Le portrait de la semaine: Benik Afobe, la patte soyeuse du Léopard

Benik Afobe - Stoke City Copyright -Twitter @Stoke City
Un sacré dilemme se pose pour les footballeurs binationaux de haut niveau : jouer pour leur pays d'adoption ou s'engager pour leur patrie d'origine ? Le néo-Léopard Benik Tunani Afobe (25 ans, 7 sélections) a quant à lui hésité longtemps avant de rejoindre finalement la sélection de la République Démocratique du Congo en faisant parler son cœur. Et il en est fier.

« Depuis mon enfance, mes parents m’ont toujours appris le Lingala »


« Ce choix m’est venu du cœur. Depuis mon enfance, mes parents m’ont toujours appris le Lingala. Défendre le pays de ma famille et de mes frères est un privilège, je suis fier d’honorer mes origines », s’est ainsi exprimé le natif de Londres à Sky Sports en mars 2017.

Né dans la capitale anglaise, Benik Afobe a grandi à Leyton dans le Borough londonien de Waltham Forest. Fils d’immigrés congolais ayant vécu en France avant de s’installer en Grande-Bretagne au début des années 90, l’Anglo-Congolais a rejoint le très réputé centre de formation d'Arsenal à l'âge de neuf ans.

Un gamin à la conquête du "Royaume de sa Majesté"


Buteur né, l’attaquant vedette des «Potters» a peu à peu conquis le prestigieux championnat britannique. Après avoir enchaîné les performances dans les catégories jeunes, il signe son premier contrat professionnel en 2010 avec les Gunners.

Le 2 novembre de la même année, le jeune congolais est allé faire ses preuves, via un prêt à Huddersfield. Très vite il fait étalage d’un talent certain avec notamment huit réalisations signées en 35 apparitions en troisième division anglaise. Grâce à ses prouesses, il intègre de nouveau l'effectif professionnel d’Arsenal en 2011.

Non utilisé par la suite par le coach de l’équipe première, Arsène Wenger, Afobe est prêté au Reading FC en mars 2012, avec lequel il dispute trois matches et remporte la Championship (championnat de deuxième division).

Révélation à Wolverhampton


S’en suivent ensuite plusieurs prêts, à Bolton (2012/2013 : 22 rencontres, 3 buts) puis au Millwall FC (2013 : 5 matches), à Sheffield Wednesday (2014 : 13 matches, 2 buts) et ensuite au MK Dons FC où il finira par se révéler avec 19 réalisations en 30 apparitions lors de l’exercice 2014-2015 de la D3 anglaise.

Grâce à ces prouesses, il attira l’attention des dirigeants de Wolverhampton Wanderers (D2), qui décaissent en juillet 2015 pas moins de deux millions d’euros pour s’attacher les services du jeune buteur. Afobe n’a pas tardé à justifier le montant faramineux de son transfert pour un club de deuxième division en signant la bagatelle de 22 buts en 46 titularisations, toutes compétitions confondues.



Le 10 janvier 2016, le néo-Léopard rejoint la Premier League et Bournemouth pour un bail de cinq saisons et un montant de transfert avoisinant les dix millions d’euros. En dix-huit mois avec le club de Bournemouth, le Congolais conquit de manière remarquable les cœurs des fidèles du Vitality Stadium, l’antre mythique des 'Cherries', en signant notamment le total de 10 buts en 40 apparitions.

Un début d'exercice 2018/2019 remarquable


Débarqué l'été dernier chez la prestigieuse écurie anglaise, Stoke City, Afobe a brillamment entamé l’exercice 2018/2019 en faisant déjà parler la poudre à quatre reprises et en délivrant 3 passes décisives lors de ses douze premières titularisations de la saison. La pépite de 25 ans ne manquera certainement pas d’affirmer son pur talent pour la suite de la saison et pourquoi pas jouer un rôle prépondérant cette année au sein de la sélection congolaise conduite par le charismatique Florent Ibenge.

A lire aussi >> Le portrait de la semaine: N'Golo Kanté, le destin fabuleux de l’enfant de Bamako

Strasbourg : Laurey note un peu de fatigue chez ses joueurs

Thierry Laurey a reconnu que Strasbourg avait volontairement verrouiller contre Lille vendredi soir (1-1). Pour autant, l’entraîneur alsacien juge que son équipe aurait pu l’emporter en fin de match.
Battu deux fois et tenu en échec à Caen lors des trois dernières journées, Strasbourg connait un mois de février délicat qui s’est conclu par un match nul contre Lille ce vendredi soir (1-1). « Je suis satisfait dans les grandes lignes, a réagi Thierry Laurey sur Canal+Sport. Quand on fait une meilleure deuxième période que la première on espère toujours l’emporter. Mais malgré tous nos efforts, Lille a été solide et n’est pas dans le haut du tableau par hasard. (…) On a été fébriles en première période, on les a laissé ouvrir le score. On a changé notre fusil d’épaule au retour des vestiaires et sur la fin on a même caressé l’espoir de pouvoir l’emporter », a développé l’entraîneur strasbourgeois après la rencontre.

Laurey : « On a surperformé en janvier »


Très défensif au coup d’envoi, le club alsacien s’est lâché un peu tard, mais Thierry Laurey a assumé ce choix au micro de la chaîne cryptée. « Contre une équipe qui est deuxième de L1, qui a la deuxième attaque, la deuxième défense et qui reste sur cinq victoires à l’extérieur, vous n’y allez pas en tongs ! On avait pris quelques précautions, certains diront trop, mais contre ces équipes la moindre erreur se paie cash. On n’est pas dans notre meilleure période, donc on a voulu verrouiller un peu et on est contents du résultat », s’est-il justifié. Le Racing reste sur quatre matchs sans victoire, et Thierry Laurey trouve ses joueurs fatigués : « On a surperformé en janvier, on a laissé aussi beaucoup de gommes. On le paye un peu sur les derniers matchs, mais malgré tout on est toujours vivants sur le terrain. »

Lille : Galtier espère retrouver la victoire la semaine prochaine

Après Montpellier la semaine dernière (0-0), c’est Strasbourg qui a accroché Lille ce vendredi soir à la Meinau (1-1).
Les Dogues ont enchaîné un deuxième match nul en passant notamment à côté de leur deuxième période. « On a eu un adversaire qui a joué plus direct. Notre bloc équipe était trop bas, a réagi Christophe Galtier au micro de Canal+Sport après la rencontre. Mais tout en souffrant, on a aussi eu la possibilité de mener 2-0. A partir du moment où on ne sait pas ces opportunités, il est logique que l’adversaire nous fasse souffrir sur les 20 dernières minutes. » Au classement, avec ce résultat nul, le LOSC laisse l’opportunité à Lyon de revenir à deux points à l’issue de cette 26eme journée. « Il aurait fallu marquer ce deuxième but, a poursuivi Galtier. Mais on est encore là. On vient d’enchaîner deux matchs nuls contre des bonnes équipes (Montpellier et Strasbourg). Il faudra bien préparer la réception de Dijon pour retrouver le goût de la victoire. »

Rennes : Quel avenir pour « HBA » ?

Libre en juin prochain, le milieu de terrain offensif (ou attaquant) Hatem Ben Arfa va-t-il prolonger l’aventure avec Rennes ? Le président Olivier Létang s’est confié sur RMC Sport.
Auteur de cinq buts et deux assists cette saison en championnat, le milieu de terrain offensif (ou attaquant) international français Hatem Ben Arfa, 31 ans, fait le job pour sa première saison sous les couleurs du Stade Rennais. Les dirigeants bretons sont satisfaits de l’apport de l’ancien joueur de Lyon, de Marseille, de Newcastle, de Nice et de Paris, mais le doute demeure quant à son avenir aux côtés des coéquipiers de Benjamin André. Libre en juin prochain, le natif de Clamart va-t-il rempiler ? « Aujourd’hui, je ne le sais pas, a confié le président Olivier Létang sur RMC Sport. Je ne peux pas vous le confirmer. Je ne vais pas tenir des paroles en l’air. Aujourd’hui, Hatem s’épanouit dans le club, il a une évolution très positive. Le club est en train de grandir avec beaucoup d’humilité. C’est quelque chose qui est important et qui ne laisse pas insensible. L’image du Stade Rennais est en train de changer. C’est positif. On fera le point un peu plus tard avec Hatem pour parler de la saison prochaine. »

« DD » sur la liste de la Vieille Dame

Selon les informations de TMW, Didier Deschamps, le sélectionneur des Bleus, figurerait sur la short-list de la Juventus Turin. L'ancien coach de Monaco et de Marseille aurait été ciblé pour compenser un éventuel départ de Massimiliano Allegri.
Alors que Massimiliano Allegri serait susceptible de changer d’air l’été prochain, la Juventus Turin aurait ciblé en priorité Zinédine Zidane (46 ans), qui serait également dans le viseur de Chelsea. Sans club depuis mai dernier et son départ du Real Madrid, le natif de Marseille serait le choix numéro 1 pour compenser un éventuel départ de l’actuel entraîneur des coéquipiers de Giorgio Chiellini, mais les Bianconeri seraient aussi sur la piste d’un autre de leurs anciens protégés. Selon les informations de nos confrères de TMW, Didier Deschamps (50 ans) figurerait également sur la short-list de la Vieille Dame.

Comme plan B derrière Zidane ?


Compte tenu de la présence de « CR7 », Zinédine Zidane aurait la préférence des dirigeants turinois (qui pourraient aussi essayer de recruter Marcelo, Isco et James Rodriguez chez les Merengue), mais « DD » aurait également la cote chez l’actuel leader de Serie A. Et ceci malgré un engagement de longue durée avec la FFF. Après avoir connu la deuxième division avec la Juve, l’ex-coach de Monaco et de Marseille pourrait potentiellement revenir par la grande porte. A condition que Massimiliano Allegri fasse effectivement ses valises dans les prochains mois mais aussi que « ZZ » soit visiblement inaccessible…

Tuchel (PSG) en conférence de presse : Etat d’esprit « vraiment incroyable », Di Maria, Nîmes

Thomas Tuchel s’est félicité vendredi en conférence de presse de la capacité du PSG à se mobiliser pour chaque match malgré l’enchaînement des rencontres et est revenu sur la montée en puissance d’Angel Di Maria.

L’agressivité de Nîmes


C’est leur manière. Ils essayent toujours e jouer comme ça, c’était très difficile de jouer à Nîmes. Il y avait beaucoup d’émotions et c’tait très intensif. Ce sera autre chose au Parc. Mais je crois qu’ils vont être très courageux, disciplinés et agressifs. C’est à nous de montrer notre qualité avec le ballon et de nous protéger des contre-attaques, pour faire un match sérieux et avoir l’occasion de gagner.

La tentation du turnover pour éviter les blessures


Il y a des joueurs qui ont joué cinq, six ou sept matchs d’affilée. On doit être attentifs, on doit gérer leurs minutes. On les regarde pendant l’entraînement, on parle avec eux et on doit décider avec eux. Ce n’est pas en fonction de l’adversaire, c’est simplement faire des choses nécessaires.

Les performances d’Eric-Maxim Choupo-Moting


Il est très professionnel, chaque jour avec un bon état d’esprit. Il savait d’avance qu’il n’était pas notre numéro 1 en attaque. Il est là pour être un bon remplaçant. Il a la qualité pour jouer, je le crois vraiment. Il a eu une phase un peu dure et malheureuse, mais on peut voir à l’entraînement qu’il a retrouvé sa confiance. Il l’a montré contre Montpellier (5-1), il a fait un bon match et il a marqué un but, même s’il était hors-jeu. J’ai vu que c’était complètement différent. C’est très important pour nous et pour l’équipe. Ce n’est pas seulement Choupo, c’est aussi Christopher Nkunku, Layvin Kurzawa, Moussa Diaby, Colin Dagba. Ils ont très bien joué contre Montpellier et ils ont eu une grande influence dans notre jeu. Je sais que c’est très difficile de rester en forme avec très peu de minutes. Mais c’est absolument nécessaire qu’ils montrent chaque jour qu’ils sont prêts. Ils l’ont très bien fait contre Montpellier. J’en étais très heureux.


La montée en puissance d’Angel Di Maria


Je pense qu’il est heureux à gauche. Il a beaucoup joué à droite pour nous. Quand l’adversaire est très serré et très bas, c’est difficile de jouer avec un gaucher à droite, parce qu’il doit toujours se tourner vers l’intérieur et c’est très difficile de trouver des espaces, des occasions pour frapper ou faire des passes décisives. Il peut jouer plus vite à gauche. Il est toujours dangereux avec son pied préféré. Maintenant il joue aussi comme deuxième attaquant avec Kylian (Mbappé). Il a la qualité pour finir nos attaques et j’aime beaucoup ça. Ce sont les meilleurs pour les finir, pas pour les construire. Ils ont la qualité, ils sont calmes devant le but, ils ont la faim de marquer et ils ont la technique sous pression.

Son évolution au PSG


J’apprends chaque jour, c’est absolument nécessaire. Avec les joueurs ici, c’est exigeant et facile à la fois. Il y a de grands joueurs, avec beaucoup d’expérience et de talent. Il y a des jeunes. C’est très bien pour moi.

Le risque de décompression


On doit accepter que la tension avant un match comme Liverpool, l’Etoile Rouge ou Manchester United n’est pas la même qu’avant un match contre Montpellier ou Nîmes au Parc. Ce n’est pas que nous sommes arrogants, c’est seulement différent et c’est normal. Nous sommes concentrés dans ces matchs, nous jouons très sérieux et j’aime beaucoup ça. On prépare Nîmes de la même façon que Manchester, mais on doit accepter que ce soit différent pour les gars. Ce n’est pas pareil de jouer à Lyon ou à Saint-Etienne qu’à la maison contre Nîmes. Tous les matchs sont différents. Si demain un jeune joueur joue, il ressentira beaucoup de pression, au contraire d’un joueur avec plus d’expérience. Ce n’est pas une question de tout donner. Je demande qu’on joue avec intensité et que nous soyons prêts pour gagner. On peut avoir l’impression que c’est facile, mais ça ne l’est jamais. Ils montrent cet état d’esprit tous les trois jours et c’est vraiment incroyable, c’est exceptionnel. On a les meilleurs joueurs, c’est clair, mais je veux qu’on gagne parce que nous sommes la meilleure équipe, et pour ça il faut qu’on joue ensemble.