L1 : Lille offre le titre au PSG en concédant le nul à Toulouse

Copyright : Panoramic
Généreux mais inefficace, Toulouse a partagé logiquement le point du match nul face à une équipe de Lille pas dans un grand jour (0-0). Un résultat qui offre le titre au PSG avant même son match de ce dimanche face à Monaco (0-0).

Le debrief


Le PSG est champion de France. Merci qui ? Toulouse, pardi. Le club de la Ville Rose a stoppé le LOSC de Christophe Galtier (0-0). Il aurait même pu lui infliger, avec un peu plus de réussite, sa 7eme défaite de la saison. Mais Jimmy Durmaz (13eme) et Max-Alain Gradel (83eme) ont manqué de chance et ont touché du bois plutôt que fait trembler les filets adverses. Une semaine après leur démonstration face aux Parisiens (5-1), les Lillois ont affiché un visage bien moins séduisant et sont apparus moins affamés. Gênés par le pressing toulousain, indolents à l’instar de Jonathan Bamba, ils ont mis du temps à entrer dans leur match et ont, surtout, dominé les débats lors d’une seconde période où ils ont appuyé sur l’accélérateur, à l’image des drgasters Jonathan Ikoné et Nicolas Pépé.



Mais Baptiste Reynet a été impérial et a tout sorti ou presque…. Le but de Thiago Mendes a logiquement été annulé par le Var pour une main préalable d'Ikoné (62eme). Le match nul est finalement logique entre deux équipes qui ne sont plus très loin d’atteindre leurs objectifs. 15eme avec 36 points et 8 d’avance sur le barragiste dijonnais, le TFC devrait se maintenir bien plus facilement que la saison passée. Alors que Lille conserve six unités d’avance sur Lyon et reste un solide dauphin du PSG… qui ne sera donc pas rattrapé.

Le film du match


13eme minute
Après une belle action collective, Dossevi est servi sur le côté droit. L’ailier toulousain parvient à délivrer un excellent centre qui arrive au second poteau sur Durmaz. Le Suédois feinte la reprise du gauche, contrôle le ballon, enchaîne par un crochet pour se remettre sur son pied droit et déclencher une frappe terrible qui vient heurter le montant droit de Maignan, totalement battu sur ce coup.

20eme minute
Çelik réalise un petit festival sur la droite, puis repique dans l’axe avant de servir aux 20 mètres Ikoné. L’ex-Parisien adresse une frappe enroulée du gauche à ras de terre qui vient lécher le poteau droit de Reynet.

54eme minute
Pour une fois sur la gauche, Çelik adresse un centre enroulée parfait vers le second poteau où J.Fonte se jette. Sa reprise de l’intérieur du pied droit longe la ligne de but de Reynet sans rentrer.

62eme minute
Ikoné sème la zizanie dans la surface de réparation du TFC qui n’arrive pas à se dégager. L’ex-Parisien parvient à servir en retrait Thiago Mendes, qui croise parfaitement sa frappe du droit à ras de terre et trouve le petit filet de Reynet. Mais Nicolas Rainville refuse ce but pour une main (involontaire) au préalable d'Ikoné.

72eme minute
Pépé parvient à éliminer de façon acrobatique Moubandjé. Le Lillois s’avance et ouvre son pied gauche face à Reynet, qui n’a rien anticipé et gagne son duel avec autorité.

80eme minute
Dans le rond central, Luiz Araujo s’appuie sur Pépé, qui retrouve le feu follet brésilien. Celui-ci croise sa frappe du gauche depuis l’entrée de la surface, mais Reynet écarte le danger avec brio.

83eme minute
Après une touche rapidement jouée sur la droite, M.Garcia décale dans la surface Gradel. L’Ivorien parvient à armer une frappe puissante qui heurte le poteau gauche de Maignan.

Tops et flops


Top

TOP 3

Il n’est pas Japonais pour rien. Il est arrivé cet hiver sur la pointe des pieds en Ligue 1 et dans le vestiaire toulousain. Gen SHOJI a immédiatement apporté de la sérénité et son expérience. Le Japonais a fait parler son expérience pour dérouter les dragsters lillois et symbolise la bonne conduite de l’arrière-garde toulousaine.

S’il n’a pas eu grand-chose à faire lors de la première période, Baptiste REYNET a largement été plus sollicité au retour des vestiaires. Le gardien toulousain a multiplié les arrêts face à Nicolas Pépé (72eme) ou Luiz Araujo (80eme). Il permet de prendre un point important et totalement mérité dans la course au maintien.

Il a été le joueur offensif le plus remuant de l’attaque lilloise avec ses accélérations et son pied gauche de velours. Jonathan IKONÉ a multiplié les provocations et les accélérations. Il est malheureux sur le but refusé à Thiago Mendes alors qu’il avait effectué un travail initial de grande classe.

Flop

FLOP 3

Même s’il n’a rien lâché et c’est même octroyé quelques centres de qualité, Mehmet ÇELIK n’a pas été à la fête sur son couloir droit et a perdu pas mal de ballons. Parfois très faciles. Il faut dire aussi que le latéral turc avait un client en face de lui en la personne de Gradel, qui a régulièrement combiné avec ses coéquipiers. Le TFC est souvent passé de son côté.

Rafael LEAO a souffert face à la défense toulousaine et notamment le roc Christopher Jullien, qui ne lui a pas laissé un centimètre. Les deux hommes ont délivré un vrai combat dans le match. Et sur le plan physique, le défenseur toulousain s’est imposé avec autorité face au Portugais.

Il a été le premier à sortir et c’est tout sauf illogique. Remplacé à la 70eme minute par Rui Fonte, Jonathan BAMBA n’a pas eu son rendement habituel et a été très discret. Très loin de sa prestation XXL de la semaine dernière contre le PSG.

Monsieur l’arbitre au rapport


M.Rainville n’a pas fait parler de lui (même si Christophe Galtier a souvent pesté contre lui) et c’est souvent bon signe. L’arbitre du jour n’a pas commis la moindre erreur significative et a fait preuve de pédagogie pour expliquer certaines de ses décisions. Il prend la bonne décision, avec l’aide du Var, en refusant le but de Thiago Mendes.

La feuille de match


L1 (33eme journée) / TOULOUSE - LILLE : 0-0


Stadium Municipal (15 000 spectateurs environ)

Temps ensoleillé - Pelouse excellente

Arbitre : M.Rainville (7)

But : Aucun

Avertissements : K. Sidibé (23eme) et Gradel (41eme) pour Toulouse - Çelik (17eme), Soumaré (2eme) et Thiago Mendes (85edme) pour Lille

Expulsion : Aucune

Toulouse

Toulouse

Reynet (6) - Shoji (7), Jullien (6), Moubandjé (5) - Amian (6), K.Sidibé (5), I.Sangaré (5), I.Sylla (5) - Gradel (cap) (6), Durmaz (6) puis Leya Iseka (75eme), Dossevi (5) puis Manu Garcia (83eme)

N'ont pas participé : Vidal (g), Moreira, Bostock, Sanogo et Mubele.

Entraîneur : A. Casanova

Lille

Lille

Maignan (5) - Z. Çelik (4), J. Fonte (cap) (5), Gabriel (6), Y. Koné (5) - Thiago Mendes (5), Ikoné (6), B. Soumaré (5) - Pépé (6), Leao (3) puis Luiz Araujo (79eme), J.Bamba (3) puis Rui Fonte (70eme)

N'ont pas participé : Jakubeck (g),Thiago Maia, Pied, Reinildo et Dabila.

Entraîneur : C.Galtier
Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des

Muleka, Koulibaly, Muntari... toutes les infos mercato du 5 juillet

J. Muleka - K. Koulibaly - S. Muntari Copyright -AFP
Le buteur vedette du TP Mazembe Jackson Muleka courtisé en France, l'Atlético Madrid entre dans la danse pour s’attacher les services du roc sénégalais Kalidou Koulibaly, le vétéran ghanéen Sulley Muntari pourrait tenter une dernière aventure sur le continent africain... Voici notre bulletin mercato du jour :

Le RC Lens revient à la charge pour Muleka

Co-meilleur buteur du championnat congolais sous les couleurs du TP Mazembe (12 buts) et actuel meilleur artificier de la Ligue des Champions africaine (7 buts en 10 matchs) Jackson Muleka est en train de réaliser un exercice 2019/2020 époustouflant. Ambitieux, le jeune attaquant international congolais de 20 ans espère désormais vivre une aventure en Europe. Le Léopard serait notamment courtisé par le Racing Club de Lens . En effet, et après avoir essuyé un premier échec, le promu en Ligue 1 serait revenu à la charge pour le joueur du TPM selon France Football. Le club français aurait proposé un prêt payant de 100.000 euros avec une option d’achat fixée à 300.000 euros ainsi qu'un pourcentage à la revente. Toutefois, toujours selon le média français, les Corbeaux réclameraient actuellement 1,5 M€ pour céder leur joyau.

L'Atlético entre dans la danse pour Koulibaly !

Très sollicité lors de ce mercato d’été, le roc défensif sénégalais de Naples, Kalidou Koulibaly, serait également dans le radar de la direction de l’Atlético Madrid. Les responsables du club de Liga auraient activé la piste du vice-champion d’Afrique lors des dernières semaines selon les informations du journal sénégalais Le Quotidien. Les dirigeants espagnols seraient prêts à mettre le paquet pour s’offrir les services du défenseur central de Naples, un montant supérieur à 40 millions d’euros est évoqué. Le club de Madrid n’est pas le seul à s’être manifesté pour l’international sénégalais. Ce dernier serait suivi par le Paris Saint-Germain, Manchester City ainsi que Liverpool. Toutefois, aucun de ces prétendants n’a formulé une offre satisfaisante pour le moment. >> Mercato: Koulibaly dit non au PSG Aurelio De Laurentiis, le patron du Napoli, serait décidé à ne pas brader le pilier défensif des Lions de la Téranga.

Muntari pourrait tenter une dernière aventure en Afrique du Sud !

Serie A (Inter, AC Milan), Premier League (Sunderland), la Liga (Deportivo La Corogne)... l’illustre milieu de terrain des Black Stars du Ghana, Sulley Muntari (35 ans, 84 sélections), a connu plusieurs clubs de renom et de nombreux prestigieux championnats. Libre de tout contrat depuis plusieurs mois au crépuscule de sa carrière, le vétéran ghanéen pourrait tenter une dernière aventure sur le sol africain. Annoncé proche du club ghanéen Hearts of Oak, l'ancien pensionnaire de l'Inter et du Milan AC pourrait toutefois rejoindre un club en Premier Soccer League (PSL) en Afrique du Sud. Le Black Star aurait en effet donné carte blanche à l’agent sud-africain Sipho Shaven pour des négociations en Afrique du Sud selon les dires de ce dernier: « Sulley m’a donné le mandat de parler à des clubs en Afrique du Sud, a affirmé Shaven. Il est très désireux de jouer dans la PSL la saison prochaine. Je vais discuter avec quelques clubs dans les prochains jours pour voir s’il y a est une chance de l’amener en Afrique du Sud la saison prochaine. Notre championnat est bien respecté sur le continent et un joueur de haut niveau ne refusera pas une occasion de jouer dans la PSL ».

Courtisé par le PSG, Saint-Maximin reste à Newcastle

Après avoir produit une bonne première campagne avec les Magpies, le prodige français Allan Saint-Maximin (23 ans) aurait suscité l’intérêt du PSG et celui de Tottenham selon une indiscrétion du Daily Mail. Toutefois, son manager à Newcastle, Steve Bruce, a évoqué l’avenir de celui qui s’est rendu l’auteur de trois offrandes lors du récent succès face à Bournemouth (4-1) mercredi. Des propos dénués d’équivoque: « Il n’y a aucune chance de voir Allan partir. Aucune chance. Je ne fixerai aucun prix pour Allan. C’est probablement le meilleur rapport qualité-prix chez les recrues en Premier League ».

L'Inter entame les négociations pour Palmieri

The Guardian affirme ce weekend que les responsables de l'Inter Milan auraient entamé les négociations avec la direction de Chelsea pour s’offrir les services du défenseur de la Squadra Azzurra, Emerson Palmieri. Toutefois, les Nerazzurri ne seraient pas les seuls à s’activer pour l’arrière gauche de 25 ans, la Juventus de Turin serait aussi intéressée et une offre serait en préparation du côté de la Vieille Dame. Après le recrutement d’Achraf Hakimi à droite de la défense contre 36 millions d’euros, la "Beneamata" veut désormais renforcer le couloir gauche. Les Italiens seraient en train de préparer une offre de 20 millions d’euros toujours selon le quotidien anglais. Chelsea devrait, toutefois, exiger un montant plus élevé pour Emerson Palmieri, le défenseur étant sous contrat jusqu’en juin 2022.

Lyon : pourquoi Toko-Ekambi n’a pas joué contre Nice

Vainqueur de l’OG Nice samedi en amical (1-0), l’entraîneur de l’OL Rudi Garcia a expliqué la raison pour laquelle il n’a pas aligné Karl Toko-Ekambi.

L’Olympique Lyonnais n’a pas eu besoin de Karl Toko-Ekambi pour vaincre Nice (1-0) en match amical samedi, au Groupama Stadium. Auteur d’un doublé lors du précédent match de préparation des Ghones contre Port-Valais (12-0), l’attaquant camerounais est resté cette fois sur le banc. Un choix qui ne repose ni sur les conditions physiques du Lion Indomptable, ni sur ses performances.

Répondantaux questions de journalistes sur le départ de Martin Terrier à Rennes, l'entraîneur de Lyon, Rudi Garcia a évoqué la raison pour laquelle Toko-Ekambi n’a pas joué. «Oui, j'ai des regrets [pour le départ de Terrier] car je veux garder tous mes joueurs. Mais non, je n'en ai pas car c'est aussi devant que nous avons plus de concurrence. Karl (Toko-Ekambi) n'a pas participé, je ne voulais pas prendre de risque avec lui. Et nous avons quand même huit joueurs offensifs qui ont joué. Amine (Gouiri) était dans le camp d'en face et Martin est parti. C'est un secteur où j'ai des solutions de rechange. Quand ce sera officiel (pour le transfert de Terrier à Rennes), nous pourrons dire au revoir à Martin. C'est comme ça», a-t-il déclaré.

Le Real Madrid dispose de Bilbao et se rapproche du titre !

Sergio Ramos -Real Madrid Copyright -AFP
En s'imposant à Bilbao (0-1), le Real Madrid a fait un nouveau pas vers le titre de champion d'Espagne, reléguant à 7 points le Barça, qui se déplace à Villarreal (22h). Identifié comme le déplacement piège par excellence, ce match à San Mamés a été conforme à ce que Zinédine Zidane en attendait : intense, âpre, serré, haché. Pour le leader, ne pas perdre suffisait à garder une distance respectable du Barça, mais le Real a fait un peu mieux que cela, encore une fois. Il a pris ce qu’il était venu chercher pour faire un pas supplémentaire vers un titre de champion d’Espagne qui lui tend les bras. En fait, les semaines passent et l’impression reste la même : tout sourit à cette équipe qui ne brille plus depuis un moment, mais dont l’unité et la cohérence tranchent radicalement avec le flou général qui se dégage de son rival. Sur la pelouse de Villarreal, cette nuit, le Barça se présentera avec 7 points de retard. Tout est peut-être déjà joué.

Tous les feux sont au vert pour le Real

Zinédine Zidane avait choisi de remodeler son onze malgré l’opposition redoutée du club basque. Pas de Raphaël Varane ou d’Eden Hazard, absents, là où certains titulaires des dernières semaines – Vinicius Jr, Mendy et surtout Kroos – étaient tous laissés sur le banc au coup d’envoi. Asensio s’est essayé sur un coup-franc à mi-distance dès les première minutes – sans succès. L’Athletic a réagi par l’intermédiaire de Raul Garcia, qui a obligé Courtois à sortir le grand jeu (16e). Le Real est resté dangereux dans ce premier acte disputé, mais Rodrygo, dans une situation idéale, a manqué de promptitude et de précision (22e). Côté basque, le puissant Iñaki Williams a donné du fil à retordre à la défense madrilène, sans se montrer suffisamment tranchant devant le but (36e). Malgré une dernière alerte de Benzema (45e+1), il n’y avait rien à redire sur ce score nul et vierge à la pause.

Il y a bien un « Ramos time »

Le Real Madrid est revenu des vestiaires avec les ingrédients qui lui manquaient. Un peu plus de calcul, de pragmatisme et de vice pour prendre le contrôle des opérations. Une configuration identique à celle de sa dernière sortie contre Getafe. Les hommes de Zidane se sont donc attelés à geler le ballon pour attendre l’ouverture, sans s’exposer. Et c’est un vieux briscard, Marcelo, qui a allumé la mèche. Accroché sur un contact avec Dani Garcia dans la surface, le Brésilien, roublard, a obtenu un penalty grâce à l’utilisation de la VAR. Sergio Ramos n’a pas tremblé pour inscrire son deuxième but capital de la semaine (0-1, 72e). Le capitaine du Real inscrit au passage son 10e but en Liga – le 12e toutes compétitions confondues – pour égaler Mariano Pierna, recordman du nombre de buts inscrits sur une saison en championnat au 21e siècle. Que l’on aime ou pas le bonhomme, c’est très fort. Les Merengue ont conservé ce précieux avantage jusqu’au coup de sifflet final. L’instant de la délivrance pour un Real toujours plus proche du paradis.

Pjanic, Dembélé, Coutinho... Le Top 10 des plus gros transferts de l’histoire du FC Barcelone

O. Dembélé - M. Pjanic - P. Coutinho Copyright -AFP
Le récent transfert du meneur de jeu bosnien de la Juventus, Miralem Pjanic (30 ans), au FC Barcelone fait beaucoup parler en Espagne, notamment à cause des chiffres impressionnants de l'opération. Débarqué cette semaine au Camp Nou en provenance de la Juventus pour la coquette somme de 65 millions d’euros, bonus compris, le milieu de terrain international bosnien de 30 ans s’impose désormais comme étant la huitième recrue la plus chère de l'histoire de la prestigieuse institution catalane. A lire aussi >> Le Top 20 des plus gros transferts de l'histoire du football Celui qui avait quitté l'AS Rome en 2016 contre 32 millions d'euros, talonne désormais de peu la superstar suédoise, Zlatan Ibrahimovic, arrivé à Barcelone en 2009 en provenance de l'Inter Milan pour 69,5 millions d'euros. Même si les époques et le contexte du marché des transferts sont différents ces dernières saisons, l'ancien pensionnaire de l'Olympique Lyonnais (2008-2011) et du FC Metz (2007-2008) s’offre également le luxe de devancer plusieurs légendes du club catalan à l’image des illustres canonniers barcelonais David Villa (40,5M€) Marc Overmars (40M€). Ci-après le Top 10 des recrues les plus chères de l’histoire du FC Barcelone (juillet 2020): 10) - Marc Overmars | 40M€ | Arrivé d'Arsenal en 2000 10) - Malcom | 40M€ | Arrivé de Bordeaux en 2019 10) - Paulinho | 40M€ | Arrivé de Guangzhou en 2017 9) - David Villa | 40,5M€ | Arrivé de Valence en 2010 8) - Miralem Pjanic | 65M€ | Arrivé de la Juventus en 2020 7) - Zlatan Ibrahimovic | 69,5M€ | Arrivé de l'Inter en 2009 6) - Frenkie de Jong | 75M€ | Arrivé de l'Ajax Amsterdam en 2019 5) - Luis Suarez | 81,7M€ | Arrivé de Liverpool en 2014 4) - Neymar | 88,2M€ | Arrivé de Santos en 2013 3) - Antoine Griezmann | 120M€ | Arrivé de l'Atlético Madrid en 2019 2) - Ousmane Dembélé | 145M€ | Arrivé du Borussia Dortmund en 2017 1) - Coutinho | 160M€ | Arrivé de Liverpool en 2018

Real Madrid : Zinedine Zidane impressionné par ses joueurs

Solides pour ramener une victoire de Bilbao (0-1), les joueurs du Real Madrid ont été félicités par leur entraîneur. Zinedine Zidane a mis en avant la qualité de ses joueurs en conférence de presse après ce match de la 34eme journée de Liga.
"Cristiano et Ramos sont fiables quand il s'agit de tirer les penaltys." C'est en ces termes élogieux que Zinedine Zidane a ouvert son point presse, rendant hommage à ses joueurs, qui viennent de s'offrir un succès qui les rapproche d'un nouveau titre en Liga. Le Real a désormais 7 unités d'avance sur le Barça, son premier poursuivant. Et le club catalan se rend à Villarreal plus tard dans la soirée.

Zidane évite la polémique sur l'arbitrage



Mais Zizou préfère analyser la production de ses troupes, évoquant leur récente série de victoires en Championnat, avec un Sergio Ramos de nouveau décisif sur penalty. "Gagner 7 matches sur 7... Ce que font les joueurs est incroyable. Je suis très satisfait par notre solidité à l'arrière. Nous avons bien défendu à chaque fois que nous avons perdu le ballon. Nous avons manqué un peu de fluidité devant, mais on peut toujours s'améliorer". Zidane a refusé de se laisser entraîner dans les polémiques sur l'arbitrage. «Je ne sais pas ce qui s'est passé entre Ramos et Raúl García.. Personne ne va nous enlever ce que nous voulons faire, c'est-à-dire travailler et essayer de gagner les matchs".