe, devrait être prépondérant dans cette entreprise. Car si Quique Setien n’est pas du genre à se faire dicter les choix par les joueurs, aucun entraineur n’a réussi au Barça sans bénéficier de l’assentiment total de la Pulga.

 

ANTICIPER LES DÉPARTS DES ANCIENS


C’est la moins urgente des tâches qui se présente à Quique Setien, mais peut-être pas la moins importante. Ayant signé jusqu’en 2022, le coach espagnol est parti pour rester un bon moment à Barcelone, si tout va bien. Ainsi, il est dans l’obligation de préparer les campagnes à venir, tout en s’attelant à ce que celle en cours soit la plus réussie possible. Cela passe par la planification et la préparation d’un groupe. Il n’est pas le responsable du recrutement, et en ce sens il n’a pas le monopole sur les mouvements qui pourraient se produire. Mais, avec son équipe actuelle, il peut au moins anticiper un changement d’ère en offrant du temps de jeu à ceux qui seront amenés à jouer plus souvent dans le futur. Bientôt les Piqué, Busquets, Suarez et cie ne seront plus au club, et il semble important de préparer la relève pour ne pas être confronté à un changement de cycle trop brutal.

A voir aussi :
>>> Tout sur l’actualité de la Liga
Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des

Sénégal, FSF- Vers la reprise du chapmpionnat avant Novembre

LSFP - Sénégal Copyright -OFC
Le Comité exécutif de la Fédération sénégalaise de football va étudier les possibilités d’une reprise des compétitions avant le mois de novembre, nous apprend l’Agence de Presse Sénégalaise. Le Comité d’urgence de la FSF réuni ce jeudi a programmé une réunion du Comité exécutif au début du mois de juillet en vue ’’d’étudier les possibilités d’une reprise des différents championnats avant le mois de novembre (...)’’, indique t-on dans un communiqué. Cette annonce fait suite aux ’’nouvelles décisions’’ prises ce jeudi ’’par les autorités étatiques portant assouplissement des mesures liées à l’état d’urgence’’. Dans le même ordre d’idées, il a été demandé ’’à la Commission médicale et au Secrétariat général de concevoir un protocole médical de reprise des compétitions afin de garantir la protection sanitaire des différents acteurs’’. La décision de reporter la reprise des championnats en novembre sous forme de play-offs et de play-downs avait soulevé le courroux de plusieurs clubs évoluant dans les différents championnats du football national. Le Comité d’urgence a décidé d’apporter ’’un soutien en denrées alimentaires et matériels de protection aux populations impactées par la Covid-19 des zones d’implantation des deux centres de la FSF (Toubab Dialaw et Guéréo)’’. Les remises sont programmées ce vendredi à 10h00 à la mairie de Yène et à 11h00 au Centre d’Excellence CAF Youssoupha Ndiaye de Guéréo, précise le même communiqué. Les championnats de football ont été suspendus à la mi-mars pour lutter contre la pandémie du Covid-19.

Montpellier : Nicollin s’exprime sur la rumeur Zidane

Le président de Montpellier, Laurent Nicollin, a démenti les rumeurs annonçant une possible arrivée du gardien Luca Zidane.

Un Zidane à Montpellier. La rumeur a de quoi faire de l'effet, même si elle ne concernait évidemment pas le père, mais Luca Zidane, fiston de l'icône et gardien de but émérite. Formé au Real Madrid, Luca Zidane sort d'un prêt de 6 mois au Racing Santander (D2 espagnole), où il a accumulé un temps de jeu notable. Marca faisait état ce jeudi de récents contacts entre Montpellier et l'agent du joueur, Alain Miglaccio.


Nicollin : "On cherche un numéro 1"


Une rumeur que le président héraultais Laurent Nicollin a tenu à refroidir. « Non, c'est l'agent qui nous a sondés, pas forcément l'inverse », a déclaré le dirigeant dans des propos accordés à Midi Libre. « C'est un très bon gardien, avec beaucoup de potentiel mais, dans ce profil-là, on a déjà Dimitry Bertaud. Nous, ce qu'on cherche, c'est un numéro un. » Le club ne pourra pas lever l'option d'achat du gardien qui était numéro 1 cette saison, Geronimo Rulli.



Metz : N'Doram reste

Le FC Metz a annoncé avoir levé l'option d'achat de Kevin N'Doram, prêté cette saison par l'AS Monaco.
Kevin N'Doram reste au FC Metz. Le club lorrain a annoncé la levée de l'option d'achat du polyvalent milieu de terrain. Prêté par l'AS Monaco la saison dernière, Kevin N'Doram a paraphé un contrat de 4 ans avec les Grenats.

"Prêté par l’AS Monaco lors de la saison 2019-2020 de Ligue 1 Conforama, Kevin N’Doram reste en Moselle, a indiqué le FC Metz dans un communiqué officiel. Le milieu de terrain défensif vient d'être transféré au FC Metz. Il s'est engagé pour quatre saisons et est désormais lié avec le club à la Croix de Lorraine jusqu'en juin 2024. Champion de France en 2017 avec l’ASM, le joueur de 24 ans est apparu à 22 reprises lors du dernier exercice sous le maillot grenat. Le natif de Saint-Sébastien-sur-Loire a grandement participé au maintien des Messins dans l’élite en s’imposant rapidement dans l’entrejeu mosellan. Désormais sous contrat avec le FC Metz, l’international espoirs français (2 sélections) entend bien poursuivre sa progression et aider sa nouvelle formation à se pérenniser en Ligue 1 !".

"Je suis très heureux et très fier de poursuivre l'aventure avec le FC Metz, s'est enthousiasmé le jeune milieu de terrain. Le projet messin m'a séduit et le club m'a prouvé qu'il avait une grande confiance en moi. Désormais, j'ai hâte de retrouver les terrains et le championnat. Je suis impatient de pouvoir continuer à montrer ce que je vaux."

À 36 ans, Stéphane Sessegnon n’est pas rassasié

Dans un entretien accordé à FIFA.com, le meneur de jeu international béninois et ancien du PSG Stéphane Sessegnon (Gençlerbirligi) ne se dit toujours pas prêt à raccrocher les crampons à 36 ans. Morceaux choisis.

La CAN 2019, le Bénin en quarts de finale

Cela reste, à ce jour, le meilleur souvenir de ma carrière. Au-delà de notre joli parcours qui nous a mené jusqu’en quart de finale, au cours duquel nous avons notamment battu le Maroc, je retiens la joie et les émotions qu’on a pu partager avec notre peuple. Je n’avais jamais autant vécu cela. Notre souhait le plus cher est de pouvoir rééditer cela au plus vite.


Stop ou encore à 36 ans ?

La motivation et l’envie de faire le métier que j’aime sont toujours là. Tant que je considèrerai être en pleine possession de mes moyens, je poursuivrai ma carrière de joueur et je continuerai à me mettre à disposition de l’équipe nationale... Les Béninois. Ils m’apprécient comme je suis, et je suis comblé. J’essaye du coup de rendre à ma façon : ils m’offrent leur soutien indéfectible. En échange, je donne tout lorsqu’on fait appel à moi en sélection !


La Coupe du monde, un rêve ?

Toutes les nations africaines sans exception ont franchi un palier. Le niveau est bien plus homogène qu’avant. Nous sommes ni favoris, ni outsiders (les Ecureuils du Bénin ont été versés dans le groupe H des éliminatoires, avec la RD Congo, la Tanzanie, et Madagascar, ndlr)… Nous allons juste jouer notre chance à fond, et elle n’est pas plus petite ou plus grande qu’une autre. La Coupe du monde, cela reste un rêve pour le Bénin ! De mon côté, je me concentre sur des objectifs. Et mon premier but, c’est d’encadrer les plus jeunes, et d’aider ainsi mon pays à grandir.


Reprise de la Ligue 1 : Le Conseil d'Etat va trancher lundi ou mardi

Suite au recours déposé par Lyon, Toulouse et Amiens, le Conseil d'Etat décidera en début de semaine prochaine de la reprise, ou non, de la saison 2019-20 de Ligue 1.
La saison 2019-20 de Ligue 1 peut-elle reprendre ? En théorie, cette hypothèse reste plausible. Suite à la décision du gouvernement de stopper l'exercice - décision validée dans la foulée par la LFP -, plusieurs dirigeants du football français sont montés au créneau pour contester ce dénouement. Jean-Michel Aulas en est évidemment le chef de file. Le président de l'OL multiplie les interventions médiatiques. L'affaire, portée devant le Conseil d’État par Lyon, mais aussi Amiens et Toulouse, devrait connaitre son épilogue lundi ou mardi selon les informations de RMC Sport.

En pratique, le timing n'offre plus de marge


En pratique, le boss de l'OL ne se fait guère d'illusion par rapport au timing. La marge est beaucoup plus étroite qu'il y a un mois pour reprendre la saison 2019-20, comme la Liga, la Premier League et la Serie A l'ont acté. Les clubs de Ligue 1, en majorité, n'ont pas encore retrouvé les terrains d'entraînement. Une reprise n'est donc pas envisageable avant le mois de juillet, ce qui signifierait que les saisons 2019-20 et 2020-21 se télescoperaient avec la perspective de disputer la fin de la Ligue des champions en août. Un risque considérable à l'aube d'un exercice qui s'achèvera par l'Euro 2021.