L1 : Les déclas qui claquent après les matchs de samedi soir

Retrouvez les principales réactions des entraîneurs de Ligue 1 après les matchs de samedi soir comptant pour la 36eme journée.

Nîmes – Monaco : 1-0


Le plus surpris : Bernard Blaquart (entraîneur de Nîmes)
On n'a pas su se mettre à l'abri dans un match âpre, tendu, difficile. Il y a eu de l'engagement. Défensivement, nous avons été costauds et solides malgré la jeunesse de cette défense. Le seul regret est de ne pas avoir bien joué tous les coups offensifs. Mais il ne faut pas oublier que Monaco a des atouts et est très bon techniquement. D'ailleurs, c'est incompréhensible de retrouver Monaco dans cette situation.

Le plus rageur : Leonardo Jardim (entraîneur de Monaco)
La clé numéro un pour remporter cette bataille du maintien, c’est de jouer avec la rage. Un peu comme Nîmes ce soir. Il faut gagner les duels. Heureusement, tout dépend encore de nous. Bien sûr que la victoire doit revenir, mais on a notre destin en main. On n’a peut-être pas un effectif qui a les qualités mentales pour jouer le maintien. Je sais que ce maintien est un objectif difficile. On a encore deux matchs pour sauver notre saison.


Nice – Nantes : 1-1


Le plus sur sa faim : Patrick Vieira (entraîneur de Nice)
C'était une mauvaise première période. Nantes a bien analysé notre jeu. On n'a pas su jouer. Cela a été beaucoup mieux en deuxième période. La qualité de Nantes nous a posé des problèmes. Oui, je suis déçu par ce penalty raté. Mais avec le recul, le nul est équitable. Le penalty ? Il aurait pu être mieux tiré. Peut-être que Youcef (Atal) était fatigué. On en a raté quelques-uns de très importants cette saison. Mais le gardien fait aussi un bel arrêt.

Le plus fier : Vahid Halilhodzic (entraîneur de Nantes)
On n'a pas perdu, ce n'est donc pas la fin d'une série. Parce qu'on peut même perdre à la fin. Mon équipe a joué un football de très bon niveau en première mi-temps. Puis, en deuxième mi-temps, Nice a mis plus de pression, sur l'arbitre aussi. C'était difficile de tenir le rythme de la première mi-temps sur tout le match. Nice a aussi poussé et accéléré, avec des garçons qui savent faire la différence et les décalages. On remonte à la 10eme place alors que nous sommes partis de très loin. Il faut tirer un grand coup de chapeau au groupe d'avoir fait ce qu'il a fait. C'est presque phénoménal. Et je sais de quoi je parle.


Dijon – Strasbourg : 2-1


Le plus relancé : Antoine Kombouaré (entraîneur de Dijon)
C'est la victoire de l'espoir. Je ne sais pas si elle est méritée ou non, mais peu importe. On ne va pas se préoccuper de Caen ou de Monaco, mais de nous. On a souffert en seconde période alors que nous avions eu la chance de marquer le premier but. J'ai aimé la réaction des joueurs, leurs qualités mentales, avec ce but inscrit au bout du temps additionnel. Je suis aussi heureux pour Julio Tavares, qui retrouve son efficacité.

Le plus frustré : Thierry Laurey (entraîneur de Strasbourg)
Je suis déçu car nous méritions de gagner. Mais nous avons un gros manque d'efficacité qui nous coûte la victoire. Nous sommes aussi tombés sur un très bon gardien. Il y a trois mois, nous ne perdions pas ce genre de matchs.


Caen – Reims : 3-2


Le plus accrocheur : Fabien Mercadal (entraîneur de Caen)
D'un point de vue mental, c'est abouti. Tout le monde s'accroche. Ce sprint final est difficile à vivre. On se concentre sur le jeu et non pas sur le classement, même si on le connaît et que l'on connaît les positions des autres, les écarts de points. On a un gros match à préparer à Lyon, pas perdu d'avance. Après, on espère pouvoir faire une énorme finale ici contre Bordeaux lors de la dernière journée. On tient à la rage. C'est avec solidarité, avec nos moyens. Nous sommes programmés pour aller au bout.

Le plus responsable : David Guion (entraîneur de Reims)
On a débuté le match timidement, on a souffert devant l'impact et le jeu direct des Caennais. C'était leur force, c'était identifié pourtant, et c'est un regret de prendre des buts comme ça. On a été absents cinq minutes alors que l'on revenait bien dans le match. On les a remis dedans. On a réussi à les faire douter, mais pas suffisamment longtemps. On a manqué d'engagement, de détermination sur la première période. Cette série sans victoire est difficile à vivre, on voulait vraiment la rompre, mais on n'a pas mis les ingrédients qu'il fallait au départ. La responsabilité nous incombe totalement.


Amiens – Toulouse : 0-0


Le plus positif : Christophe Pélissier (entraîneur d’Amiens)
On pouvait espérer mieux, une victoire aurait été logique. Nous avons  été très costauds défensivement, on a contenu nos adversaires. Sur le plan offensif, on a manqué d'un peu plus de justesse sur le dernier geste. Maintenant, il reste deux matchs contre Monaco et Guingamp, nous sommes toujours devant nos poursuivants. Il faut positiver un peu plus, c'est ce que j'ai dit à mes joueurs, et ne pas s'occuper des autres. Ça se joue dans la tête dorénavant.

Le plus tendu : Alain Casanova (entraîneur de Toulouse)
On va se contenter du point pris et de l'état d'esprit manifesté par mon équipe. L'enjeu a pris le pas sur le jeu. Il y a de la frustration car on aurait aimé faire mieux. On n'a pas réussi le match que l'on voulait faire. Nous sommes restés tendus, un peu sur la défensive. On n'a pas su se lâcher, avec pas mal de déchet technique. Heureusement, on a été solides défensivement. Mathématiquement le maintien n'est pas encore fait. En football, tout peut arriver. On l'a encore vu cette semaine en Ligue des Champions. On ne peut compter que sur nous-mêmes.

Sources : AFP, site officiel des clubs

🔴FLASH - PSG : Le Real Madrid n'a pas dit son dernier mot pour Neymar !

Neymar Jr - Florentino Perez Copyright -OFC
L'hypothèse d'un retour de Neymar au FC Barcelone a pris du plomb dans l'aile depuis que Philippe Coutinho, potentielle monnaie d'échange dans ce dossier, a été prêté au Bayern Munich. Si l'international brésilien pourrait bel et bien rester au PSG, le Real Madrid n'aurait pas fait une croix sur lui comme l'explique L'Equipe ce dimanche. Le dossier Neymar a probablement pris une nouvelle tournure samedi. Mais sans doute pas dans le sens souhaité par le principal intéressé. En rejoignant le Bayern Munich en prêt, Philippe Coutinho a joué un mauvais tour à son compatriote. L'ancien de Liverpool intéressait en effet le PSG et aurait pu être inclus dans un éventuel deal destiné à faire revenir « Ney » au FC Barcelone. Sans cette monnaie d'échange, les négociations devraient inévitablement se compliquer, comme l'explique L'Equipe dans son édition de samedi. D'abord car le Barça ne disposerait pas des liquidités suffisantes - les transferts de Frenkie de Jong et d'Antoine Griezmann pèsent lourd dans la balance - pour satisfaire les exigences parisiennes. Ensuite parce que les champions d'Espagne en titre n'auraient aucunement l'intention de se séparer des autres Blaugrana susceptibles de plaire au club de la Capitale (Nelson Semedo, Ousmane Dembélé).

Le Real Madrid est toujours dans le coup pour Neymar

Dès lors, Neymar doit vraisemblablement se faire à l'idée qu'il ne quittera pas la Ville Lumière cet été. A moins que... Toujours d'après le quotidien sportif, le Real Madrid n'aurait pas encore fait une croix sur l'Auriverde. Ces dernières semaines, Florentino Pérez aurait d'ailleurs régulièrement échangé avec Pini Zahavi (le « super agent » en charge de défendre les intérêts de l'ancien Barcelonais). Des discussions auraient même eu lieu entre les dirigeants parisiens et leurs homologues madrilènes samedi. Un retour du natif de Mogi das Cruzes en Liga ne serait ainsi toujours pas à exclure.

Ligue 1 (Nice) : le Camerounais Ignatius Ganago punit Nîmes

A 20 ans, l’international espoir camerounais a inscrit son premier de la saison en Ligue 1 samedi, lors de la victoire de l’OGC Nice à Nîmes (1-2). Ignatius Ganago est en pleine forme. Le jeune international espoir camerounais l’a encore prouvé samedi, lors du déplacement à Nîmes (1-2), pour le compte de la deuxième journée de Ligue 1 française. Titulaire comme il y a une semaine, le joueur de 20 ans a tiré son épingle. Auteur du second but de son équipe (0-2, 16e) après celui de Cyprien sur penalty (0-1, 10e), le joueur formé à l’Ecole de football des brasseries du Camerounais a été excellent sur l’ensemble de la partie. Alors que la rencontre n’avait rien de vraiment facile. Largement dominateurs en début de partie, les Aiglons ont en effet souffert après la réduction du score de Ripart (45e), suivie notamment l'expulsion de Coly (51e). En difficulté jusqu'au bout, Nice a su tenir bon pour grimper au 2e rang du classement, à égalité avec le leader Lyon qui a humilié le SCO Angers de Stéphane Bahoken (6-0) vendredi, en ouverture de cette deuxième journée du championnat.

«Je t'offre le triple de ton salaire», la réponse magique de Lionel Messi !

Lionel Messi - Khaldoon Al Mubarak Copyright -AFP
Lionel Messi s'est retrouvé à plusieurs reprises dans le viseur de Manchester City avant de signer sa dernière prolongation de contrat avec Barcelone. Khaldoon al Mubarak, président de l’écurie mancunienne depuis 2008, a confié dans des propos relayés par Mundo Deportivo qu’il avait tenté de convaincre Lionel Messi de rallier les rangs des Cityzens. En vain ! La super star argentine du FC Barcelone, Lionel Messi, devrait être l'homme d'un seul club, mais a déjà eu des offres mirobolantes sur sa table, notamment en 2017, lors des moments d'intenses négociations de prolongation de contrat avec le Barça. En effet, le 25 novembre 2017, le capitaine catalan signait son nouveau contrat avec son club de toujours, étendant son lien avec le FC Barcelone jusqu'en juin 2021 et acceptant ainsi une clause libératoire de 700 millions d'euros. Toutefois, et avant d'arriver à cet accord avec les dirigeants barcelonais, les rumeurs se sont multipliées et le quintuple Ballon d’or a été l'un des joueurs fortement prisés par Manchester City. Khaldoon al Mubarak, président de l’écurie mancunienne depuis 2008, a admis que le club 'citizen' avait essayé d'engager le génie argentin lors du mercato estival 2017.

"Nous avons offert le triple de son salaire, mais il n'a jamais accepté"

« Nous avons demandé à Guardiola de lui parler en 2017. Nous lui avons même offert le triple du salaire qu'il a au Barça» révèle le richissime propriétaire émirati dans des propos relayés par le journal espagnol Mundo Deportivo. Messi qui touchait à l’époque 40 millions d’euros par an aurait pu ainsi percevoir un salaire record de 120 M€ annuels. Il a tout de même refusé. « Lionel Messi a dit non merci. Il n’a jamais accepté notre offre » conclut le président de City.

Parme : Gervinho, un doublé et un hommage à DJ Arafat !

Gervinho - DJ Arafat Copyright -AFP
Marqué, comme beaucoup d’Ivoiriens par le décès brutal du chanteur DJ Arafat il y a près d’une semaine, l’ex capitaine des Eléphants de la Côte d’Ivoire, Gervinho, a tenu à rendre hommage à son compatriote. Auteur d’un magnifique doublé samedi soir face à Venise (3-1) en Coupe d’Italie, la super star de Parme a célébré sa première réalisation en brandissant un maillot sur lequel était écrit «repose en paix DJ Arafat». Il convient de rappeler que Gervinho s’est déjà fait remarquer le jour de l’annonce du départ du "roi du coupé-décalé", puisque c’est via Twitter qu’il avait décidé de réagir en publiant plusieurs photos en compagnie de son ami disparu. Le message qui accompagnait ces publications exprimait une douleur bien réelle : « Repose en paix l’artiste ! Personne ne mérite de mourir prématurément, tu vivras pour toujours à travers ta musique ».

🔴FLASH : Mamadou Samassa hospitalisé après un malaise en plein match !

Mamadou Samassa Copyright -AFP
Débarqué cet été en Turquie du côté de Sivasspor, le gardien international malien, Mamadou Samassa (29 ans, 11 sélections) s’est fait une énorme frayeur lors de la 1ère journée du championnat turc, samedi face à Besiktas (3-0). À la suite d’un choc avec un attaquant adverse à la 47ème minute de jeu, le géant malien (1,97m) a été percuté en pleine poitrine et est mal retombé, sur la tête. Alors qu’il partait se faire soigner sur le bord de la pelouse, le transfuge de l’ES Troyes s’est ensuite écroulé, victime d’un malaise effrayant ! Inconscient et évacué en ambulance vers l’hôpital le plus proche, le dernier rempart des Aigles a suscité beaucoup d’inquiétudes et de nombreux supporters turcs, maliens et africains ont exprimé leur soutien sur les réseaux sociaux. Heureusement, dans la nuit, Sivasspor a tweeté une photo de son gardien de but, tout sourire et pouce levé. Le tout accompagné de ce message rassurant: "Mamadou Samassa est sous contrôle à l’hôpital et salue tous nos fans."