Griezmann, quel est le problème ?

Copyright : Panoramic
Décevant face à la Moldavie, Antoine Griezmann s’est ensuite exprimé sur sa difficile intégration au FC Barcelone.
La prestation d’Antoine Griezmann face à la Moldavie a rappelé deux choses. La première ? L’équipe de France ne constitue pas toujours une échappatoire même si, du temps où il était encore un joueur de l’Atlético de Madrid, les parenthèses internationales lui avaient permis de trouver de l’air au milieu de quelques périodes de troubles. La deuxième ? La sélection championne du monde est toujours aussi dépendante de lui. Alors, forcément, au sortir d’une performance décevante des Bleus face à la Moldavie (2-1), « Grizi » a immédiatement été interrogé sur les difficultés qu’il doit surmonter au FC Barcelone.

« Je savais en arrivant à Barcelone que ça allait être dur »


Et, comme l’avaient fait Didier Deschamps et Clément Lenglet avant lui en conférence de presse, le joueur de 28 ans a joué la carte du positionnement. « Jouer dans l’axe, c’est mieux pour moi, car j’y ai mes repères », a-t-il rappelé, après avoir retrouvé sa place préférentielle, en soutien d’Olivier Giroud, alors qu’il est constamment aligné dans un couloir, en Catalogne. « Ça fait des années que je joue dans cette position, il faut que je m’adapte », a-t-il renchéri. Le Mâconnais avait été installé dans l’axe par Diego Simeone, à son arrivée à Madrid. Avant cela, il avait occupé le poste d’ailier à la Real Sociedad. Mais c’était il y a plus de cinq ans. Griezmann doit donc apprendre. Ou réapprendre : « Je savais en arrivant à Barcelone que ça allait être dur. »

Piqué le pique


Puisque son rendement constitue aussi un sujet central en Espagne, Griezmann a aussi reçu le soutien plus ou moins appuyé de son coéquipier le plus bavard, Gerard Piqué. Interrogé par la Cadena Cope, le défenseur du Barça a d’abord appuyé là où ça fait mal. « La Real Sociedad et l’Atlético étaient des équipes qui jouaient pour lui. Au Barça, on ne joue pas pour lui vu le niveau de l’équipe », a-t-il lâché, avant d’enchaîner sur un discours un peu plus encourageant : « Il doit trouver son espace et c’est ce qu’il fait. Il a du talent et de la qualité. J’ai beaucoup d’estime pour tout ce qu’il nous apporte défensivement. » C’est au moins ça de pris.
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Cameroun : Coton Sport échappe à la relégation en D2

Empêtré dans un litige avec l’un de ses anciens joueurs, Coton Sport de Garoua a sauvé sa saison en lui versant ses indemnités.

Les joueurs de Coton Sport peuvent sauter au plafond. Leur club va disputer la Ligue 1, le championnat de première division du Cameroun la saison prochaine. Menacés de relégation en division inférieure ces derniers jours, les Cotonniers sont désormais hors de danger. Une décision prise par la Commission fédérale d’homologation et de discipline de la Fédération Camerounaise de Football (Fécafoot). En effet, Coton Sport était empêtré dans un litige avec l’un de ses anciens joueurs, Christian Landry Kemseu Kom. Attaqué auprès de la Commission pour non-respect des clauses de son contrat, Coton Sport avait huit jours à partir du 4 août dernier pour payer les indemnités du joueur. Chose faite par le club qui a consenti à lui verser près de 1 925 000 francs CFA (2 935 euros).

UMS de Loum relégué

Mauvaise nouvelle cependant pour les joueurs de l’Union des Mouvements Sportifs (UMS). Le club de Loum évoluera la saison prochaine en deuxième division. Décision prise par la Commission fédérale d’homologation et de discipline de la Fécafoot. L’instance reproche au club de n’avoir pas exécuté le verdict de la Chambre nationale de résolutions des litiges dans l’affaire l’opposant à son ancien entraîneur Bonaventure Djonkep. Le club sacré deux fois champion du Cameroun (2016 et 2019) avait été sommé par ladite Chambre le 4 septembre 2018, à dédommager son ancien entraineur à hauteur de 7 700 000 francs CFA (11 738 euros) pour rupture de contrat abusive. Malgré plusieurs délais accordés au club de Loum, l’ancien Lion Indomptable n’avait pas été dédommagé. Les délais d’exécution ayant expiré, la Commission fédérale d’homologation et de discipline de la Fécafoot a tranché en déclarant la relégation du club qui a trois jours pour faire appel de cette décision.

Barça vs Bayern Munich : les compositions officielles

Messi (Barça) vs Lewandowski (Bayern) Copyright -AFP
Le choc de la soirée opposera le Barça au Bayern Munich, à partir de 19h GMT dans le cadre des quarts de finale de la Ligue des Champions. Focus sur les compositions probables des deux équipes. Suspendus face à Naples en huitièmes de finale, Arturo Vidal et Sergio Busquets font leur retour dans le onze de départ. Quique Setién a décidé de se passer d'Antoine Griezmann, remplaçant commençant avec une attaque à deux composée de Messi et Suarez. Côté Allemand, Kingsley Coman (24 ans, 22 sélections) va finalement s'asseoir sur le banc des remplaçants. Son entraîneur, Hans-Dieter Flick, lui a préféré le Croate Ivan Perisic. Voici les formations officiels : Barça :
Ter Stegen - Nelson Semedo, Piqué, Lenglet, Jordi Alba - De Jong, Busquets, Sergi Roberto, Vidal - Messi, Luis Suarez.
Bayern :
Neuer (cap.) - Kimmich, J. Boateng, Alaba, A. Davies - T. Alcantara, Goretzka - Gnabry, T. Müller, Perisic - Lewandowski.

Suivez le match en direct >> Ligue des Champions (Quarts de finale): Barça - Bayern Munich en direct

OL - Garcia : ''Ce serait historique''

Rudi Garcia n'a d'autre choix que d'y croire, à la veille de Man City - OL en Ligue des Champions.
« L'appétit vient en mangeant ». Voici comment Rudi Garcia a introduit son discours en conférence de presse, à la veille du match contre Manchester City. "Avoir éliminé la Juventus, ça doit nous donner de la confiance. On a envie de rester longtemps à Lisbonne, même si City est le grand favori de cette confrontation. Mais le début des quarts de finale a montré que les équipes favorites pouvaient être malmenées... ».

"Jouer avec nos forces et annihiler les leurs"


Conscient que son équipe ne pourrait pas rivaliser sur le plan de la possession, l'entraîneur de l'OL ne compte pas faire de la figuration. "Il ne faudra pas laisser ce collectif nous poser des problèmes. On a regardé les rencontres post-confinement de City et les systèmes qui ont posé des problèmes. Mais ce n'est pas le système qui compte, c'est ce qu'on y met dedans, l'animation. Il faut aussi être capable de presser haut et de jouer avec nos forces. Et essayer d’annihiler les leurs, même s’ils en ont beaucoup».

"Aucun match perdu d'avance"


"Les résultats de l'OL face à City en 2018 ont montré qu'il n'y a aucun match qui est perdu d'avance. Et ça leur a montré aussi les clés (pour un exploit). On doit exister avec le ballon et tout faire pour marquer. On doit être plus dangereux devant. On doit répondre collectivement à leurs individualités. Peu importe le système, ce qui est important c'est la volonté de mes joueurs", a insisté Rudi Garcia, avant de se projeter. « Ce serait historique d'avoir deux clubs français en demi-finale, il faut s'inspirer de ce qu'a fait le PSG ».

Ligue des champions : Guardiola pense que "ce ne sera pas facile" contre Lyon

L'entraîneur de Manchester City, Pep Guardiola, s'attend à une opposition relevée de la part de l'OL, samedi en quarts de finale de la Ligue des champions.
L'Olympique Lyonnais pourrait devenir le second club français à atteindre les demi-finales de la Ligue des champions version 2019-2020, alors que le PSG, lui défiera Leipzig, mardi, dans la prestigieuse compétition. Afin de se joindre à la fête, l'OL devra cependant se défaire de Manchester City, samedi soir (21h). Et même si le club anglais a éliminé le Real Madrid au tour précédent, il n'a pas montré trop d'arrogance en conférence de presse, ce vendredi, à travers les propos tenus par Pep Guardiola et Aymeric Laporte.

Guardiola valorise les qualités de l'OL


"Tout peut arriver, c'est une compétition différente. C'est une finale lors de chaque tour. Nous sommes prêts à faire de notre mieux pour aller plus loin. Bien sûr, c'était important de battre les rois de cette compétition (le Real Madrid, 13 Ligues des champions au compteur). Mais quand on joue en un seul match dans cette compétition, tout peut arriver", a indiqué le coach espagnol. Sondé sur les forces de l'équipe dirigée par Rudi Garcia, l'ancien entraîneur du Bayern Munich a notamment mis en exergue l'organisation des lyonnais : "nous avons vu les autres matchs contre la Juventus, et d'autres matchs du championnat français. Ils sont organisés, agressifs, si rapides. La qualité de l'équipe, c'est autre chose. C'est un quart de finale. Ce ne sera pas facile."

Présent également en conférence de presse, le défenseur central français des Citizens, Aymeric Laporte, a appuyé les propos de son entraîneur. "C'est une grande équipe avec de bons joueurs, mais c'est à nous de nous concentrer. Il faut lutter jusqu'à la dernière minute. Nous devons éviter de faire des erreurs. On va essayer de marquer plus de buts, c'est tout ce que je peux dire."

Les compos de Barça - Bayern

Il n'y aura qu'un Français titulaire vendredi pour Barça - Bayern, en quarts de finale de Ligue des Champions.
La troisième affiche de ce Final 8 de Ligue des champions met aux prises deux grandes écuries européennes qui se sont souvent affrontées par le passé, le FC Barcelone et le Bayern Munich. Dans les rangs du Barça, Quique Setién a troqué le traditionnel 4-3-3 du club pour un 4-4-2 inédit où Lionel Messi et Luis Suarez seront les seuls joueurs à vocation offensive. Antoine Griezmann est donc sur le banc.

FC Barcelone : Ter Stegen - Semedo, Piqué, Lenglet, Alba - Sergi Roberto, Busquets, de Jong, Vidal - Messi (c), Suarez.


Pas de surprise notable du côté du Bayern Munich si ce n'est la titularisation de Perisic. Robert Lewandowski sera épaulé par un milieu consistant et maléable, avec Müller dans l'axe devant une doublette Thiago Alcantara-Goretzka.

Bayern Munich : Neuer (c) - Kimmich, Boateng, Alaba, Davies - Thiago, Goretzka - Gnabry, Müller, Perisic - Lewandowski.