Ligue 1 : Rennes, jamais deux sans trois

Copyright : Panoramic
Rennes a disposé d'Angers samedi (2-1, 17eme journée de Ligue 1), s'adjugeant ainsi sa troisième victoire de rang.

Le debrief


La Ligue Europa pénalise-t-elle les clubs français en championnat ? La question se pose une nouvelle fois au regard des résultats des clubs engagés en C3 cette saison. Séduisants avant d’entamer leur campagne européenne (trois victoires en septembre) puis de plonger au classement, les Rennais sortent la tête de l’eau depuis leur élimination. Restant sur deux succès consécutifs, les protégés de Julien Stéphan étaient remontés à la huitième place et ne comptaient pas s’arrêter en si bon chemin au moment d’aborder cette rencontre.

Subissant d’abord la possession angevine, ils ont eu la réussite de voir une reprise de Fulgini repoussée par l’intérieur du montant droit d’Edouard Mendy dès l’entame. Appliquant les consignes de Julien Stéphan en laissant le ballon à des Angevins qui n’aiment pas l’avoir pour mieux contrer, ils ont gagné en assurance au fil des minutes. Et comme la doublette Raphinha – Niang était dans un grand soir, les Bretons se sont détachés sur deux actions identiques, une percée du Brésilien conclue par le Sénégalais. Profitant de leur fraîcheur physique nouvelle pour faire mal dans les duels et tenir leur plan de jeu jusqu’au bout du temps additionnel, où ils ont concédé leur unique frappe cadrée, les Rennais prennent trois nouveaux points qui leur permettent de grimper au quatrième rang.

« On prend trop de buts sur des erreurs de concentration. Si on les évite, on peut prendre des points ». Le diagnostic, signé Vincent Manceau, analysait les deux dernières défaites du SCO à Nice puis face à Marseille. Deux revers frustrants qui avaient fait retomber l’éphémère dauphin du PSG au neuvième rang. Pour ce déplacement au Roazhon Park, Stéphane Moulin avait réglé les boulons, envoyant notamment Aït Nouri (fautif lors de la réception de l’OM) sur le banc. Profitant de la fébrilité de leurs hôtes en début de partie, les visiteurs ont enchaîné les situations autour de la surface bretonne, mais sans parvenir à inquiéter E.Mendy.

Douchés par un contre meurtrier à la 24eme, ils ont ensuite hésité à se projeter. La seconde réalisation rennaise, toujours sur une ouverture dans le dos de la défense, a enterré leurs espoirs de capitaliser en terre bretonne. La réduction du score, à deux minutes du coup de sifflet final, pourrait tenir de l’anecdote si elle n’était pas significative au niveau statistique : frappant onze fois au but, le club du Maine-et-Loire n’avait toujours pas cadré jusque-là. Un manque de réalisme lui faisant perdre une nouvelle place.
L’instant T :
On vient à peine d’engager. Mangani profite de l’avantage laissé par M.Delerue pour prendre le couloir gauche et enrouler un centre vers le second poteau. Passé dans le dos de Morel, Fulgini reprend de l’intérieur. Croisée, la balle roule hors de portée d’Edouard Mendy mais finit sa course sur la base du montant opposé ! Le scénario aurait été tout autre pour quelques centimètres.

Les buts


24eme minute (1-0)
Rennes ouvre le score ! Sur un long dégagement de Maouassa, M.Niang gagne son duel de la tête et dévie dans le course de Raphinha. Le Brésilien file sur l'aile gauche avant d'adresser un subtil ballon en retrait. Au terme de ce long une-deux, le Sénégalais reprend du point de penalty et de l'intérieur du gauche pour croiser hors de portée de Butelle !

80eme minute (2-0)
Rennes fait le break ! Lancé à la limite du hors-jeu par Léa-Siliki, Raphinha s'envole sur l'aile droite et centre au cordeau pour M.Niang, qui termine le travail de l'intérieur à bout portant !

90+3eme minute (2-1)
Angers réduit le score ! Sur un corner venu de la gauche de Mangani, Pajot dévie de la tête à l'entrée des 5,50. Au second poteau, Alioui a bien suivi pour pousser au fond.

Les tops et les flops


RAPHINHA (7)

La deuxième recrue la plus chère de l’histoire du Stade Rennais commence à s’acclimater à l’air breton. Le Brésilien a mis au supplice Pellenard et Manceau, enrhumés dans leurs couloirs respectifs par la capacité de percussion du transfuge du Sporting. Sachant lever la tête en bout de course, il a servi M.Niang sur un plateau d’argent à deux reprises.
Angelo FULGINI (6)

L’ancien Bleuet a étalé son talent sur la pelouse du Roazhon Park. Contrôles orientés, talonnades, déviations en une touche, râteaux à la pelle… Cherchant toujours à créer des brèches et jouer vers l’avant, il n’a pas vu ses initiatives bonifiées par des partenaires techniquement un cran en-dessous. Ciblé par ses adversaires comme la menace principale, il a essuyé quantité de tampons et tacles en retard.
Romain DEL CASTILLO (4)

Contrastant avec le milieu rennais - peu à peu monté en régime – et la doublette Raphinha – M.Niang, l’ailier formé à Lyon s’est très peu montré. On a surtout remarqué la balle de break vendangée à la 51eme, lorsqu’il a envoyé en tribune sa volée, alors même qu’il n’était qu’à quelques mètres du but et que la défense angevine le regardait.

La feuille de match


RENNES – ANGERS : 2-1


Roazhon Park, Rennes, (15 000 spectateurs environ)
Temps humide – Pelouse de qualité
Arbitre : M.Delerue (7)

Buts : M.Niang (24eme et 80eme) pour Rennes, Alioui (90+3eme) pour Angers

Avertissements : Da Silva (26eme), H.Traoré (44eme) et Camavinga (67eme) pour Rennes, R.Thomas (45eme) pour Angers

Expulsion : néant

Rennes
Rennes
E.Mendy (4) – H.Traoré (5), Da Silva (cap) (6), Morel (5), Maouassa (5) puis Nyamsi (45eme) (6) – Raphinha (7), Bourigeaud (4), Léa-Siliki (5), Del Castillo (4) puis Camavinga (64eme) - Hunou (5) puis Tait (79eme), M.Niang (6)

N'ont pas participé : Salin (g), Gnagnon, Grenier, D.Sakho

Entraîneur : J.Stéphan

Angers
Angers
Butelle (4) – Manceau (4), I.Traoré (cap) (4), R.Thomas (4), Pellenard (4) puis Aït Nouri (71eme) – Santamaria (4) - Capelle (4) puis Thioub (64eme), Fulgini (6), Mangani (5), Lage (4) puis Pajot (85eme) - Alioui (5)

N'ont pas participé : Petkovic (g), A.Bamba, Pavlovic, Bobichon

Entraîneur : S.Moulin
Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des

Serie A: Ronaldo s'offre un doublé, la Juventus fait le plein !

Cristiano Ronaldo - Juventus Copyright -AFP
La Juventus s’est imposée face à Parme grâce notamment à un doublé de Cristiano Ronaldo ce dimanche, pour le compte de la 20e journée de Serie A. Parme avait tout de la victime expiatoire dans cette rencontre de la 20e journée de Serie A et ce, même si la Juve a mis du temps à lancer son match. Pusillanime, la Vieille Dame tarde à rentrer dans son costume de bourreau. Il a fallu que Cristiano Ronaldo se dévoue. Servi par Matuidi à deux minutes du repos, l’ancien joueur du Real Madrid repiquait dans l’axe et s’offrait une tentative soudaine et déviée par Darmian pour tromper Sepe et ouvrir le score à un moment fort opportun. 7 – Cristiano #Ronaldo is the first Juventus player to score in 7 Serie A apps in a row since David Trezeguet (December 2005). Tornado. #JuveParma Le buteur portugais devenait ainsi le premier joueur de l’histoire de la Juve à marquer lors de 7 apparitions de rang en Serie A depuis David Trezeguet en décembre 2005, comme le fait remarquer Opta. La Juve est lancée et Sepe doit repousser sur son poteau une tentative rasante de Danilo en début de second acte. Mais la Vieille Dame se fera reprendre quelques instants plus tard. Cornelius réduisant la marque pour les siens. Les locaux ont cependant réagi par l’inévitable CR7, qui s’offrait un doublé sur un tir en pleine course consécutif à un service de Dybala. La Juve se faisait quelques frayeurs dans une fin de rencontre débridée, mais l’équipe turinoise a tenu le cap jusqu’au bout. Et c’est un succès important pour la Juve, alors que l’Inter Milan avait été tenu en échec par Lecce (1-1) plus tôt dans la soirée. But(s) : Juventus Turin : Cristiano Ronaldo (43eme et 58eme) Carton(s) jaune(s) : Parme : Kurtič (71eme) Remplacement(s) : Juventus Turin : Entrants : Danilo (21eme), Higuaín (59eme), Douglas Costa (81eme) Sortants : Alex Sandro (21eme), Ramsey (59eme), P. Dybala (81eme) Parme : Entrants : Sprocati (66eme), Siligardi (88eme) Sortants : Scozzarella (66eme), Kulusevski (88eme)  

Mercato - Leonardo (PSG) : « Edinson Cavani a demandé à partir »

Le directeur sportif du Paris Saint-Germain, Leonardo, a indiqué qu'Edinson Cavani avait demandé à quitter le club cet hiver.
Après le court succès du Paris Saint-Germain à Lorient en seizièmes de finale de Coupe de France (0-1), Leonardo s'est arrêté en zone mixte pour faire le point sur les dossiers chauds du club de la capitale. Le directeur sportif du PSG avait des choses à dire. Notamment sur la situation d'Edinson Cavani. Extraits.

Edinson Cavani a demandé à quitter Paris cet hiver


L'information principale de la soirée concerne donc Cavani, qui a bien demandé à quitter le Paris Saint-Germain dès cet hiver, selon Leonardo. Le dirigeant brésilien confirme au passage avoir eu une offre de l'Atlético de Madrid sur la table. "Edinson Cavani ? Il a demandé à partir, on étudie la situation. On a eu une proposition de l’Atlético de Madrid, on ne l’a pas retenue. Je ne sais pas comment ça va finir (...) On connaît la situation. Ce n’est pas facile. Trouver un remplaçant ? C’est une bonne question. On y réfléchit".

Leonardo botte en touche pour les dossiers Neymar et Mbappé


Il a aussi été question de deux autres dossiers brûlants : les prolongations de Kylian Mbappé et Neymar. L'Italo-brésilien n'a pas souhaité en dire plus sur ces deux feuilletons éminemment importants. "On verra après le mercato", a-t-il sobrement commenté.

Leonardo a également évoqué le dossier Layvin Kurzawa. L'international français, aligné ce dimanche soir à Lorient, fait l'objet de rumeurs de départ. Son nom a circulé dans la presse britannique pour un possible transfert à Arsenal. Une version démentie par le directeur sportif du PSG, qui a certifié n'avoir reçu aucun appel pour le défenseur latéral gauche.

Le coup de gueule de Leonardo sur les "4 fantastiques"


Enfin, Leonardo est allé dans le sens de Kylian Mbappé, qui avait déjà appelé les médias à ne pas se focaliser sur les stars offensives du club. Ce surnom des "4 fantastiques" agace également le dirigeant. "Arrêtez avec le surnom des Quatre Fantastiques. Les Galactiques (au Real Madrid) n'ont jamais gagné la Ligue des Champions !". Le message est passé.

Coupe de France : OM - Strasbourg et Nice - Lyon à l'affiche des huitièmes

Parmi les affiches des huitièmes de finale de la Coupe de France, on retiendra notamment la rencontre entre Marseille et Strasbourg et celle qui opposera Nice à Lyon.
Le tirage au sort des huitièmes de finale de la Coupe de France a eu lieu ce dimanche soir, dans la foulée du succès étriqué du Paris Saint-Germain à Lorient (0-1). Le club de la capitale défiera l'un des petits poucets de la compétition puisqu'il se déplacera à Pau, qui a sorti les Girondins de Bordeaux au tour précédent (3-2, a.p.).

OM-Strasbourg et Nice-Lyon à l'affiche


L'Olympique de Marseille, de son côté, aura une opposition de son standing avec le Racing Club de Strasbourg dans un choc 100% Ligue 1. A noter également la très belle affiche entre l'OGC Nice et l'Olympique Lyonnais, ou encore le duel entre le SCO d'Angers et le Stade Rennais. L'AS Monaco pourrait également retrouver l'AS Saint-Etienne.

PSG : Maxwell veut que Neymar reste

Dans Téléfoot, Maxwell a exprimé son souhait de voir Neymar s'inscrire dans la durée au PSG.


Si Maxwell a quitté ses fonctions de coordinateur sportif du Paris Saint-Germain, l'ancien latéral gauche garde un regard avisé sur l'actualité du club de la capitale. Joueur emblématique du PSG sous l'ère QSI, Maxwell reste d'ailleurs lié au club puisqu'il en est l'ambassadeur au Brésil, où il vit actuellement. Ce dimanche, l'ancien Auriverde s'est exprimé sur l'un des sujets brûlants du moment : l'avenir de Neymar. Avec un souhait clair : voir la superstar brésilienne prolonger son aventure en France le plus longtemps possible.

Maxwell veut voir Neymar rester au PSG


« Il est toujours extraordinaire. Je suis content qu’il soit resté. On parle de lui comme on parle de Messi et Cristiano Ronaldo. Il a besoin d‘une base derrière mais je crois qu’il est dans une équipe vraiment équilibrée. J’espère qu’il va maintenir cet équilibre et qu’il va rester longtemps », a expliqué Maxwell dans des propos accordés à Téléfoot. Pour rappel, l'ancien défenseur avait grandement contribué au transfert retentissant de Neymar en provenance du FC Barcelone, à l'été 2017.




Liga : Première victorieuse pour le Barça de Sétien

A l'occasion de la première sur le banc de Quique Sétien, le FC Barcelone s'est imposé face à Grenade (1-0) grâce à un but de Lionel Messi.
Ce dimanche marquait la première du nouveau coach du Barça Quique Sétien sur le banc du club catalan. Le remplaçant d'Ernesto Valverde avait effectué pas mal de changements dans le onze Blaugrana, avec notamment Samuel Umtiti en lieu et place de Clément Lenglet en défense. Et malgré 82% de possession à la pause, le Barça avait bien du mal à trouver la faille. Peu reluisant, le Barça a buté sur une équipe de Grenade refusant le jeu et se contentant de "parquer le bus" devant ses cages.


Messi et Vidal combinent bien, mais la passe de l'Argentin ne parvient pas au Chilien dans les meilleures conditions face au portier adverse en début de seconde période. Symptomatique d'un Barça qui patine et qui, fatalement, s'expose. Grenade heurtait ainsi le poteau suite à une perte de balle qui permettait à Eteki de tenter une frappe rasante, laquelle achevait sa course sur le montant droit de Ter Stegen. Mais les visiteurs seront réduits à dix à 20 minutes du terme suite au second carton jaune de Sanchez après une faute sur Messi. Il faut croire que le Barça avait besoin d'espaces, puisque peu après cette expulsion, il a enfin pu s'exprimer en ouvrant le score par l'entremise de l'inévitable Pulga (76e) par une frappe à ras de terre du droit. Messi continuera à harceler Rui Silva et sa défense, avec, notamment, un enroulé bien placé et détourné en corner par le portier des visiteurs à dix minutes de la fin. 1-0, score final. Le Barça s'impose d'un but et ne laisse pas le Real prendre ses distances en tête de la Liga. Pour la manière, on repassera.