Le rêve de Madagascar a pris fin mais les Barea ont marqué l'histoire

Copyright : Panoramic
Malgré son élimination en quarts de finale, Madagascar aura réussi l'épopée marquante de cette CAN 2019. Retour sur le parcours inattendu des Barea.
À l’occasion de la CAN 2019, Western Union en partenariat avec Foot365 vous offre -30% sur vos frais de transfert avec le code FOOT2019

[/wu_promo]

Anicet puis Carolus, et le rêve prend forme


Les Barea avaient déjà reculé leurs limites avant même le coup d'envoi de la CAN 2019 en décrochant la première qualification de leur histoire. Pour ces grands débuts en phase finale, quel visage allaient présenter les Barea ? Seraient-ils inhibés ou décomplexés ? Soucieux ou décontractés ? Leur premier match, face à la Guinée, allait rassurer tous les supporters des Zébus, et surprendre agréablement tous les observateurs. Face au Syli national, les hommes de Nicolas Dupuis vont même mener au score avant de concéder le nul (2-2) après un penalty. La main sur le coeur, Faneva Andriatsima et ses coéquipiers s'époumonnent pendant l'hymne national, le premier pour la Grande Île en phase finale. Plus efficaces, les Guinéens mènent à la pause grâce à Sory Kaba ; mais déjà les Malgaches sont dans le ton. Au retour des vestiaires, Anicet Abel s'élève plus haut que tout le monde pour égaliser sur corner. Le joueur de Ludogorets en Bulgarie restera à jamais le premier à avoir marqué pour son pays en Coupe d'Afrique. Sept minutes plus tard, Madagascar croira même à un premier succès quand Carolus, l'ancien joueur de l'USM Alger, donne l'avantage aux siens. Le Syli égalisera finalement sur un penalty concédé par Romain Métanire, mais qu'importe, tout un peuple est rassuré : son équipe n'est pas là pour faire de la figuration, son onze national est à la hauteur de l'événement.

[caption id="attachment_9179269" align="alignnone" width="750"] Madagascar[/caption]

Le coup franc magique de Marco Ilaimaharitra


La suite ne fera que le confirmer. A tel point que Madagascar se paiera le petit luxe de décrocher sa qualification pour le second tour dès son deuxième match de poule. Longtemps tendu et indécis, ce choc des novices entre les Barea et les Intamba mu Rugamba du Burundi va tourner à l'affaire de binationaux et de balles arrêtées. Gaël Bigirimana se voit offrir l'occasion d'ouvrir le score sur coup franc aux vingt mètres, mais Melvin Adrien enlève la balle de sa lucarne. Quelques minutes plus tard, une occasion similaire de débloquer un match tendu s'offre à Madagascar. Cette fois, Marco Ilaimaharitra ne laisse pas passer l'aubaine (76eme). Devant toute sa famille, qui avait fait le déplacement en Egypte pour assister à cette rencontre, le discret milieu de terrain de Charleroi offre à son équipe la première victoire de son histoire à la CAN. « Le coup-franc de Marco (Ilaimaharitra) était énorme », saluera son sélectionneur Nicolas Dupuis, qui avait chambré son joueur dans la semaine. « Il passe tellement de temps à l’entraînement à tirer ses coups francs, des fois il me saoule ! », avait rigolé le sélectionneur, qui avait donné à l'ancien Sochalien sa première sélection, en novembre 2017.

[caption id="attachment_9178078" align="alignnone" width="750"] Romain Métanire (Madagascar)[/caption]

La folle chevauchée de Romain Métanire


Le coup d'essai était déjà un coup de maître ; il va tourner au chef d'oeuvre lors de la 3eme journée. Face au Nigeria, déjà qualifié, les Barea administrent une leçon de football. Deux des grands anciens, Lalaina Nomenjanahary et Carolus sont les buteurs du jour, qui permettent à Madagascar de terminer premier de sa poule et de jouer l'un des quatre meilleurs troisièmes, en l'occurrence la RD Congo. Sous les yeux du président Andry Rajoelina, Ibrahim Amada ouvre le score dès l'entame d'une magistrale frappe (9eme). La suite sera plus dure pour les Barea, qui concèderont le nul (2-2) et passeront aux tirs au but (4-2). Dans le dur, l'équipe malgache n'en montre pas moins un magnifique état d'esprit. L'action du second but, une chevauchée de près de quatre-vingt-mètres de Romain Métanire dans son couloir droit, suivie d'un centre pour la tête plongeante de Faneva Andriatsima, en atteste. Le coup est néanmoins passé près, et les coéquipiers de l'attaquant clermontois ont montré d'inquiétantes limites physiques. Etaient-ils programmés pour aller aussi loin ? Leur parcours s'arrêtera en quarts de finale sur une défaite des plus logiques face à la Tunisie, en tous points supérieure à eux. Mais nul ne pourra enlever leur magnifique parcours, qui les vit égaler le résultat du Cap-Vert, également quart-finaliste en 2013 pour sa première participation.

[caption id="attachment_9197599" align="alignnone" width="750"] Madagascar (déception)[/caption]

Une marche devenue trop haute...


Et maintenant ? Madagascar peut-il s'affirmer comme une nouvelle puissance du football continental ? Sans se prononcer sur son propre avenir à la tête de l'équipe, le sélectionneur Nicolas Dupuis a entonné un discours réaliste, avec un seul mot à la bouche : travail, travail et encore travail. « Cela va être difficile de faire mieux la prochaine fois, a réagi le technicien français. Il y a beaucoup de travail à faire à Madagascar. Il faut se servir de ce qu'on a fait pour dire que le travail paye. Il faut continuer à travailler, ou, sinon ça peut être quelque chose d'éphémère. Il faut revenir au travail. » La faible profondeur de banc laisse penser que le travail de détection et de valorisation des talents locaux et binationaux ne fait que commencer, aussi considérable ait déjà été la tâche accomplie par Nicolas Dupuis et son staff. Laissera-t-on celui qui entraîne par ailleurs le FC Fleury 91 (National 2), en région parisienne, poursuivre sa mission ? L'essai doit en tout cas être transformé. Sous peine de voir la belle aventure de cette équipe des Barea rester un simple feu de paille.

A voir aussi :
>>> Toute l'actualité de la CAN 2019
Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des

Jürgen Klopp prolonge avec Liverpool jusqu’en 2024

Klopp, Mané et Salah Copyright -Twitter @LFC
Jackpot pour Jürgen Klopp ? Après un titre de Champions d’Europe 2019, une première place actuellement en Premier League, Liverpool a décidé de récompenser son entraîneur. Le propriétaire du club, le fonds d'investissement américain Fenway Sports Group, vient de prolonger son contrat de deux années. Lié jusqu’en 2022 avec les Reds, l’Allemand rempile jusqu’en 2024. Selon les dernières informations de Sky Sports et du Daily Mail, cette prolongation s’accompagne d’une revalorisation salariale à hauteur de 10 millions de livres sterling par an (environ 11,3 millions d'euros), contre les 7.9 millions d’euros qu’il touche actuellement. A lire aussi >> Liverpool : Jurgen Klopp s'inquiète pour Joel Matip

CS Sfaxien : pas de classico pour Nassim Henid

Tunisie - CS Sfaxien Copyright -OFC
L'entraineur du Club Sportif Sfaxien, Fethi Jebal a convoqué une liste de 21 joueurs en vue de la rencontre de la 12e journée de Ligue 1, dimanche 15 décembre (18h) à Radès face au Club Africain. Pas complètement rétabli de sa blessure, le défenseur axial international Nassim Henid a été écarté au dernier moment de cette liste. Il sera le grand absent au classico. Contrairement au milieu de terrain Cris Kouakou, lui aussi blessé dernièrement, mais qui a réintégré le groupe. La liste des joueurs convoqués est la suivante: Dahmane, Ben Hassen et Gaâloul (GB), Mathlouthi, Mohamed Ben Ali, Dagdoug, Amamou, Ghouma, Bagayoko, Aït Atmane, Moncer, Trabelsi, Karoui, Jelassi, Kouakou, Houssam Ben Ali, Oueslati, Harzi, Bakir, Chawat et Eduwo. L'effectif effectuera ce vendredi sa séance d'entrainement à Tunis, tout comme demain samedi.

Rudi Garcia (Lyon) défend Marcelo et assure : « la Virage Nord nous a tourné le dos »

Présent en conférence de presse vendredi, Rudi Garcia a été longuement interrogé sur les événements survenus au Groupama Stadium mardi. Le coach lyonnais a pris la défense de Marcelo et livré sa version des fiats sur le conflit avec les supporters.
Ce triste après-match de mardi soir, censé être une fête après la qualification lyonnaise en huitièmes de finale de Ligue des Champions, n’a pas fini de faire couler de l’encre. Les supporters lyonnais semblent, pour certains, être arrivés à un point de non-retour avec l’OL suite à l’épisode de l’échauffourée qui a impliqué Marcelo, puis aux propos du président Aulas jeudi soir. Alors forcément, Rudi Garcia a longuement été interrogé par la presse à ce sujet. En commençant par le cas du défenseur brésilien : « J’ai déjà des problèmes de latéraux, ce n’est pas pour s’inventer d’autres problèmes ailleurs. C’est inconcevable de mettre Marcelo de côté, a-t-il affirmé. Il souffre. Vous avez votre épouse au stade, vos enfants, vous être traités de cette manière-là. Ça ne devrait pas exister (…) Si ça devient compliqué pour des joueurs de rentrer au Groupama Stadium, et je pense à d’autres, comment voulez-vous qu’on obtienne des résultats futurs. C’est incompréhensible ».

Garcia : « Marcelo n’est responsable que de lui-même »


Une mise au point ferme en plus d’un petit point sur la réaction de la compagne du joueur, qui a ponté du doigt Anthony Lopes sur les réseaux sociaux : « Marcelo n’est responsable que de lui-même et s’en est expliqué avec elle en interne », a-t-il brièvement expliqué, se montrant également moins bavard sur les doigts d’honneur de l’ancien du Besiktas à certains supporters : « On ne peut pas se permettre ce genre de choses ». Est ensuite venu le sujet de ce qui a précédé l’épisode de la banderole et de l’intervention musclée de Memphis Depay. Partis saluer leurs supporters sur le conseil de Rudi Garcia, les Gones sont passés par le Virage Sud avant, semble-t-il, de s’arrêter près du rond central au moment de se rendre vers le Nord.

Garcia : « C’est de la désinformation, ce que vous faites »


« Le problème c’est que quand on a voulu saluer le virage nord, il nous a tourné le dos. Si quand on fait le premier pas, l’autre ne l’accepte pas, c’est compliqué », a-t-il expliqué. Repris par un journaliste sur le vrai déroulement des choses, l’ancien coach de l’OM a ensuite haussé le ton, très agacé : « Pourquoi ils (les joueurs, ndlr.) ne l’ont pas fait avec le Virage Nord ?! Parce qu’ils nous ont tourné le dos ! Attention, c’est de la désinformation ce que vous faites. Moi j’ai vécu ça en direct. Il y a eu un reportage qui disait qu’ils ne voulaient pas aller au Nord. Ce n’est pas vrai ! Ils y allaient au Nord, mais ils nous ont tourné le dos ». Même si Garcia prend cette triste soirée comme un « mal pour un bien » qui permettra de « crever l’abcès », cette prise de position fera jaser, à n’en pas douter. Venu dans la foulée de son coach, Houssem Aouar s’est lui montré beaucoup plus prudent dans ses propos, affichant sa volonté d’aller « de l’avant tous ensemble ».

🔴Premier League : Sadio Mané élu meilleur joueur du mois de novembre !

Sadio Mané, joueur du mois de Novembre ! Copyright -Twitter @LFC
Nouvelle distinction pour Sadio Mané ! Elu joueur du mois de novembre à Liverpool, l'attaquant sénégalais vient d'être nommé meilleur joueur du mois de novembre en Premier League. Auteur de 13 buts en 21 apparitions toutes compétitions confondues lors de l’exercice en cours (dont 3 buts en Novembre), l'attaquant vedette des Reds vient d’être honoré pour l'ensemble de son oeuvre. A lire aussi >> Officiel - Liverpool: Sadio Mané élu joueur du mois de Novembre !

Mahmoud Kahraba quitte Aves pour Al-Ahly (officiel)

Mahmoud Kahraba quitte Aves (L1 portugaise) pour Al-Ahly, où l'international égyptien a signé un contrat de quatre ans?
Retour au bercail pour Mahmoud Kahraba. L'ancien joueur du Zamalek rejoint Al-Ahly. Après avoir résilié le contrat qui le liait au club portugais d'Aves, l'attaquant international égyptien a officiellement paraphé un bail de quatre ans et demi en faveur des Diables Rouges. Capable d'évoluer à plusieurs postes offensifs, Mahmoud Kahraba (25 ans) devra batailler pour gagner sa place face à des concurrents tels que Ramadan Sobhi, Junior Ajayi, Hussein El-Shahat, Walid Soliman et autre Geraldo.