L’équipe-type du Mondial féminin

Copyright : Panoramic
Au lendemain de la victoire finale des Etats-Unis, Orange Sports s’est amusé à faire son équipe-type du tournoi. Les Américaines sont forcément bien représentées avec quatre joueuses dont Megan Rapinoe et Alex Morgan.

Gardienne


Sari van Veenendaal (Pays-Bas)


Capitaine exemplaire des Pays-Bas, la gardienne d’Arsenal est pour beaucoup dans le parcours néerlandais. Auteure de deux grosses prestations en huitièmes de finale contre le Japon puis en demi-finale contre la Suède, Van Veenendaal a remis ça contre les USA en finale. Sans elle, les Oranje auraient bu la tasse dès la première période. Mais grâce à elle, elles ont pu croire à un premier titre mondial pendant une heure.

Défenseures


Lucy Bronze (Angleterre)


Son rêve était de jouer la finale de la Coupe du Monde chez elle au Groupama Stadium. Malheureusement pour l’Anglaise, elle est tombée sur un os en demies avec les Etats-Unis. Fautive sur l’ouverture du score, la Lyonnaise a malgré tout de même livré une compétition de haut vol avec notamment ce boulet de canon contre la Norvège en quarts de finale. Elle est le portrait-robot de la latérale moderne.

Sara Gama (Italie)


On n’attendait pas les Italiennes à ce niveau-là et les Azzurre sont l’une des très bonnes surprises de ce tournoi. Le parcours s’est arrêté en quarts de finale contre les Pays-Bas, futurs finalistes, mais derrière leur capitaine, l’Italie s’est découvert une passion pour le football féminin. La Turinoise, version italienne de Wendie Renard, a apporté sa taille durant trois semaines mais surtout de l’assurance à une équipe qui découvrait le haut niveau international.

Wendie Renard (France)


On pourra lui reprocher le parcours mi-figue mi-raisin des Bleues avec une élimination en quarts de finale. Mais avec 4 buts inscrits et le statut de meilleure buteuse de la sélection française, la Lyonnaise a prouvé qu’elle était bien indispensable dans l’effectif de Corinne Diacre.

Milieux


Julie Ertz (Etats-Unis)


Ce n’est pas celle qui fait le plus de bruit dans l’équipe des Etats-Unis mais son rôle a été déterminant dans le succès américain. Dans une position de sentinelle, la milieu de Chicago a surtout eu un rôle défensif mais c’est grâce à elle que le trio offensif (Rapinoe-Morgan-Heath) a pu s’exprimer tout comme Horan ou Lavelle.

Amandine Henry (France)


La capitaine des Bleues n’a pas grand-chose à se reprocher dans le parcours français. Toujours aussi volontaire, présente dans l’impact, la milieu de l’OL a été trop seule pour pouvoir porter son pays tout en haut. Mais à l’image de ce but libérateur contre le Brésil en huitièmes, elle a été le fer de lance des Bleues.

Kosovare Asllani (Suède)


Elle était l’une des stars attendues de ce Mondial. La meneuse de jeu suédoise a tenu son rang et est montée en puissance au fur et à mesure que le tournoi se rapprochait de son épilogue. Si l’ancien du PSG n’a pu emmener les siennes jusqu’au titre finale malgré ses 3 buts dans la compétition, Asllani repart avec une nouvelle médaille (3eme) après celle décrochée aux Jeux Olympiques de Rio (2eme).

Rose Lavelle (Etats-Unis)


Comme Ertz, elle fait un travail de l’ombre qui n’est pas souvent mis en avant. Mais sa finale avec le but du break ainsi que le titre de troisième meilleure joueuse du tournoi sont là pour prouver que Lavelle a bien été indispensable au succès américain. Relayeuse à tout faire, elle s’est dépensée sans compter au point de devenir inamovible dans le 11 de Jill Ellis.

Attaquantes


Megan Rapinoe (Etats-Unis)


Certainement LA star de cette Coupe du Monde comme l’atteste son trophée de meilleure joueuse. Tout d’abord sur le terrain où ses 6 buts dont notamment un doublé contre les Bleues ont grandement aidé à conquérir un 4eme titre mondial. Mais aussi en dehors puisque la capitaine américaine s’est transformée en véritable porte-drapeau de la cause féminine.

Ellen White (Angleterre)


A 30 ans, l’attaquante anglaise a disputé son deuxième Mondial après le bronze décroché au Canada en 2015. Si en France, la médaille n’a pas été au rendez-vous (4eme), la future joueuse de Manchester City a réussi une compétition pleine personnellement. Avec 6 buts, White finit co-meilleure buteuse du tournoi et peut regretter la présence du VAR qui lui a retiré deux buts pour un hors-jeu très limite et une main qui l’était tout autant.

Alex Morgan (Etats-Unis)


Son quintuplé contre la Thaïlande lors du premier match des Américaines l’ont bien aidé à décrocher le titre de co-meilleure buteuse avec Rapinoe et White mais la star du football féminin a répondu présente quand il a fallu. Elle s’est mise au service du collectif avec un jeu en pivot avant de faire parler son talent de buteuse en coupant la trajectoire d’une balle piquée de Lindsey Horan en demi-finale contre l’Angleterre. Un sixième but dans la compétition qui a envoyé les Stars and Stripes directement en finale et vers le 4eme titre mondial américain.
Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des

🔴Officiel - Mondial 2022: La date du tirage de la zone Afrique révélé !

Mondial 2022 Copyright -OFC
Nous connaissons désormais la date du tirage au sort de la phase de poules des éliminatoires du Mondial 2022 en zone Afrique. Celui-ci aura lieu le 21 janvier 2020 à 18h GMT au Caire a annoncé la FIFA ce mercredi. Comme lors de l’édition précédente, 40 sélections africaines seront réparties en 10 groupes de 4 équipes. L’instance dirigeante du football mondial précise que les chapeaux utilisés pour le tirage seront basés sur le Classement FIFA des Nations qui sera publié au mois de décembre. >> Zone Afrique : Le classement FIFA du mois de Novembre A l’issue des six journées de qualifications, les dix premiers de chaque groupe croiseront le fer en matchs de barrages. Les cinq vainqueurs représenteront l’Afrique à la Coupe du Monde. Il convient de noter également que la 1ère journée des groupes sera au programme dès le mois de mars prochain. Pour rappel, la compétition suprême du football mondial aura lieu au Qatar du 21 novembre au 18 décembre 2022. Ci-après la liste des 40 nations qualifiées pour la phase de groupes des éliminatoires du Mondial 2022:
  1. Sénégal
  2. Tunisie
  3. Nigeria
  4. Algérie
  5. Maroc
  6. Egypte
  7. Ghana
  8. Cameroun
  9. RD Congo
  10. Côte d’Ivoire
  11. Mali
  12. Burkina Faso
  13. Afrique du Sud
  14. Guinée
  15. Cap Vert
  16. Ouganda
  17. Zambie
  18. Bénin
  19. Gabon
  20. Congo
  21. Madagascar
  22. Niger
  23. Libye
  24. Mauritanie
  25. Kenya
  26. Centrafrique
  27. Malawi
  28. Djibouti
  29. Zimbabwe
  30. Mozambique
  31. Angola
  32. Rwanda
  33. Togo
  34. Guinée Bissau
  35. Namibie
  36. Soudan
  37. Ethiopie
  38. Tanzanie
  39. Guinée équatoriale
  40. Liberia.

Il y a 24 ans, George Weah devint le premier africain lauréat du Ballon d’Or

George Weah - Ballon d'Or 1995 Copyright -AFP
Le 25 décembre 1995, lorsque le gratin du football mondial attendait la nomination annuelle du Ballon d’Or, très peu d’amateurs du ballon rond s’attendaient à vivre un moment historique pour le ‘Continent-Mère’. Certes George Weah brillait de mille feux cette année-là sous les couleurs du "Grand Milan AC", mais de là à devenir le premier Africain à se parer d’or, peu auraient osé en rêver. Et pourtant, le nom de l’ancienne idole de San Siro et des ‘Lone Stars‘ du Liberia est inscrit en lettres indélébiles dans le grand livre du Ballon d’Or. A lire aussi >> Mister George, l’épopée d’une légende Véritable phénomène du football mondial des années 90, l’enfant de Monrovia a indéniablement marqué toute une génération en Afrique et dans le monde entier. Son sens du but, sa technique et ses exploits hors normes ont fait de ‘Mister George’ une légende. Dans l’histoire du football africain, peu de joueurs peuvent se targuer d’être devenus, de leur vivant, des légendes mondialement reconnues et Weah ne serait pas l’un des plus grands, mais peut-être le plus grand de tous ! Espérons revoir un autre joueur du continent africain le rejoindre sur son piédestal. A lire aussi >> Weah, Eto’o Drogba… Les joueurs africains les plus nommés au Ballon d'Or !

🔴 PSG - Galatasaray: Mauvaise nouvelle pour les Parisiens !

Mauvaise nouvelle pour le PSG ! Angel Di Maria est absent du groupe de 19 joueurs convoqués par Thomas Tuchel pour le match contre Galatasaray ce mercredi (21h00). En revanche, Thilo Kehrer sera bien de la partie. Le PSG composera à nouveau sans Angel Di Maria. Déjà absent à Montpellier samedi dernier (1-3), l’ailier argentin a déclaré forfait pour la réception de Galatasaray mercredi en Ligue des Champions (21h00). Il est « ménagé pour une gêne musculaire », comme le précise le club parisien. Même chose pour Colin Dagba, alors que Thomas Meunier souffre d’un « syndrome grippal ». Les deux latéraux droits absents, Thilo Kehrer pourrait faire son retour à la compétition. L’international allemand n’a plus figuré sur une feuille de match depuis la 1ere journée de L1, où il était titulaire contre Nîmes (3-0). Il a ensuite dû soigner une blessure à la voûte plantaire. Marquinhos ou Tanguy Kouassi sont d’autres solutions pour le poste, à moins que Thomas Tuchel n’opte pour un gaucher (Juan Bernat, Abdou Diallo, Layvin Kurzawa). Comme attendue, Idrissa Gueye, Ander Herrera et Presnel Kimpembe sont indisponibles.

Le groupe du PSG pour le match contre Galatasaray

Innocent, K.Navas, Rico – Bernat, A.Diallo, Kehrer, Kouassi, Kurzawa, T.Silva – Draxler, Marquinhos, Paredes, Sarabia, Verratti – Cavani, Choupo-Moting, Icardi, Mbappé, Neymar A voir aussi : >>> PSG – Galatasaray : Paris doit finir la phase de groupes en beauté pour garder le cap

Harit prolonge à Schalke

Ce mercredi, Schalke 04 a annoncé la prolongation de contrat d’Amine Harit. L’international marocain est désormais lié au club jusqu’en 2024.
Amine Harit n’a pas l’intention de quitter Schalke. Ce mercredi, l’ancien joueur du FC Nantes a paraphé un nouveau bail longue durée avec le club allemand, puisque celui-ci s’étend jusqu’en 2024. Quatrième joueur le plus utilisé de l’effectif des Königsblauen depuis le début de saison en Bundesliga, l’international marocain est surtout devenu l’élément fort de l’équipe, puisqu’il a inscrit six buts et délivré quatre passes décisives. Aucun autre joueur de David Wagner n’a fait mieux. Ces dernières semaines, le milieu de terrain a suscité l'intérêt de plusieurs écuries européennes. Formé à Nantes, il avait été transféré à l’été 2017 contre une somme approchant les 8 millions d’euros.

Officiel: Amani Yao nommé entraîneur du FC San Pedro

Amani Yao - FC San Pedro Copyright -AFP
Le FC San Pedro a un nouveau coach. Auteur d’un mauvais départ en Coupe de la Confédération, l'écurie pétrucienne a procédé au limogeage du technicien tunisien Jani Tarek et à son remplacement par l'expérimenté Amani Yao (56 ans). Déjà passé par l’AFAD Djékanou, l’AS Tanda et l’ASEC Mimosas, ce technicien local de renom aura pour objectif de conduire le club, actuel 5eme de Ligue 1 (avec 3 matchs en retard), au titre national, et à améliorer sa situation en CdC: 3eme du groupe D avec un match nul et une défaite en deux matchs. L'ex milieu de terrain international ivoirien (16 sélections entre 1987 et 1994) dirigera sa première séance d’entraînement ce mercredi après-midi.