Qualifs Euro 2020 : Dominateurs, les Bleus tenus en échec par la Turquie

Copyright : Panoramic
Dominatrice, l'équipe de France a pensé avoir fait le plus dur avec un nouveau but d'Olivier Giroud. Mais les Bleus se sont fait rattraper à dix minutes de la fin (1-1) et restent deuxièmes de leur groupe.

Le debrief


Les Bleus s’attendaient à être en terres hostiles au Stade de France et ils n’ont pas été déçus. Dans une enceinte parisienne où les supporters turcs avaient clairement pris leur quartier, les hommes de Didier Deschamps ont eu un parfum d’Istanbul. Dans une rencontre annoncée à risques en raison de la situation géopolitique en Turquie, aucun débordement n’a été à déclarer aux premiers abords, l’ambiance étant avant tout bon enfant. Les seuls débordements ont été à mettre à l'actif de Coman, encore une fois très en jambes et qui a posé maints problèmes à la défense turque. Trois jours après le court succès acquis en Islande (1-0) et une prestation loin d’être satisfaisante, les Bleus ont failli bien réagir mais ont concédé le nul (1-1). Ayant décidé de reconduire son traditionnel 4-2-3-1, Deschamps avait malgré tout fait le choix de laisser Giroud, en manque de rythme, sur le banc au profit de Ben Yedder. Un profil moins physique mais plus technique qui aurait dû décontenancer l’arrière garde turque. Malgré les accélérations de Coman, il manquait du poids aux avant-postes. Une présence que l’attaquant de Chelsea a rapidement montré indispensable, deux minutes après son entrée en jeu.

Quand tout espoir semble perdu, Giroud a le chic pour sortir jouer les sauveurs, comme ce fut le cas déjà en Islande. Seulement, cette fois-ci, ça n’a pas suffi puisque les Bleus ont rapidement été rejoints (80eme). Le non-match en Islande et le souvenir de la défaite à Konya ont poussé les coéquipiers de Griezmann à en faire plus. Mais ce lundi soir, il aurait fallu davantage qu’un visage plus conquérant. Il a manqué à la France ce petit truc qui aurait pu rendre le match beaucoup plus facile à vivre. Les occasions n’ont pas manqué mais les champions du monde ont buté sur un Günok dans un grand soir. Le portier de l’Istanbul Basaksehir a eu la main chaude face à Griezmann et Sissoko en première période. Mais à force de gâcher, les Bleus ont douté. Sans jamais être mis en grosse difficulté, il n’a finalement fallu qu’une véritable occasion à la Turquie pour recoller au score sur une tête suite à un coup-franc. En Islande, la France avait mal joué mais gagné. Lundi, elle a mieux joué mais pris qu’un point et c’est là le plus frustrant.
L’instant T :
Il ne reste que 20 minutes et la France a toutes les peines du monde à trouver l’ouverture face à la défense regroupée turque. Ben Yedder ne pèse pas assez et Deschamps choisit de faire rentrer Giroud. L’attaquant de Chelsea n’a besoin que de deux minutes pour couper un centre de Griezmann et ouvrir le score. Seulement, cette fois-ci, il ne sera pas le sauveur comme en Islande.

Les buts


73eme minute (1-0)
Il n’a fallu que deux minutes à Giroud pour se montrer décisif. Entré en jeu à la place de Ben Yedder, l’attaquant de Chelsea coupe parfaitement un centre de Griezmann. Sa tête croisée ne laisse aucune chance à Günok.

80eme minute (1-1)
La joie aura été de courte durée... Sur un coup-franc frappé depuis la droite, Ayhan est seul au second poteau et réussit à placer une tête entre Mandanda et son poteau droit.

Les tops et les flops


Lucas HERNANDEZ (7)

Absent contre l’Islande, le latéral gauche a montré qu’il était en pleine possession de ses moyens. Encore intraitable défensivement, HERNANDEZ n’a pas hésité à apporter le surnombre pour centrer ou même frapper. Le Munichois est clairement indispensable.
Wissam BEN YEDDER (4)

BEN YEDDER avait fait une bonne entrée en Islande, et le manque de rythme de Giroud a certainement aussi pesé dans le choix de Didier Deschamps. L’attaquant de l'ASM a eu du mal à exister et n’a pas eu les ballons pour se mettre en situation de frappe. Même sa relation avec Griezmann et Coman n’a pas eu l’effet escompté.
Moussa SISSOKO (4)

Milieu défensif en Islande, SISSOKO a changé avec Matuidi face à la Turquie, prenant le couloir droit. On ne pourra jamais lui enlever sa débauche d’énergie mais dans un tel match, son approximation technique est criante. Quand Coman a mis de la vitesse à gauche, le joueur de Tottenham n’a lui pas ce coup de rein.

La feuille de match


FRANCE - TURQUIE : 1-1


Stade de France (80 000 spectateurs environ)
Temps pluvieux – Pelouse excellente
Arbitre : M.Brych (ALL) (5)

Buts : Giroud (73eme) pour la France - Ayhan (80eme) pour la Turquie

Avertissements : Hernandez (48eme) et Griezmann (80eme) pour la France – Tosun (84eme), Karaman (86eme) et Kahveci (86eme) pour la Turquie

Expulsion : Aucune

Amiens
France
Mandanda (5) – Pavard (5), Varane (cap) (5), Lenglet (5), L.Hernandez (7) – Tolisso (4), M.Sissoko (4) – Coman (5) puis Ikoné (88eme), Griezmann (5), Matuidi (5) puis Lemar (76eme) – Ben Yedder (4) puis Giroud (71eme)

N'ont pas participé : Areola (g), Maignan (g), Kimpembe, Ndombele, K.Zouma, Digne, D.Sidibé, Pléa
Sélectionneur : D.Deschamps

Turquie
Günok (7) – Celik (3) puis Ayhan (52eme), Demiral (5), Soyücü (6), Meras (5) - Tufan (5) puis Tosun (80eme), Tekdemir (6), Yokuslu (4) puis Calhanoglu (46eme - 6)– Kahveci (5), Yilmaz (cap) (6), Karaman (6)

N'ont pas participé : Bolat (g), Cakir (g), Belözoglu, Bayram, Yazici, Kabak, Ünal, Sangaré, Türüc
Sélectionneur : S.Günes
Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des

Sénégal, FSF- Vers la reprise du chapmpionnat avant Novembre

LSFP - Sénégal Copyright -OFC
Le Comité exécutif de la Fédération sénégalaise de football va étudier les possibilités d’une reprise des compétitions avant le mois de novembre, nous apprend l’Agence de Presse Sénégalaise. Le Comité d’urgence de la FSF réuni ce jeudi a programmé une réunion du Comité exécutif au début du mois de juillet en vue ’’d’étudier les possibilités d’une reprise des différents championnats avant le mois de novembre (...)’’, indique t-on dans un communiqué. Cette annonce fait suite aux ’’nouvelles décisions’’ prises ce jeudi ’’par les autorités étatiques portant assouplissement des mesures liées à l’état d’urgence’’. Dans le même ordre d’idées, il a été demandé ’’à la Commission médicale et au Secrétariat général de concevoir un protocole médical de reprise des compétitions afin de garantir la protection sanitaire des différents acteurs’’. La décision de reporter la reprise des championnats en novembre sous forme de play-offs et de play-downs avait soulevé le courroux de plusieurs clubs évoluant dans les différents championnats du football national. Le Comité d’urgence a décidé d’apporter ’’un soutien en denrées alimentaires et matériels de protection aux populations impactées par la Covid-19 des zones d’implantation des deux centres de la FSF (Toubab Dialaw et Guéréo)’’. Les remises sont programmées ce vendredi à 10h00 à la mairie de Yène et à 11h00 au Centre d’Excellence CAF Youssoupha Ndiaye de Guéréo, précise le même communiqué. Les championnats de football ont été suspendus à la mi-mars pour lutter contre la pandémie du Covid-19.

À 36 ans, Stéphane Sessegnon n’est pas rassasié

Dans un entretien accordé à FIFA.com, le meneur de jeu international béninois et ancien du PSG Stéphane Sessegnon (Gençlerbirligi) ne se dit toujours pas prêt à raccrocher les crampons à 36 ans. Morceaux choisis.

La CAN 2019, le Bénin en quarts de finale

Cela reste, à ce jour, le meilleur souvenir de ma carrière. Au-delà de notre joli parcours qui nous a mené jusqu’en quart de finale, au cours duquel nous avons notamment battu le Maroc, je retiens la joie et les émotions qu’on a pu partager avec notre peuple. Je n’avais jamais autant vécu cela. Notre souhait le plus cher est de pouvoir rééditer cela au plus vite.


Stop ou encore à 36 ans ?

La motivation et l’envie de faire le métier que j’aime sont toujours là. Tant que je considèrerai être en pleine possession de mes moyens, je poursuivrai ma carrière de joueur et je continuerai à me mettre à disposition de l’équipe nationale... Les Béninois. Ils m’apprécient comme je suis, et je suis comblé. J’essaye du coup de rendre à ma façon : ils m’offrent leur soutien indéfectible. En échange, je donne tout lorsqu’on fait appel à moi en sélection !


La Coupe du monde, un rêve ?

Toutes les nations africaines sans exception ont franchi un palier. Le niveau est bien plus homogène qu’avant. Nous sommes ni favoris, ni outsiders (les Ecureuils du Bénin ont été versés dans le groupe H des éliminatoires, avec la RD Congo, la Tanzanie, et Madagascar, ndlr)… Nous allons juste jouer notre chance à fond, et elle n’est pas plus petite ou plus grande qu’une autre. La Coupe du monde, cela reste un rêve pour le Bénin ! De mon côté, je me concentre sur des objectifs. Et mon premier but, c’est d’encadrer les plus jeunes, et d’aider ainsi mon pays à grandir.


Metz : N'Doram reste

Le FC Metz a annoncé avoir levé l'option d'achat de Kevin N'Doram, prêté cette saison par l'AS Monaco.
Kevin N'Doram reste au FC Metz. Le club lorrain a annoncé la levée de l'option d'achat du polyvalent milieu de terrain. Prêté par l'AS Monaco la saison dernière, Kevin N'Doram a paraphé un contrat de 4 ans avec les Grenats.

"Prêté par l’AS Monaco lors de la saison 2019-2020 de Ligue 1 Conforama, Kevin N’Doram reste en Moselle, a indiqué le FC Metz dans un communiqué officiel. Le milieu de terrain défensif vient d'être transféré au FC Metz. Il s'est engagé pour quatre saisons et est désormais lié avec le club à la Croix de Lorraine jusqu'en juin 2024. Champion de France en 2017 avec l’ASM, le joueur de 24 ans est apparu à 22 reprises lors du dernier exercice sous le maillot grenat. Le natif de Saint-Sébastien-sur-Loire a grandement participé au maintien des Messins dans l’élite en s’imposant rapidement dans l’entrejeu mosellan. Désormais sous contrat avec le FC Metz, l’international espoirs français (2 sélections) entend bien poursuivre sa progression et aider sa nouvelle formation à se pérenniser en Ligue 1 !".

"Je suis très heureux et très fier de poursuivre l'aventure avec le FC Metz, s'est enthousiasmé le jeune milieu de terrain. Le projet messin m'a séduit et le club m'a prouvé qu'il avait une grande confiance en moi. Désormais, j'ai hâte de retrouver les terrains et le championnat. Je suis impatient de pouvoir continuer à montrer ce que je vaux."

Daniel Sanchez contacté par l’Etoile du Sahel

Selon nos informations, le technicien français Daniel Sanchez a été contacté par l'Etoile du Sahel, en quête d'un entraîneur d'expérience.

Cinq après avoir décroché un titre de champion avec le Club Africain, Daniel Sanchez va-t-il retrouver un banc en Tunisie ? L'hypothèse n'est pas à écarter, puisque selon les informations recueillies par Football365 Afrique, le technicien français a été contacté par l'Etoile sportive du Sahel, en quête d'un coach d'expérience. Alors que la date de reprise de la Ligue 1 tunisienne a été fixée au 2 août prochain, l'ancien entraîneur de Tours et de Valenciennes a les faveurs de certains décideurs du club étoilé, où le nom du chevronné Néerlandais Ruud Krol a également circulé ces derniers jours. Pour rappel, la formation basée à Sousse était dirigée par Kaïs Zouaghi au moment de l'interruption du championnat pour cause de coronavirus, en mars dernier.


Reprise de la Ligue 1 : Le Conseil d'Etat va trancher lundi ou mardi

Suite au recours déposé par Lyon, Toulouse et Amiens, le Conseil d'Etat décidera en début de semaine prochaine de la reprise, ou non, de la saison 2019-20 de Ligue 1.
La saison 2019-20 de Ligue 1 peut-elle reprendre ? En théorie, cette hypothèse reste plausible. Suite à la décision du gouvernement de stopper l'exercice - décision validée dans la foulée par la LFP -, plusieurs dirigeants du football français sont montés au créneau pour contester ce dénouement. Jean-Michel Aulas en est évidemment le chef de file. Le président de l'OL multiplie les interventions médiatiques. L'affaire, portée devant le Conseil d’État par Lyon, mais aussi Amiens et Toulouse, devrait connaitre son épilogue lundi ou mardi selon les informations de RMC Sport.

En pratique, le timing n'offre plus de marge


En pratique, le boss de l'OL ne se fait guère d'illusion par rapport au timing. La marge est beaucoup plus étroite qu'il y a un mois pour reprendre la saison 2019-20, comme la Liga, la Premier League et la Serie A l'ont acté. Les clubs de Ligue 1, en majorité, n'ont pas encore retrouvé les terrains d'entraînement. Une reprise n'est donc pas envisageable avant le mois de juillet, ce qui signifierait que les saisons 2019-20 et 2020-21 se télescoperaient avec la perspective de disputer la fin de la Ligue des champions en août. Un risque considérable à l'aube d'un exercice qui s'achèvera par l'Euro 2021.