L1 : Le PSG chute à Dijon et concède déjà sa 3eme défaite de la saison

Copyright : Panoramic
Longtemps apathique, le PSG s’est incliné sur la pelouse d’une lanterne rouge dijonnaise héroïque ce vendredi (2-1). Il s’agit déjà de la troisième défaite de la saison pour le club de la Capitale.

Le debrief


Il y a eu Rennes en août (2-1) et Reims en septembre (0-2). Il faut désormais ajouter Dijon dans la liste des bourreaux du PSG en Ligue 1 cette saison. A la surprise générale, les Parisiens ont effectivement trébuché sur le terrain de la lanterne rouge ce vendredi (2-1). A côté de leur sujet pendant la majeure partie de la rencontre, Kylian Mbappé et ses coéquipiers ont réagi une fois menés au score, mais ont alors joué de maladresse et ont buté sur une vaillante équipe bourguignonne. S’il restera en tête à l’issue du week-end, le club de la Capitale enregistre donc déjà - après seulement douze journées - son troisième revers de l’exercice 2019/20. Le DFCO, pour sa part, signe un retentissant exploit et quitte sa dernière place.

A Nice (1-4), à Bruges (0-5) et contre Marseille (4-0), le PSG n’avait pas spécialement fait dans la dentelle, ayant empilé la bagatelle de treize buts en seulement trois matchs. On pouvait dès lors légitimement penser que le leader du championnat allait s’offrir un nouveau festival offensif ce vendredi à Dijon, la lanterne rouge. La réalité du terrain s’est cependant avérée bien différente de ce postulat de départ. Bousculés d’entrée de jeu par des Bourguignons décomplexés, les Parisiens ont malgré tout ouvert la marque sur leur première opportunité franche, par l’intermédiaire de Kylian Mbappé (19eme). Sauf qu’au lieu d’appuyer sur l’accélérateur afin d’enfoncer le clou, les joueurs de Thomas Tuchel sont ensuite tombés dans un faux rythme.

Incapables de régner dans l’entrejeu en l’absence de Marco Verratti et bougés physiquement par leurs adversaires, les visiteurs ont fini par céder. A deux reprises. Mounir Chouiar (45eme+6) et Jhonder Cadiz (47eme) ont en effet permis aux locaux de renverser la vapeur, sans que cela ne puisse paraître immérité. Il n’en fallait pas plus pour faire sortir Paris de sa léthargie. Enfin décidés à passer à la vitesse supérieure, Angel Di Maria et consorts n’ont cependant pas réussi à revenir. La faute à la solidarité de l’arrière-garde des Rouges d’une part, mais aussi à la maladresse des attaquants franciliens, qui ont touché deux fois les montants (64eme, 69eme). Au courage, les hommes de Stéphane Jobard ont tenu bon jusqu’au bout pour faire tomber l’ogre du championnat et signer l’un des plus beaux exploits de l’histoire de leur club en Ligue 1. Du côté parisien, cette défaite en Bourgogne est loin d’être préoccupante au regard du classement. Mais elle fait tache, tant en raison du résultat que du visage affiché.
L’instant T :
Fantomatique jusque-là, Mauro Icardi a pourtant bien failli sortir ses partenaires d’un bien mauvais pas à Gaston-Gérard. Peu après l’heure de jeu, l’Argentin a fait parler son sens du timing pour reprendre le ballon de la tête sur un centre de Kylian Mbappé. Battu, Alfred Gomis a été sauvé par sa barre transversale (64eme).

Les buts


19eme minute (0-1)
Le PSG ouvre le score ! Servi par Angel Di Maria, Kylian Mbappé se présente face à Alfred Gomis et conclut d’un ballon piqué du droit !

45eme+6 minute (1-1)
Dijon égalise ! Keylor Navas se couche pour repousser un centre à ras de terre de Didier Ndong. Mounir Chouiar surgit à l’entrée des six mètres et, du droit, propulse le cuir au fond des filets !

47eme minute (2-1)
Le DFCO prend les devants ! Jhonder Cadiz réalise un numéro de soliste sur le côté gauche de la surface, élimine Marquinhos, résiste à Leandro Paredes et frappe au ras du sol. Le ballon passe entre les jambes de Keylor Navas !

Les tops et les flops


Jhonder CADIZ (7)

Quasiment inconnu en France, Jhonder Cadiz ne va pas tarder à se faire un nom s’il multiplie les prestations de cet acabit. L’athlétique attaquant vénézuélien a pesé sur la défense parisienne tout au long du match. Il a aussi fait étalage de ses qualités techniques en inscrivant un joli but en solitaire (47eme).
Leandro PAREDES (3)

La prestation de Leandro Paredes a une nouvelle fois laissé songeur. Le milieu argentin ne s’est absolument pas affirmé dans l’entrejeu et n’a pas semblé être dans le tempo du match. L’ancien du Zenit Saint-Pétersbourg a en outre fait preuve de passivité sur les deux buts dijonnais (45eme+6, 47eme) et n’a rien apporté sur le plan offensif, à l’exception d’une frappe repoussée par le poteau (69eme). Remplacé par Edinson Cavani (71eme).
Keylor NAVAS (4)

Depuis son arrivée au PSG, Keylor Navas a souvent été exempt de tous reproches. Difficile d’en dire autant ce vendredi soir, puisque la responsabilité du gardien costaricien est impliquée sur les deux buts dijonnais. Après avoir mal renvoyé un centre à ras de terre (45eme+6), le dernier rempart parisien a en effet vu le ballon lui filer entre les jambes dans un angle fermé (47eme). Pas de boulettes donc, mais il y avait à chaque fois matière à faire bien mieux.

La feuille de match


DIJON - PSG : 2-1


Stade Gaston-Gérard (14 859 spectateurs)
Temps pluvieux – Pelouse en bon état
Arbitre : M.Buquet (7)

Buts : Chouiar (45eme+6), Cadiz (47eme) pour Dijon - Mbappé (19eme) pour le PSG

Avertissements : Ndong (12eme), Cadiz (14eme), Mendyl (58eme) pour Dijon - Kimpembe (15eme), Draxler (92eme) pour le PSG

Expulsion : Aucune

Dijon
Dijon
A.Gomis (6) – Chafik (non noté) puis Mendyl (33eme - 6), Ecuele Manga (7), S.Coulibaly (non noté) puis R.Amalfitano (29eme - 6), Ngonda (6) - M.Baldé (6) puis Mavididi (54eme), Ndong (6), Lautoa (6), Chouiar (7) - Cadiz (7), Tavares (cap) (5)

N'ont pas participé : Runarsson (g), B.Soumaré, M.Pereira, Balmont
Entraîneur : S.Jobard

PSG
PSG
Navas (4) – Dagba (5), Marquinhos (cap) (4), Kimpembe (4), A.Diallo (5) puis Draxler (81eme) - Paredes (3) puis Cavani (72eme), Bernat (4) puis Kurzawa (64eme), I.Gueye (4) - Mbappé (6), Icardi (4), Di Maria (5)

N'ont pas participé : Rico (g), Mbe Soh, Sarabia, Choupo-Moting
Entraîneur : T.Tuchel
Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des

Sauveur du Barça, Luis Suarez dans l'histoire du club

Luis Suarez - FC Barcelone Copyright -Twitter officiel du FC Barcelone
Auteur de l'unique but du derby catalan mercredi soir, Luis Suarez est encore un peu plus entré dans l'histoire du FC Barcelone grâce à cette nouvelle réalisation. Le Barça doit beaucoup à Luis Suarez et pas seulement parce qu'il a marqué l'unique but du derby catalan face à l'Espanyol mercredi soir. Alors que le club blaugrana lui cherche un successeur, le Pistolero uruguayen aux 195 buts sous le maillot barcelonais est devenu le troisième meilleur buteur de la riche histoire de son club derrière Lionel Messi (630 buts) et César Rodriguez Alvarez (232 buts). L'ancien joueur de Liverpool a atteint cette statistique en 278 matches.

Luis Suarez, serial buteur

Suarez a rejoint le FC Barelone depuis Liverpool en 2014, et le joueur de 33 ans est resté une menace constante pour les défenses adverses depuis. Après avoir marqué 25 buts dans toutes les compétitions lors de sa première saison en Espagne, Suarez a inscrit 59 buts en 53 apparitions lors de la campagne 2015-16. Il a réussi plus de 20 buts au cours de chacune des quatre dernières saisons de Liga, lui qui affiche désormais 14 réalisations en championnat en 2019-2020. A lire aussi >> FC Barcelone : Luis Suarez dans l'histoire du club

RD Congo - Larrys Mabiala : Nonda et Lualua, derrière son choix

Larrys Mabiala (RD Congo) Copyright -AFP
Léopard depuis 2008 et un match contre la France à Marabella, Larrys Mabiala est revenu sur son choix de porter les couleurs de son pays d'origine, alors qu'il était international Français U21. "Le choix de la génération a été un choix logique pour moi car j’ai vraiment été honoré d’avoir reçu cette convocation", a révélé le défenseur des Timbers de Portland, en MLS, dans une interview accordée à Leopardsactu. "Ce qui m’a convaincu est le fait que j’allais avoir l’opportunité d’évoluer avec des joueurs comme Shabani Nonda double brassard et Trésor Lualua", a-t-il ajouté. "Le fait que j’allais me retrouver avec des joueurs que je côtoyais tout le temps comme Christopher Oualembo, Youssouf Mulumbu, ou encore Cedric Mongongu m’avait aussi convaincu et bien sûr la fierté de représenter le pays de mes origines paternelles", a-t-il conclu. A lire aussi >> MLS - Portland Timbers : Larrys Mabiala vu comme un leader de vestiaire

OL : Aulas croit à la victoire en Ligue des champions

Pour jouer la prochaine Ligue des champions, l'Olympique Lyonnais doit remporter cette édition 2019-2020. Et Jean-Michel Aulas y croit...
Et si l'Olympique Lyonnais se qualifiait pour la prochaine Ligue des Champions en remportant l'édition actuelle ? Le club rhodanien a remporté son huitième de finale aller face à la Juventus Turin, et le président de l'OL voit ses hommes aller au bout comme il l'a confié au micro de RMC. « Est-ce que je pense qu’on peut gagner la Ligue des champions ? Je n’y crois pas. Mais je sais que le foot est fait de très belles histoires, de mômes qui sortent du quartier et qui réussissent à devenir internationaux et à jouer dans de très grands clubs parce que l’OL leur a donné leur chance. Si on doit la gagner dans les années qui viennent, il faut tout mettre cette année parce qu’il reste très peu de matchs'', considère Aulas.

"Jamais eu autant de chances de la gagner"


Le cacique lyonnais estime que c'est le moment ou jamais pour son club de réussir un exploit continental. "Le fait que ce soit à huis clos, le fait d’avoir gagné le premier match contre la Juve et le fait qu’on soit dans un dispositif sur un match sec sans aller-retour, fait qu’on n’a jamais eu autant de chances qu’aujourd’hui de la perdre mais aussi de la gagner. Il faut être pragmatique. Si on doit rêver, il faut qu’on rêve tous ensemble. Pendant la bataille pour faire reprendre le championnat, j’étais persuadé qu’on allait reprendre. Il faut se mettre aujourd’hui dans l’idée de pouvoir faire un truc, ça permettrait de compenser la déception immense concernant l’arrêt du championnat ». L'édition 2019-2020 de la C1, suspendue mi-mars en raison de l'épidémie de coronavirus, se terminera par un tournoi réunissant huit clubs en août prochain. Le tirage au sort de ce tournoi inédit sera organisé vendredi par l'UEFA à Nyon.

Barça : Quique Setién défend Griezmann

Alors qu'Antoine Griezmann vit une première saison compliquée au FC Barcelone, son entraîneur lui a apporté son soutien.
La première saison d'Antoine Griezmann au Barça est plutôt mitigée. L'attaquant français n'a marqué que neuf buts en Liga en 30 titularisations en 2019-2020, et a été largement critiqué par les médias espagnols, lui qui avait rejoint le club Blaugrana depuis l'Atlético Madrid contre 120 millions d'euros l'été dernier. Cependant, son entraîneur Quique Setien a déclaré, après la victoire étriquée obtenue dans le derby catalan face à l'Espanyol mercredi soir, qu'il était "satisfait" de l'apport de Griezmann cette saison, et a insisté sur le fait que le club continuera à travailler dur pour le faire entrer dans le système.

Suarez aussi veut aider Griezmann


"Nous avons cherché des solutions avec lui toute la saison'', a confié Setién dans des propos relayés par Marca. «Il a bien joué contre Villarreal, mais n'a pas joué aussi bien ce soir (contre l'Espanyol). Nous continuerons à travailler sur des formules pour l'aider. » Unique buteur face aux Pericos au Camp Nou., Luis Suarez est lui aussi derrière Griezmann. "Il aura toujours notre soutien", a ainsi déclaré l'Uruguayen au micro de la chaîne officielle du FC Barcelone.

PSG – Alonzo: «Neymar est comme un joueur de NBA qui joue en Pro A en France !»

Copyright -AFP
Le niveau affiché par la superstar du PSG, Neymar Jr, lors de cette saison 2019-20 a impressionné les observateurs. Y compris ceux qui avaient pu fustiger son comportement par le passé...
Des buts décisifs, une implication de tous les instants et une virtuosité sans égal : Neymar reste une référence à l’échelle – modeste – du championnat de France. La superstar brésilienne a également répondu aux attentes sur la scène européenne en jouant un rôle majeur dans la qualification du PSG pour le Final 8 de la Ligue des champions, avec un but à l’aller et au retour contre le Borussia Dortmund.

Bon dans les grands matchs, moins égoïste, meilleur physiquement

Pour l’ancien gardien du Paris Saint-Germain Jérôme Alonzo, l’international Auriverde n’est plus très loin de son prime. “Je trouve qu’il est aussi fort qu’à une certaine période où il était à Barcelone, a lâché Alonzo sur La Chaîne L’Équipe. Déjà, remettons ce qu’est Neymar à l’échelle de la Ligue 1. C’est un extraterrestre, c’est un joueur NBA qui joue en amateur en France. Je me suis posé ces questions : A-t-il été bon dans les grands matches récemment ? Oui. A-t-il marqué dans des grands matches ? Oui. A-t-il été moins égoïste ? Oui. A-t-il rendu les autres meilleurs ? Oui. Physiquement, je trouve qu’il s’est amélioré, il est très costaud. Fait-il des efforts défensifs ? C’est pas encore fantastique mais un peu plus qu’avant. Donc pour toutes ces raisons, je me dis que Neymar n’est peut-être pas dans la meilleure forme de sa carrière mais il est très proche de ce qu’il faisait de mieux au Barça il y a 4-5 ans de cela. Et Dieu sait que je ne suis pas fan de l’homme.”
A lire aussi >> un milieu d'expérience déclare sa flamme à l'OM ! >> Toute l'actualité du PSG sur Orange Football Club