OFC Légendes: Nwankwo Kanu, le géant d’Owerri

Kanu Nwankwo Copyright -AFP
Redoutable buteur au gabarit impressionnant (1,97m, plus de 90 kilos du temps de sa splendeur) Nwankwo Kanu, alias «Papilo» fait partie du cercle très fermé des légendes du «Continent-mère» qui ont réussi à remporter le Ballon d’or africain à deux reprises, à l’instar des Didier Drogba, Roger Milla, George Weah et El-Hadji Diouf.

Doté de qualités techniques exceptionnelles, mêlées à une redoutable efficacité devant les buts, sa facilité et son aisance à accomplir les gestes les plus subtils malgré son physique imposant ont construit sa fame.

C’est dans sa ville natale à Owerri que le géant nigérian a débuté sa riche carrière longue de plus de vingt ans. D’abord sous les couleurs du Fed Works et ensuite avec Heartland, le club le plus prestigieux de sa région, avec lequel Kanu décrocha à seulement 17 printemps le titre de champion du Nigeria en 1993.

Le jeune prodige acheva l’exercice footballistique avec 15 réalisations dans son escarcelle et fut alors sélectionné avec les « Golden Eaglets » (surnom de l’équipe nationale nigériane des moins de 17 ans) pour disputer la Coupe du Monde de la catégorie au Japon.

Formant un duo d’attaque de feu avec son illustre compatriote Tijjani Babangida, "Papilo" mena alors son équipe vers le sacre mondial, en faisant parler la poudre à cinq reprises durant la compétition.



Alléchés par les prouesses du surdoué nigérian de 17 ans, les dirigeants de l’Ajax Amsterdam décident alors, sous les recommandations de Louis Van Gaal, de s’attacher ses services en août 1993.

Avec les Amstellodamois, l’enfant d'Imo va connaître une ascension fulgurante. Eclaboussant de son talent les pelouses néerlandaises et européennes malgré son jeune âge, il remporta trois titres de champion des Pays-Bas de 1994 à 1996 et décrocha la prestigieuse Ligue des Champions UEFA en 1995 face au grand Milan AC. Agé à l’époque de 20 ans, Kanu était l’un des jeunes talents les plus convoités du « Vieux Continent ».



L’homme aux 87 capes avec le Nigeria connaîtra l’année suivante sa plus grande émotion en équipe nationale en offrant à son pays l’or olympique lors des JO d'Atlanta en 1996.

Au sommet de son art, le champion olympique fut élu ballon d’or africain à seulement 21 printemps. Il rallia dans la foulée les rangs de l’Inter Milan et semblait promis à un avenir doré. Mais lors de son transfert en Italie les médecins du club milanais lui décèlent une anomalie cardiaque. Le diagnostic est formel : sans opération à cœur ouvert, Kanu ne pourra plus fouler de nouveau le rectangle vert !

Beaucoup le pensait alors perdu pour le foot, mais le roc nigérian s'est battu, a retrouvé son niveau après une longue période de repos, avant de rejoindre le « Royaume de sa Majesté » du côté d’Arsenal. Arrivé chez les Gunners sur la pointe des pieds, il en est parti en légende, avec son nom lié à jamais à la saison historique des invincibles.

En six saisons sous les ordres d’Arsène Wenger, il décrocha notamment deux titres de champion d’Angleterre (2002 et 2004) ainsi qu’une FA Cup (2002). Ses prouesses sur les terrains britanniques lui valurent le titre de « joueur africain de l’année » pour la deuxième fois de sa carrière.



Après deux nouvelles brillantes expériences au sein de la prestigieuse Premier League du côté du West Bromwich Albion (de 2004-2006) et Portsmouth (de 2006 à 2012), celui qui a défendu le maillot des Super Eagles pendant 17 années (1994-2011) fit ses adieux au football à l’issue de la saison 2010/2011.

Hommage au "géant d’Owerri" qui possède sans conteste l’un des plus beaux palmarès du football africain.

A lire aussi >> Il était une fois l'Afrique au Mondial: Nigeria 1994
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Cameroun : le chef de l’Etat offre 22 maisons aux héros du Mondial 90

Le chef de l'Etat camerounais Paul Biya vient d’ordonner la mise à disposition de 22 maisons modernes au profit des joueurs présents à la Coupe du monde d’Italie 1990.

Selon certaines indiscrétions, il s’agit d’une promesse qui a été faite par le président camerounais à la bande à Roger Milla depuis fort longtemps. Le dossier aurait été rouvert au lendemain du décès il y a quelques jours de Stephen Tataw, défenseur et capitaine des Lions Indomptables à cette édition du Mondial de football.

A lire aussi >> Hommage : Diego Maradona salue la mémoire de Tataw Stephen

Notons qu’en Italie 1990, le Cameroun avait terminé en quarts de finale, devant ainsi le premier pays africain à réaliser une telle performance.

Le Covid-19 agace Oyongo Bitolo et Montpellier

En raison d’un cinquième cas de Covid-19 déclaré dans le groupe, Montpellier et Ambroise Oyongo Bitolo ont déjà dû annuler deux matchs amicaux.

La préparation de la saison ne se passe pas comme prévue pour Ambroise Oyongo et son club, Montpellier Hérault Sport Club. Le MHSC est (presque) dans la tourmente. La faute à l’épidémie de coronavirus qui a déjà touché cinq joueurs au sein de l’effectif de Michel Der Zakarian. Le match amical prévu ce samedi contre Clermont Foot 63 est annulé. «Par mesure de précautions sanitaires, le MHSC, Clermont Foot 63 et le club de Millau ont pris la décision, à regret, d’annuler le match amical prévu ce samedi 8 août à Millau», a annoncé le club montpelliérain. Deux jours avant cette annonce, Ambroise Oyongo et ses coéquipiers n’avaient pas pu jouer un autre match amical contre l’Olympique de Marseille. Du coup, le défenseur camerounais, ses coéquipiers et tout le staff seront testés comme ce vendredi matin. Et déjà, le Lion Indomptable tient à rassurer. «Je ne suis ni positif au Covid-19 ni en quarantaine. Je vais bien et je m’entraîne normalement avec le groupe. Je me prépare avec le groupe pour retrouver les terrains de Ligue 1 très bientôt. Merci pour vos messages», a-t-il publié sur les réseaux sociaux.

Inter Milan : Sanchez veut "gagner quelque chose avec ce club"

Alors qu'il va rester en Lombardie sous le maillot de l'Inter Milan, Alexis Sanchez n'a pas caché sa joie et veut gagner un titre avec le club italien.
Après une saison en prêt à l'Inter Milan, Alexis Sanchez va rester en Lombardie comme l'a confirmé Manchester United, son ancien club. "Tout le monde à Manchester United souhaite à Alexis Sanchez le meilleur dans sa future carrière alors qu'il rejoint l'Inter Milan pour un transfert permanent", a expliqué le club anglais au sujet du chilien. Dans une vidéo publiée sur le compte Twitter de l'Inter Milan, le joueur a adressé un message aux supporters du club italien.

Alexis Sanchez affirme sa faim de gagner




"Bonjour les fans de l'Inter. Je suis très, très heureux de rester ici avec vous. Je pense que j'avais ce désir de rester ici parce que j'ai trouvé une famille, un staff et on a tous hâte de se battre et de gagner quelque chose pour ce club. J'ai faim et je veux gagner quelque chose, c'est pourquoi je suis si heureux d'être ici, avec vous, pour gagner quelque chose", a affirmé l'ancien joueur du Barça.


Alexis Sanchez avait rejoint le club italien via un prêt d'une saison en août 2019 et a fait 29 apparitions pour l'Inter, marquant quatre buts. L'ancien joueur d'Arsenal est désormais engagé avec les Lombards jusqu'en 2023.

Ligue Europa : Le Final Eight est complet

On connaît désormais toutes les affiches du Final Eight de Ligue Europa, après les dernière qualifications de Bâle et Wolverhampton.
Après les qualifications du FC Séville et du Bayer Leverkusen un peu plus tôt dans la soirée, Wolverhampton et le FC Bâle ont également composté leur ticket pour les quarts de finale de cette Ligue Europa.

Bâle a passé une soirée tranquille


La mission de Bâle était aisée après le large succès de la formation suisse à Francfort lors de la première manche (3-0). L'Eintracht n'a pas trouvé les ressources physiques et mentales pour renverser la situation. Dans une situation confortable, Bâle s'est attelé à bien gérer son avantage, avant de s'imposer pour la forme en fin de match grâce à un but de Fabian Frei (1-0, 88e).

Wolverhampton a tremblé


Les Wolves, de leur côté, ont connu une soirée un peu plus animée contre l'Olympiakos après le score de parité entre les deux équipes à l'aller (1-1). Le buteur attitré Raul Jimenez a rapidement débloqué la situation sur penalty (1-0, 8e s.p.), mais l'Olympiakos a eu les situations pour refaire surface. L'ancien Dijonnais Bobby Allain, titulaire dans les buts du Pirée, s'est illustré à plusieurs reprises en seconde période après avoir été malheureux sur l'action amenant le penalty. En face, Rui Patricio a aussi répondu présent sur les opportunités nettes de l'Olympiakos. Les Wolves ont conservé leur précieux avantage jusqu'au coup de sifflet final.

OL : Garcia parle de "l'obsession" d'être à Lisbonne avant la Juve

Rudi Garcia a un énorme respect pour la Juventus Turin avant d'affronter la Vieille Dame avec l'OL, vendredi soir en C1, mais il a fixé un objectif clair : être présent à Lisbonne pour le Final 8.
Victorieux lors du huitième de finale aller de la Ligue des champions face à la Juventus Turin, en février dernier (1-0), l'OL sera en position favorable, vendredi pour la deuxième manche (21h). Et Rudi Garcia, le coach de l'OL, n'a qu'un objectif en tête, se rendre à Lisbonne afin de disputer la suite de la compétition. Il s'est confié sur ce sujet dans un entretien accordé à RMC Sport.


"Rendez-vous à Lisbonne ? Franchement oui ! C'est une obsession, on veut être à Lisbonne ! Vu l’adversaire qui nous est proposé, on va dire que c’est du 50-50 mais effectivement il faut aussi qu’on se rappelle qu’on les a battus, c’était un match magnifique chez nous au Groupama stadium devant les supporters. Mais on a fait l’exploit de battre la Juve, on n’a pas pris de but et on a marqué par Lucas Tousart un but qui, je l’espère, pèsera dans la balance à l’heure des comptes à la fin du match retour. Ce qui est certain, c’est que on ne va pas se contenter de défendre ce but d’avance. Il faut absolument tout faire pour marquer au Juventus stadium", a expliqué Rudi Garcia.

La Juve est bâtie pour remporter la C1


Même si la Juventus semble imposer moins de peur que par le passé, notamment en raison de sa saison en championnat d'Italie le coach ne veut surtout pas sous-estimer la Vieille Dame. Il a d'ailleurs affronté à de nombreuses reprises cette équipe lorsqu'il était coach de l'AS Roma en Italie (2013-2016).

"Ce que m'inspire la Juve ? Du respect ! J’entends beaucoup de débats sur la qualité du jeu de la Juve. Mais quand on n’a pas besoin de 38 journées pour être sacrée championne d’Italie pour la neuvième fois... Je crois que tout est dit. La Juve ne perd pas. Voilà, ils finissent comme d’habitude devant tout le monde car ils n’ont pas de concurrents en Italie. On sait qui on joue. On joue une équipe qui, depuis qu’elle a pris Cristiano Ronaldo, est bâtie pour gagner la Ligue des champions tout comme le Paris-Saint-Germain. C’est pour ça que Cristiano Ronaldo est arrivé. De toute façon, il gagne le championnat chaque année donc ils ont un objectif majeur, c’est de gagner la Ligue des champions donc ça rehaussera notre qualification si on est capable de l’obtenir", a jugé Rudi Garcia.