L1 : Saint-Etienne a fait le job contre Nice mais ne verra que la Ligue Europa

Dans son duel à distance avec l'Olympique Lyonnais, Saint-Etienne a fait le travail en se montrant efficace contre Nice (3-0). Malheureusement les Verts devront se contenter de la Ligue Europa la saison prochaine puisque les voisins lyonnais ont gagné dans le même temps et conservent quatre points d'avance.

Le debrief


Avant le début du match, les données étaient claires pour Saint-Etienne : les Verts devaient gagner et espérer un faux pas de Lyon pour croire encore à la Ligue des Champions avant la dernière journée du championnat. La première partie de la mission a été remplie puisque les hommes de Jean-Louis Gasset ont offert une dernière victoire aux supporters de Geoffroy Guichard face à Nice (3-0). Cette victoire ne suffira malheureusement pas pour accrocher la C1 puisque dans le même temps le voisin lyonnais a logiquement et largement battu Caen (4-0). L’espoir de jouer la plus grande des coupes d’Europe pour la 1ere fois depuis 1982 envolé, les Stéphanois pourront se consoler en ayant verrouiller officiellement la 4eme place du championnat et se voient donc qualifier directement pour la prochaine Ligue Europa. Une juste récompense pour un groupe qui a réalisé une très grosse saison. Le public stéphanois ne s’y est d’ailleurs pas trompé en chantant à la gloire des coéquipiers de Loïc Perrin.

Pourtant cette victoire à domicile a été dure à se dessiner tant Saint-Etienne a subi. D’ailleurs les statistiques risquent de donner des regrets à Nice (19 tirs contre 10). Sans un grand Ruffier, les Aiglons auraient sûrement pu ramener un point du Forez. Mais que ce soit Ganago, Lees-Melou ou Danilo, tous se sont heurtés sur le portier international. Les plus grosses occasions ont donc été niçoises mais ce sont bien les Verts qui ont inscrit trois buts par l’intermédiaire d'un duo qui a pris la relève face aux absents d'un soir (Khazri et Cabella). La doublette Hamouma - Beric a porté l'ASSE vers la victoire ce samedi soir. Homme en forme sur la phase retour (5 buts en 12 matchs), l’attaquant slovène s’est une nouvelle fois illustré avec un double dans un pur style de buteur. D’abord à se faisant bien fait oublier au deuxième poteau sur un coup-franc d’Hamouma puis en coupant la trajectoire du centre de l’ancien Caennais. Ce dernier, positionné en meneur de jeu, a d’ailleurs été récompensé par son gros match en douchant les espoirs niçois à dix minutes du terme. Ce samedi, l’efficacité a eu raison des chiffres.

Le film du match


3eme minute
Sur un corner venu de la gauche, Coly arrive en pleine course et prend le meilleur sur Polomat. Malheureusement sa tête passe largement à côté.

5eme minute
Ganago se montre très remuant et prend une nouvelle fois le dessus sur Saliba. L’attaquant niçois repique dans l’axe et voit sa frappe légèrement contrée par le défenseur. Ruffier est lobé mais le ballon finit au-dessus de sa barre.

19eme minute
Quelle occasion pour Nice ! Sur un corner, Lees-Melou n’arrive pas à reprendre correctement au deuxième poteau. Le ballon revient dans les pieds de Danilo qui qui voit Ruffier sortir son tir à bout portant. Derrière Ganago voit sa tête heurter la barre de Ruffier.

25eme minute (1-0)
Première occasion pour Saint-Etienne et but pour les Stéphanois. Sur un coup-franc venu de la droite, Beric se retrouve seul au deuxième poteau et fusille Benitez à bout portant.

35eme minute
Ganago réussit à trouver de la vitesse après un une-deux et tente sa chance. Le Camerounais choisit la frappe au premier poteau et il faut un Ruffier vigilant pour repousser en corner.

37eme minute
Le poteau pour Nordin ! Le Stéphanois est parfaitement lancé par Hamouma dans le dos de la défense. Il choisit de croiser sa frappe mais son ballon vient heurter le montant droit de Benitez.

49eme minute
Ruffier veille encore une fois. Suite à une perte de balle stéphanoise, Danilo fixe la défense et décale Ganago sur sa gauche. Le Niçois cherche à enrouler côté opposé mais le portier se couche et repousse en corner.

65eme minute (2-0)
On prend les mêmes et on recommence. Comme sur l’ouverture du score, Hamouma est à la baguette et centre devant le but de Benitez. En avance sur son défenseur, Beric coupe la trajectoire et s’offre un doublé.

80eme minute (3-0)
Les espoirs niçois sont désormais douchés. Suite à une percée de Nordin, Hamouma choisit de frapper à 25m et place un tir imparable pour Benitez.

Tops et flops


Top
TOP 3

Positionné dans un rôle de meneur en l’absence de Khazri et Cabella, HAMOUMA s’est montré décisif dans cette position. D’abord en étant double passeur décisif pour Béric puis en parachevant le succès stéphanois à dix minutes du terme. Sorti sous les ovations de Geoffroy Guichard.

Persona non grata il y a encore quelques mois, BERIC s’est imposé comme le buteur maison durant la phase retour. L’attaquant s’est encore illustré avec un doublé. Ses huitièmes et neuvièmes buts de la saison qui n’enverront malgré tout pas les Verts en Ligue des Champions.

Les Verts ont longtemps été en difficulté dans cette rencontre et peuvent remercier RUFFIER. Le dernier rempart stéphanois a parfaitement joué son rôle en s’interposant devant Danilo à bout portant ou en écœurant Ganago.

Flop
FLOP 3

Il a été lancé dans le grand bain suite à la blessure de Polomat et cette première FOFANA s’en souviendra… Le jeune latéral a été mis en difficulté tout au long de la rencontre et Nice a vite compris qu’il fallait passer sur son côté.

Il a souvent été l’homme fort des Niçois cette saison mais TAMEZE a vécu une soirée compliquée dans l’entrejeu. Entre erreurs de placement sur le but stéphanois, approximations technique, le Camerounais n’a pas été en réussite.

Trois buts encaissés sur cinq tirs, l’addition peut paraître salée. Mais malgré l’efficacité stéphanoise à souligner, COLY a vécu une soirée compliquée. Il a souvent été mis à mal par la vitesse de Nordin.

Monsieur l’arbitre au rapport


Mr Gautier n’a pas eu grand-chose à faire. Il a eu recours par deux fois au VAR pour accepter l’ouverture du score de Beric et vérifier qu’il n’y avait pas de main. Puis pour savoir s’il devait siffler penalty sur une main non-intentionnelle de Perrin. Il a pris par deux fois la bonne décision.

La feuille de match


L1 (37eme journée) / SAINT-ETIENNE – NICE : 3-0


Geoffroy Guichard (43 000 spectateurs environ)
Temps pluvieux – Pelouse excellente
Arbitre : M.Gautier (5)

Buts : Beric (25eme, 65eme) puis Hamouma (81eme) pour Saint-Etienne
Avertissements : Coly (61eme, Lees Melou (73eme) puis Le Bihan (86eme) pour Nice

Expulsion : Aucune

Saint-EtienneSaint-Etienne
Ruffier (7) – Saliba (6), Perrin (6), Kolodziejczak (5), Polomat (non noté) puis Fofana (4) - M’Vila (6), Aït Bennasser (5) - Nordin (6), Salibur (4) puis Vada (66eme), Hamouma (8) puis Ghezali (83eme) - Beric (7)

N'ont pas participé : Moulin (g), Benkhedim, Gueye, Abi
Entraîneur : J-L.Gasset

NiceNice
Benitez (6) – Coly (4), M.Sarr (4), Boscagli (5), Pelmard (4) puis Le Bihan (79eme) – Tameze (3) puis Makengo (74eme), Lees-Melou (strong>4), Danilo (5) – Saint-Maximin (5), Ganago (5) puis Srarfi (66eme), Atal (5)

N'ont pas participé : Clémentia, Jallet, Walter, Sacko
Entraîneur : P.Vieira

Une CAN, un but: 1968, Kalala écrit l'Histoire des Léopards

1968, le Congo Kinshasa sur le toit de l’Afrique Copyright -@fecofa_cd
Depuis sa création en 1957, la Coupe d'Afrique des Nations s’est imposée au fil des éditions comme étant le rendez-vous phare des amateurs du ballon rond et de l’ensemble du sport africain. Avec ses héros, ses buts mémorables, ses surprises, ses revers inattendus, ses succès tant espérés, la grande messe africaine nous a offert des moments inoubliables à l’image de sa 6ème édition de 1968 en Éthiopie qui a vu les Léopards de la République Démocratique du Congo inscrire pour la première fois de leur histoire le nom de leur pays au palmarès de la plus prestigieuse des compétitions africaines. En effet, l’épreuve de 1968 qui accueillait huit nations, a été marquée par une génération exceptionnelle de Léopards. Ceux-ci ont à cette occasion gravé en lettres d’or leur nom dans le grand livre de la coupe africaine en s’adjugeant pour la première fois le sacre grâce notamment à un but mémorable signé par l’illustre buteur congolais Pierre Kalala Mukendi alias «Le Bombardier». C’était un dimanche 21 janvier 1968, devant 35.000 supporters en transe au Stade Haïlé-Sélassié d’Addis-Abeba (aujourd’hui Addis Abeba Stadium) lorsque Kalala a fait parler la poudre, délivrant les siens lors de la grande finale face au tenant du titre ghanéen signant ainsi l’unique but de la rencontre (1-0). Une réalisation historique qui a permis au «Congo Kinshasa» d’intégrer pour la première fois le palmarès de la CAN mettant ainsi un terme à la domination des Black Stars sur le continent africain. Véritable phénomène du football congolais des années 60, le regretté Kalala qui nous a quitté le 30 juin 2015, a indéniablement marqué toute une génération tant au Congo qu’à travers le continent africain. Son sens du but, sa technique et ses exploits hors normes ont fait du mythique attaquant du Tout Puissant Englebert (devenu le Tout Puissant Mazembe), une légende. Ce n’est d’ailleurs pas par hasard si beaucoup de jeunes Africains se donnent à ce jour pour surnom « Kalala ». Un joueur qui n’est pas seulement l’un des plus grands de l’histoire des Léopards, mais sans doute le plus grand de tous ! Tout en espérant voir un autre joueur de la sélection congolaise le rejoindre sur son piédestal, nous vous proposons de revivre ce but historique en vidéo :

CAN 2019 : une prime astronomique pour le vainqueur !

CAN 2019 Copyright -OFC
La Confédération Africaine de Football (CAF) soigne son épreuve reine ! En effet, chacune des 24 équipes qui disputeront la phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations 2019, du 21 juin au 19 juillet en Egypte, touchera au minimum 600.000 dollars, tandis que le futur vainqueur de l’épreuve empochera la somme astronomique de 4,5 millions de dollars (environ 4 millions d’euros), « Cette année, nous avons décidé d'augmenter le prize money pour la compétition », a assuré le président de la CAF, Ahmad Ahmad, dans un entretien accordé cette semaine à RFI. >> CAN 2019 : le calendrier complet Il convient de rappeler également que le Cameroun, vainqueur de l’édition 2017, avait empoché 3,5 millions de dollars, tandis que l’Egypte, finaliste, avait encaissé 2 millions de dollars. Les deux demi-finalistes avaient touché 1,5 million de dollars chacun. >> CAN 2019: les villes-hôtes et les stades, groupe par groupe

Stars de la CAN 2019 : John Obi Mikel, le revenant

John Obi Mikel - Nigeria Copyright -OFC
A l'approche de la Coupe d’Afrique des Nations 2019, Orange Football Club vous propose de découvrir une série de portraits consacrés aux joueurs les plus attendus de la grande messe du football africain. Focus aujourd’hui sur l'emblématique capitaine des Super Eagles du Nigeria, John Obi Mikel. Nom : John Obi Mikel Naissance : 22 avril 1987 (32 ans) Lieu : Jos (Nigeria) Poste : Nigeria Latéralité : droitier Taille : 1,89 m Nombre de sélections : 85 Nombre de buts en sélection : 6 Club actuel : Middlesbrough FC (D2 anglaise) Statistiques en 2018/2019 : 1 but et 4 passes décisives en 22 matches Valeur marchande : 4,5 M€ On ne présente plus le maître à jouer de la sélection nigériane John Obi Mikel. Capitaine des Super Eagles depuis 2015 mais aussi l’idole de tout un pays, tous les espoirs du Nigeria reposent sur ses épaules et son expérience au plus haut niveau. Pièce maîtresse de l’effectif pléthorique de Gernot Rohr pour la CAN 2019, le milieu central de 32 ans sera le chef d'orchestre de la sélection nigériane qui effectue cette année son retour à la grande messe du football africain, et ce, après avoir manqué la qualification lors des deux précédentes éditions. De retour cette saison au "Royaume de sa Majesté", du côté de Middlesbrough, après deux ans passés en Chine, le maître à jouer nigérian n'a toutefois plus porté le maillot des Super Eagles depuis le 26 juin 2018 et la rencontre du premier tour du Mondial russe face à l’Argentine (défaite du Nigeria 1-2). Pour son grand retour en sélection, l'homme aux 85 capes avec les Super Eagles aura à cœur de mener de nouveau ses partenaires sur le toit l'Afrique après le sacre de 2013 en Afrique du Sud.

Un rendez-vous Parme - Super Mario

Selon les informations de TMW, Parme continuerait de pousser les discussions au sujet de l’attaquant international italien Mario Balotelli.
L’opération s’annonce des plus compliquées, mais Parme continuerait de pousser les discussions au sujet de l’attaquant international italien Mario Balotelli (28 ans), qui intéresserait aussi Brescia, notamment. En fin de contrat avec l’OM, qui pourrait essayer de le remplacer par José Salomon Rondon de West Bromwich Albion, le natif de Palerme serait l’une des priorités de la formation entraînée par Roberto D’Aversa. Après une première prise de renseignements, le quatorzième de Serie A pourrait passer à la vitesse supérieure. Selon les informations de nos confrères de TMW, un rendez-vous pourrait être organisé entre les différentes parties concernées. Aujourd’hui, la piste serait donc bel et bien active, les Parmesans faisant aussi les yeux doux à Camillo Ciano (29 ans, Frosinone), un autre protégé de Mino Raiola.

Bordeaux pense à Rémi Oudin (Reims)

Selon les informations de L’Equipe, Bordeaux se serait renseigné sur la situation du milieu de terrain offensif rémois Rémi Oudin.
Sous contrat jusqu’en juin 2021 avec Reims, le milieu de terrain offensif Rémi Oudin (22 ans) ne laisserait pas insensible Bordeaux. Selon L’Equipe, les Girondins se seraient récemment renseignés sur la situation du protégé de David Guion, auteur de dix buts cette saison en Ligue 1. Compte tenu des tarifs en vigueur (de l’ordre de 10 M€ ?), le club au scapulaire pourrait effectuer une tentative en proposant d’inclure un joueur dans la transaction. En parallèle, Nice et Watford seraient notamment sur la piste du natif de Châlons-en-Champagne.