L1 : Le PSG se refait un peu la cerise à Dijon

Six jours après son improbable élimination de la Ligue des Champions par Manchester United (1-3), le PSG a entamé sa reconstruction post-traumatique par un facile succès à Dijon mardi (0-4). Les Parisiens retrouvent ainsi un peu le sourire avant de recevoir l’OM dimanche pour le Clasico.

Le debrief


Il en faudra certainement bien plus pour oublier. Mais c’est une étape forcément importante dans le processus dans lequel est engagé le PSG. Six jours après sa douloureuse élimination de la Ligue des Champions par Manchester United dès les 8emes de finale (1-3), il a retrouvé le terrain ce mardi. Il en est sorti avec une tranquille victoire à Dijon (0-4), 18eme qui ne s’est pas servi de ce « match-bonus », dixit Antoine Kombouaré, pour augmenter son matelas sur ses poursuivants et se rapprocher de ses concurrents de devant. Il n’a même jamais réussi à inquiéter des Parisiens rassurés par l’ouverture du score rapide de Marquinhos. Ils font ainsi un pas supplémentaire vers le titre et vers la barre mythique des 100 points, jamais atteinte dans l’histoire de la L1. Ils se sont surtout redonné un peu d’élan avant d’accueillir Marseille dimanche (21h00) pour un Clasico qui revêtira une toute autre importance dans la nouvelle reconstruction post-traumatique que doit se coltiner le PSG. Pour tout un club, des joueurs au staff en passant surtout par les supporters, qui avaient boycotté ce premier déplacement après MU. Preuve que le retour à la normale n’est pas pour tout de suite.



Malgré le réveil de ses vieux démons européens, Paris a le mérite d’avoir renoué avec son quotidien de la L1 de la même façon qu’il l’avait quitté le temps d’une parenthèse maudite en Ligue des Champions, à savoir par un succès (six de suite depuis son revers à Lyon). Il s’est même évité les frayeurs de ses derniers déplacements, alors qu’il n’avait plus gagné à l’extérieur par deux buts d’écart en championnat depuis un match à Amiens début janvier (0-3). Avec sept titulaires du fiasco de la semaine passée au Parc des Princes reconduits à Gaston-Gérard, les hommes de Thomas Tuchel se sont facilités la tâche en marquant à chaque entame de période. Ils ont définitivement fait couler mentalement les Dijonnais en en inscrivant deux autres à chaque fin de mi-temps. Les Bourguignons avaient pourtant réussi à se relever du coup du sort d’un but encaissé au bout de 7 minutes et avaient même fait jeu égal pendant une petite demi-heure avec des Parisiens plus concernés par l’utilisation du ballon que par sa récupération.

Mais ils ont manqué d’ambition pour remettre le doute dans les esprits parisiens et ne sont quasiment jamais allés au bout de leurs intentions, jouant le plus souvent à celui qui prendrait le moins de risques possibles. Le peu de fois où ils ont dépassé leurs craintes, bien logiques pour une équipe qui n’a pris qu’un point sur ses six derniers matchs de L1 avant de recevoir l’intouchable leader, ils ont manqué de justesse technique aux abords de la surface parisienne. Le champion de France en titre, pourtant peu inspiré dans l’ensemble, a ainsi déroulé et a même profité des espaces qui se sont ouverts au fil des minutes, comme souvent chez ses adversaires, pour se créer des occasions d’alourdir encore plus sévèrement l’addition. Ça n’aurait pas réellement aidé les Parisiens à apaiser leur peine du moment. Peu importe l’ampleur du score dimanche, une victoire contre l’OM les y aidera bien plus.

Le film du match


7eme minute (0-1)
Corner sur la droite pour le PSG. Di Maria centre fort du gauche au premier poteau, où Marquinhos se défait du marquage de Lautoa et passe devant J.Tavares pour reprendre de la tête. Sa reprise décroisée loge le ballon dans le petit filet opposé de Runarsson.

28eme minute
Thiago Silva trouve une magnifique relance plein axe pour Nkunku, servi dans le rond central. Le milieu parisien fixe la défense dijonnais avant de lancer Mbappé dans la surface. L’attaquant du PSG crochète Aguerd et frappe du gauche, mais bute sur Runarsson à bout portant.

40eme minute (0-2)
Servi entre les lignes par Verratti, Di Maria accélère plein axe, résiste à Abeid et s’infiltre devant Marié. Il décale ensuite Kurzawa dans le bon timing et le latéral du PSG centre en première intention pour Mbappé, qui conclut dans le but vide avec un peu de réussite malgré la déviation de Runarsson du bout des doigts.

50eme minute (0-3)
Nkunku provoque la faute de Lautoa à une vingtaine de mètres du but dijonnais. Dans une position idéale pour un gaucher, Di Maria transperce le mur sur sa frappe et laisse Runarsson sur ses appuis. Il marque avec l’aide du poteau gauche de la cage du DFCO.

80eme minute
Kimpembe lance dans la profondeur Mbappé, parti à la limite du hors-jeu dans le dos de la défense dijonnaise. Excentré sur la gauche, l’attaquant des Bleus repique sur son pied droit en fixant Lautoa avant d’armer la frappe. Elle échoue sur le poteau opposé de Runarsson, encore battu sur cette action.

85eme minute
Trouvé dans le rond central, Mbappé se joue de Lautoa sur son contrôle orienté. Il accélère ensuite plein axe et fixe la défense dijonnaise pour décaler M.Diaby sur la gauche. Le jeune Parisien bute sur la bonne sortie de Runasson à son encontre.

92eme minute (0-4)
Sur la dernière action du match, Mbappé transperce le bloc dijonnais plein axe et décale sur la droite Meunier. En première intention, l’international belge centre au cordeau pour Choupo-Moting, qui coupe au premier poteau et pousse le ballon au fond d’un tacle aux six mètres.

Tops et flops


Top
TOP 3

DI MARIA s’est occupé de tout dans ce match. Passeur décisif sur l’ouverture du score, à l’origine du 2eme but et buteur sur le 3eme d’un coup-franc dont il a le secret : le milieu offensif parisien était un de ces soirs où tout lui réussit. Impeccable dans son investissement, y compris défensif, et de plus en plus proche du double-double en L1 (7 réalisations et 9 passes décisives cette saison).

En bon patron qu’il est, MARQUINHOS s’est chargé de mettre son équipe sur la voie en ouvrant le score de la tête. Jamais pris à défaut dans un rôle de droitier dans une défense à trois, il a rendu une nouvelle copie propre, à l’image de sa saison. Incontestablement le Parisien le plus régulier, même quand son équipe est dans le dur.

KURZAWA confirme son retour semaine après semaine son retour un niveau intéressant pour le PSG. Favorisé dans son expression offensive, son point fort, par le système parisien à trois derrière, il a encore multiplié les appels dans son couloir. L’un d’eux a été couronné d’une passe décisive et il n’est pas passé loin du but en seconde période. Un poison permanent pour la défense de Dijon.

Flop
FLOP 3


AGUERD a peiné pour trouver le juste équilibre dans sa gestion des attaquants parisien. Il s’est jeté bêtement sur certaines situations et a trop reculé sur d’autres. Pas plus efficace dans le placement, avec de gros soucis dans l’alignement sur les situations de hors-jeu. Peu à son avantage dans ce dispositif.

J.TAVARES en est désormais à 24 matchs de L1 et près de 1 900 minutes consécutives sans marquer en championnat. Un long chemin de croix qui s’est poursuivi l’attaquant dijonnais, livré à lui-même en pointe. Il n’a pas fait grand-chose pour aider les siens et participer au jeu, même si ce n’était certainement pas la mission demandée. Son calvaire du soir a duré une heure.

Aligné dans un rôle inhabituel de piston droit, R.AMALFITANO a énormément souffert. Il a étalé ses limites dans le placement, en ouvrant des boulevards dans son dos à chaque appel de Kurzawa, et n’a pas davantage brillé dans le un-contre-un. Peu en vue aussi balle au pied, n’apportant jamais le surnombre en phase offensive.

Monsieur l’arbitre au rapport


Un match relativement facile à arbitrer pour Jérôme Miguelgorry qui s’en est toutefois bien tiré. Toujours proche des actions et pédagogue pour expliquer ses décisions.

La feuille de match


L1 (18eme journée, match en retard) / DIJON – PSG : 0-4


Gaston-Gérard (15 000 spectateurs environ)
Temps frais – Pelouse bonne
Arbitre : M.Miguelgorry (6)

Buts : Marquinhos (7eme), Mbappé (40eme), Di Maria (50eme) et Choupo-Moting (92eme) pour le PSG

Avertissements : Lautoa (49eme) et J.Keita (69eme) pour Dijon - Marquinhos (37eme) pour le PSG

Expulsion : Aucune

Dijon
Dijon
Runarsson (5) – Yambéré (3), Lautoa (cap) (3), Aguerd (3) – R.Amalfitano (3), Marié (4), Balmont (5), Abeid (5) puis Sammaritano (71eme), Saïd (4) – Jeannot (4) puis Kwon (83eme), J.Tavares (3) puis J.Keita (65eme)

N'ont pas participé : Allain (g), Chafik, Tegar, Loiodice
Entraîneur : A.Kombouaré

PSG
PSG
Areola (5) – Marquinhos (6), T.Silva (cap) (6), Kimpembe (5) - Meunier (6), Nkunku (5) puis M.Diaby (77eme), Verratti (5), Bernat (4), Kurzawa (6) puis Dagba (77eme) - Mbappé (6), Di Maria (7) puis Choupo-Moting (77eme)

N'ont pas participé : Buffon (g), Kehrer, N’Soki
Entraîneur : T.Tuchel

Real Madrid : Zinedine Zidane fait le forcing pour Sadio Mané

Sadio Mané Copyright -AFP
Depuis la saison dernière, Sadio Mané est annoncé avec insistance du côté du Real Madrid. La piste avait pris l’eau avec le départ de Zidane, mais avec le retour du technicien français, les Madrilènes pensent à l’international Sénégalais pour mener l’attaque de la maison blanche la saison prochaine.  L’information barre la UNE du quotidien pro-madriléne Marca. En effet, selon nos confrères espagnols, Zinedine Zidane insiste pour que Sadio Mané soit l’une des recrues offensives du Real Madrid pour la saison prochaine avec Eden Hasard. Comme aussi annoncé par France Football, le technicien français est très intéressé par le profil de l’international Sénégalais depuis juin dernier. La star a le profil parfait que chercherait Zidane. En effet, il est adroit devant les buts, il est rapide, il prend les profondeurs et c’est un joueur d’équipe.  Cependant, même si le coach madrilène devrait bénéficier d’une grosse enveloppe pour recruter, ça sera difficile pour lui de convaincre Liverpool de laisser partir son actuel meilleur joueur. En effet, Sadio Mané est auteur de 17 buts en Premier League depuis de la saison. Il a aussi été le grand artisan de la qualification des reds de Liverpool en quart de finale de la Ligue des champions face au Bayern Munich.       

Mercato : Naby Keita pourrait revenir en Bundesliga cet été

Naby Keita - Liverpool Copyright -@lfc
Arrivé à Liverpool l'été dernier, pour la somme de 60 M€ en provenance du RB Leipzig, Naby Keita vit une saison compliquée avec les Reds. Le Guinéen ne donne pas satisfaction à son coach, Jürgen Klopp, qui attend plus de son milieu de terrain. L'international Guinéen pourrait revenir en Allemagne cet été puisque les dirigeants de Liverpool seraient prêts à le revendre 10 M£ (environ 11 M€) moins cher que ce qu’ils avaient déboursé pour l’acheter, soit pour environ 49 M€. Naby Keita figure sur les tablettes du Bayern Munich et du Borussia Dortmund qui veulent en profiter de son expérience passée en Allemagne.

Real Madrid : l'hommage étonnant de Sergio Ramos à Lionel Messi

Ramos Copyright -AFP
Le défenseur espagnol du Real Madrid, Sergio Ramos, n'est pas franchement ami avec Lionel Messi, mais cela ne lui empêche pas de reconnaître son talent de footballeur. Dans un entretien accordé à Goal, l’Espagnol a confié : « Je respecte Maradona, mais en Argentine, ils savent tous qu’il est à des années-lumière du meilleur joueur argentin de l’histoire, qui est pour moi, Leo Messi ». Voilà qui est dit et qui fera sûrement plaisir au meneur de jeu du Barça. L'Argentin reçoit l'un un hommage étonnant et tout a fait improbable.

CAN 2019 : Zoom sur les 24 équipes qualifiées pour la phase finale

Les Lions de la Téranga Copyright -OFC
Les éliminatoires de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN 2019) ont révélé leurs derniers secrets dimanche et on connaît désormais les 24 équipes qui prendront part à la phase finale de la messe africaine. Treize équipes, déjà présentes lors de la dernière édition de la CAN disputée au Gabon seront encore une fois présents dans la prochaine édition tandis que 8 autres équipes retrouvent la compétition. Enfin, trois pays joueront pour la première fois une phase finale à savoir le Madagascar, le Burundi et la Mauritanie. Le tirage au sort de la phase finale de la CAN se déroulera le 12 avril prochain dans la capitale égyptienne du Caire. Six groupes de quatre pays, issus de chapeaux différents, seront constitués à cette occasion. Le tirage au sort permettra également à chaque sélection de connaître son programme complet et les dates de ses matches. La phase finale de la CAN 2019 aura lieu du 21 juin au 19 juillet 2019. Elle se déroulera dans six stades différents. L'Egypte avait déjà organisé cette épreuve à trois reprises par le passé, et il en est sorti vainqueur deux fois. Bilan des équipes qualifiées : Ils étaient au Gabon en 2017 : Le Cameroun, la Guinée-Bissau, le Sénégal, la Tunisie, l’Algérie, le Zimbabwe, la République Démocratique du Congo, le Maroc, la Cote d’Ivoire, l’Egypte, le Ghana, le Mali et l’Ouganda. Ils retrouvent la CAN Le Nigéria (victorieux en 2013), l’Angola (qualifié en 2013), la Guinée (qualifiée en 2015), la Namibie (qualifiée en 2008), l’Afrique du Sud (qualifié en 2015), le Kenya (qualifié en 2004), la Tanzanie (qualifiée en 1980) et le Bénin (qualifié en 2010). Ils découvrent la CAN Madagascar, le Burundi et la Mauritanie

Togo: Ça sent la fin pour Emmanuel Adebayor

Adebayor Copyright -AFP
L'attaquant des Éperviers, Emmanuel Adebayor, n'ira pas en Egypte cet été pour disputer la CAN 2019, et pourrait même ne plus porter les couleurs de la sélection. Interrogé par nos confrères de RFI, l'ex star de Arsenal semble avoir dévoilé un peu plus sur son avenir, même s'il préfère ne pas être catégorique: " J’ai commencé la sélection en 2000. On est en 2019. Ça fait pratiquement 19 ans que je suis en équipe nationale. C’est beaucoup. C’est beau. Il y a eu des hauts. Il y a eu des bas. Il y a eu des regrets. Il y a eu des moments inoubliables. Maintenant, je pense que je vais rentrer chez moi. Je vais prendre tous les bons moments. Je vais les mettre dans un sac. Je vais aller à Istanbul tranquillement. Et je vais voir ce que l’avenir me réserve. J’ai tout fait pour garder le maillot de cet après-midi. Et, si c’est la fin d’un cycle, qu’il en soit ainsi. Le plus important, c’est que je garde le short, le maillot et les chaussettes. J’avais promis à ma fille, aujourd’hui âgée de 8 ans, que mon dernier maillot en club et celui en sélection seraient pour elle. Je pense qu’elle a déjà dû m’envoyer un message : « Papa, et le maillot ? » '' Des propos qui font penser que " Ade " , l'un des meilleurs joueurs du continent, pourrait dire adieu à la sélection, à 35 ans!