Inter : Allegri à la place de Conte ?

Copyright : Panoramic
Sans poste depuis son départ de la Juventus l'an dernier, Massimiliano Allegri pourrait succéder à Antonio Conte à l'Inter.
L’ère Antonio Conte toucherait-elle déjà à sa fin du côté de l’Inter ? À en croire les informations qui circulent en Italie en ce début de week-end, un départ du technicien italien dès cet été ne serait pas impossible. Sa relation avec ses dirigeants ne seraient pas au mieux, et les récents résultats enregistrés en Serie A avec la dégringolade à la 4e place du classement ne plaident pas du tout en sa faveur. Un divorce est possible, et le board lombard n’aurait pas attendu qu’il soit effectif pour sonder un nouveau technicien.

D’après Sky Sport Italia, les responsables intéristes pensent fortement à Massimiliano Allegri pour assurer les destinées de l’équipe à partir de la saison prochaine. Ce dernier est libre depuis qu’il a quitté Juventus en 2019. Après avoir pleinement profité de son année sabbatique, il est très motivé pour relever un nouveau challenge. Il avait comme priorité de tenter une expérience dans un championnat étranger, mais l’idée de s’installer à la tête d’un club aussi prestigieux que l’Inter ne devrait pas lui déplaire.

Un air du déjà vu pour Allegri et Conte


Il y a six ans, Allegri prenait la succession de Conte sur le banc de la Juventus. L’histoire pourrait donc se répéter cette année. Un scénario d’autant plus probable qu’il retrouverait à Milan un certain Giuseppe Marotta. Les deux hommes s’entendent très bien, vu qu’ils ont travaillé ensemble et efficacement pendant plusieurs années du côté du Piémont. Sur le papier, tout semble donc réuni pour que le technicien toscan prenne la suite de Conte chez les Nerazzurri.
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Final 8: L’Atalanta Bergame, une redoutable armada offensive au menu du PSG

Atalanta - PSG - Ligue des Champions Copyright -AFP
Sensation de la saison 2019/2020, l'Atalanta Bergame croise le fer avec le PSG ce mercredi (19h gmt) à l’occasion des quarts de finale de la Ligue des Champions. Equipe atypique, la redoutable armada lombarde empile les buts comme des perles, et son expression collective ne cesse d’éveiller la curiosité des férus du ballon rond. Analyse. Atalanta Bergame - PSG: De prime abord, cette scintillante affiche européenne s’apparente à un choc des extrêmes. Le Paris Saint-Germain et sa pléiade de superstars contre le petit poucet de la C1, invité surprise du «Final 8» 2020 de la Ligue des Champions UEFA.

>> Vivez le choc Atalanta - PSG en direct sur Orange Football Club

Toutefois, la réalité du rectangle vert cette saison prouve que le troisième de la Serie A édition 2019/2020 sera certainement un redoutable adversaire pour Neymar Jr et ses partenaires. En effet, et depuis la reprise du football en Europe, les Bergamasques affichent le meilleur ratio de points sur le "Vieux Continent" derrière le Real Madrid (30 points en 13 matches: 9 victoires, 3 nuls et une défaite) ! Mieux encore, le club de Bergame s'impose cette saison comme étant la 2ème formation la plus prolifique des cinq grands championnats avec l’impressionnant total de 113 buts signés en 49 matches toutes compétitions confondues (98 buts en championnat). >> Le TOP 20 des équipes les plus prolifiques d’Europe Alors où résident les atouts de cette machine à buts ? Cette mécanique bien huilée présente-t-elle des vulnérabilités ? Coup de projecteur :

Les points forts de l’Atalanta Bergame

Le meilleur moyen de défendre est d'attaquer

Alors que plusieurs écuries italiennes optent généralement pour un jeu porté sur la défensive, l’Atalanta déroge clairement à la règle. Quitte à être parfois fragilisés défensivement, Papu Gomez et ses partenaires se basent toujours sur un jeu offensif débridé, nonobstant la valeur de l’adversaire. Meilleure attaque de Serie A la saison passée (77 buts en 38 matches) et possédant une impressionnante force de frappe, la Dea (la déesse) demeure également la formation la plus prolifique du championnat italien cette saison (98 buts en 38 matches). En Ligue des champions, l’Atalanta Bergame a déjà trouvé le chemin des filets à 16 reprises en 8 apparitions (actuelle deuxième meilleure attaque de la C1 derrière le Bayern Munich – 22 buts) ! Atalanta-PSG  

Gian Piero Gasperini, le maître tacticien

Meneur d'hommes et tacticien avisé, l'expérimenté Gian Piero Gasperini (61 ans) a trouvé la bonne formule pour optimiser un effectif homogène mais sans grandes stars. Son schéma atypique en 3-4-2-1 fait des ravages. La recette de l’ancien coach de l’Inter Milan aboutit souvent à des résultats probants avec plusieurs scores fleuves cette saison: 7-1 contre Udinese, 7-0 sur le terrain du Torino, 5-0 contre l’AC Milan et Parme et le 3-0 décisif face au Chakhtior en Ligue des champions. Atalanta-PSG  

Grisée par la dynamique d'une épopée mémorable

A l'image de l'Ajax Amsterdam la saison passée, l'Atalanta revient de loin ! La Dea s'est qualifiée in extremis la saison passée, avant de passer par les barrages et de composter son ticket pour les huitièmes au terme d'un improbable scénario (un nul et deux victoires après trois défaites initiales). Le tout pour la première année du club en Ligue des champions ! Les Bergamasques auront donc à cœur d’écrire l’une des plus belles pages de l’histoire du club ce mercredi 12 août face au PSG.  

Les points faibles de l’Atalanta

Une arrière-garde friable

Le rouleau compresseur « nerazzurro» a aussi des limites. L'Atalanta a la défense la plus poreuse de toutes les formations encore en compétition en Ligue des Champions - déjà 16 buts encaissés. Sa charnière centrale est lente et manque de concentration. Il n'est pas rare que son jeu offensif débridé provoque quelques dégâts: 0-4 contre Zagreb et 1-5 contre Manchester City cette saison.  

Le manque d’expérience

On le répète, l'Atalanta est novice dans la plus prestigieuse des compétitions de clubs. Les hommes de Gasperini sont en train de réaliser un parcours sensationnel, mais le seul cador qu’ils ont croisé sur leur route - Manchester City - leur a donné du fil à retordre (un revers 1-5 et un nul 1-1).  

Une usure sur le plan physique

La longue interruption du football est évidemment contrariante pour le Paris Saint-Germain. Mais attention, l'Atalanta Bergame pourrait connaître un contrecoup physique après une fin de saison extrêmement chargée en Serie A : 13 matches disputés en l’espace de 40 jours entre le 21 juin et le 2 aout !  

Les joueurs à surveiller

Papu Gomez

La pépite argentine Alejandro Gomez, affectueusement surnommé "Papu" Gomez du côté du Stadio Atleti Azzurri fait le bonheur des fans de l'Atalanta depuis plus de six saisons. Technique léchée, qualité de passe au-dessus de la moyenne, l’international argentin de 32 ans devra être marqué de près par l’arrière garde francilienne. Sur le côté gauche du redoutable trio offensif de la Dea, le virevoltant ailier de 1m64 comptabilise cette saison l’impressionnant total de 18 passes décisives.  

Josip Ilicic

​Symbole de l'effervescence autour de l'Atalanta Bergame, cet attaquant au profil singulier est au sommet de son art du haut de ses 191 centimètres. Très imposant, ce grand gaillard de 32 ans se distingue par sa finesse, sa patte gauche redoutable et sa vitesse d'exécution impressionnante dans les derniers mètres. Avec 5 buts au compteur, le Slovène est le meilleur artilleur du club de Bergame en C1 (21 buts en 34 matches toutes compétitions confondues). Atalanta-PSG  

Duvan Zapata

Le goleador colombien de l’Atalanta est en train de réaliser l’exercice le plus prolifique depuis son arrivée en Europe en 2013. Attaquant imposant (1m87, 90 kg) à la pointe du 3-4-2-1 de la Dea, il totalise en effet l'un des ratios les plus impressionnants de Serie A depuis deux saisons avec 41 réalisations signées lors de ses 65 derniers matches en championnat. Puissant et mobile, c'est un buteur qui pèse sur les défenses adverses. A lire aussi >> Domenech : le PSG n’a rien à craindre de l’Atalanta ! Et vous ? Comment jugez-vous l’Atalanta Bergame ? N'hésitez pas à réagir et à débattre dans la zone «Ajouter un commentaire»

Ligue des Champions (Quarts de finale): Atalanta Bergame - PSG en direct

Atalanta Bergame vs PSG Copyright -AFP
De retour en quart de finale de la Ligue des Champions pour la première fois depuis l'exercice 2015-2016, le PSG croise le fer avec l'Atalanta Bergame, ce mercredi (19h gmt), en ouverture du "Final 8" à Lisbonne. > Ligue des Champions: calendrier et résultats du "Final 8" >> Suivez la rencontre en direct commenté : Les compositions probables: Atalanta : Sportiello - Palomino, Tolói, Djimsiti - Hateboer, de Roon, Freuler, Gosens - Gomez (c), Malinovskyi – Zapata. PSG : Navas - Kehrer, Thiago Silva (c), Kimpembe, Bernat - Herrera, Marquinhos, Gueye – Neymar - Sarabia, Icardi.

Ligue des Champions : Leipzig - Atlético Madrid en direct

Leipzig - Atlético Madrid Copyright -OFC
Vivez en direct sur notre portail le choc opposant l'Atlético Madrid et Leipzig, disputé dans le cadre des huitièmes de finale retour de la Ligue des Champions UEFA. Coup d’envoi prévu à 19h00 GMT. >> La rencontre en direct commenté : >> Ligue des Champions UEFA: tous les résultats des huitièmes de finale

Coronavirus : le match JSK-CA ne sera pas délocalisé

Club Africain Copyright -OFC
Le Club Africain a demandé lundi à délocaliser sa sortie du mercredi 12 août (16h GMT) contre la Jeunesse Sportive Kairouanaise ailleurs qu'au stade Hamda Laâouani de Kairouan. Les dirigeants clubistes ont exprimé leurs craintes suite au dernier bilan sanitaire préoccupant de la région de Kairouan en rapport avec la pandémie du nouveau coronavirus. La fédération de football s'est contentée d'annoncer que c'est aux services sanitaires compétents de décider de la délocalisation de cette affiche comptant pour la 19e journée du championnat de Ligue 1. Or, jusqu'au mardi 11 août, ces mêmes services n'ont pas déconseillé le déroulement du match à Kairouan. Au contraire, le directeur de la santé de base à la direction générale de la Santé de Kairouan, Dr Amara Jemni a expliqué qu'il n'y a aucune raison de transférer ce match hors de la ville de Kairouan. "Du moment que cette rencontre se déroulera à huis clos, et à condition de continuer à observer le protocole sanitaire, je ne vois pas de raison pour exprimer de telles craintes, a-t-il affirmé à radio Sabra FM. Il n'y a actuellement aucune raison de paniquer. L'essentiel consiste à respecter les règles sanitaires habituelles. Dire que Kairouan constitue aujourd'hui un cluster est faux". De son côté, le président de la Chabiba, M.Mohamed Memni a sèchement répliqué ce mardi sur les ondes de Radio Jeunes: "Non, il n'y a pas de coronavirus au stade Laâouani". Le club de Bab Jedid va néanmoins devoir changer d'hôtel où il a élu domicile.

Anniversaire Rachid Mekhloufi: la légende algérienne souffle ses 84 bougies

Rachid Mekhloufi Copyright -AFP
L’illustre footballeur algérien, Rachid Mekhloufi, quatre-vingts quatre ans aujourd’hui, se distingue par son parcours unique dans l’histoire du sport-roi. Né entre les deux guerres, il a fait ses premières armes lors des années sombres de la colonisation. Mais à force de persévérance et grâce à un talent hors pair, il a fait le bonheur de l’AS Saint-Etienne, de l’équipe de France ainsi que de la sélection algérienne. Fait peu commun dans les annales du football. Pour beaucoup il demeure encore le plus grand joueur africain de tous les temps. Durant sa longue carrière de près de vingt ans, l’emblématique attaquant de l’AS Saint-Etienne des années 50 et 60, Rachid Mekhloufi, a fait vibrer les férus du ballon rond en France, au Maghreb et en Afrique comme personne ne l’a fait avant lui. Pétri de talent, doté de qualités techniques exceptionnelles, sa facilité et son aisance à réaliser les gestes les plus compliqués ont construit sa légende. Un génie qui a traversé les époques sans jamais se démoder. Marquer le football africain c’est également servir son pays et son continent, en écrire l'histoire grâce à son talent. Et l’homme qui a offert ses premières lettres de noblesses à la grande AS Saint-Etienne n’a pas eu peur de tourner le dos à la gloire durant la lutte pour la libération, afin de défendre son idéal et servir son pays qui n’existait pas encore, mais qui était déjà le sien. La légende de Mekhloufi a débuté au sein du club de sa ville natale, l’USM Sétif. Au-dessus du lot dès les équipes de jeunes, le «gamin en or» ne tarda pas à attirer l’attention des dirigeants de l’AS Saint-Etienne qui le recrutent en 1954 dès ses 18 printemps. Son impressionnante palette technique, sa pointe de vitesse, sa créativité, son sens du but inné et son pied gauche de velours, lui permettent d’éclater rapidement au grand jour et de s'imposer comme étant le plus grand joueur algérien de son époque. L’exercice 1956-1957 est le sien. Formant un duo d’attaque de feu en compagnie de l’illustre canonnier camerounais Eugène N’Jo Léa, ils marquent 54 buts à eux deux et offrent le premier titre de champion à l'ASSE. Un autre sacre de champion du monde militaire sous le maillot de l’équipe de France vient couronner la saison époustouflante de l’enfant de Sétif qui est présenté à l’époque comme un modèle d’une intégration fraternelle réussie, en pleine crise d’Algérie française. Durant la guerre d'Algérie entre 1958 et 1962, et alors qu'une carrière exceptionnelle l'attendait en France avec notamment une participation au Mondial 58 en Suède qui lui tendait les bras, sa carrière prend une tournure totalement inattendue. Le chouchou du Chaudron surprend son monde en quittant l’AS Saint-Etienne pour rejoindre la Tunisie afin de participer à la création de l’équipe du FLN (Equipe du Front de Libération Nationale algérien) pour porter la voix du gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA). Dès lors, il s’impose comme étant le footballeur de la Révolution, et le talentueux Mekhloufi sillonne le monde pendant quatre ans, disputant plusieurs matches de gala, et ce, afin de populariser la lutte de libération nationale algérienne (1958-1962). En 1962, l'équipe du FLN se dissout avec la libération de l’Algérie. Le surdoué Fennec décide alors de retrouver le chemin des pelouses françaises. En décembre, et après une courte période de transition au Servette de Genève en Suisse, celui qui a entre-temps abandonné sa nationalité française pour redevenir algérien à part entière retrouve enfin son club de cœur, l’AS Saint-Etienne. Le retour de l’ancien enfant chéri chez les Verts fut de nouveau fabuleux. Pendant six saisons, le buteur métamorphosé en meneur de jeu n’a cessé de régaler les fans stéphanois. Le brassard de capitaine au bras, il s’impose de nouveau comme étant l’un des meilleurs joueurs du championnat de France et se constitue un palmarès conséquent. Artiste par excellence et chef d’orchestre d’une redoutable armada verte, il mena ses partenaires de la Ligue 2 à trois titres de champions de France (1964, 1967 et 1968) ainsi qu’un doublé historique à l’issue de sa dernière saison à Geoffroy-Guichard. Elu meilleur joueur de Ligue 1 en 1964, 1966 et 1967, il demeure à ce jour le deuxième meilleur buteur de la prestigieuse écurie stéphanoise (151 buts en 315 apparitions toutes compétitions confondues) derrière l’illustre Hervé Revelli (209 buts) et devant le légendaire buteur malien Salif Keïta (140 buts).