Lyon : Aulas s'exprime sur Genesio, Fekir, Benzema ou encore Ribéry

Copyright : Panoramic
Invité sur le plateau de beIN Sports, Jean-Michel Aulas a passé en revue les dossiers chauds de l'Olympique Lyonnais au cours des derniers mois écoulés.

Aulas : « Juninho était prêt à travailler avec Genesio »


La nomination de Rudi Garcia était loin de faire l’unanimité auprès des supporters de l’Olympique Lyonnais, après le licenciement de Sylvinho en octobre dernier. Mais les fans des Gones auraient pu avoir une surprise plus importante encore. Impossible, à première vue. Et pourtant… Jean-Michel Aulas a en effet expliqué que Bruno Genesio aurait pu revenir au club, quelques mois après la fin de son aventure : « On a reçu plus de trois heures les quatre candidats. Autre que Gourvennec, Blanc et Garcia ? Au départ, Juninho était prêt à travailler avec Bruno Genesio. Ça ne s’est pas fait au départ, puis Bruno est parti en Chine », a-t-il avoué sur beIN Sports, rappelant qu’il avait également appelé José Mourinho. Avant, finalement, le choix Rudi Garcia à l’unanimité selon ses dires.


Aulas : « Fekir voulait que son frère vienne avec lui »




Proche de rejoindre Liverpool en 2018, Nabi Fekir a finalement fait ses valises lors du dernier Mercato pour le Betis. Un choix qui a surpris. Et dont JMA a livré les coulisses : « Il n’est pas parti parce que le Betis est meilleur. Yassin (son frère, ndlr) a souhaité partir, il m’a appelé plusieurs fois. Il fallait que ce soit un club qui prenne les deux (…) Nabil a des qualités de cœur immenses, il voulait absolument que son frère vienne avec lui et à partir du moment où le Betis a fait une proposition qui correspondait aux deux… Il m’a supplié de le laisser partir même si l’offre était bien différente de celle de Liverpool ». Même si Lyon s’est retrouvé perdant financièrement, Aulas s’est dit prêt à accueillir de nouveau son ex-capitaine à bras ouverts.


Aulas : « Un retour de Benzema est possible »


Déjà évoqué par Juninho il y a quelques semaines, le sujet de l’éventuel retour de Karim Benzema a été remis sur la table. Le patron des Gones, qui considère l’attaquant du Real Madrid comme son « fils », a lui aussi ouvert la porte à une telle opération, bien que conscient de son immense complexité à court terme : «  Un retour de Benzema possible ? Bien sûr. Si lui y trouvait son compte… On avait discuté avec son ancien agent l’année dernière. Entre temps il y a eu des changements au Real. Ce n’est pas possible à l’instant t mais si demain ou après-demain il y a possibilité… Si on a évoqué ce retour ? Bien sûr ». Le président rhodanien a par ailleurs expliqué que Juninho « voulait Franck Ribéry » cet été, alors que l’international français s’est engagé avec la Fiorentina.


Aulas : « On va faire une proposition à Depay »


Dernier dossier Mercato évoqué par Aulas sur beIN Sports, celui de Memphis Depay. Ce n’est pas un secret : l’OL veut faire prolonger son international néerlandais. Et JMA a lancé l’opération séduction : « On va lui faire une proposition de prolongation. C’est lui qui va décider. C’est un joueur exceptionnel et comme tous les joueurs exceptionnels, il a des caractéristiques sur le plan du management qui sont difficiles. Il peut avoir des absences mais quand il a envie de réussir… C’est un garçon qui est attachant. C’est non seulement un grand joueur mais un homme intéressant. Capitaine ? J’ai applaudi des deux mains. Ça va lui permettre de s’exprimer ».

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des

Barcelone : Iniesta dévoile ses deux principales idoles

Andrés Iniesta a confié au site de la Liga que Michael Laudrup et Pep Guardiola ont été ses modèles lorsqu'il était encore un tout jeune joueur au FC Barcelone.

Ancien maître à jouer du FC Barcelone, Andrés Iniesta (36 ans) a tout gagné avec le club catalan. Et s’il a réussi à se hisser au panthéon des meilleurs joueurs de l'histoire des Blaugrana, ce n’est pas seulement grâce à son talent. Mais également parce que le milieu de terrain espagnol aura réussi à calquer son jeu sur ceux de ses deux idoles au Barça : Michael Laudrup et Pep Guardiola.

A lire aussi >> Vidéo - Andrès Iniesta: "J'aimerais devenir entraîneur"

Les deux légendes ont été ses modèles lorsqu'il était encore un tout jeune joueur au FC Barcelone. Le premier a évolué au Barça entre 1989 et 1994, tandis que le second en a porté le maillot de 1990 à 2001. Avant d'en devenir l'entraîneur quelques années plus tard (2008-2012). « Mon idole, ou mes idoles, ont toujours été Laudrup et Guardiola, a raconté Andrés Iniesta au site internet de la Liga. C'étaient les deux joueurs dont j'essayais le plus de me rapprocher, de copier autant que possible tout en gardant mon propre style. Pour moi, en tant que joueur, c'étaient les deux que j'admirais le plus quand j'étais plus jeune ». A 36 ans, le milieu de terrain espagnol évolue depuis 2018 au Vissel Kobe, un club du championnat de D1 du Japon.

Portugal : difficile reprise pour Aboubakar et Porto

Aboubakar

A l’occasion de leur retour en championnat, Vincent Aboubakar et le FC Porto sont tombés (2-1) mercredi sur la pelouse de Famalicao.

Après trois mois d'interruption due à la pandémie de coronavirus, la D1 portugaise a repris là où elle s’était arrêtée. Et pour cette 25e journée de Liga Nos, le FC Porto s’est déplacé mercredi sur la pelouse de Famalicao. Avec un Vincent Aboubakar sur le banc de touche dès l’entame de la rencontre, les Dragons se sont fait battre 2-1. Désormais, un point les sépare de Benfica qui pourra s’adjuger le fauteuil de leader en cas de victoire ce soir face à Tondela.

A lire aussi >> Porto : Vincent Aboubakar est à vendre (officiel)

Sans Vincent Aboubakar, le FC Porto a en effet mal débuté la rencontre. Comme son adversaire d’ailleurs. Résultat, les deux équipes ont servi aux téléspectateurs une première période sans intérêt. Il aura donc fallu attendre le second acte pour être mieux servi en occasions nettes de but. Et ça commence avec cette énorme boulette de Marchesin, le gardien du FC Porto qui offrait un cadeau à Fabio Martins pour l'ouverture du score (1-0, 48e). Corona pensait avoir relancé l’actuel leader en égalisant après un superbe enchaînement contrôle du droit suivi d’un tir du gauche (1-1, 73e). Mais c’est sans compter sur le jeune et talentueux Pedro Gonçalves (21 ans) qui offre la victoire à son équipe d’une délicieuse frappe du pied droit (2-1, 78e). Menés pour la seconde fois dans ce match, les visiteurs vont alors multiplier les efforts offensifs, sans parvenir à rattraper leurs adversaires. Même l’entrée en jeu de Vincent Aboubakar (82e) ne va rien changer au sort de Porto.

Atlético Madrid : L’adjoint de Simeone quitte le club

L"adjoint de Diego Simeone depuis 2011 German Burgos va quitter la capitale pour devenir entraîneur principal.

El Cholo perd son Mono. Ce sont les surnoms des deux inséparables sur le banc de l'Atletico depuis 2011, l'incontournable Diego Simeone et son fidèle adjoint German Burgos. Une association qui sera de l'histoire ancienne à la fin de la saison, Burgos (51 ans) ayant annoncé son départ via une vidéo sur les réseaux du club. L'homme deviendrait entraîneur en chef d'une équipe pas encore dévoilée, tandis que le quotidien AS révèle des contacts avancés avec l'Union de Santa Fe (Argentine).


https://twitter.com/Atleti/status/1268131931901878274?s=20


7 titres avec l'Atletico


Il s'agit d'un départ important dans l'histoire de l'Atletico, puisque German Burgos a presque tout gagné aux côtés de Diego Simeone. Depuis 2011, l'Atletico a décroché un titre de champion d'Espagne (2014), deux Ligues Europa (2012 et 2018), une Coupe du Roi, une Supercoupe d'Espagne et deux Supercoupes d'Europe. Les colchoneros sont aussi allés deux fois en finale de la Ligue des Champions contre le Real Madrid (2014 et 2016).


L’OM, Lens et Brest sur une pépite de Ligue 2

L'attaquant de Clermont Adrian Grbic serait ciblé par au moins cinq clubs de Ligue 1, dont l'Olympique de Marseille.

La fuite vers le haut. Adrian Grbic (23 ans) a réalisé une saison pleine en Ligue 2, un beau moyen de sortir de l'anonymat et d'alerter plusieurs clubs sur son talent. Auteur de 17 buts et 3 passes décisives avant l'arrêt du championnat, l'Autrichien en provenance d'Altach s'est attiré les faveurs de Brest, Lens, Lorient, Saint-Étienne et même Marseille.


L'Équipe rapporte que Brest et Lens ont même déjà formulé des offres (aux alentours de 6 millions d'euros), insuffisantes pour le club auvergnat. Clermont espère au moins 10 millions, sachant que les trois autres cités comme intéressés n'ont encore rien proposé de concret.


Aller à l'OM serait « une erreur sportive »


L'Autrichien vise l'Euro avec l'Autriche, la compétition étant décalée de 2020 à 2021. Un objectif qui justifie son envie d'aller dans un club où il aurait du temps de jeu, plus qu'un départ dans une écurie européenne. « Pas sûr cependant que ce soit tout de suite une bonne destination pour moi. Ce serait intéressant sur le plan financier et d’un point de vue médiatique, mais sportivement, ce serait une erreur » explique le Clermontois dans les colonnes de Sport Auvergne.



Jean-Michel Aulas pointe du doigt l’Etat

Le président lyonnais, Jean-Michel Aulas, tient le gouvernement comme le principal responsable de la crise que traverse aujourd’hui le football français.

Décidément, Jean-Michel Aulas a toujours autant de mal à digérer la décision qui a été prise d’arrêter prématurément la saison de Ligue 1. Le président lyonnais ne cesse de déplorer ce verdict, et tout faire également pour tenter de l’invalider. À mesure que le temps passe, il commence à penser plus au futur, mais son mécontentement reste prégnant et ce mercredi il l’a dirigé vers les responsables du gouvernement à l’occasion d’une intervention sur la radio RMC. Selon lui, « c'est l'Etat qui a intimé l'ordre d'arrêter » et « sa responsabilité est donc engagée. »


Un recours pour « réclamer les 800M€ de déficit »


Aulas a fait savoir ensuite que les clubs de l’élite sont en train de se mobiliser pour tenter de limiter le manque à gagner. L’idée est « de déposer un recours pour réclamer les 800M€ de déficit probable ». Une initiative commune et qui tranche avec le désaccord qu’ils avaient affiché avant l’arrêt du championnat. JMA ayant souligné que « ceux qui étaient d'accord pour l'arrêt étaient ceux qui étaient européens ou ceux qui risquaient de descendre. »




Enfin, et même s’il sait que ses chances de parvenir à ses fins sont extrêmement réduites, l’homme fort de l’OL n’abandonne pas encore totalement l’éventualité d’une reprise. « C’est ce qu’on va demander demain au tribunal, a-t-il déclaré. Le Conseil d‘Etat va avoir à juger sur la reprise et les modalités d’arrêt (…) J’avais une réunion cet après-midi avec Nasser Al-Khelaïfi et l'ECA, l'association des clubs européens et la procédure avancée par l'UEFA est celle que nous pourrions suivre aujourd’hui: reprendre les entraînements maintenant et les matchs au bout de 3 ou 4 semaines. »