Lyon : Garcia, Depay, qualification... Aulas fait le point

Copyright : Panoramic
Après la qualification de Lyon pour les huitièmes de finale de la Ligue des Champions, Jean-Michel Aulas, le président du club, a évoqué différents sujets devant la presse.


Jean-Michel Aulas n’aime rien que ces situations. Le président de l’Olympique lyonnais, loin de s’inquiéter de la prestation de l’OL contre le RB Leipzig mardi (2-2), a fanfaronné sur ce nul synonyme de qualification pour les 8emes de finale de la Ligue des Champions. Tout en jouant, comme souvent, la carte du « seuls contre tous ». « Beaucoup de commentateurs ne nous donnaient pas qualifiés avant le match, a rappelé Aulas dans la zone mixte du Groupama Stadium. On a réussi, parce que les joueurs ont fait un match exceptionnel. Quand on est menés 2-0 contre Leipzig… Pour moi, Leipzig est le futur champion d’Allemagne. Il a les qualités pour et ses deux adversaires traditionnels sont un peu moins bien. C’est une équipe très forte. On avait un groupe dans lequel il y avait Benfica champion du Portugal, le Zenit champion de Russie et le 2eme du championnat d’Allemagne dont tout le monde dit qu’il est peut-être le futur champion. On a vraiment fait ce qu’il fallait. »


Aulas encense Rudi Garcia et chambre Saint-Etienne


A entendre « JMA », l’OL avait donc hérité d’un « groupe de la mort », ce qui était loin de sauter aux yeux au moment du tirage au sort. Mais Aulas a tiré mardi soir sur toutes les ficelles de communication qu’il manie si bien depuis des années. Il le savait, l’après-match tournerait autour de la première période catastrophique de son équipe et d’un résultat miraculeux quant à la physionomie du match. Le boss de l’OL n’en avait toutefois que pour la réaction d’orgueil de son groupe, son nouvel entraîneur Rudi Garcia en tête. « Rudi a démontré son très grand professionnalisme, son expérience. Sortir les joueurs de la torpeur d’un 0-2 à la mi-temps, contre une équipe aussi forte, alors qu’on jouait avec une épée de Damoclès qui pouvait nous envoyer en dehors de toute compétition européenne, et apporter à la France ce deuxième qualifié, je suis d’une fierté incroyable. Pour mes joueurs et pour mes supporters, ils vont pouvoir dire à ceux d’à côté qu’eux se sont qualifiés en Ligue des Champions. Pour la France, ce sont des points indispensables au ranking pour avoir demain des droits TV très importants. »

Aulas : « Memphis ? Un capitaine incroyable »


Il n’est jamais de trop de jouer sur la corde sensible, en pointant du doigt le rival stéphanois, éliminé dès la phase de groupes de Ligue Europa, ou en sortant la carte cocardière. Aulas ne s’est pas arrêté en si bon chemin. Parce qu’il fallait aussi déminer le terrain, suite aux incidents ayant marqué la fin de match, joueurs et supporters s’opposant violemment après le déploiement d’une banderole hostile à Marcelo. Là encore, Aulas n’a voulu voir que le verre à moitié plein. « Quand je fais la synthèse devant vous, je retiens l’essentiel, c’est que la France a un deuxième club qualifié en Ligue des Champions. C’est une vachement bonne nouvelle. (…) Ça a permis aussi de démontrer l’immense caractère de Memphis. Non seulement il a été l’un des meilleurs joueurs sur le terrain, mais il vient de démontrer que c’était un capitaine incroyable, qui savait défendre ses joueurs. Quand vous êtes président, vous aimez défendre vos joueurs. Il a fait ce que j’aurais fait personnellement. »

Aulas convoque l’histoire européenne unique de l’OL


Et ce qu’il fera en sanctionnant « de manière très ferme » celui qui sera identifié par les caméras de surveillance comme le porteur de l’objet du scandale. Après avoir marché sur un fil pendant tout l’exercice devant des journalistes qui avaient envie de le faire trébucher, « JMA » a enfin insisté sur un point : ce que Lyon a accompli, personne ne l’avait fait avant lui. « Quand c’est Lyon, qui est sur le plan statistique le meilleur club depuis 10 ans, depuis 20 ans, depuis 30 dans le championnat de France, qui vient de jouer une 16eme fois la phase de groupes de la Ligue des Champions pour se qualifier 12 fois, ça veut dire que ce n’est pas par hasard. » Comme cette sortie médiatique dont Aulas a le secret pour détourner l’attention des problèmes qui minent son club en interne.

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Vinicius Jr libère le Real Madrid / Liga (J3)

Longtemps tenu en échec par Valladolid, le Real a dû s’en remettre à Vinicius Jr pour assurer les trois points mis jeu (1-0).

Opposé au Real Valladolid, le Real Madrid n’était pas loin ce mercredi de concéder son deuxième match nul de la saison. En panne d’inspiration offensivement, les Merengue ont longtemps été accrochés. Ce n’est qu’à la 65e minute qu’ils sont parvenus à débloquer la situation. Pour cela ils peuvent remercier le rentrant Vinicius Jr.


Lancé sur le terrain sept minutes auparavant, le Brésilien a ouvert le score en exploitant un contre favorable suite à une passe déviée de Karim Benzema. Il fallait bien ce soupçon de réussite pour mettre à mal l’hermétique arrière-garde adverse. Auparavant, les différentes tentatives des champions d’Espagne se sont toutes soldées par des échecs. Et en particulier celles de Luka Jovic.




Jovic a manqué le coche


L’attaquant serbe a été titularisé pour la deuxième fois de suite par Zinédine Zidane. Des opportunités qu’il n’a pas su saisir pour marquer des points. Comme face au Real Betis le week-end dernier, il est resté muet devant les buts adverses. En première période, il a vendangé la meilleure occasion des siens (17e). Bis repetita en seconde, avec une tête cadrée mais qui a été détournée par le gardien de Valladolid. L’ancien sociétaire de l’Eintracht Francfort a quitté le terrain la tête basse dès la 58e minute.


Jovic n’était pas le seul Luka du Real à avoir manqué de scorer, c’est aussi le cas de Modric, dont la frappe à la 82e a terminé sur le poteau. A noter que Vinicius Jr, après avoir ouvert la marque, a aussi manqué de réalisme sur certaines séquences (77e et 92e). Autant d’essais non convertis que les Castillans auraient pu regretter si Valladolid s’était montré efficace sur ses propres actions offensives. Mais, l’ancien club de Ben Arfa n’a pas été en mesure de surprendre Thibaut Courtois. Au final, le Real s’est donc imposé et ce succès lui permet de monter sur le podium du classement.


L’OM « satisfait » du verdict de la Commission

L’Olympique de Marseille a salué à la décision de la LFP de ne pas sanctionner Alvaro Gonzalez.

Ce mercredi, la commission de discipline de la Ligue a rendu son verdict concernant les cas Neymar et Alvaro Gonzalez, soupçonnés d’avoir tenus des propos racistes lors du dernier classique entre leurs deux équipes respectives. L’un comme l’autre ont échappé à une sanction. Une nouvelle qui a été accueillie avec soulagement et aussi grande satisfaction dans le camp olympien.


« L’OM, le club de l’antiracisme »


A peine la décision révélée, Marseille a publié un communiqué dans lequel il se félicitait que son joueur ait été « blanchi ». « L’Olympique de Marseille se satisfait de la décision rendue par la commission de discipline. Alvaro Gonzalez n’est pas raciste, toute accusation portée à son encontre sur ce sujet est injuste et infondée. L’Olympique de Marseille est et restera le club de l’antiracisme », pouvait-on lire sur le site du club.


Pour rappel, Alvaro Gonzalez avait beaucoup souffert des accusations dont il a fait objet. Il avait assuré dès la fin du match contre le PSG qu’il n’a jamais tenu des propos racistes à l'encontre de Neymar, mais cela ne l’a pas empêché d’être la cible de critiques et même de menaces de mort. L’Espagnol avait aussi été pris à partie par les supporters de son équipe. A présent, lui et son club peuvent passer à autre chose et oublier pour de bon ce malheureux épisode.


Liga (4e J): Real Madrid - Valladolid en direct

Real Madrid - Valladolid Copyright -AFP
Suivez en direct sur notre portail le choc opposant le Real Madrid (6e avec 4 points) à Valladolid (17e avec 2 unités), disputé dans le cadre de la 4ème journée de la Liga. Coup d’envoi mercredi à 19h30 GMT. >> Liga: calendrier et résultats de la 4e journée

La Supercoupe d’Allemagne pour le Bayern

Les champions d'Europe bavarois ont remporté mercredi leur premier trophée de la saison, en dominant le Borussia Dortmund en Supercoupe d’Allemagne.
Une grande équipe ne perd jamais deux fois de suite, parait-il. Le Bayern a prouvé qu’il en était une en dominant ce mercredi le Borussia Dortmund en Supercoupe d’Allemagne, trois jours après sa déroute contre Hoffenheim en Bundesliga (1-4). Face à leur ennemi juré, les hommes de Hansi Flick ont eu fort à faire mais ils font fini par remporter la mise.

Et de cinq pour le Bayern !


C’est le 8e succès du Bayern dans cette Supercoupe d’Allemagne, et aussi le 5e titre majeur en cette année 2020 exceptionnelle. La razzia des Munichois se poursuit, et ils pourraient parachever le grand chelem en décembre prochain en allant conquérir la Coupe du Monde des clubs.



Chacune des deux équipes a eu sa mi-temps, mais le Borussia n’a pas su bien exploiter la sienne. L’équipe de Lucien Favre a, certes, remonté deux buts à son rival, mais elle a craqué vers la fin sur une réalisation de Joshua Kimmich. A la 82e minute, l’international allemand a donné la victoire aux siens en battant Hitz d’une reprise plein axe et en deux temps. A l’origine, c’est un ballon perdu près du rond central qui a lancé l’action des Bavarois. Une erreur qui a donc gâché tous les efforts effectués auparavant par Reus et ses coéquipiers.

Haaland a raté la balle de match


Corentin Tolisso, d’une reprise en force suite à un centre de Robert Lewandowski (18e), puis Thomas Muller, d’un coup de casque victorieux à la réception d’un service d’Alphonso Davies (32e), ont donné un avantage de deux buts aux Bavarois. On voyait alors mal le BVB revenir, mais les « Schwarzgelben » ont puisé dans leurs ressources pour se relancer. Erling Haaland a signé deux gestes décisifs pour permettre aux siens de revenir le match. D’abord une passe pour Brandt (39e), puis un but à la 54e. Le Norvégien aurait ensuite pu marquer le 3e but de son équipe, mais il a buté sur Manuel Neuer (60e). C’était le tournant de la partie. Au coup de sifflet final, le Scandinave a dû amèrement regretter cette occasion manquée.

Officiel - Sénégal: Keita Baldé quitte l’AS Monaco pour la Sampdoria

Keita Baldé - Sampdoria Copyright -AFP
Nouveau point de chute pour Keita Baldé. Laissé de côté par son coach Niko Kovac, l’attaquant sénégalais quitte l’AS Monaco et retrouve la Serie A avec un prêt avec option d’achat à la Sampdoria. Keita Baldé Diao quitte l'AS Monaco. Alors qu’il ne faisait plus partie des plans de son entraîneur Niko Kovac, le fantasque ailier des Lions de la Téranga (25 ans, 30 sélections, 5 buts) a rallié comme attendu les rangs de la Sampdoria, et ce, dans le cadre d'un prêt d'une saison avec option d'achat. Recruté pour la coquette somme de 30 millions d'euros par l’écurie princière en 2017, l’ancien pensionnaire du FC Barcelone va découvrir son troisième club italien, après la Lazio Rome (2013-2017) et l'Inter Milan (prêt en 2018-2019). La saison écoulée, Keita Baldé avait fait parler la poudre à 8 reprises en 26 apparitions toutes compétitions confondues sous les couleurs de l’ASM. A lire aussi >> Mercato - Sénégal: Wagué quitte le FC Barcelone pour… la Grèce !