Ligue des Champions UEFA (1ère J): Liverpool vient à bout du PSG !

Firmino
Mené 2-0 à Anfield, le Paris Saint-Germain est remonté au score avant de s’incliner dans les dernières secondes face à Liverpool, pour son premier match de la saison en Ligue des Champions. Longtemps étouffé par les Reds, le club francilien s’est montré beaucoup trop inoffensif.

Le debrief


Ce groupe, dans sa globalité, puis ce premier déplacement périlleux, en particulier, avaient d’emblée été présentés comme de vrais tests, pour un Paris Saint-Germain qui a pris l’habitude de frustrer à partir du mois de février en Ligue des Champions. On demandait plus de caractère au PSG dans les grandes affiches européennes ? Il en a montré mardi soir. Mais sa défaite à Anfield (3-2) a laissé entrevoir un défaut jusqu’ici rarement aperçu : son incapacité à se créer des occasions de but. Le club francilien a bien réussi à inscrire deux buts sur le dernier finaliste malheureux de la Coupe aux grandes oreilles. Mais à part ça, Neymar et les siens n’ont presque jamais inquiété Alisson.

Que l’analyse aurait été différente si Firmino n’était pas venu, d’un petit exploit individuel, mettre Paris à terre en toute fin de rencontre (92eme). On aurait retenu la solidité parisienne en début de match, lorsque les vagues rouges ne cessaient d’arriver dans les 30 derniers mètres du champion de France en titre. Puis sa capacité à relever la tête après avoir encaissé deux buts dans ce qui n’était pas spécialement un temps fort des hommes de Jürgen Klopp. Mais ni la belle réalisation de Meunier (40eme), ni le but d’attaquant de Mbappé (83eme) quelques secondes après son replacement dans l’axe ne viendront finalement masquer les manques du PSG dans le secteur offensif, dans une rencontre où la défense aura paradoxalement plus rassuré, à l’exception de Juan Bernat.

Après avoir réduit le score juste avant la pause, on était évidemment en droit d’attendre des hommes de Thomas Tuchel qu’ils mettent le feu dans le camp adverse. Il n’en a rien été. Neymar a été trop brouillon malgré une certaine disponibilité entre les lignes, Kylian Mbappé a longtemps été beaucoup trop seul, et Edinson Cavani n’a jamais été servi dans de bonnes conditions. Au milieu, Angel Di maria, Marquinhos et Adrien Rabiot ont clairement perdu la bataille face, notamment, à un James Milner des grands soirs, étant constamment sous pression. Incapables de répondre dans l’impact, les Parisiens ont passé trop de temps bloqués dans leur camp, sans trop savoir comment ressortir le ballon. Evidemment problématique quand on connaît la philosophie et le plan de jeu que Tuchel veut appliquer avec son groupe…

 

Le film du match


6eme minute
Milner déborde côté droit et adresse un centre tendu dans la surface parisienne. Le ballon est détourné et arrive jusqu’à Van Dijk au second poteau, qui reprend de demi-volée. Areola est vigilant et claque le ballon en corner.

17eme minute
Après une belle phase de possession, Di Maria trouve Neymar qui s’emmène le ballon dans la surface et frappe du gauche. Alisson repousse, Cavani suit, mais la tentative de ce dernier, du bout du pied, n’inquiète pas le portier brésilien.

30eme minute (1-0)
Wijnaldum et Alexander-Arnold combinent à droite et ce dernier centre au second poteau. Le ballon fuit jusqu’à Robertson qui centre à son tour. Sturridge se défait du marquage de Thiago Silva et place une tête imparable à bout portant pour ouvrir le score.

34eme minute
Sur un corner tiré depuis le côté droit, Neymar trouve intelligemment Mbappé en retrait. A hauteur du point de penalty, l’attaquant français place une demi-volée qui passe légèrement au-dessus.

36eme minute (2-0)
Sur un penalty concédé par Bernat pour une faute sur Wijnaldum, Milner ouvre parfaitement son pied droit pour trouver de manière chirurgicale le petit filet gauche d’Areola. Le portier français était tout proche de toucher ce ballon…

40eme minute (2-1)
Bernat trouve Di Maria à gauche, qui adresse un bon centre. Cavani tente un retourné mais ne touche pas le ballon. Robertson remet involontairement en retrait et Meunier reprend instantanément d’une superbe demi-volée du gauche qui trompe Alisson.

61eme minute
Encore une fois seul sur son côté droit, Alexander-Arnold adresse un centre parfait à destination de Sturridge. Cette fois, l’attaquant anglais ne parvient pas à ajuster son coup de tête, pourtant dans une position idéale.

83eme minute (2-2)
Sur un ballon perdu par Salah au milieu de terrain, Neymar percute jusqu’à ce que le ballon arrive dans les pieds de Mbappé. L’international français ajuste un plat du pied droit dans le petit filet gauche d’Alisson pour égaliser.

87eme minute
Sur un coup-franc aux 20 mètres, Alexander-Arnold passe son ballon au-dessus du mur parisien. Légèrement touché de la tête par Kimpembe, le cuir termine sa course sur la barre transversale d’Areola.

92eme minute (3-2)
Sur un ballon perdu par Mbappé, Firmino est trouvé dans la surface de réparation. L’attaquant brésilien se joue de Marquinhos et Bernat et place une frappe croisée parfaite qui termine sa course dans le petit filet droit d’Areola.

 

Tops et flops


Top
TOP 3
Fabinho et Keita sont arrivés cet été, mais c’est bien James MILNER qui reste l’un des éléments indiscutables de l’entrejeu des Reds. L’Anglais a réalisé un travail énorme au milieu de terrain, en mettant impact énorme sur chaque duel. Parfois première rampe de lancement, il a transformé avec sang-froid un penalty obtenu par Wijnaldum.

Comme à son habitude, Andrew ROBERTSON s’est montré très actif dans son couloir gauche. La latéral des Reds a multiplié les courses et les centres, dont l’un déposé sur la tête de Sturridge pour l’ouverture du score. Un autre de ses caviars aurait pu permettre à Liverpool de prendre l’avantage en fin de rencontre. C’est finalement Firmino qui s’en est chargé comme un grand.

Titulaire aux côtés de Thiago Silva, Presnel KIMPEMBE a encore fait preuve d’une grande assurance dans toutes ses interventions et ses relances. Dur sur l’homme, à l’aise techniquement pour ressortir quelques ballons, l’international français n’a été directement impliqué dans aucun des buts anglais.

 

Flop
FLOP 3
NEYMAR a encore déçu dans un grand match européen. D’abord bien entré dans son match, il a ensuite trop porté le ballon par séquences. Quand il a épuré son jeu, ses tentatives d’ouvertures à destination de Mbappé ont manqué de justesse. La disponibilité du Brésilien entre les lignes a bien permis au PSG de se créer quelques situations, et a amené l’égalisation parisienne. Mais l’ancien du Barça n’a pas pesé autant qu’il aurait dû.

Mohamed SALAH est encore loin d’avoir retrouvé son meilleur niveau. L’Egyptien a clairement manqué de fraîcheur, et donc de disponibilité sur le pelouse d’Anfield et n’est pas parvenu à se créer des occasions franches, hormis sur un but justement refusé. Sa perte de balle sur l’égalisation parisienne aurait coûté cher sans le but de Firmino dans les derniers instants.

Récemment débarqué à Paris, Juan BERNAT est bien entré dans sa rencontre mardi soir. Mais l’ancien du Bayern Munich s’est ensuite retrouvé en difficulté défensivement, d’abord sur une intervention trop tendre, puis sur un penalty naïvement concédé devant Wijnaldum. L’Espagnol n’a pas entièrement rassuré les sceptiques.

 

Monsieur l’arbitre au rapport


M.Cakir a logiquement accordé un penalty à Liverpool pour une faute de Bernat. Il aurait dû avertir Sturridge pour un excès d’engagement sur Areola et aurait accordé un but non valable sans son assistant. Ni lui, ni ses assistants n’ont signalé le hors-jeu d’Edinson Cavani sur la réduction du score parisienne.

 

La feuille de match


Ligue des Champions (Groupe C) / Liverpool – Paris Saint-Germain : 3-2


Anfield Road (54 000 spectateurs environ)
Temps agréable – Pelouse excellente
Arbitre : C.Cakir (4)

Buts : Sturridge (30eme), Milner(36eme, sp), Firmino (92eme) pour Liverpool – Meunier (40eme), Mbappé (83eme) pour le PSG

Avertissements : Van Dijk (27eme) pour Liverpool, Rabiot (45eme) pour le PSG

Expulsion : Aucune

 

Liverpool
Liverpool
Alisson (5) – Alexander-Arnold (6), Van Dijk (6), J.Gomez (5), Robertson (6) – Wijnaldum (6), Henderson (cap) (6), Milner (7) – Salah (3) puis Shaqiri (85eme), Sturridge (5) puis Firmino (72eme), Mané (6) puis Fabinho (93eme)

N’ont pas participé : Mignolet (g), N.Keïta, A.Moreno, Matip
Entraîneur : J.Klopp

 

PSG
PSG
Areola (6) – Meunier (6), Thiago Silva (cap) (6), Kimpembe (7), Bernat (4) – Rabiot (5), Marquinhos (4), Di Maria (5) puis Choupo-Moting (80eme) – Mbappé (4), Cavani (5) puis Draxler (80eme), Neymar (3)

N’ont pas participé : Cibois (g), Kehrer, L.Diarra, Nkunku, N’Soki
Entraîneur : T.Tuchel

Strasbourg : Laurey note un peu de fatigue chez ses joueurs

Thierry Laurey a reconnu que Strasbourg avait volontairement verrouiller contre Lille vendredi soir (1-1). Pour autant, l’entraîneur alsacien juge que son équipe aurait pu l’emporter en fin de match.
Battu deux fois et tenu en échec à Caen lors des trois dernières journées, Strasbourg connait un mois de février délicat qui s’est conclu par un match nul contre Lille ce vendredi soir (1-1). « Je suis satisfait dans les grandes lignes, a réagi Thierry Laurey sur Canal+Sport. Quand on fait une meilleure deuxième période que la première on espère toujours l’emporter. Mais malgré tous nos efforts, Lille a été solide et n’est pas dans le haut du tableau par hasard. (…) On a été fébriles en première période, on les a laissé ouvrir le score. On a changé notre fusil d’épaule au retour des vestiaires et sur la fin on a même caressé l’espoir de pouvoir l’emporter », a développé l’entraîneur strasbourgeois après la rencontre.

Laurey : « On a surperformé en janvier »


Très défensif au coup d’envoi, le club alsacien s’est lâché un peu tard, mais Thierry Laurey a assumé ce choix au micro de la chaîne cryptée. « Contre une équipe qui est deuxième de L1, qui a la deuxième attaque, la deuxième défense et qui reste sur cinq victoires à l’extérieur, vous n’y allez pas en tongs ! On avait pris quelques précautions, certains diront trop, mais contre ces équipes la moindre erreur se paie cash. On n’est pas dans notre meilleure période, donc on a voulu verrouiller un peu et on est contents du résultat », s’est-il justifié. Le Racing reste sur quatre matchs sans victoire, et Thierry Laurey trouve ses joueurs fatigués : « On a surperformé en janvier, on a laissé aussi beaucoup de gommes. On le paye un peu sur les derniers matchs, mais malgré tout on est toujours vivants sur le terrain. »

Lille : Galtier espère retrouver la victoire la semaine prochaine

Après Montpellier la semaine dernière (0-0), c’est Strasbourg qui a accroché Lille ce vendredi soir à la Meinau (1-1).
Les Dogues ont enchaîné un deuxième match nul en passant notamment à côté de leur deuxième période. « On a eu un adversaire qui a joué plus direct. Notre bloc équipe était trop bas, a réagi Christophe Galtier au micro de Canal+Sport après la rencontre. Mais tout en souffrant, on a aussi eu la possibilité de mener 2-0. A partir du moment où on ne sait pas ces opportunités, il est logique que l’adversaire nous fasse souffrir sur les 20 dernières minutes. » Au classement, avec ce résultat nul, le LOSC laisse l’opportunité à Lyon de revenir à deux points à l’issue de cette 26eme journée. « Il aurait fallu marquer ce deuxième but, a poursuivi Galtier. Mais on est encore là. On vient d’enchaîner deux matchs nuls contre des bonnes équipes (Montpellier et Strasbourg). Il faudra bien préparer la réception de Dijon pour retrouver le goût de la victoire. »

Rennes : Quel avenir pour « HBA » ?

Libre en juin prochain, le milieu de terrain offensif (ou attaquant) Hatem Ben Arfa va-t-il prolonger l’aventure avec Rennes ? Le président Olivier Létang s’est confié sur RMC Sport.
Auteur de cinq buts et deux assists cette saison en championnat, le milieu de terrain offensif (ou attaquant) international français Hatem Ben Arfa, 31 ans, fait le job pour sa première saison sous les couleurs du Stade Rennais. Les dirigeants bretons sont satisfaits de l’apport de l’ancien joueur de Lyon, de Marseille, de Newcastle, de Nice et de Paris, mais le doute demeure quant à son avenir aux côtés des coéquipiers de Benjamin André. Libre en juin prochain, le natif de Clamart va-t-il rempiler ? « Aujourd’hui, je ne le sais pas, a confié le président Olivier Létang sur RMC Sport. Je ne peux pas vous le confirmer. Je ne vais pas tenir des paroles en l’air. Aujourd’hui, Hatem s’épanouit dans le club, il a une évolution très positive. Le club est en train de grandir avec beaucoup d’humilité. C’est quelque chose qui est important et qui ne laisse pas insensible. L’image du Stade Rennais est en train de changer. C’est positif. On fera le point un peu plus tard avec Hatem pour parler de la saison prochaine. »

« DD » sur la liste de la Vieille Dame

Selon les informations de TMW, Didier Deschamps, le sélectionneur des Bleus, figurerait sur la short-list de la Juventus Turin. L'ancien coach de Monaco et de Marseille aurait été ciblé pour compenser un éventuel départ de Massimiliano Allegri.
Alors que Massimiliano Allegri serait susceptible de changer d’air l’été prochain, la Juventus Turin aurait ciblé en priorité Zinédine Zidane (46 ans), qui serait également dans le viseur de Chelsea. Sans club depuis mai dernier et son départ du Real Madrid, le natif de Marseille serait le choix numéro 1 pour compenser un éventuel départ de l’actuel entraîneur des coéquipiers de Giorgio Chiellini, mais les Bianconeri seraient aussi sur la piste d’un autre de leurs anciens protégés. Selon les informations de nos confrères de TMW, Didier Deschamps (50 ans) figurerait également sur la short-list de la Vieille Dame.

Comme plan B derrière Zidane ?


Compte tenu de la présence de « CR7 », Zinédine Zidane aurait la préférence des dirigeants turinois (qui pourraient aussi essayer de recruter Marcelo, Isco et James Rodriguez chez les Merengue), mais « DD » aurait également la cote chez l’actuel leader de Serie A. Et ceci malgré un engagement de longue durée avec la FFF. Après avoir connu la deuxième division avec la Juve, l’ex-coach de Monaco et de Marseille pourrait potentiellement revenir par la grande porte. A condition que Massimiliano Allegri fasse effectivement ses valises dans les prochains mois mais aussi que « ZZ » soit visiblement inaccessible…

Tuchel (PSG) en conférence de presse : Etat d’esprit « vraiment incroyable », Di Maria, Nîmes

Thomas Tuchel s’est félicité vendredi en conférence de presse de la capacité du PSG à se mobiliser pour chaque match malgré l’enchaînement des rencontres et est revenu sur la montée en puissance d’Angel Di Maria.

L’agressivité de Nîmes


C’est leur manière. Ils essayent toujours e jouer comme ça, c’était très difficile de jouer à Nîmes. Il y avait beaucoup d’émotions et c’tait très intensif. Ce sera autre chose au Parc. Mais je crois qu’ils vont être très courageux, disciplinés et agressifs. C’est à nous de montrer notre qualité avec le ballon et de nous protéger des contre-attaques, pour faire un match sérieux et avoir l’occasion de gagner.

La tentation du turnover pour éviter les blessures


Il y a des joueurs qui ont joué cinq, six ou sept matchs d’affilée. On doit être attentifs, on doit gérer leurs minutes. On les regarde pendant l’entraînement, on parle avec eux et on doit décider avec eux. Ce n’est pas en fonction de l’adversaire, c’est simplement faire des choses nécessaires.

Les performances d’Eric-Maxim Choupo-Moting


Il est très professionnel, chaque jour avec un bon état d’esprit. Il savait d’avance qu’il n’était pas notre numéro 1 en attaque. Il est là pour être un bon remplaçant. Il a la qualité pour jouer, je le crois vraiment. Il a eu une phase un peu dure et malheureuse, mais on peut voir à l’entraînement qu’il a retrouvé sa confiance. Il l’a montré contre Montpellier (5-1), il a fait un bon match et il a marqué un but, même s’il était hors-jeu. J’ai vu que c’était complètement différent. C’est très important pour nous et pour l’équipe. Ce n’est pas seulement Choupo, c’est aussi Christopher Nkunku, Layvin Kurzawa, Moussa Diaby, Colin Dagba. Ils ont très bien joué contre Montpellier et ils ont eu une grande influence dans notre jeu. Je sais que c’est très difficile de rester en forme avec très peu de minutes. Mais c’est absolument nécessaire qu’ils montrent chaque jour qu’ils sont prêts. Ils l’ont très bien fait contre Montpellier. J’en étais très heureux.


La montée en puissance d’Angel Di Maria


Je pense qu’il est heureux à gauche. Il a beaucoup joué à droite pour nous. Quand l’adversaire est très serré et très bas, c’est difficile de jouer avec un gaucher à droite, parce qu’il doit toujours se tourner vers l’intérieur et c’est très difficile de trouver des espaces, des occasions pour frapper ou faire des passes décisives. Il peut jouer plus vite à gauche. Il est toujours dangereux avec son pied préféré. Maintenant il joue aussi comme deuxième attaquant avec Kylian (Mbappé). Il a la qualité pour finir nos attaques et j’aime beaucoup ça. Ce sont les meilleurs pour les finir, pas pour les construire. Ils ont la qualité, ils sont calmes devant le but, ils ont la faim de marquer et ils ont la technique sous pression.

Son évolution au PSG


J’apprends chaque jour, c’est absolument nécessaire. Avec les joueurs ici, c’est exigeant et facile à la fois. Il y a de grands joueurs, avec beaucoup d’expérience et de talent. Il y a des jeunes. C’est très bien pour moi.

Le risque de décompression


On doit accepter que la tension avant un match comme Liverpool, l’Etoile Rouge ou Manchester United n’est pas la même qu’avant un match contre Montpellier ou Nîmes au Parc. Ce n’est pas que nous sommes arrogants, c’est seulement différent et c’est normal. Nous sommes concentrés dans ces matchs, nous jouons très sérieux et j’aime beaucoup ça. On prépare Nîmes de la même façon que Manchester, mais on doit accepter que ce soit différent pour les gars. Ce n’est pas pareil de jouer à Lyon ou à Saint-Etienne qu’à la maison contre Nîmes. Tous les matchs sont différents. Si demain un jeune joueur joue, il ressentira beaucoup de pression, au contraire d’un joueur avec plus d’expérience. Ce n’est pas une question de tout donner. Je demande qu’on joue avec intensité et que nous soyons prêts pour gagner. On peut avoir l’impression que c’est facile, mais ça ne l’est jamais. Ils montrent cet état d’esprit tous les trois jours et c’est vraiment incroyable, c’est exceptionnel. On a les meilleurs joueurs, c’est clair, mais je veux qu’on gagne parce que nous sommes la meilleure équipe, et pour ça il faut qu’on joue ensemble.