L1 : Le PSG se sort difficilement du piège à Brest

Copyright : Panoramic
Une semaine après sa défaite à Dijon (2-1), le PSG s’est à nouveau fait peur samedi à Brest, mais a arraché la victoire dans les dernières minutes (1-2) après avoir encore été rejoint au score. Les Bretons perdent leur invincibilité à domicile cette saison face à des Parisiens qui prennent 10 points d’avance en tête de la L1.

Le debrief


Le PSG a encore joué avec le feu samedi. Mais il s’est cette fois tiré d’affaire en arrachant la victoire dans les dernières minutes à Brest (1-2). Entré peu avant à la place d’Edinson Cavani, Mauro Icardi a fait basculer la rencontre avec son 9eme but de la saison toutes compétitions confondues. Une semaine après leur défaite surprise à Dijon (2-1), les Parisiens renouent avec la victoire en championnat et reprennent provisoirement 10 points d’avance en tête du classement. Ils brisent aussi au passage l’invincibilité des Brestois à domicile cette saison. Des Bretons punis en fin de match après une prestation ambitieuse, où ils ont parfois fait mieux que jeu égal avec le PSG. Mais ils ont manqué de l’efficacité froide d’Icardi dans la surface adverse.



Avant ce dénouement heureux, les Parisiens avaient alterné le bon et le médiocre. Auteurs d’une bonne entame malgré un onze de départ remanié, avec des titulaires en manque de temps de jeu ces dernières semaines (Draxler, Cavani, Sarabia, Kurzawa, Rico), ils avaient mis d’entrée l’intensité réclamée la veille par Thomas Tuchel en conférence de presse. Mais ils n’obtenaient pas pléthore d’occasions pour autant, par manque de justesse aux abords de la surface. Le PSG était même gêné dans la relance par le placement haut des Brestois, qui ont bénéficié de ballons de récupération intéressants grâce à leur pressing. Mais c’est aussi sur une situation de pressing qu’ils ont été pris en contre en fin de première période.

Devant au score, comme à Dijon ou contre Bruges dans la semaine en Ligue des Champions (1-0), le PSG s’est à nouveau laissé endormir, pris dans un faux-rythme qui a maintenu les Bretons dans le match. L’égalisation finalement pas si imméritée des hommes d’Olivier Dall’Oglio, qui avaient toutefois peu investi le camp adverse dans ce second acte, a secoué des Parisiens gagnés par la fébrilité. S’en est suivi une bonne dizaine de minutes de flottement, jusqu’à l’entrée d’Icardi, mais aussi d’Eric-Maxim Choupo-Moting et de Marquinhos, qui ont participé à remettre de l’ordre dans la maison. D’autant plus important que ce match était justement une question d’ordre à rétablir. Le PSG l’a fait, mais dans la difficulté. Preuve que le patron manque encore d’autorité.
L’instant T :
Les Brestois jouent leur chance à fond et mènent l’attaque à la 85eme minute. Alexandre Mendy cherche à trouver Yoann Court dans l’axe, mais Abdou Diallo vient couper une offensive particulièrement dangereuse pour le PSG. Avec sa récupération, le défenseur parisien lance le contre sur lequel son équipe pliera le match. Cruel pour les Bretons.

Les buts


40eme minute (0-1)
Sarabia se sort du pressing brestois pour servir Verratti. Le milieu italien se retourne et trouve Draxler entre les lignes bretonnes. L’Allemand lance Di Maria, qui se présente seul face à Larsonneur et réalise sa « spéciale » en piquant son ballon au-dessus du gardien. D’abord signalé hors-jeu, « Fideo » était parti à la limite et est réhabilité par le VAR.

72eme minute (1-1)
Superbe sortie de balle des Brestois, qui repartent de Larsonneur pour remonter tout le terrain. Excentré sur la droite, Charbonnier cherche Cardona plein axe. Il bénéficie d’un contre favorable face à Thiago Silva, trop tendre, et le ballon revient sur Court, qui fixe avant de décaler Grandsir. Ce dernier conclut d’une frappe entre les jambes de Rico.

85eme minute (1-2)
Sur un contre parisien, Draxler lance Choupo-Moting sur le côté gauche. Sans contrôle, l’international camerounais centre au cordeau vers Icardi. Bain est trop court pour dégager et l’attaquant argentin conclut avec beaucoup de sang-froid, malgré le retour de Perraud et de Larsonneur sur sa ligne.

Les tops et les flops


Idrissa GUEYE (6)

Après un début de match compliqué, en particulier dans la première relance, pour résister au pressing brestois, Idrissa Gueye est monté en puissance au fil des minutes. Le Sénégalais a gratté énormément de ballons à la récupération et montré du mieux techniquement. Le retour du Gueye infatigable travailleur dans l’entrejeu.
Pablo SARABIA (4)

Peu utilisé ces dernières semaines, Pablo Sarabia est clairement apparu en manque de rythme. L’ailier espagnol a beaucoup tenté depuis son côté droit. Mais il a très peu réussi, à l’image de centres dans l’ensemble imprécis. Il a étalé un manque de confiance criant dès qu’il a touché le ballon. De l’envie, mais c’est à peu près tout.
Edinson CAVANI (3)

Edinson Cavani a manqué l’opportunité de marquer des points pour sa première titularisation avec le PSG depuis août. Loin d’être saignant physiquement et peu inspiré techniquement, l’attaquant uruguayen a traîné sa peine à la pointe de l’attaque parisienne. Jamais dans le coup et dans le tempo de ses partenaires. Pour ne rien arranger, Icardi a surgi pour donner la victoire à Paris.


La feuille de match


BREST - PSG : 1-2


Stade Francis-le-Blé (15 000 spectateurs environ)
Temps venteux – Pelouse bonne
Arbitre : M.Lesage (6)

Buts : Grandsir (72eme) pour Brest - Di Maria (40eme) et Icardi (85eme) pour le PSG

Avertissements : Court (95eme) pour Brest - Draxler (74eme) et A.Diallo (91eme) pour le PSG

Expulsion : Aucune

Brest
Brest
Larsonneur (5) – Faussurier (5), Castelletto (4), Bain (4), Perraud (5) – I.Diallo (6), Belkebla (5) - Cardona (5) puis A.Mendy (78eme), Autret (cap) (4) puis Grandsir (65eme), Court (6) - Charbonnier (6)

N'ont pas participé : Léon (g), Duverne, Baal, Magnetti, Mbock
Entraîneur : O.Dall’Oglio

PSG
PSG
Rico (5) – Dagba (6), T.Silva (cap) (4), A.Diallo (6), Kurzawa (5) - Gueye (6), Verratti (5) puis Marquinhos (80eme) - Sarabia (4) puis Choupo-Moting (80eme), Draxler (6), Di Maria (6) - Cavani (3) puis Icardi (80eme)

N'ont pas participé : Innocent (g), Kimpembe, Bernat, Paredes
Entraîneur : T.Tuchel
Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des

PSG – Alonzo: «Neymar est comme un joueur de NBA qui joue en Pro A en France !»

Copyright -AFP
Le niveau affiché par la superstar du PSG, Neymar Jr, lors de cette saison 2019-20 a impressionné les observateurs. Y compris ceux qui avaient pu fustiger son comportement par le passé...
Des buts décisifs, une implication de tous les instants et une virtuosité sans égal : Neymar reste une référence à l’échelle – modeste – du championnat de France. La superstar brésilienne a également répondu aux attentes sur la scène européenne en jouant un rôle majeur dans la qualification du PSG pour le Final 8 de la Ligue des champions, avec un but à l’aller et au retour contre le Borussia Dortmund.

Bon dans les grands matchs, moins égoïste, meilleur physiquement

Pour l’ancien gardien du Paris Saint-Germain Jérôme Alonzo, l’international Auriverde n’est plus très loin de son prime. “Je trouve qu’il est aussi fort qu’à une certaine période où il était à Barcelone, a lâché Alonzo sur La Chaîne L’Équipe. Déjà, remettons ce qu’est Neymar à l’échelle de la Ligue 1. C’est un extraterrestre, c’est un joueur NBA qui joue en amateur en France. Je me suis posé ces questions : A-t-il été bon dans les grands matches récemment ? Oui. A-t-il marqué dans des grands matches ? Oui. A-t-il été moins égoïste ? Oui. A-t-il rendu les autres meilleurs ? Oui. Physiquement, je trouve qu’il s’est amélioré, il est très costaud. Fait-il des efforts défensifs ? C’est pas encore fantastique mais un peu plus qu’avant. Donc pour toutes ces raisons, je me dis que Neymar n’est peut-être pas dans la meilleure forme de sa carrière mais il est très proche de ce qu’il faisait de mieux au Barça il y a 4-5 ans de cela. Et Dieu sait que je ne suis pas fan de l’homme.”
A lire aussi >> un milieu d'expérience déclare sa flamme à l'OM ! >> Toute l'actualité du PSG sur Orange Football Club

Portugal - Maritimo : Joël Tagueu buteur héroïque

Copyright -Via Twitter @AllezLesLions

Unique buteur de la 31e journée de Primeira Liga disputée à Boavista ce mercredi, l’attaquant camerounais Joël Tagueu a offert la victoire à Maritimo.

Les supporters de Maritimo peuvent dire merci à Joël Tagueu. Parce que c’est grâce à l’attaquant camerounais qu’ils ont passé une belle soirée ce mercredi. En déplacement à Boavista pour le compte de la 31e journée de Primeira Liga, le Lion Indomptable a offert la victoire aux siens (0-1). D’ailleurs il ne lui a fallu que 29 minutes et une passe de Milson pour inscrire son deuxième but de la saison en 16 matchs de championnat disputés.

Une victoire précieuse

La suite ? Les deux équipes ont relevé leur niveau de jeu en se rendant coup pour coup. Mais le but de Joël Tagueu était assurément la seule vraie action nette de la rencontre. Puisque, excepté quelques pétards mouillés qui ont éclaté dans un camp comme dans l’autre, le tableau d’affichage ne changera pas. Pour les visiteurs, la victoire est très mince, mais précieuse dans leur lutte pour le maintien. Puisqu’elle leur permet de caracoler à la onzième place du classement (37 points), à une marche de leurs adversaires du soir (38 points).

Suisse : Nsame invisible, Ngamaleu décisif

Moumi Ngamaleu a profité de l’absence de Jean-Pierre Nsame ce mercredi pour jouer et marquer lors de la victoire de Young Boys face à Thun (4-0).

Comme il y a 3 jours face à Lugano (3-0), Jean-Pierre Nsame était encore absent de la feuille de match ce mercredi. Sans leur buteur vedette, Young Boys a dû s’en remettre notamment à Nicolas Moumi Ngamaleu pour venir à bout de Thun (4-0), lors de cette 29e journée du championnat suisse.

Titulaire dans le couloir gauche de l’attaque bernoise, Moumi Ngamaleu s’est en effet montré très entreprenant devant. Surtout après la sortie de Hoarau (34e). Désormais patron de l’attaque du leader suisse sur le terrain, l’international camerounais va alors jouer le rôle de meneur d’une équipe en panne de réussite. Ses efforts sont récompensés peu avant la fin de la première période avec ce penalty qu’il tire et transforme (1-0, 45e+2).

Victoire facile

De retour des vestiaires, Young Boys repart au pressing. Très vite, l’équipe adverse craque et offre un nouveau cadeau aux partenaires de Jean-Pierre Nsame. Et cette fois, c’est Sulejmani qui se charge d’envoyer la balle au fond (2-0, 51e). Le milieu de terrain serbe s’offre ensuite un doublé (3-0, 71e) avant que Gaudino ne mette fin au festival (4-0, 90e). Une victoire facile pour Young Boys (58 points) qui compte un seul point sur son dauphin St Gallen (57 points).

Sénégal- Le championnat arrêté !

LSFP - Sénégal Copyright -OFC
Le comité exécutif de la fédération sénégalaise de football s’est réunie ce mercredi. La FSF a décidé de l’arrêt définitif de la saison de football au Sénégal. Alors qu’il était décidé de continuer le championnat en novembre en mode play-off, l’instance fédérale est revenue sur sa décision. Tous les championnats (L1, L2, N1, N2, régional) sont définitivement arrêtes. Aucun titre de champion ne sera décerné cette saison. Il n’y aura pas aussi de montée ni de descente dans toutes les divisions. La date de la prochaine saison est fixée pour le samedi 31 octobre 2020.

Liga : Service minimum pour le Barça

Le FC Barcelone a dû se contenter du plus petit des scores (1-0) pour dominer l'Espanyol Barcelone et revenir ainsi à un point du Real Madrid.
Le FC Barcelone n’est pas passé loin ce mercredi d’un accroc qui aurait été fatal dans la course au titre. Distancés de quatre points par le Real Madrid, les Catalans ont été proches de concéder un décevant nul. Une contre-performance qui leur a été évitée par Luis Suarez, auteur de l’unique but du match, et aussi par Marc-André Ter Stegen, qui a veillé au grain sur sa ligne.

Le Barça a connu quelques frayeurs


Le portier allemand a sauvé les siens à deux reprises. Dès la 10e minute, il a dû intervenir pour repousser le tir d’Adri Embarba. Et à la 44e, il s’est retrouvé au bon endroit pour empêcher Clément Lenglet de scorer contre son camp, avant de voir son poteau éloigner une tentative de Didac Vila (44e). Enfin, quand il a été battu, le gardien barcelonais a pu compter sur Gérard Piqué pour le suppléer (77e). Défensivement, les Blaugrana ont donc eu du boulot. Qui l’aurait cru alors qu’ils se mesuraient à la lanterne rouge du classement et qui possède aussi la deuxième pire attaque de ce championnat espagnol ? Cela illustrait parfaitement les difficultés du moment de cette formation catalane.



Toutefois, et à défaut de se montrer souverains, les hommes de Quique Setién ont su pour une fois être solides et surtout réalistes en exploitant l’un des rares temps forts qu’ils ont eus. C’était peu avant l’heure du jeu. Juste après qu’un joueur de chaque camp ont été expulsés (Ansu Fati et Pol Lozano), Luis Suarez a profité des espaces à sa disposition pour conclure avec succès. L’Uruguayen devenait à l’occasion le 3e meilleur buteur de l’histoire du Barça avait 195 réalisations à son compteur.



Messi n’était pas en réussite


« El Pistolero » a donc endossé le costume du héros, volant notamment la vedette à Lionel Messi. L’Argentin a été plutôt malheureux durant cette rencontre, avec notamment deux jolies occasions de sa part qui ont été neutralisées par Diego Lopez (22e et 68e). Et quand La Pulga reste muet, le Barça tremble inévitablement jusqu’au bout.

Au final, le champion d’Espagne a donc quand même assuré le minimum. La performance, très timide, n’est pas de nature à rassurer l’équipe, mais à ce stade de la saison et vu la situation au classement, tout ce qui compte c’est le résultat. Et si le Real trébuche vendredi contre Alaves, les Catalans savoureront encore plus cette victoire étriquée contre le voisin.