OL : L'appel du pied de Ben Arfa

Copyright : Panoramic
Hatem Ben Arfa, sans club depuis l’été dernier, aimerait bien revenir à l'OL.
Bien que libre de tout engagement depuis la fin de son aventure au Stade Rennais, Hatem Ben Arfa ne s’est pas encore trouvé un nouveau club. Entre les pistes qui ne semblent pas l’intéresser et d’autres qui ne réussissent pas toutes les conditions pour un transfert, l’ancien international est contraint de patienter. Il existerait cependant une destination qu’il serait enclin à emprunter dès que possible si jamais elle venait à se présenter à lui. Celle qui mène à son ancien club de l’OL.

Ben Arfa attend un appel d'Aulas


Selon Téléfoot, le milieu offensif de 32 ans serait très heureux de retrouver les Gones. Il attend juste un appel de la part de Jean-Michel Aulas pour dire oui et s’offrir un dernier grand challenge dans sa carrière. Un souhait qui se respecte, mais qui pour l’instant ne serait pas complètement réciproque. Certes, les dirigeants lyonnais l’ont aussi dans leur viseur, mais ils sont réticents à l’idée de passer à l’offensive. L’OL tente d’explorer d’autres options, avec moins d’inconnues ou d’interrogations que celle que présente HBA en ce moment.
Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des

Real Madrid : Zidane revient sur son cri au coup de sifflet final

En conférence de presse, Zinédine Zidane est notamment revenu sur le cri qu'il a poussé au coup de sifflet final, contre Grenade (2-1).
Le Real Madrid a ramené un succès laborieux mais très important de Grenade lundi soir. Madrid s'est imposé 2-1 grâce à des buts de Mendy et Benzema, mais a beaucoup souffert en seconde période. Zinedine Zidane a laissé échappé un cri au coup de sifflet final et a été sondé à ce sujet en conférence de presse. "J'ai crié parce que j'étais heureux et parce que vous souffrez dans le football. Il était normal de crier car il s'agissait de trois points très importants. J'ai crié pour dire à mes joueurs qu'ils avaient fait un match impressionnant. »

"Nous n'avons encore rien gagné"


Le coach français est ensuite revenu sur le déroulement de la rencontre. "Nous avons eu une très bonne première mi-temps, impressionnante avec le ballon. La seconde période n'a pas été aussi bonne, mais c'est parce que nos adversaires ont bien joué. Pour arriver quelque part en Liga, il faut souffrir un peu et nous avons traversé cela en tant qu'équipe. Nous devons être fiers. Il nous reste deux matches à jouer et nous n'avons encore rien gagné » Le Real peut devenir champion d'Espagne en cas de succès face à Villarreal jeudi.

Liga : le Real Madrid gagne à Grenade et file vers le titre !

Grâce à un Karim Benzema et à un Ferland Mendy buteurs, le Real Madrid est allé s'imposer sur le terrain de Grenade et se rapproche encore du titre en Liga (2-1). Deux buts, deux français, deux masterclass. Zinedine Zidane a été inspiré au moment de composer son onze en alignant ses compatriotes Ferland Mendy et Karim Benzema d’emblée. Alors que Gareth Bale s’amusait en tribunes comme à son habitude, Mendy le faisait sur le terrain. L’ancien lyonnais fixait la défense à l’entrée de la surface, plaçait une accélération fulgurante, puis logeait le cuir sous la barre de Silva pour une ouverture du score spectaculaire. De quoi inspirer Karim Benzema. Six minutes plus tard, le natif de Bron réussissait un enchaînement sublime achevé par en enroulé qui faisait mouche pour permettre à Madrid de rentrer aux vestiaires avec deux buts d’avance. Très à l’aise lors du premier acte, le leader de la Liga, qui devait absolument s’imposer pour reprendre son avance sur le Barça et rêver du sacre, s’est essoufflé dans le second acte face à des locaux coriaces. Et Grenade profitait d’un temps fort dès la 50e minute. Herrera servait Machis dans la profondeur. La frappe de ce dernier filait entre les jambes de Courtois pour mettre la pression face à un leader vacillant dans ses certitudes. Malgré cette piqûre de rappel, le Real ne parvenait pas à sorti de sa phase de gestion. Un Machis inspiré n’arrivait pas à en profiter pour égaliser, mais Grenade restait dangereux face à une défense madrilène pusillanime et fébrile, comme sur ce cafouillage dans la surface des visiteurs à dix minutes du terme. Face aux velléités locales, les merengue faisaient tourner le cuir et préféraient garder la possession plutôt que de tenter des offensives risquées face au pressing insistant des coéquipiers de Rui Silva. Le Real a tremblé jusqu’au bout avec, à 5 minutes du terme, deux occasions coup sur coup pour Grenade. Thibaut Courtois puis Sergio Ramos sur sa ligne s’employaient pour éteindre l’incendie. 2-1, score final. Succès primordial du Real, qui reçoit Villarreal lors de la prochaine journée. Un succès équivaudrait à un nouveau titre de champion pour les Merengue. Lautaro, Ronaldo et les plus longues sagas du mercato de l'Histoire Ces 15 grands joueurs qui n’ont jamais gagné la Ligue des Champions

Liga (J36) : Le Real Madrid gagne dans la douleur et se rapproche du titre

Dans la douleur, le Real Madrid est allé l'emporter sur le terrain de Grenade (2-1), lundi en clôture de la 36eme journée de Liga. Ferland Mendy et Karim Benzema ont marqué pour les Madrilènes qui ne sont plus qu'à un succès du titre.
[/EMBED]

Deux buts, deux Français, deux masterclass. Zinedine Zidane a été inspiré au moment de composer son onze en alignant ses compatriotes Ferland Mendy et Karim Benzema d'emblée. Alors que Gareth Bale s'amusait en tribunes comme à son habitude, Mendy le faisait sur le terrain. L'ancien Lyonnais fixait la défense à l'entrée de la surface, plaçait une accélération fulgurante, puis logeait le cuir sous la barre de Silva pour une ouverture du score spectaculaire. De quoi inspirer Karim Benzema. Six minutes plus tard, le natif de Bron réussissait un enchaînement sublime achevé par en enroulé qui faisait mouche pour permettre à Madrid de rentrer aux vestiaires avec deux buts d'avance.

Très à l'aise lors du premier acte, le leader de la Liga, qui devait absolument s'imposer pour reprendre son avance sur le Barça et rêver du sacre, s'est essoufflé dans le second acte face à des locaux coriaces. Et Grenade profitait d'un temps fort dès la 50e minute. Herrera servait Machis dans la profondeur. La frappe de ce dernier filait entre les jambes de Courtois pour mettre la pression face à un leader vacillant dans ses certitudes.

Malgré cette piqûre de rappel, le Real ne parvenait pas à sortir de sa phase de gestion. Un Machis inspiré n'arrivait pas à en profiter pour égaliser, mais Grenade restait dangereux face à une défense madrilène pusillanime et fébrile, comme sur ce cafouillage dans la surface des visiteurs à dix minutes du terme. Face aux velléités locales, les Merengue faisaient tourner le cuir et préféraient garder la possession plutôt que de tenter des offensives risquées face au pressing insistant des coéquipiers de Rui Silva. Le Real a tremblé jusqu'au bout avec, à 5 minutes du terme, deux occasions coup sur coup pour Grenade. Thibaut Courtois puis Sergio Ramos sur sa ligne s'employaient pour éteindre l'incendie. 2-1, score final. Succès primordial du Real, qui reçoit Villarreal lors de la prochaine journée. Un succès équivaudrait à un nouveau titre de champion pour les Merengue.

Argentine : Lucas Ocampos parle de Lionel Messi comme d'un "Dieu"

Pour Lucas Ocampos, Lionel Messi est un Dieu. Cependant, le numéro 10 parvient à intégrer les autres joueurs comme des éléments entiers du groupe, en sélection nationale.
Lucas Ocampos est vital au FC Séville cette saison. En s'imposant face à Majorque, dimanche soir (2-0), son équipe s'est rapprochée un peu plus de la prochaine qualification en Ligue des champions. Il est à noter que, sur penalty, l'ancien joueur de l'OM a inscrit son 14ème but de la saison en Liga. Quatrième du classement avec 66 points après 35 matches, le club andalou compte pour le moment le même nombre de points que l'Atlético Madrid, troisième, et 9 de plus que Villarreal, cinquième, à deux journées de la fin du championnat.

Messi, un "Dieu" humble pour Ocampos






International argentin, Ocampos a longuement évoqué le cas de Lionel Messi, avec qui il a pu partager le maillot de la sélection albiceleste. Il n'a pas été avare en éloges envers le capitaine du Barça et de l'Argentine. "C'était choquant pour moi le premier jour. Je l'avais rencontré lorsque nous avons joué contre lui, mais pas pour ce qui concerne le partage du même vestiaire...", a-t-il expliqué. "D'abord, cela choque, parce que, comme je le dis toujours, c'est un joueur et une personne qui malgré tout ce que cela suppose d'être Messi, vous fait vous sentir normal", a reconnu Ocampos dans un entretien pour Olé. "Vous le voyez comme un Dieu, c'est la réalité, et il vous fait vous sentir comme un de plus, un participant du moment." En outre, Ocampos a valorisé les qualités de Messi en tant que leader. "J'ai eu une seule sélection avec lui, contre le Brésil. Mais sur le terrain, il apporte beaucoup de choses, il vous dit de regarder, il vous donne la balle, vous vous rendez compte que s'il a la balle, vous faites un peu de mouvement et la balle arrive. C'est un peu pour comprendre le moment du match, c'est le joueur qui a le plus le ballon et qui dicte le rythme de l'équipe", a jugé le joueur du FC Séville à propos du natif de Rosario.

Le Cameroun n’accueillera pas le Final Four de la C1 africaine

En raison du coronavirus, le Cameroun a décliné la proposition de la CAF d'accueillir le Final Four de la Ligue des Champions.

Le dénouement de la Ligue des Champions africaine 2019-2020 ne se déroulera pas au Cameroun. La Fédération camerounaise de football a décliné officiellement ce lundi la proposition de la Confédération africaine de football. « Le vendredi 10 juillet 2020, j’ai, en ma qualité de président de la Fédération Camerounaise de Football, saisi la CAF en réponse à l’offre faite au mois de mai par l’instance faîtière du football africain pour l’organisation en Final Four de la Champion’s League édition 2020 au stade de Japoma à Douala, a indiqué le président de la Fécafoot, Seidou Mbombo Njoya. J’ai fait connaître à la CAF que le gouvernement n’a pas marqué son accord pour l’accueil par le Cameroun des demi-finales et finale de cette prestigieuse compétition africaine en raison des risques sanitaires liées à la pandémie du Covid-19 et les incertitudes sur l’évolution à court terme de cette pandémie. »




Pour rappel, le Cameroun avait décidé dès la mi-mai de mettre un terme définitif à la saison 2019-2020, interrompue deux mois plus tôt par la pandémie. Le pays déplore à ce jour 359 décès dus au coronavirus, pour un total de 14 916 cas recensés officiellement. Le 30 juin dernier, la phase finale de la prochaine CAN, programmée en janvier 2021 au Cameroun, avait été reportée d'un an pour les mêmes raisons sanitaires. La Confédération africaine de football va devoir trouver une autre terre d'accueil pour les deux demi-finales de la C1 (WAC Casablanca - Al-Ahly et Raja Casablanca - Zamalek), disputées sur un seul match, et la finale. Selon diverses sources, l'Egypte se serait portée candidate, alors que le pays compte deux des quatre demi-finalistes de l'épreuve.