Pas de panique pour la CAN 2021

Copyright : Panoramic
Pour la CAF, il n'y a absolument pas de raison de s'inquiéter, pour le moment, quant à la tenue de la CAN 2021.
Deux journées des qualifications de la CAN 2021 étaient programmées ce mois-ci, et devaient permettre aux sélections africaines de dépasser le mi-parcours. En raison du coronavirus, et comme c’est le cas des éliminatoires du Mondial en zone asiatique et sud-américaine, elles n’ont finalement pas pu se tenir. Le calendrier s’en retrouve donc chamboulé. Mais, cela n’inquiète en rien l’instance qui gère cette épreuve. Pour la CAF, les matches annulés seront faciles à reprogrammer. « Nous pouvons les jouer deux par deux (deux matchs par journée), donc nous avons besoin de deux fenêtres internationales (…) Toutes les options sont sur la table et ce qui est sûr, c’est que la CAN est toujours prévue en janvier-février », a indiqué le secrétaire général africain, Abdelmounaim Bah.

Les dirigeants africains surveillent avec attention l’évolution de la situation dans le monde, et ils envisagent de se calquer sur les potentielles nouvelles dates FIFA lorsque la compétition reprendra. « En tout état de cause, la crise actuelle perturbe les calendriers, a enchéri Bah. Au niveau de la FIFA aussi, il y a un groupe de travail qui a été mis en place, qui réunit l’ensemble des confédérations ». Pour rappel, la CAF a déjà procédé au report de la CHAN, le tournoi des sélections de locaux qui devait se disputer en avril au Cameroun.
Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des

Atlético Madrid : Une pépite africaine signe un premier contrat pro

Salim El Jebari - Atlético Madrid Copyright -AFP
Salim El Jebari, jeune milieu offensif marocain de 16 ans, a signé cette semaine un premier contrat professionnel en faveur de l'Atlético Madrid. Considéré comme l'une des plus grandes promesses du football africain et européen, l’originaire de Rabat dispose désormais d'une clause libératoire de 24 millions d'euros. Il s’appelle Salim El Jebari, il a 16 ans (né le 5/2/2004 en Espagne) et évolue au poste de milieu offensif à l’Atlético Madrid. Actuel international U17 avec les Lions de l’Atlas, le jeune joueur suscite l’intérêt de plusieurs grosses écuries européennes dont le FC Barcelone, Manchester City ou encore Chelsea qui lui auraient même proposé un contrat professionnel ces dernières semaines selon Marca. Visiblement convaincus par son potentiel, les dirigeants madrilènes ont ainsi décidé de lui offrir un premier contrat pro d’une durée de trois saisons comme l’a affirmé cette semaine le club de la capitale espagnole par le biais de son site officiel. Débarqué chez les Colchoneros en 2018 en provenance du Rayo Vallecano, le natif de Madrid évoluera dans un premier temps avec les équipes de jeunes de l'Atléti. Il convient de noter également que les médias espagnols évoquent une clause libératoire estimée à 24 millions d’euros pour l’international marocain des moins de 17 ans. Un chiffre astronomique pour un si jeune joueur, qui en dit long sur son immense potentiel. Espérons pour lui et pour les Lions de l’Atlas que ce jeune talent en devenir, pourra poursuivre son éclosion et pourquoi pas opter pour le pays de ses origines et ainsi constituer un atout supplémentaire à la disposition de Vahid Halilhodzic en vue des futures échéances internationales de la sélection marocaine. A lire aussi >> Atlético Madrid: Thomas Partey prolongé jusqu'en 2025 ?

🔴Bundesliga (28e J): Borussia Dortmund - Bayern Munich en direct

Borussia Dortmund - Bayern Munich Copyright -AFP
C’est le choc de la semaine en Allemagne. Le Signal Iduna Park sera ce mardi le théâtre d’une scintillante affiche de Bundesliga qui mettra aux prises le Borussia Dortmund (2ème avec 57 points) et son grand rival le Bayern Munich (1er avec 61 unités), et ce, à l’occasion de la 28ème levée du championnat allemand. Coup d’envoi à 16h30 GMT. La rencontre en direct commenté : >>Bundesliga: résultats et classement de la 28e journée

Ghana : Gyan Asamoah veut un match pour ses adieux en sélection

Gyan Asamoah Copyright -OFC
Alors qu'il n'a pas encore annoncé sa retraite internationale, l'attaquant Ghanéen, Gyan Asamoah, réclame déjà qu'on lui organise un match pour ses adieux, afin de le honorer. A 34 ans, le meilleur buteur de l'histoire des Black Stars est sans aucun doute plus proche de la fin que de sa carrière qu'à son début. Le capitaine emblématique de la sélection Ghanéenne a livré une interview à Adom TV où il indique que plusieurs internationaux ont servi le pays, sans qu'ils soient honorés lorsqu'ils avaient quitté. Il a alors lancé un appel à la Fédération Ghanéenne de Football pour que cela ne se reproduit pas avec lui. « Les gens quittent l’équipe nationale avec douleur, je ne veux pas mentionner de noms mais il y a beaucoup de joueurs dont je peux témoigner », a indiqué celui qui a longtemps brillé sous le maillot des Black Stars. « Pour moi, je crois que les gens ont observé ce que j’ai fait, donc s’ils décident de me faire mes adieux, mon âme sera heureuse. Bien que les gens m’apprécient dans la rue, tout dépend de la façon dont ils veulent le faire. Je peux décider avec mon équipe que je veux jouer à un match d’adieu, la Fédération peut aussi décider qu’ils feront quelque chose pour moi, peut-être que ça sera une rencontre ou quelque chose, cela dépendra d’eux. Deuxièmement, cela dépendra de la façon dont je veux que cela se fasse, pour l’instant, je suis toujours dans le jeu, au fil du temps, les idées viendront », a-t-il soutenu. Gyan a fait ses débuts avec la sélection du Ghana en 2003. Il a disputé trois coupes du Monde et huit Coupes d'Afrique des Nations avec les Black Stars tout en marquant 51 buts. Un bilan extraordinaire pour un joueur qui s'est également démarqué avec son penalty raté face à l'Uruguay lors de la Coupe du Monde 2010 et qui a privé son pays d'une qualification historique en demi-finale de la grande messe footballistique. A lire aussi >> Gyan Asamoah dévoile son onze de tous les temps du Ghana

Nigéria : Harry Redknapp pourrait succéder à Gernot Rohr

Harry Redknapp Copyright -AFP
L'entraîneur Anglais, Harry Redknapp (73 ans) pourrait devenir sélectionneur du Nigéria, selon les informations du quotidien anglais Sunday Express. Alors que le contrat de Gernot Rohr prend fin en juin, on ne connaît pas encore s'il va reste ou pas. Plusieurs voix se sont levées réclamant son départ mais on ne sait rien encore sur son avenir. Des négociations auraient été entamées avec le manager Anglais, Redknapp pour devenir manager des Super Eagles. Le profil de l'ancien patron de Tottenham est bien apprécié dans le pays de Jay-Jay Okocha. Redknapp était également dans le viseur de la NFF en 2016, mais les négociations ont échoué. Cette fois-ci, il serait possible que ces dernières se concrétisent. A lire aussi >> Nigéria : la prolongation de Geront Rohr bientôt officialisée

Brésil-Zaïre 1974: Les Léopards défient l’ogre auriverde

Brésil vs Zaïre - Mondial 1974 Copyright -AFP
En cette période de confinement, Orange Football Club vous invite à se remémorer les belles épopées de nos représentants africains à la grande messe du football mondial. Aujourd’hui, nous poursuivons notre périple historique avec le choc mémorable qui a mis aux prises le Zaïre, premier représentant de l’Afrique noire, à la redoutable sélection du Brésil, lors de la 10ème édition de la Coupe du Monde en Allemagne de l’Ouest 74. A lire aussi >> Un but, une histoire: le jour où Roger Milla propulsa le Cameroun dans le Top 8 mondial ! Pour la troisième participation de l’Afrique, le Zaïre, mené par une génération exceptionnelle de Léopards, a représenté le "Continent-mère". Double champions d’Afrique (1968 et 1974) et dirigés par le charismatique technicien yougoslave Blagoja Vidinić qui avait mené le Maroc quatre ans auparavant au Mexique, les Zaïrois ont malheureusement essuyé trois cuisants revers, concédant 14 réalisations sans en marquer une seule.

Tristesse et déception

Il faut dire que les coéquipiers de Tshimenu Buanga, Ballon d’Or africain 1973, ont été confrontés à un groupe relevé en RFA avec le Brésil, champion du monde en titre, la redoutable formation de la Yougoslavie et les rugueux Ecossais de Kevin Dalglish. Battus (2-0) pour leur entrée en lice, les Zaïrois ont été corrigés (9-0) lors de leur seconde sortie ! Pire encore que la correction infligée par Mohammed Ali à George Foreman à Kinshasa le 30 octobre de la même année. Lors de leur troisième apparition face aux triples champions du monde brésiliens, les Léopards n'ont pas été mieux servis. Effrayés à l’idée de prendre une nouvelle raclée face aux Rivelino, Jairzinho et compagnie, les coéquipiers d’Etepe Kakoko se sont battus comme de vrais Léopards. Toutefois, ils finirent par s’incliner (3-0) face aux magiciens auriverde, qui termineront demi-finalistes de l’épreuve de 1974 (buts de Jairzinho 12' ; Rivelino 66' ; Valdomiro 79').

Le coup-franc mythique de Mwepu Ilunga

A l'occasion de ce troisième match de la phase de poule, une séquence va marquer l'histoire de la compétition. En effet, et alors que les joueurs de la Seleçao se préparaient à tirer un coup franc, l’illustre défenseur central du TP Mazembe Joseph Mwepu Ilunga jaillit de son mur, se rue vers le ballon et tire de toutes ses forces pour le dégager, devant les yeux ébahis de Jairzinho, de Rivelino et de l'arbitre, tous trois médusés. Il écope alors d’un carton jaune, provoquant la stupéfaction de ses partenaires ainsi que des 35000 supporters du Waldstadion de Francfort. Si son geste mythique a longtemps été considéré comme une méconnaissance des règles ou à de la bêtise, il était en fait parfaitement volontaire. Ilunga a fini par expliquer qu’il cherchait à se faire expulser pour protester contre les dirigeants de la Fédération zaïroise de football: « Je connaissais les règles, je n’avais aucune raison de continuer à risquer une blessure alors que ceux qui allaient profiter de l’argent étaient assis en tribunes à nous regarder. »