LDC : Onana en couleur, Onguéné spectateur, Matip en noir et blanc

Les trois internationaux camerounais ont connu des fortunes diverses avec leurs clubs respectifs mardi, en ouverture de la nouvelle saison de la Ligue des champions.

Pour sa première en Ligue des champions, l’Ajax Amsterdam n’a laissé aucune chance au club français de Lille, de retour en C1 après 7 ans d’absence. Ce mardi en match comptant pour la première journée de la phase de groupes du tournoi, le Gym a été copieusement laminé sur la pelouse du club hollandais (3-0). La faute à Promes (18e), Alvarez (50e) et Tagliafico (62e), les buteurs ajacides. Mais aussi à un André Onana auteur d’un match impeccable.

André Onan illumine

Le gardien de l'Ajax Amsterdam a effet brillé durant toute la rencontre. Même s’il n’a été que rarement sollicité, le Camerounais a su faire parler son talent et s’est illustrer en sauveur à trois reprises. D’abord à la 45e minute de la rencontre. Alors que Jonathan Ikone profite d’une balle récupérée à l'intérieur de sa surface pour envoyer une frappe puissante à ras de terre, Onana anticipe et effectue un superbe arrêt. Le Lion Indomptable remet ça en seconde période, quand il fait le geste parfait pour repousser un coup de tête de Victor Osimhen (59e). Le gardien ajacide sort à nouveau le grand jeu sur une tentative de Çelik (79e) avant d’être sauvé par son poteau sur un ultime essai de Yazici (89e).

Joël Matip dans le dur

Au stade San Paolo, Naples s’est offre le tenant du titre. Devant près de 39 000 spectateurs, le club italien s’est défait de Liverpool (2-0). Une défaite amère pour les Reds, pourtant invaincus après cinq journées de Premier League. Globalement bousculé, le club anglais a en effet eu des difficultés à repousser le danger. A l’image d’un Joël Matip qui n’a pas suffisamment fait parler son expérience en défense. Bien en place physiquement, le Cameroun a certes bien réagi sur des situations chaudes, mais n’a rien pu faire sur les deux buts napolitains.

Onguéné a regardé Haland faire la fête

Jérôme Onguéné pour sa part, est resté sur le banc de touche du Red Bull Salzbourg qui recevait Genk. Le défenseur camerounais a regardé ses coéquipiers marcher sur leurs adversaires belges (6-2). Si les coéquipiers du Lions Indomptables ont complètement écrasé l’équipe adverse, l’un d’entre eux s'est particulièrement illustré au cours de cette démonstration de force : Erling Haland. Auteur d'un triplé (2e, 34e, 45e), le Norvégien est devenu, à 19 ans et 58 jours, le plus jeune joueur à marquer 3 buts dès son premier match de C1 depuis un certain Rooney en 2004.

Afrique : Les meilleurs buteurs de tous les temps en sélection

G. Chitalu - H. Hassan - D. Drogba - S. Eto'o Copyright -OFC
Dignes ambassadeurs de l’Afrique partout à travers le monde, leurs noms riment avec le sport roi dans leurs pays respectifs. S’il semble difficile de comparer des joueurs n’ayant pas évolué à la même époque, la rédaction d'Orange Football Club vous propose cependant de découvrir le Top 5 des meilleurs buteurs africains en sélection nationale.

N°5 : Samuel Eto’o fils (Cameroun, 118 sélections) : 57 buts

Que dire de la carrière internationale du meilleur buteur de l’histoire des Lions indomptables qui a indéniablement marqué toute une génération au Cameroun, en Afrique et dans le monde entier. Samuel Eto’o avec la sélection camerounaise c’est 118 sélections, 57 réalisations, deux Coupes d’Afrique des Nations, une médaille d’or au JO 2000. Avec un impressionnant total de 18 réalisations inscrites en six participations à la CAN, entre 2000 et 2010, le légendaire camerounais détient également le record du plus grand nombre de buts signés dans la prestigieuse compétition africaine. Un incroyable record qui n’est pas prêt d’être battu. buteurs  

N°4 : Didier Drogba (Côte d’Ivoire, 104 sélections) : 65 buts

Quand on parle de légendes du football africain, on ne peut ignorer l’ex capitaine des Eléphants de la Côte d’Ivoire Didier Drogba. Avec 65 buts inscrits sous le maillot ivoirien, en 106 sélections, le double ballon d’or africain (2006 et 2009) est de très loin le meilleur buteur de l’histoire de la sélection. Malgré cela, le ‘meilleur joueur de l’histoire de Chelsea’ n’a jamais remporté le moindre titre avec les Eléphants. Il en est pourtant passé tout près, notamment lors des CAN 2006 et 2012, où la Côte d’Ivoire a échoué en finale, à chaque fois pour une histoire de penalties. buteurs  

N°3 : Hossam Hassan (Egypte, 169 sélections) : 68 buts

169 sélections, 68 buts. Observer le palmarès de l’illustre Hossam Hassan, c’est tourner les pages d’un livre d’histoire où la sélection égyptienne domine le continent-mère. Tant en club qu’en sélection, le légendaire canonnier des Pharaons aura été de toutes les campagnes victorieuses de l'Egypte. buteurs  

N°2 : (Malawi, 115 sélections) : 71 buts

Né en 1954 au Malawi, Kinnah Phiri a marqué l’histoire de sa sélection. En remportant deux Coupes d’Afrique de l’Est (Cecafa Cup) d’affilée en 1978 et 1979, et surtout en empilant les buts (71), il est devenu une légende dans son pays.

 

N°1 : Godfrey Chitalu (Zambie, 108 sélections) : 79 buts

Surnommé «Ucar» en référence à une célèbre marque de piles, le meilleur joueur zambien de tous les temps Godfrey Chitalu règne toujours en maître sur le classement des meilleurs buteurs africains en sélection nationale avec l’incroyable total de 79 réalisations en 108 sélections. Le légendaire zambien était le sélectionneur des Chipolopolo disparus lors du crash de l’avion qui s’est écrasé en pleine mer au large du Gabon, le 27 avril 1993, alors qu’ils revenaient de la Coupe d’Afrique des Nations.

🔴 PSG: Neymar finalement apte face à l’OM ?

Neymar (PSG) Copyright -AFP
Sorti sur blessure lors du match amical entre le Brésil et le Nigeria, la super star du PSG, Neymar Jr, a passé un IRM qui confirme que les ischio-jambiers gauches sont touchés. Il ne reviendra pas avant quatre semaines et ratera ainsi le Classique contre Marseille prévu le 27 octobre. De retour à la compétition à la mi-septembre après son transfert avorté vers le FC Barcelone, Neymar pensait en avoir fini avec les soucis avec 4 buts en 5 matchs. Malheureusement, la trêve internationale et le séjour singapourien avec le Brésil ont eu raison du meneur du PSG. Sorti dès la 10eme minute dans le nul entre la Seleçao et le Nigeria dimanche (1-1) en se tenant derrière la cuisse gauche, l’ancien joueur du Barça va devoir observer une période de repos. D’après le communiqué du PSG, l’IRM passé ce lundi a confirmé une lésion grade 2 du biceps fémoral ischios jambiers gauche. Un point médical sur l’évolution sera refait dans 8 jours, mais le club parisien planche déjà sur une absence évaluée à 4 semaines. Alors que Kylian Mbappé et Edinson Cavani sont sur le chemin du retour, le PSG va donc devoir se passer des services de la star brésilienne. Neymar est d’ores et déjà absent contre Nice le week-end prochain et manquera le Classique contre Marseille prévu le 27 octobre mais aussi le match contre Bruges en Ligue des Champions.

L'USM Alger lourdement sanctionnée après son refus de jouer le derby

Sanctionnée par la Ligue pour avoir refusé de jouer le derby, l'USM Alger s'enfonce parallèlement dans les difficultés financières.
Le bras de fer se poursuit entre l'USM Alger et les instances algériennes. La semaine dernière, le club de Soustara avait mis à exécution sa menace de ne pas jouer le derby face au MC Alger, prévu samedi au stade du 5-Juillet en match en retard de la 4eme journée de Ligue 1. La commission de discipline de la Ligue a pris lundi une série de sanctions contre les Usmistes, avec le match donné perdu par pénalité (sur le score de 3-0 au profit du MCA), une « défalcation » de trois points, une amende de un million de dinars et enfin une privation de la quote-part au titre des droits TV pour le match en question. Il ne fallait guère compter sur la moindre clémence, envers un club dont les supporters ont lancé « La Casa del Mouradia », devenu un chant de ralliement des manifestants anti-régime.

Un match en retard en pleine date FIFA


Pour rappel, la direction de l'USMA avait saisi la Ligue pour demander le report de cette rencontre. Le club avait justifié sa demande par le fait que ce derby soit programmé en pleine date FIFA, se basant dans sa requête sur l'article 29 des règlements généraux de la compétition de la Ligue 1, saison 2019-2020. Le club champion d'Algérie en titre déplorait notamment l'absence de six joueurs internationaux, retenus actuellement dans différentes sélections nationales, dont le Libyen Muaid Ellafi, appelé par les Chevaliers de la Méditerranée.

Un club financièrement exsangue


L'affaire ne devrait pas en rester là, et intervient alors que l'USM Alger se trouve profondément engluée dans des difficultés financières depuis l'arrestation de l'homme d’affaires Ali Haddad, qui avait pris les rênes du club en 2010, et le blocage du processus de vente du club. Plus payés, Les joueurs sont en grève jusqu'à nouvel ordre depuis lundi, laissant planer un doute sur la suite de la saison, et notamment le parcours en Ligue des Champions. « La direction de l’USM Alger annonce être informée par les joueurs de l’équipe première du gel de leurs activités (entraînements et participations aux rencontres nationales et internationales) jusqu’au règlement de la situation générale du club », a communiqué l'USMA. Affaire à suivre.

Lyon : Un accord à l'amiable trouvé avec Sylvinho

L’Olympique Lyonnais a annoncé ce mardi être parvenu à un accord à l’amiable avec Sylvinho et son analyste vidéo Fernando Lazaro dans le cadre de leur départ du club.



Entre Lyon et son désormais ex-coach Sylvinho, c’est définitivement terminé. Écarté lundi dernier des commandes de l’équipe première et remplacé une semaine plus tard par Rudi Garcia, le coach brésilien a trouvé un accord à l’amiable avec le club rhodanien dans le cadre de son départ, comme annoncé mardi matin par l’OL. Tout comme Fernando Lazaro, qu’il avait amené dans ses bagages en tant qu’analyse vidéo, le technicien de 45 ans quitte donc les Gones sans faire de vagues. « L’Olympique Lyonnais tient également à préciser que les montants annoncés dans la presse la semaine dernière ne correspondent en aucun cas aux indemnités qui seront effectivement versées aux deux techniciens brésiliens », est-il précisé dans le communiqué, qui justifie également cette séparation en évoquant la nécessité d’impulser « une nouvelle dynamique ».

Bleus : L'absence d'efficacité offensive pose problème

Après le nul face à Turquie ce lundi et à l’image de ce qui a pu être aperçu depuis deux mois, la France a fait preuve d’une inefficacité offensive nouvelle. Une explication de la contre-performance turque qui coûte deux points.
En 2018, la Belgique s’était attirée les foudres de toute une nation en ayant l’élimination mauvaise après leur courte défaite en demi-finale de la Coupe du Monde. Les coéquipiers d’Eden Hazard avaient pris en plein visage la marque de fabrique de cette équipe de France, en passe de devenir championne du monde. En Russie, la bande à Didier Deschamps s’est forgée une réputation d’équipe clinique voire chirurgicale. Avec Antoine Griezmann et compagnie, il ne fallait pas 50 occasions pour faire la différence et pour s’ouvrir les portes d’un deuxième titre mondial. « A la Coupe du Monde on n'avait pas besoin d'autant d'occasions pour marquer, en ce moment c'est le cas, a avoué le Barcelonais en zone mixte. Il va falloir qu'on travaille tous dans nos clubs pour nous améliorer devant le but. »

La situation personnelle des attaquants est-elle en cause ?


Un an après, la situation a en effet bien changé. Non pas que les Bleus aient désormais oublié de marquer. En 8 matchs de qualifications, ils ont trouvé le chemin des filets à 21 reprises, soit 2,6 buts par matchs. Mais, à la solidité défensive chère à Deschamps s’est ajoutée une inefficacité de l’autre côté du terrain. Contre l'Andorre, l'Albanie et l'Islande, le talent pur français avait fait la différence. Pas lundi. Contre la Turquie, les champions du monde ont largement maîtrise leur sujet et mis en place le plan prévu avec une forte utilisation des ailes et de Kingsley Coman. Seulement, comme cela avait déjà été le cas en Islande trois jours plus tôt, les occasions franches n’ont pas fini en but.

Ou du moins pas assez. Si Mert Günok a fait des miracles dans le but turc avec notamment cette double parade devant Griezmann et Sissoko au quart d’heure de jeu, le portier d’Istanbul Basaksehir n’explique pas à lui seul cette incapacité à ne mettre qu’un but sur 21 tirs. « On aurait pu se mettre à l'abri plus tôt, concède Benjamin Pavard. On a manqué d'efficacité et c'est dommage parce que, dans l'ensemble, je trouve qu'on a fait un bon match. » Cette inefficacité est peut-être le fruit de quelque chose de plus extérieur au groupe France. Griezmann ne s'est pas encore adapté au Barça, et Giroud n'est presque plus dans le groupe de Chelsea. Sans compter l’absence sur blessure de Mbappé.

Deux fois moins efficaces qu’au Mondial


Quand on est attaquant, la confiance joue beaucoup et depuis deux mois ça se ressent. A l’occasion des quatre matchs éliminatoires joués lors des deux derniers rassemblements, les Bleus ont souvent fait le siège sur le but adverse (85 tirs en 4 matchs) mais n’ont finalement marqué que 9 buts, dont près de la moitié face à l’Albanie. Avec un but marqué tous les 9,4 tirs, Olivier Giroud et ses coéquipiers sont loin de ce qui faisait leur force durant le Mondial où ils avaient besoin de moitié moins de frappes pour faire trembler les filets (1 but pour 4,3 tirs). « On a mis du mouvement, on a fait des centres mais le gardien turc a fait deux bons arrêts. On aurait dû être plus tueur devant le but, ajoute Moussa Sissoko. C’est ce qui nous a manqué ce soir car le contenu est là. » A écouter les Français après la rencontre, il n’y a pas de quoi s’inquiéter. Avec seulement deux points à prendre pour se qualifier contre la Moldavie et l’Albanie, les Bleus ont de quoi voir venir. Mais, comme l’a si bien dit Griezmann, un tel déchet aura forcément des conséquences négatives dans un tournoi comme l’Euro. D’ici juin 2020, les situations personnelles des attaquants français auront certainement évolué. Reste à souhaiter que leur efficacité aussi.