L1 ( J17) : Saint-Etienne tombe dans le piège à Reims

Copyright : Panoramic
Ce dimanche, Reims a renoué avec la victoire face à Saint-Etienne (3-1), grâce notamment à beaucoup de réalisme face des Stéphanois sur courant alternatif.

Le debrief


Forts avec les forts et faibles avec les faibles, c’est un peu le dicton du Stade de Reims en cette première partie de saison. Pourtant, avant d’accueillir Saint-Etienne, la confiance n’était pas au beau fixe. Meilleure défense de Ligue 1 certes mais aussi pire attaque de notre championnat, avec seulement 11 buts marqués en 15 matchs. Et surtout, aucun succès lors des cinq dernières rencontres dans l’élite. A l’inverse, les Verts étaient en forme et restaient sur une très belle victoire face à Nice en milieu de semaine (4-1). Pourtant, les Champenois sont mieux rentrés dans la partie. Leur pressing a posé problème à la défense stéphanoise et l’absence dans l’entrejeu du capitaine rémois Romao (suspendu), ne s’est absolument pas fait sentir. Après l’ouverture du score chanceuse mais méritée d’Oudin, l’intensité est très nettement retombée, les Verts se montrant incapables de porter le danger devant les buts de Rajkovic.

Le discours de Claude Puel à la mi-temps a porté ses fruits puisque les Stéphanois ont bien mieux entamé le second acte. Bien plus agressifs dans les duels, ils ont pu compter sur les entrées décisives d’Aholou, souvent à la limite de la faute mais précieux à la récupération et d’Hamouma, plein de sang froid au moment d’égaliser, pour revenir dans la partie juste avant l’heure de jeu. On pensait même les visiteurs en mesure de l’emporter, tant leur emprise sur le match augmentait au fil des minutes. Mais leur passivité défensive a fini par refaire surface, immédiatement sanctionnée par le but de Dia. L’entrée de Beric à dix minutes de la fin n’a rien changé pour des visiteurs dans l’ensemble empruntés offensivement. Les voilà désormais septièmes, à trois points du podium, juste devant leur adversaire du jour, qui compte un match en moins, après le report de sa rencontre à Amiens en milieu de semaine.


L’instant T :

Dans un match où les occasions ont été rares, une seule action symbolise cette rencontre : le deuxième but rémois. Rattrapés par le bon retour stéphanois en seconde période, battus à leur propre jeu dans les duels, les locaux ont mis moins de dix minutes après l’égalisation des Verts pour reprendre l’avantage. A l’origine, un six mètres joué court par Rajkovic pour son capitaine Abdelhamid. Le Lion de l’Atlas profite de l’apathie des défenseurs adverses pour monter balle au pied et décaler Chavalerin côté gauche. Le centre du milieu rémois est parfait, la tête de Boulaye Dia l’est tout autant … Au mental et au talent, les Rémois viennent de faire basculer la rencontre.


Les buts


10e minute (1-0)

But de Rémi Oudin ! Lancé côté droit, Dia centre en retrait pour Cafaro, dont la reprise est contrée par Perrin. Dans la foulée, Fofana tente de dégager mais il est contré par Silva. Le ballon revient à l'entrée des six mètres sur Oudin, qui se couche pour reprendre acrobatiquement le ballon du droit et tromper Ruffier, battu sur sa droite !

59e minute (1-1)

But de Romain Hamouma ! Les Verts recollent ! Le pressing et l'agressivité d'Aholou finissent par payer. Hamouma décale sur la droite Honorat, dont le centre est cafouillé par Aholou mais Hamouma a bien suivi. L'ancien Caennais contrôle du droit et enchaîne avec une frappe croisée du gauche qui ne laisse aucune chance à Rajkovic !

68e minute (2-1)

But de Boulaye Dia ! Reims reprend l'avantage ! Sur un six mètres de Rajkovic, Abdelhamid a tout le loisir de remonter le terrain balle au pied avant de décaler Chavalerin côté gauche. Le milieu formé à l'OL délivre un centre parfait au point de penalty sur la tête de Dia, elle aussi parfaitement ajustée pour battre Ruffier, battu sur sa gauche !

90e minute (3-1)

But de Moussa Doumbia ! Reims va s'imposer ! Honorat ne parvient pas à se retourner à l'entrée de sa surface de réparation et perd le contrôle du ballon. Doumbia en profite pour se mettre sur son pied gauche et enchaîner une frappe soudaine du gauche, qui surprend Ruffier au premier poteau !

Les tops et les flops


Xavier CHAVALERIN (6)

Privé de Romao, son habituel compère du milieu, le milieu rémois a su jouer juste, au contraire d’une formation stéphanoise trop brouillonne. Formé à l’Olympique Lyonnais, il a délivré un magnifique centre sur la tête de Dia pour le deuxième but de son équipe, au moment où celle-ci était en difficulté. Providentiel.
Boulaye DIA (6)

Le courant passe bien entre le Stade de Reims et l’ancien électricien, décisif à la pointe de l’attaque champenoise. Auteur désormais de 4 des 8 derniers buts du club en Ligue 1, il a su une nouvelle fois se montrer décisif. Sa vivacité a posé de gros problèmes à l’arrière-garde stéphanoise.
Stéphane RUFFIER (3)

À l’image de l’ensemble de ses partenaires, le portier stéphanois n’était pas très inspiré cet après-midi, face des Rémois très réalistes. Un peu abandonné par sa défense sur l’ouverture du score, il est trop juste sur le deuxième but et surpris au premier poteau sur le troisième … Une prestation indigne de son statut.

La feuille de match


REIMS – SAINT-ETIENNE : 3-1


Stade Auguste-Delaune, Reims (14 512 spectateurs)

Temps clément – Pelouse moyenne

Arbitre : Stéphanie Frappart (6)

Buts : Oudin (10e), Dia (68e) et Doumbia (90e+2) pour Reims – Hamouma (59e) pour Saint-Etienne

Avertissements : Foket (33e) et H. Kamara (89e) pour Reims – Aholou (54e) et Bouanga (64e) pour Saint-Etienne

Expulsion : Aucune



Reims

Reims

Rajkovic (5) – Foket (5), Disasi (5), Abdelhamid (cap) (6), H. Kamara (6) - Chavalerin (6), Munetsi (5) - Oudin (6) puis Suk (80e), Dingomé (4) puis Doumbia (64e), Cafaro (5) puis S. Sissoko (71e) - Dia (6)

N'ont pas participé : Lemaître (g.), Costa, Mbuku, Donis

Entraîneur : D. Guion

Saint-Etienne

Saint-Etienne

Ruffier (3) – Debuchy (5), Fofana (4), Perrin (cap) (4), G. Silva (4) – M’Vila (4) puis Beric (78e), M. Camara (5) - Honorat (4), Boudebouz (4) puis Hamouma (52e), Bouanga (4) - Diony (4) puis Aholou (52e)

N'ont pas participé : Moulin (g.), Moukoudi, Youssouf, Nordin

Entraîneur : C. Puel
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Manchester City : Ferran Torres a signé

Ce mardi, Manchester City a officialisé une première recrue lors de ce mercato avec l'arrivée de Ferran Torres, le milieu offensif espagnol, en provenance de Valence.
Comme pressenti depuis plusieurs jours, Manchester City a fait de Ferran Torres sa première recrue de l’été 2020. Après l’avoir sollicité pendant quelque temps, les dirigeants Eastlands ont réussi à boucler l’opération et mettre la main sur l’un des meilleurs espoirs du football espagnol et européen. Contre un montant de 25 millions d'euros (plus de 12 de bonus), ils ont arraché ce milieu offensif polyvalent de 20 ans au FC Valence. Une nouvelle dont Pep Guardiola, le manager de l’équipe, doit particulièrement se réjouir.

Ferran Torres pour faire oublier David Silva


Ferran Torres a paraphé un deal de cinq ans avec les vice-champions d’Angleterre. Il a choisi cette destination plutôt que la Juventus et le Borussia Dortmund, qui l’avaient également dans leur viseur. Du côté de l’Etihad Stadium, il tentera de confirmer toutes les qualités qu’il a fait entrevoir durant ses trois années chez les Ché (98 matches joués et 9 buts marqués). Avec les Citizens, les attentes seront beaucoup plus importantes qu’à Valence, surtout qu’il est appelé à remplacer numériquement David Silva, une légende des Sky Blues. A noter que Torres devra attendre la saison 2020/2021 afin de pouvoir se produire avec sa nouvelle équipe. Il n’est pas éligible pour participer aux derniers matchs de Ligue des Champions durant ce mois d’août.

Real Madrid : Le conseil de Murphy à Bale

Pour TalkSPORT, Danny Murphy, l'ancien milieu de terrain de Tottenham, a évoqué la situation de Gareth Bale au Real Madrid et lui a donné un conseil pour son avenir.
Gareth Bale vient de boucler sa septième saison au Real Madrid. L’ailier gallois reste fidèle aux Merengue, alors que sa situation au club est devenue quasi insoutenable. Le joueur n’a plus la tête au projet merengue, et le staff ne compte plus sur lui comme l’atteste ses apparitions limitées en fin de l’exercice 2019/2020. Pourtant, les solutions existent. Comme celle qui consiste à s’asseoir sur les deux dernières années de contrat dans la capitale espagnole et relever un challenge dans un endroit plus familier et où il retrouverait la joie de jouer. C’est exactement ce que conseille Danny Murphy à Bale.

« A Tottenham, il retrouverait le plaisir de jouer »


Murphy a quitté Tottenham au moment où Bale s’y était engagé (à l’été 2007), mais il pense savoir parfaitement ce dont a besoin le gaucher de 31 ans. Lors d’une intervention à TalkSPORT, l’ex-international anglais a confié : « Peut-être qu’il a perdu la passion. En raison son style de vie, la famille qui est satisfaite, le golf, le climat madrilène et les finances qui sont au mieux. Mais ça reste un bon footballeur. Les gens aiment le regarder jouer. Et il n’a que 31 ans. Moi, je lui dirais, "va jouer mon pote. Prends du plaisir. Va quelque part où tu puisses le faire." Il doit y avoir une issue. Je pense que le seul endroit pour Gareth c’est Tottenham. Il a adoré jouer là-bas et les fans l’apprécient. Ca serait génial qu’il y retourne. Même si c'est pour deux ou trois ans, retournez là où il s’est fait, s’amuser et aider l’équipe à redevenir compétitive. » Un bon conseil. Mais est-ce que Bale est prêt à l’entendre ? C’est tout sauf une certitude.

PSG - Anelka : "Mbappé profite de mon vécu"

Nicolas Anelka a avoué se reconnaître dans la trajectoire vécue par Kylian Mbappé, même si il a estimé que le champion du monde 2018 avait un chemin plus aisé à emprunter.
Nicolas Anelka est un personnage complexe dans l'univers du football français. Alors qu'un documentaire à son sujet sera diffusé sur Netflilx mercredi, il s'est confié dans un entretien accordé au Parisien. S'il a évoqué son rapport avec Raymond Domenech lors de l'aventure commune des deux hommes en équipe de France, il a aussi parlé du cas de Kylian Mbappé. De toute évidence, Anelka a reconnu certaines similitudes entre eux, même si, selon lui, le joueur du PSG n'a pas de conseils à recevoir de sa part.

"Je suis passé avant lui pour enlever les obstacles", juge Anelka




"Non, lui il est aussi fort techniquement que mentalement. Mais je suis passé avant lui pour enlever les obstacles. Je suis un des premiers à être parti à l'étranger ou à avoir signé un gros transfert (en 1999, Anelka a signé pour le Real Madrid contre un montant de 35 millions d'euros). J'ai aussi été le premier à travailler en famille, avec mes frères, à une époque où c'était mal vu dans le milieu. Aujourd'hui, c'est presque naturel", a jugé Anelka.


Avant de continuer sur son statut à l'époque : "J'étais un pionnier et le pionnier, il prend des coups. Mais j'ai ouvert la voie. Un Mbappé, avec toute sa force, profite aussi de mon vécu d'il y a 20 ans. Et il a bien raison", a expliqué l'ancien attaquant des Bleus.

Coronavirus : un retour des supporters dans les stades en septembre pour l'Allemagne ?

Les clubs allemands de Première et Seconde Divisions se sont entendus sur un possible retour des supporters dans les stades mi-septembre.
La saison 2020-2021 du football en Allemagne pourrait connaître le retour des supporters dans les enceintes dès le mois de septembre. En effet, les clubs professionnels allemands se sont accordés, ce mardi, sur un modèle proposé par la ligue de football. Ledit modèle rend possible le retour des supporters dans les stades, même si une validation des gouvernements locaux doit être de mise.

La Bundesliga se prépare au changement


"Quand et combien de spectateurs seront autorisés à retourner dans les stades n'est pas une décision de la Ligue allemande (DFL). Nous n'attendons rien et n'exigeons rien, mais nous nous y préparons", a indiqué le président de la DFL, Christian Seifert, lors d'une conférence de presse. Dans les mesures acceptés par les clubs, il y a notamment l'interdiction des places debout et de l'alcool dans les stades jusqu'en octobre, en plus des déplacements de supporters pour les matches à l'extérieur jusqu'à la fin de l'année.

"Personne au sein de la ligue n'a demandé de commencer avec 20.000 ou 30.000 spectateurs le 18 septembre. Ce chiffre semble étrange", a affirmé le président de la DFL. Premier championnat majeur à avoir repris à huis clos suite à la période de confinement, la Bundesliga pourrait, de nouveau, servir d'exemple pour le reste du football européen. La saison 2020-2021 de Bundesliga débutera le 18 septembre prochain.

Manchester United : La pépite Angel Gomes proche de Lille

Selon RMC Sport, Lille serait sur le point de s'offrir une nouvelle pépite avec Angel Gomes, le jeune milieu de terrain de Manchester United.
A en croire ce que rapporte RMC Sport, Lille vient de se payer les services d’un international anglais des moins de 20 ans, Angel Gomes. Ce milieu de terrain est un produit de Manchester United et il y évolue en pro depuis 2016, même s'il ne compte que dix apparitions en équipe première. Cette acquisition n’a rien couté aux Dogues, puisque le joueur était libre après avoir refusé de prolonger avec les Red Devils. Un contrat de cinq ans lui a été proposé par les responsables nordistes.

Gomes devra patienter pour ses débuts avec Lille


Gomes va marcher sur les pas de Joe Cole, le dernier anglais à avoir évolué pour le LOSC, mais pas dans l’immédiat. Le joueur de 19 ans sera d’abord cédé en prêt au Boavista Porto, le club satellite de Lille. En première division portugaise, il va accumuler du temps et tenter de progresser un peu plus avant de retrouver les Dogues. En terre lusitanienne, il ne devrait pas être complètement dépaysé puisqu’il est à moitié portugais.