PSG : Deux clubs à la lutte pour Nsoki

Copyright : Panoramic
Alors que Stanley Nsoki devrait quitter le Paris Saint-Germain cet été, Nice et Rennes sont sur le coup, d'après L’Equipe.
Le Paris Saint-Germain n’a pas fini de vendre les jeunes joueurs issus de son centre de formation. D’après les informations de nos confrères de L’Equipe, Leonardo souhaiterait boucler le départ de Stanley Nsoki. Le jeune latéral susciterait notamment l’intérêt de Nice, qui a entamé, ces derniers jours, les grandes manœuvres liées à son rachat. L’OGCN aurait d’ores et déjà réclamé un prêt avec option d’achat, mais Rennes se serait également positionné, dimanche soir, en marge du match, par le biais du président d’Olivier Létang.

38 millions avec la vente des « Titis parisiens »


Les nombreux changements opérés par le joueur dans son entourage ralentiraient les négociations mais le PSG espère dégager des nouvelles liquidités après avoir encaissé 38 millions d’euros grâce aux départs de Moussa Diaby, Christopher Nkunku et Timothy Weah. Le champion de France avait notamment noué un accord avec Newcastle, à hauteur de 11 millions d’euros, mais Nsoki a finalement décliné la proposition. Au début de l’été, le natif de Poissy a notamment suscité l’intérêt de l’Olympique de Marseille et de Saint-Etienne.
Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des

LdC: Man City renverse le Real Madrid au Bernabéu !

Real Madrid - City Copyright -AFP
Mené contre le cours du jeu, Manchester City a trouvé les ressources pour renverser le Real Madrid (1-2), ce mercredi. La bande à Guardiola a un pied en quarts. Il faut se méfier des apparences. Dans le tableau de ces huitièmes de finale de Ligue des champions, Real Madrid-Manchester City était certainement l’affiche la plus clinquante avec Dortmund-PSG. Parce que toutes ces armadas offensives se ressemblent, avec des qualités et des défauts comparables. Mais il faut croire qu’à cette altitude-là, les masques ne tombent qu’au retour, quand le calcul ne peut plus avoir sa place.
Le premier acte de ce choc de très haut niveau a longtemps ressemblé à un long round d’observation, se résumant à quelques incursions qui auraient pu matérialiser une domination de City dans la tenue du ballon. On pense notamment à cette grosse opportunité de Gabriel Jesus repoussée par Courtois (21eme). Mais le Real a eu du répondant. Et Ederson a lui aussi eu son moment en repoussant une tête puissante de Karim Benzema qui aurait pu et dû finir au fond (30eme), avant de voir Vinicius Jr se trouer sur sa reprise. Bref, il manquait quelque chose. Un zeste de précision, un surplus de confiance, un supplément d’âme.

Sergio Ramos, symbole d’un navire qui tangue

C’est au retour des vestiaires que tout s’est emballé. City a alors eu un temps fort, un vrai. Mieux coordonnés dans le pressing, les hommes de Guardiola ont commencé à tisser leur toile pour faire craquer leur hôte. C’est Riyad Mahrez qui a certainement le mieux incarné cette phase de domination, l’international Algérien se procurant deux opportunités énormes sur ses « spéciales », sans réussite (50eme, 57eme). Et comme souvent dans ces cas-là, c’est l’équipe au bord de la rupture qui a trouvé la lumière. Contre toute attente, le surprenant Vinicius Jr a fait un petit numéro avant de distiller un caviar à Isco, qui a fait exulter Bernabeu (1-0, 60eme). City devait offrir une réaction. Le champion d’Angleterre l’a fait avec la manière. Bien-sûr, il lui a fallu digérer ce but assez inattendu, mais la machine s’est finalement remise en route pour tout renverser sur son passage. Et c’est Kevin De Bruyne qui s’est occupé de tout. D’abord en délivrant une merveille de centre pour Gabriel Jesus, buteur de près (1-1, 78eme), puis en transformant froidement un penalty obtenu par Sterling face à son compatriote (1-2, 83eme). Le Real, à terre, a alors lâché les armes. Et l’image forte du soir est peut-être finalement l’expulsion de Sergio Ramos, si souvent passé entre les gouttes, et déchu comme les autres ce soir (86eme). C’est une montagne que le Real devra franchir en Angleterre. L’équipe de Zidane était prévenue. Une bête blessée est toujours plus dangereuse.
>> Revivez la rencontre en direct commenté : >> Ligue des Champions UEFA: tous les résultats des huitièmes

🔴Ligue des Champions (8es): Real Madrid - Man City en direct

Real Madrid - Manchester City Copyright -OFC
Vivez en direct sur notre portail le choc opposant le Real Madrid à Manchester City, disputé dans le cadre des huitièmes de finale aller de la Ligue des Champions UEFA. Coup d’envoi prévu à 20h00 GMT. >> La rencontre en direct commenté : >> Ligue des Champions UEFA: tous les résultats des huitièmes

Le rêve américain de Chicharito

Transféré cet hiver au Los Angeles Galaxy, Javier Hernandez alias « Chicharito » semble s'épanouir de l'autre côté de l'Atlantique.
Accueilli comme une rock star dans la cité des anges, Chicharito semble être déjà adopté en Californie. Les produits dérivés à son effigie font un véritable carton sur le site web du Galaxy. La grosse communauté latino de Los Angeles n'y est pas étrangère. Cette dernière réclamait l'arrivée de la légende mexicaine depuis un long moment.

Chicharito s'intègre parfaitement à la ville
















Voir cette publication sur Instagram




















City of Stars 🌟


Une publication partagée par LA Galaxy (@lagalaxy) le





Si la MLS ne démarre que ce week-end, la cote de popularité de Javier Hernandez ne cesse de grimper. Des peintures à son effigie fleurissent déjà dans la ville. Et les différentes franchises de Los Angeles ont accueilli comme il se doit le meilleur buteur de l'histoire de la sélection mexicaine (52 réalisations). L'attaquant de 31 ans a donné le coup d'envoi fictif de la rencontre de NHL entre les Los Angeles Kings et les Florida Panthers. Et lundi, c'est Lebron James qui est venu saluer le numéro 14 des Los Angeles Galaxy avant le match des Lakers face aux Pelicans (NBA). L'amour est donc au rendez-vous pour Chicharito, il ne reste plus qu'à enchaîner les buts désormais. Et pourquoi ne pas ramener le premier titre de champion de MLS à Los Angeles depuis 2014 ?

Bayern Munich : Cette saison, Serge Gnabry met Londres à ses pieds

Auteur d'un doublé ce mardi sur la pelouse de Chelsea, Serge Gnabry continue sa belle série lors qu'il se déplace à Londres
Chelsea était prévenu, cependant la défense des Blues n'a pas pu empêcher Serge Gnabry d'inscrire ses cinquième et sixième buts en Ligue des Champions cette saison, ce mardi lors de la victoire 3-0 du Bayern à Stamford Bridge en huitième de finale aller. Londres est une ville qui réussit bien à l'international allemand qui avait déjà inscrit quatre buts sur la pelouse de Tottenham lors de la phase de groupes.

Gnabry le Gunners








L'histoire d'amour entre le joueur du Bayern Munich et l'Angleterre ne date pas d'hier. En effet, l'ailier a évolué à Arsenal de 2011 à 2016. Venu dans le nord de Londres en provenance de Stuttgart afin de finaliser sa formation, Gnabry n'a cessé d'impressionner dans les catégories de jeunes des Gunners. Cependant, le passage chez les professionnels ne s'est pas passé comme prévu. Rarement convoqué en équipe première, l'ailier virevoltant a disputé seulement 21 matchs pour seulement un but sous le maillot rouge et blanc. Le joueur de 24 ans reste cependant attaché à Arsenal. Sur son compte Twitter, il n'a pas hésité à chambrer ses victimes londoniennes en postant des messages comme « North London is red » après la victoire contre Tottenham. Et un « London is still red » après sa performance de mardi soir.

Egypte : Le Zamalek sanctionné pour avoir boycotté le derby du Caire

Le Zamalek s'est vu infliger trois points de pénalité après le boycott du derby face à Al-Ahly, lundi en championnat d'Egypte.

Double peine pour le Zamalek. Après avoir boycotté et perdu sur tapis vert le derby du Caire face à Al-Ahly (2-0), lundi, les Chevaliers Blancs se sont également vus infliger trois points de pénalité par la Fédération égyptienne de football (EFA). Le club du président Mortada Mansour devra également s'acquitter d'une amende de 200.000 livres égyptiennes d'amende (environ 11.700 euros). La position de principe des récents vainqueurs de la Supercoupe d'Afrique et de la Supercoupe d'Egypte, qui entendaient protester contre un calendrier jugé trop surchargé, leur coûte donc très cher. Leur rival local reste plus que jamais en tête de l’Egyptian Premier League.