L1 (J33) : Le Paris Saint-Germain surclasse l'AS Monaco (7-1)

Le Paris Saint-Germain n'a fait qu'une bouchée de l'AS Monaco (7-1) pour s'offrir le titre de champion de France, ce dimanche soir, lors de la 33eme journée de Ligue 1. Les Parisiens ont mené 4-0 après une demi-heure de jeu, avec des doublés de Giovani Lo Celso et Angel Di Maria, et des buts de Cavani, Draxler et Falcao contre-son-camp. Rony Lopes a réduit le score avant la pause.
Le debrief
D'une certaine manière, le Paris Saint-Germain a balayé tous les enseignements que les rencontres de Coupe d'Europe avaient pourtant rappelés, au cours d'une semaine mémorable. Car au Parc des Princes, le club de la Capitale a fêté son titre de champion de France, le septième de son histoire, avant même la fin de la rencontre qui l'a opposé à son dauphin, Monaco, en clôture de la 33eme journée de Ligue 1. La conséquence ? Les hommes d'Unai Emery n'ont fait qu'une bouchée (7-1) d'un adversaire qui, disons-le, n'a pas montré qu'il avait les arguments pour repousser l'échéance une semaine de plus. En moins d'une demi-heure, les Parisiens avaient déjà bouclé la rencontre.

A vrai dire, le PSG n'a eu besoin que d'une occasion pour régler la mire. Cinq minutes après un raté inhabituel, Cavani a créé un décalage qui a fait toute la différence pour permettre à Daniel Alves de mettre Lo Celso, à l'origine de l'action, sur orbite (1-0, 14eme). Perdus dans un 4-2-3-1 où Jorge a été aligné devant Sidibé à gauche, les Monégasques ont eu la tête dans le seau trois minutes plus tard, quand Cavani a conclu un centre parfait de Di Maria (2-0, 17eme). L'Uruguayen et l'Argentin ont échangé les rôles dans la foulée, El Fideo, couvert par le latéral de l'ASM, concluant un contre d'un ballon piqué parfaitement dosé (3-0, 20eme).

Orpheline de Glik, blessé, friable défensivement et à l'agonie collectivement, l'équipe du Rocher s'est même autorisée l'impardonnable, laissant Giovani Lo Celso, 1,77m, s'imposer dans les airs pour reprendre un centre de Draxler (4-0, 28eme). Après un début de rencontre complètement fou, les Parisiens ont relâché l'étreinte, permettant à Rony Lopes de réduire le score (4-1, 38eme). Le Portugais, seul joueur capable de secouer le cocotier en faveur de l'ASM, a manqué l'occasion de relancer les siens juste avant et après la pause. Le temps fort monégasque passé, les Parisiens ont pu enfoncer le clou, sans donner l'impression de forcer leur talent.

En démonstration, d'une facilité et d'une justesse technique ahurissantes, les hommes d'Unai Emery ont semé la pagaille dans la défense adverse à chacune de leurs offensives. Comme Lo Celso, Di Maria s'est offert un doublé (5-1, 59eme) et Draxler a ponctué le récital en fin de match (7-1, 86eme). Entre-temps, Falcao avait été malheureux buteur contre-son-camp sur corner. Lui qui avait été si impressionnant en première partie de saison, et si précieux pour la conquête du titre de l'ASM, décroché l'année dernière. Comme un symbole.
Le film du match
9eme minute
CAVANI ! Pastore décale Dani Alves sur le côté droit. Le Brésilien centre, Raggi ne peut qu'effleurer le ballon qui retombe sur Cavani, dont la volée est trop écrasée. Le ballon passe à gauche de la cage de Subasic.

14eme minute (1-0)
L'OUVERTURE DU SCORE DU PSG ! Superbe action collective des Parisiens : sur une attaque placée, Lo Celso percute dans l'axe et transmet à Cavani. L'Uruguayen, d'une passe effectuée derrière sa jambe d'appui, décale Dani Alves sur la droite, dans la surface. Le Brésilien centre à ras-de-terre pour Lo Celso, qui a poursuivi pour marquer. Les locaux prennent déjà l'avantage.

17eme minute (2-0)
CAVANI POUR LE 2-0 ! Dans son couloir gauche, Berchiche sollicite un une-deux avec Di Maria et adresse un superbe centre pour Cavani, qui domine toute la défense monégasque dans les airs. Le PSG a déjà fait le break.

20eme minute (3-0)
INCROYABLE ! 3-0 POUR LE PSG ! Au milieu de terrain, dos au but, Cavani contrôle un ballon de la poitrine avant de lancer Di Maria, à l'aveugle, dans son dos. L'Argentin, couvert par Sidibé, s'en va défier Subasic et le trompe d'un ballon piqué sublime, alors que le portier Monégasque ne s'est pas couché. C'est superbe, et cela fait déjà 3-0 pour les locaux !

28eme minute (4-0)
LA DEMONSTRATION DU PSG ! Sur la gauche, Pastore transmet à Draxler. L'Allemand s'amuse à l'entrée de la surface avant de servir l'Argentin. D'un amour de centre de l'extérieur du pied, El Flaco trouve Lo Celso, qui, de la tête (!), inscrit son deuxième but de la soirée. Déjà 4-0 pour Paris !

38eme minute (4-1)
ENFIN UNE RÉACTION DE MONACO ! Sur une récupération haute de l'ASM, Almamy Touré pénètre dans la surface et centre au second poteau où Rony Lopes, démarqué, n'a plus qu'à pousser le ballon au fond des filets. Réduction du score des Monégasques, 4-1 !

45eme minute
RONY LOPES MANQUE LE DOUBLE ! Touré, encore lui, adresse un très bon centre pour le Portugais. Mais de la tête, l'ailier ne parvient pas à cadrer son tir, le ballon passe au-dessus de la cage parisienne.

49eme minute
RONY LOPES ! Sur une touche jouée très bas, Pastore se troue complètement et sa passe se transforme en centre pour Rony Lopes, qui tergiverse trop avant de frapper sur Areola !

59eme minute (5-1)
LE PSG POURSUIT SON FESTIVAL ! D'une ouverture lumineuse, Dani Alves lance Pastore dans la profondeur. L'Argentin contrôle et transmet à Di Maria, qui remporte encore son duel avec Subasic. 5-1 !

60eme minute
LE POTEAU DE DI MARIA ! Sur l'action suivante, El Fideo surgit au premier poteau pour reprendre un centre de Draxler, mais Subasic est cette fois-ci sauvé par son montant.

74eme minute
DI MARIA ! Sur la droite, l'Argentin pénètre dans l'axe et sert Lo Celso sur la gauche. Le milieu de terrain manque son contrôle mais parvient à s'arracher pour resservir son compatriote, dont la frappe est repoussée par Subasic.

76eme minute (6-1)
LE PSG ENFONCE LE CLOU ! Sur un corner, Falcao est masqué par ses défenseurs et inscrit un but contre-son-camp... 6-1.

86eme minute (7-1)
7-1 ! Au milieu de trois joueurs monégasques, Nkunku temporise avant de servir Pastore sur la droite au meilleur moment. El Flaco centre pour Meunier, dont la reprise manquée profite à Draxler, qui crucifie Subasic.
Tops et flops
Top
TOP 3
Plus d'infos à suivre... 

Flop
FLOP 3
Avant son inquiétante blessure, SIDIBE a vécu une demi-heure indigeste, probablement la pire de sa saison : placé sur le côté gauche de la défense, le latéral français a vécu un calvaire, enchaînant les erreurs de marquage sur les deux premiers buts avant de couvrir Di Maria du hors-jeu sur le troisième. Un cauchemar.

L'absence de Glik a coûté très cher à l'ASM : la charnière monégasque RAGGI-JEMERSON a pris l'eau de toutes parts, incapable de s'organiser pour contenir les déplacements de Cavani, qui n'était pourtant pas dans la forme de sa carrière ces dernières semaines. Spectateurs de la démonstration monégasque, ils ont commis une erreur symbolique de leur prestation globale lors du but inscrit par Falcao dans sa propre cage. L'Italien a poussé Thiago Silva, qui a lui-même gêné le Brésilien...

Si les défenseurs du Rocher ont vécu une soirée difficile, les attaquants aussi : FALCAO n'a eu qu'une occasion à se mettre sous la dent mais il l'a mal négociée. Pire, il a donc inscrit un but contre-son-camp.
Monsieur l’arbitre au rapport
Rien à redire sur la prestation de M.Buquet, qui a justement sanctionné les excès monégasques. Ses assistants et lui-même ont eu la justesse de ne pas signaler de hors-jeu sur le troisième but parisien, où Di Maria a bel et bien été couvert par Sidibé.
La feuille de match
L1 (J33) : PSG - MONACO : 7-1
Parc des Princes (44 000 spectateurs environ)
Temps nuageux – Pelouse en bon état
Arbitre : M.Buquet (8)

Buts : Lo Celso (14eme, 28eme), Cavani (17eme), Di Maria (20eme, 59eme), Falcao (csc) (76eme) et Draxler (86eme) pour le PSG – Rony Lopes (38eme) pour Monaco

Avertissements : Pastore (40eme) pour le PSG - Fabinho (61eme), Raggi (61eme), et J.Moutinho (78eme) pour Monaco

Expulsion : Aucune

PSG
PSG
Areola (6) – Dani Alves (7), Marquinhos (6), Thiago Silva (cap) (6), Berchiche (5) - Pastore (6), Lo Celso (8) puis Nkunku (80eme), Rabiot (6) puis L. Diarra (65eme) – Di Maria (6) puis Meunier (75eme), Cavani (8), Draxler (8)

N'ont pas participé : Trapp (g), Kurzawa, T.Motta, Mbappé
Entraîneur : U.Emery

Monaco
Monaco
Subasic (3) – A.Touré (4), Jemerson (2), Raggi (2), Sidibé puis Ghezzal (34eme) (3) – Moutinho (3), Fabinho (3) - Rony Lopes (5) puis Diakhaby (75eme), Lemar (3), Jorge (3) - Falcao (cap) (3) puis Tielemans (82eme)

N'ont pas participé : S.Sy (g), Sylla, N'Doram, Boschilia
Entraîneur : L.Jardim

Strasbourg : Laurey note un peu de fatigue chez ses joueurs

Thierry Laurey a reconnu que Strasbourg avait volontairement verrouiller contre Lille vendredi soir (1-1). Pour autant, l’entraîneur alsacien juge que son équipe aurait pu l’emporter en fin de match.
Battu deux fois et tenu en échec à Caen lors des trois dernières journées, Strasbourg connait un mois de février délicat qui s’est conclu par un match nul contre Lille ce vendredi soir (1-1). « Je suis satisfait dans les grandes lignes, a réagi Thierry Laurey sur Canal+Sport. Quand on fait une meilleure deuxième période que la première on espère toujours l’emporter. Mais malgré tous nos efforts, Lille a été solide et n’est pas dans le haut du tableau par hasard. (…) On a été fébriles en première période, on les a laissé ouvrir le score. On a changé notre fusil d’épaule au retour des vestiaires et sur la fin on a même caressé l’espoir de pouvoir l’emporter », a développé l’entraîneur strasbourgeois après la rencontre.

Laurey : « On a surperformé en janvier »


Très défensif au coup d’envoi, le club alsacien s’est lâché un peu tard, mais Thierry Laurey a assumé ce choix au micro de la chaîne cryptée. « Contre une équipe qui est deuxième de L1, qui a la deuxième attaque, la deuxième défense et qui reste sur cinq victoires à l’extérieur, vous n’y allez pas en tongs ! On avait pris quelques précautions, certains diront trop, mais contre ces équipes la moindre erreur se paie cash. On n’est pas dans notre meilleure période, donc on a voulu verrouiller un peu et on est contents du résultat », s’est-il justifié. Le Racing reste sur quatre matchs sans victoire, et Thierry Laurey trouve ses joueurs fatigués : « On a surperformé en janvier, on a laissé aussi beaucoup de gommes. On le paye un peu sur les derniers matchs, mais malgré tout on est toujours vivants sur le terrain. »

Lille : Galtier espère retrouver la victoire la semaine prochaine

Après Montpellier la semaine dernière (0-0), c’est Strasbourg qui a accroché Lille ce vendredi soir à la Meinau (1-1).
Les Dogues ont enchaîné un deuxième match nul en passant notamment à côté de leur deuxième période. « On a eu un adversaire qui a joué plus direct. Notre bloc équipe était trop bas, a réagi Christophe Galtier au micro de Canal+Sport après la rencontre. Mais tout en souffrant, on a aussi eu la possibilité de mener 2-0. A partir du moment où on ne sait pas ces opportunités, il est logique que l’adversaire nous fasse souffrir sur les 20 dernières minutes. » Au classement, avec ce résultat nul, le LOSC laisse l’opportunité à Lyon de revenir à deux points à l’issue de cette 26eme journée. « Il aurait fallu marquer ce deuxième but, a poursuivi Galtier. Mais on est encore là. On vient d’enchaîner deux matchs nuls contre des bonnes équipes (Montpellier et Strasbourg). Il faudra bien préparer la réception de Dijon pour retrouver le goût de la victoire. »

Rennes : Quel avenir pour « HBA » ?

Libre en juin prochain, le milieu de terrain offensif (ou attaquant) Hatem Ben Arfa va-t-il prolonger l’aventure avec Rennes ? Le président Olivier Létang s’est confié sur RMC Sport.
Auteur de cinq buts et deux assists cette saison en championnat, le milieu de terrain offensif (ou attaquant) international français Hatem Ben Arfa, 31 ans, fait le job pour sa première saison sous les couleurs du Stade Rennais. Les dirigeants bretons sont satisfaits de l’apport de l’ancien joueur de Lyon, de Marseille, de Newcastle, de Nice et de Paris, mais le doute demeure quant à son avenir aux côtés des coéquipiers de Benjamin André. Libre en juin prochain, le natif de Clamart va-t-il rempiler ? « Aujourd’hui, je ne le sais pas, a confié le président Olivier Létang sur RMC Sport. Je ne peux pas vous le confirmer. Je ne vais pas tenir des paroles en l’air. Aujourd’hui, Hatem s’épanouit dans le club, il a une évolution très positive. Le club est en train de grandir avec beaucoup d’humilité. C’est quelque chose qui est important et qui ne laisse pas insensible. L’image du Stade Rennais est en train de changer. C’est positif. On fera le point un peu plus tard avec Hatem pour parler de la saison prochaine. »

« DD » sur la liste de la Vieille Dame

Selon les informations de TMW, Didier Deschamps, le sélectionneur des Bleus, figurerait sur la short-list de la Juventus Turin. L'ancien coach de Monaco et de Marseille aurait été ciblé pour compenser un éventuel départ de Massimiliano Allegri.
Alors que Massimiliano Allegri serait susceptible de changer d’air l’été prochain, la Juventus Turin aurait ciblé en priorité Zinédine Zidane (46 ans), qui serait également dans le viseur de Chelsea. Sans club depuis mai dernier et son départ du Real Madrid, le natif de Marseille serait le choix numéro 1 pour compenser un éventuel départ de l’actuel entraîneur des coéquipiers de Giorgio Chiellini, mais les Bianconeri seraient aussi sur la piste d’un autre de leurs anciens protégés. Selon les informations de nos confrères de TMW, Didier Deschamps (50 ans) figurerait également sur la short-list de la Vieille Dame.

Comme plan B derrière Zidane ?


Compte tenu de la présence de « CR7 », Zinédine Zidane aurait la préférence des dirigeants turinois (qui pourraient aussi essayer de recruter Marcelo, Isco et James Rodriguez chez les Merengue), mais « DD » aurait également la cote chez l’actuel leader de Serie A. Et ceci malgré un engagement de longue durée avec la FFF. Après avoir connu la deuxième division avec la Juve, l’ex-coach de Monaco et de Marseille pourrait potentiellement revenir par la grande porte. A condition que Massimiliano Allegri fasse effectivement ses valises dans les prochains mois mais aussi que « ZZ » soit visiblement inaccessible…

Tuchel (PSG) en conférence de presse : Etat d’esprit « vraiment incroyable », Di Maria, Nîmes

Thomas Tuchel s’est félicité vendredi en conférence de presse de la capacité du PSG à se mobiliser pour chaque match malgré l’enchaînement des rencontres et est revenu sur la montée en puissance d’Angel Di Maria.

L’agressivité de Nîmes


C’est leur manière. Ils essayent toujours e jouer comme ça, c’était très difficile de jouer à Nîmes. Il y avait beaucoup d’émotions et c’tait très intensif. Ce sera autre chose au Parc. Mais je crois qu’ils vont être très courageux, disciplinés et agressifs. C’est à nous de montrer notre qualité avec le ballon et de nous protéger des contre-attaques, pour faire un match sérieux et avoir l’occasion de gagner.

La tentation du turnover pour éviter les blessures


Il y a des joueurs qui ont joué cinq, six ou sept matchs d’affilée. On doit être attentifs, on doit gérer leurs minutes. On les regarde pendant l’entraînement, on parle avec eux et on doit décider avec eux. Ce n’est pas en fonction de l’adversaire, c’est simplement faire des choses nécessaires.

Les performances d’Eric-Maxim Choupo-Moting


Il est très professionnel, chaque jour avec un bon état d’esprit. Il savait d’avance qu’il n’était pas notre numéro 1 en attaque. Il est là pour être un bon remplaçant. Il a la qualité pour jouer, je le crois vraiment. Il a eu une phase un peu dure et malheureuse, mais on peut voir à l’entraînement qu’il a retrouvé sa confiance. Il l’a montré contre Montpellier (5-1), il a fait un bon match et il a marqué un but, même s’il était hors-jeu. J’ai vu que c’était complètement différent. C’est très important pour nous et pour l’équipe. Ce n’est pas seulement Choupo, c’est aussi Christopher Nkunku, Layvin Kurzawa, Moussa Diaby, Colin Dagba. Ils ont très bien joué contre Montpellier et ils ont eu une grande influence dans notre jeu. Je sais que c’est très difficile de rester en forme avec très peu de minutes. Mais c’est absolument nécessaire qu’ils montrent chaque jour qu’ils sont prêts. Ils l’ont très bien fait contre Montpellier. J’en étais très heureux.


La montée en puissance d’Angel Di Maria


Je pense qu’il est heureux à gauche. Il a beaucoup joué à droite pour nous. Quand l’adversaire est très serré et très bas, c’est difficile de jouer avec un gaucher à droite, parce qu’il doit toujours se tourner vers l’intérieur et c’est très difficile de trouver des espaces, des occasions pour frapper ou faire des passes décisives. Il peut jouer plus vite à gauche. Il est toujours dangereux avec son pied préféré. Maintenant il joue aussi comme deuxième attaquant avec Kylian (Mbappé). Il a la qualité pour finir nos attaques et j’aime beaucoup ça. Ce sont les meilleurs pour les finir, pas pour les construire. Ils ont la qualité, ils sont calmes devant le but, ils ont la faim de marquer et ils ont la technique sous pression.

Son évolution au PSG


J’apprends chaque jour, c’est absolument nécessaire. Avec les joueurs ici, c’est exigeant et facile à la fois. Il y a de grands joueurs, avec beaucoup d’expérience et de talent. Il y a des jeunes. C’est très bien pour moi.

Le risque de décompression


On doit accepter que la tension avant un match comme Liverpool, l’Etoile Rouge ou Manchester United n’est pas la même qu’avant un match contre Montpellier ou Nîmes au Parc. Ce n’est pas que nous sommes arrogants, c’est seulement différent et c’est normal. Nous sommes concentrés dans ces matchs, nous jouons très sérieux et j’aime beaucoup ça. On prépare Nîmes de la même façon que Manchester, mais on doit accepter que ce soit différent pour les gars. Ce n’est pas pareil de jouer à Lyon ou à Saint-Etienne qu’à la maison contre Nîmes. Tous les matchs sont différents. Si demain un jeune joueur joue, il ressentira beaucoup de pression, au contraire d’un joueur avec plus d’expérience. Ce n’est pas une question de tout donner. Je demande qu’on joue avec intensité et que nous soyons prêts pour gagner. On peut avoir l’impression que c’est facile, mais ça ne l’est jamais. Ils montrent cet état d’esprit tous les trois jours et c’est vraiment incroyable, c’est exceptionnel. On a les meilleurs joueurs, c’est clair, mais je veux qu’on gagne parce que nous sommes la meilleure équipe, et pour ça il faut qu’on joue ensemble.