Paris sombre à Lille

Copyright : Panoramic
Ce devait une soirée de fête pour le PSG, elle a tourné à l’humiliation publique. Etrillés à Lille dimanche en clôture de la 32eme journée de L1 (5-1), après avoir passé plus d’une heure en infériorité numérique, les Parisiens ont explosé sur la pelouse de leur dauphin.

Le debrief


Avec ce succès, le LOSC prend huit points d’avance sur Lyon et fait un immense pas vers la deuxième place du championnat en fin de saison. Il retarde aussi d’au moins trois jours le huitième titre de champion de France du PSG, qui sera sacré en cas de succès à Nantes en match en retard mercredi (19h00). Mais les hommes de Thomas Tuchel devront surtout se relever de cette monumentale claque reçue chez un adversaire en pleine confiance et encore porté par un Nicolas Pépé exceptionnel, bien aidé par tous ses coéquipiers dans son entreprise de démolition du mythe parisien.



Les leaders de L1 pourront toujours tenter de se cacher derrière les absences de nombreux cadres au coup d’envoi (Neymar, Edinson Cavani, Angel Di Maria, Marquinhos) et les circonstances en cours de match, entre les sorties sur blessure de Thiago Silva puis Thomas Meunier et l’expulsion de Juan Bernat. Mais rien n’excuse leur liquéfaction lors des 40 dernières minutes. Tuchel a sa part de responsabilité dans cette fessée, pour avoir fait preuve de trop d’ambition offensive pour contenir les flèches lilloises, déjà inspirées à onze contre onze et libérées par les boulevards qui se sont ouverts par la suite. Mais les joueurs ont aussi lâché mentalement. Pour preuve, ils ont encaissé les deux derniers buts sur coups de pied arrêtés, face à des Dogues qui avaient tout simplement plus envie qu’eux.



Il serait aussi bien injuste de réduire le succès nordiste aux faits de match. Le LOSC a certes bénéficié d’une réussite maximale en première période, en marquant sans même avoir cadré un tir. Mais s’il laissait l’initiative et le ballon aux Parisiens, c’était pour mieux les contrer, et le plan fonctionnait bien, en dehors d’un manque de spontanéité aux abords de la surface adverse. Le PSG était lui dans ce qu’il sait faire, avec bien plus d’intensité que face à Strasbourg et de meilleures intentions de jeu, en particulier dans la construction. Mais tout ça n’a pas survécu au scénario d’un match décousu lors du premier acte et qui a basculé dans l’irrationnel par la suite. A bout physiquement, en manque de leaders et plombés par un plan de jeu trop offensif, les Parisiens ont explosé comme jamais sous QSI. Voilà qui donnera un goût amer au titre qu’ils finiront bien par décrocher d’ici la fin de saison. Mais à quel prix…

Le film du match


2eme minute
Trouvé par Kimpembe d’une transversale précise, Meunier sollicite le une-deux avec D.Alves. Le Brésilien remise bien dans la course de Meunier, dont la frappe du droit est trop croisée. Mais Mbappé est sur la trajectoire pour pousser le ballon dans le but vide. L’attaquant des Bleus est ensuite signalé hors-jeu à juste titre.

7eme minute (1-0)
Pépé s’arrache pour éviter la sortie de but avec un peu de réussite. Il fixe la défense parisienne pour retrouver Ikoné, dont le centre bien enroulé est légèrement touché de la tête par Xeka. Ça suffit pour surprendre Meunier, qui voit le ballon lui rebondir dessus et prendre Areola à contre-pied.

11eme minute (1-1)
Mbappé bénéficie d’un contre favorable face à Y.Koné et crochète Xeka. L’attaquant du PSG délivre ensuite un centre impeccable du droit dans le dos de la défense lilloise. Seul au second poteau, Bernat reprend du gauche pour battre Maignan à bout portant.

13eme minute
Paredes récupère un ballon à la ligne médiane dans les pieds de T.Mendes et lance Mbappé dans la profondeur. L’ancien Monégasque accélère balle au pied, résiste au retour de T.Mendes et allume Maignan pour mettre le ballon sous la barre. Mais c’est son deuxième but refusé, encore pour une position de hors-jeu bien réelle.

36eme minute
J.Bamba envoie un long ballon dans le dos de la défense parisienne à destination de Pépé. L’attaquant ivoirien passe devant Bernat, qui retient son bras et le déséquilibre en pleine course, même si Areola s’était saisi du ballon. L’arbitre expulse le latéral espagnol pour annihilation d’une action de but.

41eme minute
Lancé par D.Alves, M.Diaby réalise un énorme rush solitaire. Il part de la droite pour finir sa course à la gauche de la surface lilloise, avant de centrer pour Draxler. L’Allemand enchaîne contrôle et tir croisé du gauche, sur lequel Maignan se couche rapidement pour réaliser la parade.

48eme minute
Coup-franc pour le PSG. Excentré sur la gauche, Paredes enroule son centre, qui atterrit à l’entrée des six mètres lillois. Kehrer passe devant Gabriel pour reprendre le ballon d’une tête plongeante, qui frôle le poteau du LOSC. Quelle occasion !

51eme minute (2-1)
Les Lillois récupèrent le ballon dans les pieds de M.Diaby. S’en suit un mouvement limpide des Dogues, avec un appui de J.Bamba sur L.Rémy, qui remise pour Ikoné. En une touche, l’ancien Parisien lance Pépé à la limite du hors-jeu. L’international ivoirien se présente seul face à Areola, qu’il bat sur la gauche.

63eme minute
Pépé s’arrache dans le rond central face à Kimpembe et le ballon arrive jusqu’à L.Rémy, qui lance d’un petit ballon piqué J.Bamba sur la gauche. L’ailier lillois se présente seul face à Areola, mais sa frappe du gauche manque de puissance et Kehrer sauve les siens.

65eme minute (3-1)
Après une longue séquence de possession, Y.Koné réaccélère le jeu sur son côté gauche et sert Ikoné. Ce dernier lance sur un pas J.Bamba, couvert par Kimpembe et Dagba. L’ancien Stéphanois entre dans la surface et allume du gauche au premier poteau pour battre Areola, pas forcément bien placé.

72eme minute (4-1)
Coup-franc pour Lille sur la gauche. Pépé adresse un bon centre enroulé du gauche au second poteau, où Gabriel s’élève plus haut que Kehrer et Kimpembe pour reprendre de la tête. La reprise du défenseur brésilien se loge au ras du poteau d’Areola.

74eme minute
Encore un contre pour Lille, avec J.Bamba qui lance Pépé à la limite du hors-jeu, l’Ivoirien étant couvert par Dagba au départ du ballon. L’attaquant du LOSC se présente seul face à Areola, qu’il tente de dribbler. Mais le gardien du PSG gagne son duel avec une main droite ferme.

83eme minute
Servi sur la gauche, J.Bamba part de son côté pour rentrer sur son pied droit et allumer au premier poteau. Son tir puissant est bien repoussé par Areola, qui se détend sur sa droite.

84eme minute (5-1)
Corner pour Lille sur la gauche. Pépé le tire sortant et J.Fonte, libre de tout marquage, arrive lancé pour reprendre de la tête aux six mètres. Sa tête smashée ne laisse aucune chance à Areola à bout portant.

Tops et flops


Top
TOP 3

PEPE était attendu au tournant, il a fait mieux que répondre présent. Il a gagné son duel à distance avec Mbappé, notamment en donnant l’avantage à Lille en début de seconde période. A l’origine du premier but du LOSC, il a aussi donné la passe décisive sur le quatrième. Impressionnant techniquement, vif comme rarement et impliqué défensivement, il a réussi le match parfait.

Impeccable défensivement, avec de nombreuses interventions défensives précieuses en compensant son manque de vivacité par son placement et sa lecture du jeu, J.FONTE a couronné sa prestation d’un but en fin de match. Définitivement le patron de la défense lilloise, peu importe qu’il soit à côté de Soumaoro ou Gabriel.

Surmotivé à l’idée de retrouver son club formateur, IKONE a rendu une belle copie. Il a réussi un doublé de passes décisives pour porter son total en championnat à 7 et c’est lui qui a délivré le centre ayant poussé Meunier à la faute sur l’ouverture du score. Irrégulier dans son investissement, mais létal aux abords de la surface adverse.

Flop
FLOP 3

Entré en cours de jeu au relais d’un Thiago Silva blessé, KEHRER n’a certes pas été aidé par son positionnement, d’abord comme défenseur gauche dans un axe à trois puis comme central droit dans une charnière à deux. Mais ça n’excuse sa prestation défensive catastrophique, tant dans les duels que dans le placement. Il a aussi vendangé une énorme balle de 1-2 en début de seconde période.

DRAXLER était déjà le seul à ne pas être au niveau lors de la première demi-heure, quand le PSG était à égalité numérique et maîtrisait relativement bien son sujet. Il a carrément plongé par la suite, avec un déchet énorme dans les transmissions et une implication proche du néant. Encore cette nonchalance qui finira par le perdre.

KIMPEMBE n’a pas franchement aidé son partenaire allemand de la défense. Le champion du monde, intronisé patron de l’arrière-garde en l’absence de Thiago Silva et de Marquinhos, a failli à sa tâche. Il n’a pas montré la réaction d’orgueil nécessaire dans une situation comme celle-ci et s’est révélé insuffisant dans tout ce qu’il a fait. En difficulté face au dynamisme des attaquants lillois.

Monsieur l’arbitre au rapport


Heureusement que Benoît Bastien a remis la main sur le match en seconde période après avoir participé à l’envenimer lors de la première. Certaines de ses décisions ont prêté à confusion, aussi à cause d’un arbitre assistant qui a préféré que le VAR prenne ses responsabilités plutôt que lui. Il a certainement bien fait de ne pas expulser Kylian Mbappé pour un geste aussi dangereux qu’involontaire sur Thiago Mendes et a logiquement exclu Juan Bernat pour une faute d’antijeu dans une situation de but pour le LOSC. Plus tranquille au cours du deuxième acte.

La feuille de match


L1 (32eme journée) / LILLE - PSG : 5-1


Stade Pierre-Mauroy (49 712 spectateurs)
Temps frais - Pelouse bonne
Arbitre : M.Bastien (5)

Buts : Meunier (7eme csc), Pépé (51eme), J.Bamba (65eme), Gabriel (71eme) et J.Fonte (83eme) pour Lille - Bernat (11eme) pour le PSG

Avertissements : T.Mendes (45eme+2) pour Lille - Mbappé (45eme+6), Draxler (77eme) et Verratti (81eme) pour le PSG

Expulsion : Bernat (36eme) pour le PSG

Lille
Lille
Maignan (6) - Celik (5), J.Fonte (8), Soumaoro (cap) (5) puis Gabriel (45eme+4 / 6), Y.Koné (7) - T.Mendes (6), Xeka (6) puis Bo.Soumaré (69eme) - Pépé (9), Ikoné (7) puis R.Fonte (66eme), J.Bamba (6) - L.Rémy (5)

N'ont pas participé : Jakubech (g), Pied, Reinildo, L.Araujo
Entraîneur : C.Galtier

PSG
PSG
Areola (4) - Dagba (3), T.Silva (cap) (non noté) puis Kehrer (16eme / 2), Kimpembe (3) - Meunier (non noté) puis M.Diaby (24eme / 4), Paredes (5), Verratti (4), Bernat (non noté) - D.Alves (3), Mbappé (6), Draxler (2) puis Kurzawa (85eme)

N'ont pas participé : Buffon (g), Choupo-Moting, Nkunku
Entraîneur : T.Tuchel
Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des

Ligue Europa : Toutes les équipes qualifiées

On connaît désormais les 32 équipes qui participeront aux 16emes de finale de Ligue Europa.
Après une phase de groupes tellement dense qu'elle en devient parfois difficile à lire, la Ligue Europa entrera dans une nouvelle phase en février prochain, à l'occasion des seizièmes de finale. Et il y aura du beau monde parmi les prétendants au titre, entre les équipes issues des poules (Manchester United, FC Séville, Arsenal, AS Rome...) et celles ayant terminé troisièmes de leur groupe en Ligue des Champions (Ajax Amsterdam, Inter Milan, Bayer Leverkusen...). Au moment du tirage au sort (qui aura lieu lundi prochain), les 32 formations seront réparties dans deux chapeaux, avec les têtes de série d'un côté et les non-têtes de série de l'autre.



Les têtes de série (1ers de groupe de C3 et quatre meilleurs troisièmes de C1) : FC Séville (ESP), Malmö (SUE), Bâle (SUI), LASK Linz (AUT), Celtic Glasgow (ECO), Arsenal (ANG), Porto (POR), Enpanyol Barcelone (ESP), La Gantoise (BEL), Istanbul Basaksehir (TUR), Braga (POR), Manchester United (ANG), Ajax Amsterdam (PBS), Red Bull Salzbourg (AUT), Inter Milan (ITA), Benfica Lisbonne (POR)

Les non-têtes de série (2emes de groupe de C3 et quatre moins bons troisièmes de C1) : APOEL Nicosie (CHY), Copenhague (DAN),Getafe (ESP), Sporting Portugal (POR), CFR Cluj (ROU), Eintracht Francfort (ALL), Glasgow Rangers (ECO), Ludogorets Razgrad (BUL), Wolfsburg (ALL), AS Rome (ITA), Wolverhampton (ANG), AZ Alkmaar (PBS), Bayer Leverkusen (ALL), Shakhtar Donetsk (UKR), Olympiakos (GRE), Club Bruges (BEL)

Les compos de Rennes - Lazio Rome

Découvrez les compositions de départ du match opposant Rennes à la Lazio Rome, disputé dans le cadre de la sixième journée de la phase de poules de la Ligue Europa. Coup d'envoi à 18h55.

  • Rennes : Salin - Boey, Gagnon, Nyamsi (cap), Doumbia - Da Cunha, Grenier, Léa Siliki, Tait - Gboho, Siebatcheu

  • Remplaçants : Ed.Mendy (g), Da Silva, Guitane, Niang, Morel, Camavinga, Del Castillo
    Entraîneur : J.Stéphan




  • Lazio : Proto - Bastos, Vavro, Acerbi - Lazzari, Parolo (cap), Cataldi, Luis Alberto, Jony - Immobile, Caicedo

  • Remplaçants : Guerrieri (g), Luis Felipe, V.Berisha, Correa, Lulic, Adekanye, Falbo
    Entraîneur : S.Inzaghi

Ligue Europa : Manchester United facile, Porto dans la douleur

Manchester United est premier de son groupe en Ligue Europa, Porto est qualifié pour les 16emes de finale.

Groupe G : Les Rangers et Porto ont le dernier mot


Dans cette poule, tout était encore possible. Ce sont finalement les deux équipes les mieux placées qui ont décroché leur ticket pour les 16emes de finale. Tenus en échec, à domicile, par les Young Boys, les Rangers ont cédé la première place du groupe à Porto. Le club portugais s’est imposé au bout d’un match un peu fou. Alors qu’ils menaient de deux buts peu après le premier quart d’heure, les Dragons ont finalement été rejoints six minutes plus tard. Tiquinho a redonné un avantage définitif à son équipe, qui a beaucoup souffert en deuxième période.

Groupe H : Ludogorets remporte la « finale »


Ludogorets n’a pas tremblé. Ou presque. Alors que l’Espanyol s’était déjà assuré la première place du groupe avant même d’être tenu en échec par le CSKA Moscou (0-0), le club bulgare, lui, s'est accroché à la deuxième. Les joueurs de Razgrad ont tenu bon face à Ferencvaros (1-1), qui aurait décroché la qualification en cas de victoire sur le terrain de leur adversaire du soir. Mais après avoir concédé l’ouverture du score, les Hongrois n’ont trouvé la faille qu’au bout du temps additionnel.

Groupe I : La Gantoise et Wolfsburg finissent en beauté


Il n’y avait plus aucun suspense dans cette poule. Mais La Gantoise et Wolfsburg, déjà qualifiés, ont fait le boulot jusqu’au bout. Les Belges ont battu Oleksandriya (2-1) grâce à un doublé de Depoitre, alors que le club allemand s’est payé une jeune équipe de Saint-Etienne (1-0).

Groupe J : Mönchengladbach éliminé !


Möchengladbach n’aura pas à jouer sur deux tableaux. Actuel leader de Bundesliga, le Borussia a été renversé, à domicile, par Basaksehir (1-2). Marcus Thuram avait pourtant ouvert le score peu après la demi-heure de jeu, mais l’ancien pensionnaire de Ligue 1 Enzo Crivelli a offert la victoire aux siens, au bout du temps réglementaire. Le club turc fait même coup double puisque le nul de la Roma face à Wolfsberger (2-2) lui a permis de prendre la tête de la poule. La Louve sera elle aussi au rendez-vous des 16emes.

Groupe K : Braga et Wolverhampton font le show


Déjà qualifiés, et alors ? Braga et Wolverhampton ont profité de leurs dernières rencontres sans enjeu pour faire le spectacle. Le club portugais en a passé quatre sur le terrain du Slovan Bratislava (2-4) avec un but du prodige Trincao. Les hommes de Nuno Espirito Santo, eux, ont été sans pitié pour le Besiktas (4-0). Diogo Jota a inscrit un triplé en 11 minutes.

Groupe L : Manchester United finit en beauté


Manchester United a démontré qu’il était bien le patron du groupe en surclassant l’AZ Alkmaar (4-0). Avec Anthony Martial et quelques jeunes joueurs sur le terrain, les Red Devils ont accéléré lors du second acte. Ashley Young a ouvert le score et Greenwood s’est offert un doublé. Le Partizan a décroché un succès pour du beurre face à Astana (4-1).

Lille - Montpellier / Ligue 1 : Ce qu'il faut savoir avant le match

Lille accueille Montpellier, ce vendredi soir, en ouverture de la 18eme journée de Ligue 1. Voici tout ce qu'il faut savoir sur le match.

Lille - Montpellier, les compos probables


Lille


A venir... 

Montpellier


A venir... 

Lille - Montpellier, les groupes


Lille


Maignan, L.Jardim - J.Fonte, Soumaoro, Gabriel, Bradaric, Reinildo, Çelik, Pied - André, Bo.Soumaré, Yazici, Ikoné, Xeka, R.Sanches - Osimhen, L.Rémy, J.Bamba, L.Araujo

Montpellier


Rulli, Bertaud - Souquet, Congré, Hilton, Oyongo, Ristic, C.Vidal - Sambia, Savanier, Chotard, D.Le Tallec, Dolly, Mollet - Delort, Laborde, S.Camara, Skuletic

Lille - Montpellier, la forme du moment


Les trois derniers matchs de Lille


10/12/2019 : Chelsea - Lille (2-1 / LDC)
06/12/2019 : Lille - Brest (1-0 / L1)
03/12/2019 : Lyon - Lille (0-1 / L1)

Les trois derniers matchs de Montpellier


07/12/2019 : Montpellier - PSG (1-3 / L1)
04/12/2019 : Dijon - Montpellier (2-2 / L1)
30/11/2019 : Montpellier - Amiens (4-2 / L1)

Lille - Montpellier, les stats à retenir (avec OPTA)



  • Lille n’a remporté qu’un seul de ses 4 derniers matches contre Montpellier en Ligue 1 (2 nuls, 1 défaite), après avoir gagné 6 des 8 précédents (1 nul, 1 défaite).

  • Lille n’a perdu qu’un seul de ses 13 matches à domicile contre Montpellier en Ligue 1 au 21e siècle (8 victoires, 4 nuls), c’était le 14 août 2011 (0-1).

  • Lille a remporté ses 3 derniers matches en Ligue 1 (1-0 v Dijon, 1-0 à Lyon et 1-0 v Brest), sa meilleure série dans l’élite depuis janvier-février 2019 (5). Lille a gardé sa cage inviolée lors de ses 3 dernières victoires et a l’occasion de gagner en gardant une clean sheet pour la 4e fois de suite, ce qui serait une 1ère depuis octobre-novembre 2013 (4).

  • Montpellier n’a remporté que 2 de ses 8 derniers matches de Ligue 1 (4 nuls, 2 défaites), c’était contre Toulouse le 10 novembre (3-0) et Amiens le 30 novembre (4-2).

  • Lille est invaincu lors de ses 13 derniers matches à domicile en Ligue 1 (11 victoires, 2 nuls), meilleure série en cours et sa meilleure série sur ses terres dans l’élite depuis novembre 2010-mai 2011 (14).

  • Montpellier n’a remporté aucun de ses 9 derniers matches à l’extérieur en Ligue 1 (5 nuls, 4 défaites), seuls Toulouse (17) et Nîmes (10) sont actuellement sur une plus longue série. Il s’agit de la plus longue série des Héraultais en déplacement depuis mai 2016-janvier 2017 (13). Seuls Toulouse et Nîmes affichent, comme le MHSC, 0 victoire en déplacement cette saison en L1 (5 nuls, 3 défaites).

  • Lille totalise 12 clean sheets sur ses terres en Ligue 1 en 2019, total le plus élevé dans les 5 grands championnats européens.

  • Victor Osimhen a marqué 100% de ses buts en Ligue 1 à domicile (9/9). S’il marque, il atteindrait les 10 buts en Ligue 1 (17 matches), il n’y a que Zarko Olarevic (14 matches) et Moussa Sow (15 matches) qui ont atteint ce total plus rapidement avec Lille en L1 sur les 50 dernières saisons.

  • L’attaquant de Montpellier Gaëtan Laborde n’a jamais marqué en 6 matches de Ligue 1 contre Lille. Il n’y a que face à Angers qu’il a disputé plus de matches sans trouver la faille dans l’élite (8 matches, 0 but).

  • L’entraîneur de Lille Christophe Galtier a gagné 12 de ses 18 matches contre Montpellier en Ligue 1 (4 nuls, 2 défaites), c’est au moins 4 victoires de plus que contre toute autre équipe dans l’élite.

Aulas regrette Genesio !

Jean-Michel Aulas s'en veut d'avoir trop écouté les supporters, ce qui l'a conduit à se séparer de Bruno Genesio.
Décidément, quelque chose nous dit que l’OL n’est toujours pas sorti de la tempête. Deux jours après les incidents qui ont opposé Marcelo et plusieurs joueurs lyonnais à leurs propres supporters, au terme de la rencontre face à Leipzig qui a permis aux Gones de se qualifier, Jean-Michel Aulas a de nouveau attisé le feu. Dans une interview accordée à nos confrères d’Eurosport.fr, le président de rhodaniens a redit à quel point il regrettait d’avoir mis fin à sa collaboration avec Bruno Genesio.


« On leur a donné raison… »


D’abord interrogé sur la nomination de Rudi Garcia, toujours pas acceptée par une partie des suiveurs du club, « JMA » a d’abord remis en cause leur influence. « Ne courrait-on pas un risque de se retrouver 15e après avoir écouté les supporters ? », a-t-il interrogé, avant de préciser le fond de sa pensée : « On leur a donné raison avec Bruno Genesio et je m’en mords les doigts de ne pas l’avoir gardé. Je préfère avoir des résultats plutôt que d’écouter les sifflets. Je rappelle que Rudi Garcia a joué la finale de la Coupe d’Europe dans mon stade. »

Se séparer de Genesio, une erreur ?


Le patron des Gones a même concédé avoir « commis une petite erreur » : « J’ai écouté les groupes de supporters. Peut-être que je n’ai pas rendu service à l’institution. J’ai aussi voulu faire plaisir à Bruno. Moi, je pouvais vivre la situation parce que j’avais plus de bouteille que lui. » Alors que la réception de Rennes, dimanche, dans le cadre de la 18eme journée de Ligue 1 s’annonçait déjà houleuse, pas sûr que cette nouvelle sortie d’Aulas apaise les tribunes.