LDC : Plusieurs chocs avant les quarts

Copyright : Panoramic
Le calendrier du mois de février réserve plusieurs chocs entre Al-Ahly et le Zamalek avant leurs quarts de finale de Ligue des Champions.
Al-Ahly et le Zamalek se préparent un mois de février extrêmement copieux. Les deux clubs cairotes, qualifiés pour les quarts de finale de la Ligue des Champions africaine, vont croiser le fer à plusieurs reprises avant cette échéance. Présenté en début de saison, le calendrier de la Premier League égyptienne avait fixé le grand derby de la capitale entre Al-Ahly (vainqueur jeudi (1-2) sur la pelouse de Pyramids) et le Zamalek au 24 février 2020. La Fédération égyptienne n'a aucune intention de reporter ce choc, même si une telle décision donnerait du répit aux deux équipes, qui se seront également rencontrées le 20 février, en finale de la Supercoupe d'Egypte. Quant au Zamalek, les Chevaliers Blancs disputent en outre la finale d'une autre Supercoupe, celle de la CAF, le 14 février à Doha (Qatar) face à l'Espérance de Tunis, qu'ils recevront le 29 février en quarts de finale aller de la C1 africaine. La veille, Al-Ahly aura accueilli les Mamelodi Sundowns.
Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des

Eto’o et Drogba se révoltent contre deux médecins français

Samuel Eto’o et Didier Drogba, deux des plus grands joueurs africains de l’histoire, sont montés au créneau pour critiquer un échange tenu entre deux professeurs français.

Alors que la pandémie de coronavirus continue à gagner du terrain partout dans le monde, des essais cliniques sur de potentiels remèdes contre la maladie se multiplient. Parmi les solutions qui sont proposées il y a celle du vaccin BCG, qui est utilisé depuis des décennies contre la tuberculose. Son administration n’est cependant pas sans risque et deux médecins français ont eu la très controversée idée de le tester d’abord en Afrique. Cela a généré beaucoup de critiques, d’indignation et le mécontentement aussi de quelques personnalités phares de continent.


Lors d’une séquence diffusée sur la chaine d’information LCI, Pr Jean-Paul Mira, chef du service de réanimation de l’hôpital Cochin (Paris), et le Pr Camille Locht, directeur de recherche à l’Inserm, ont suggéré que des essais en Afrique étaient les mieux adaptés pour vérifier l’efficacité du fameux vaccin contre le Covid-19. « Si je peux être provocateur, est-ce qu’on ne devrait pas faire cette étude en Afrique où il n’y a pas de masques, pas de traitement, pas de réanimation ? Un peu comme c’est fait d’ailleurs pour certaines études sur le SIDA où chez les prostituées on essaie des choses parce qu’on sait qu’elles sont hautement exposées et qu’elles ne se protègent pas », a même osé déclarer le premier nommé.




Drogba : « L’Afrique n’est pas un laboratoire ! »


Samuel Eto’o a été la première personnalité à réagir à ces déclarations jugées discriminatoires et aussi humiliantes à l’endroit de l’Afrique et des Africains. Le Camerounais n’est pas allé par quatre chemins et a même traité les deux médecins de « fils de p****s » sur twitter. Quelques minutes après, il a posté un autre message sur le même réseau : « Assassins ». L’ancien Lion Indomptable est connu pour ne pas avoir la langue dans sa poche et il l’a prouvé de nouveau pour des sujets plus importants que le football.




Une autre star du continent a aussi tenu à exprimer son courroux, en l’occurrence Didier Drogba. Avec un ton plus posé mais tout aussi offensif, l’ancienne idole du Vélodrome a souligné qu’il était « inconcevable que nous continuons à accepter ceci ». « L’Afrique n’est pas un laboratoire », a-t-il enchéri, dénonçant « vivement ces propos graves, racistes et méprisants ». L’Ivoirien a ensuite appelé à « sauver les vies en Afrique et stopper la propagation de ce virus qui déstabilise le monde entier » plutôt que « de nous envisager comme cobayes ». Il a conclu en lançant un appel aux dirigeants africains : « ils ont la responsabilité de protéger les populations de ces complots abominables. »


PSG : Hakimi dans le viseur

Selon le quotidien espagnol AS, le PSG fait partie des clubs intéressés par le défenseur du Real Madrid prêté à Dortmund Achraf Hakimi.
La liste des courtisans du défenseur marocain Achraf Hakimi s’allonge. Le talentueux latéral est sollicité par de nombreux grands clubs européens et le PSG en ferait partie selon ce que révèle ce vendredi le quotidien espagnol AS. Les champions de France ne sont pas les plus avancés sur ce dossier, mais ils restent en embuscade et prêts à avancer leurs pions à tout moment pour le natif de Madrid.

Hakimi évolue depuis deux saisons au Borussia Dortmund, mais il appartient encore au Real. Et la tendance pour lui reste à un retour dans la capitale espagnole. Les responsables franciliens auront donc fort à faire s’ils veulent concrétiser cette piste et il est certain qu’un gros investissement financier sera nécessaire dans cette optique. 60M€, ça serait la valeur marchande actuelle de l’arrière du BVB. A noter que Chelsea et la Juventus ont également des vues sur ce dernier.

Angleterre : Les clubs ne veulent pas terminer la saison en Chine

Selon le Daily Mirror, les clubs de Premier League sont opposés à l'idée d'aller terminer la saison 2019-2020 en Chine, comme cela avait été évoqué.
Les responsables du football anglais sont en train de réfléchir à de différentes options afin de pouvoir achever la campagne 2019/2020 du championnat. Parmi les solutions évoquées, il y a celle qui consisterait à emménager en Chine et boucler les dernières journées de la compétition. L’Empire du Milieu étant aujourd’hui en phase de déconfinement après avoir fait reculer au maximum la pandémie du covid-19 sur ses terres. L’idée est intéressante, mais elle n’a pas séduit les principaux acteurs, à savoir les clubs.

Selon le quotidien The Mirror, les formations de Premier League se sont opposées à cette échappatoire. Il n’est pas question de jouer l’épreuve nationale hors des frontières anglaises, et loin de leurs supporters. Même s’ils sont assurés d’amasser un maximum d’argent en Chine et récupérer les droits TV, les clubs préfèrent encore patienter et voir comment la crise évolue en Angleterre. C’est leur position du moment, mais il n’est pas impossible qu’elle puisse évoluer prochainement.

PSG : Neymar raconte son confinement

Neymar s'est confié ce jeudi sur son confinement au Brésil avec ses proches. Le Brésilien s'entretient physiquement et prend très au sérieux la situation actuelle.
Non, Neymar n’est pas en vacances au Brésil. Ou du moins pas totalement. S’il se trouve confiné dans sa belle demeure de Rio De Janeiro et en compagnie de plusieurs de ses proches et amis, l’attaquant du PSG ne fait pas que passer du bon temps. Il s’astreint également à une activité physique très ardue et régulièrement. C’est ce qu’il a assuré jeudi soir à travers un message rendu publique par son service de communication.

« Nous ne sommes pas dans une période de repos »


« Je profite de ce moment de distanciation sociale pour maintenir ma forme physique, explique l’international. Ricardo a conçu pour moi un plan d'entraînement intense afin que je sois prêt pour la reprise des compétitions». Des déclarations corroborées par le préparateur physique en question : « Neymar fait beaucoup de travail de force dans le sable et nous faisons du travail plus spécifique dans des jeux comme le futvoley et d'autres activités, explique son préparateur physique. Nous conservons ce que Neymar a acquis tout au long de la saison, car nous sommes au milieu de la saison. Notre mentalité est que nous ne sommes pas dans un période de repos. C'est pour ça que nous devons maintenir Neymar à un haut niveau de performance, en variant le plus possible les exercices. »

Récemment, Neymar a été critiqué pour avoir improvisé des parties de volley. Outre le non-respect de confinement, il lui a été reproché un certain détachement par rapport aux événements tragiques qui touchent la planète. « Ney » n’a pas répondu à ses attaques personnellement, mais il a assuré se soucier totalement du sort des gens et être au fait de l’évolution de la situation : « Nous espérons que ce moment tragique sera surmonté et que nous pourrons tous reprendre nos activités dès que possible. Je suis l'actualité de la pandémie dans le monde. Maintenant, nous devons protéger nos familles et j'espère que tout ça va passer, car cela va passer. »

FC Barcelone : Suarez évoque la polémique sur les salaires

Dans une interview à Sport 890, l'attaquant du FC Barcelone Luis Suarez a confié ne pas avoir apprécié la polémique entourant la baisse des salaires des joueurs du Barça.
En cette période de crise sanitaire et absence de compétition, de nombreux grands clubs européens ont pris la décision de baisser les salaires de leurs joueurs professionnels quand ce n’est pas les footballeurs eux-mêmes qui ont proposé l’initiative. Ça a été le cas au FC Barcelone, le club qui possède la masse salariale la plus importante du coach. Toutefois, du côté du Camp Nou, cette démarche ne s’est pas faite sans bruits. Il a été reproché à Messi et ses coéquipiers d’avoir trainé les pieds pour mettre la main à la poche.

Ce sont les bruits qui ont couru et la star argentine de l’équipe a été obligée de publier un communiqué sur les réseaux sociaux pour démentir cette version. Il a aussi tancé par la même occasion ses dirigeants, coupables à ses yeux d’avoir laissé des informations calomnieuses circuler. Une offensive qui a contraint Josep Maria Bartomeu, le président, à sortir de son silence et appuyer les dires de son capitaine. Un nouveau bras de fer interne a ainsi été évité de justesse.

« Aucun joueur n’a refusé une baisse de salaire »


Le dénouement a été positif, et on peut supposer que tout est rentré dans l’ordre. Ce n’est pas totalement le cas. Les joueurs blaugrana en ont encore gros sur le cœur par rapport à cette histoire. C’est ce qu’a affirmé l’attaquant de l’équipe Luis Suarez jeudi. « Beaucoup de choses blessantes ont été dites au sujet des réductions de salaire de l'équipe, a confié El Pistolero à Sport 890. Les gens ont dit que les joueurs ne voulaient pas les accepter, puis il a été dit que les joueurs des autres secteurs du club étaient parvenus à un accord, alors que la réalité est que nous attendions pour essayer de trouver la meilleure solution pour le club ».

Suarez a ensuite abondé dans le même sens que Messi en confiant que cela « faisait mal quand les gens disent des choses comme ça ». « Parce que nous avons toujours été les premières personnes à vouloir parvenir à un accord, car nous savons quelle est la situation du club. Aucun joueur de l'équipe n'a refusé une baisse de salaire. Un accord mutuel a été conclu entre les joueurs et le club. Les capitaines ont parlé au président et personne n’a refusé », a-t-il insisté.