France - Moldavie : Une fausse peur bleue

Copyright : Panoramic
Depuis le début de la semaine, les Bleus évitent soigneusement de s’imaginer la qualification pour l’Euro 2020 déjà en poche, avant de recevoir la Moldavie jeudi (20h45). En surjouant le registre de la méfiance, comme pour invoquer de vieux démons.
Deux matchs, une victoire à glaner pour se qualifier. Sur le papier, le scénario n’est pas sans rappeler la catastrophe de 1993. Avec un seul point à prendre à domicile contre Israël ou la Bulgarie, l’équipe de France se trouvait dans une situation extrêmement confortable pour composter son billet pour la Coupe du Monde 1994. Deux défaites plus tard, les Bleus vivaient la plus grosse déconvenue de leur histoire en phase de qualification. Didier Deschamps était joueur et avait pris cette claque de l’intérieur. D’où probablement sa méfiance avant d’aborder la réception de la Moldavie jeudi (20h45). « Prudence ne signifie pas crainte. C’est toujours bien d’être vigilant, a lancé le sélectionneur français mercredi en conférence de presse. La réalité aujourd’hui, c’est qu’on n’est pas qualifiés. On a tout pour atteindre notre objectif, faisons en sorte de l’atteindre. C’est juste être pragmatiques, c’est mieux que ce soit comme ça. »

La Moldavie n’est ni Israël ni la Bulgarie


Sa prudence, Deschamps l’a diffusée à ses joueurs. Clément Lenglet et Steve Mandanda en avaient fait preuve mardi à Clairefontaine, Raphaël Varane n’a pas fait exception au Stade de France le lendemain. « Je ne dirais pas que c’est une crainte. Tant que ce n’est pas fait, on ne sait jamais, a soufflé le capitaine des Bleus, en l’absence d’Hugo Lloris. Le coach a toujours été très prudent, à ne jamais vouloir laisser les choses au hasard. On ne va pas se relâcher. Le coach est toujours prêt à nous motiver et à faire en sorte qu’on reste bien concentrés. Il tire ça de son expérience et essaye de nous le transmettre. » Ce fameux épisode de 1993 trotte forcément dans la tête de Deschamps. Mais le contexte n’a rien à avoir. La Moldavie de 2019, 175eme nation au classement FIFA, n’est pas Israël, encore moins la Bulgarie, futur demi-finaliste du Mondial américain en 1994. Elle n’a gagné qu’un match sur cette phase de qualification (1-0 contre Andorre), n’a planté que deux buts en 8 matchs (dont un face aux Bleus à l’aller) et reste sur cinq défaites de rang sans marquer.

Ils avaient fait le travail en 2017


Certes, les Moldaves ont changé de sélectionneur depuis le dernier rassemblement et la nomination du Turc Engin Firat pourrait être un électrochoc dont Deschamps se méfie. « Entre les deux derniers rassemblements et celui-là, il y a sept joueurs qui ne sont pas là. Il y a des anciens qui sont revenus. Ça se rapprochera plus de l’équipe qu’on avait dû rencontrer là-bas. » Les Bleus n’avaient pas tremblé à Chisinau en mars pour entamer leur campagne de qualification (1-4). Il n’y a aucune raison pour les champions du monde qu’il en soit autrement au Stade de France, une enceinte dont la dimension pourrait surprendre les Moldaves. Les vieux démons du passé, les Bleus de Deschamps en avaient parfaitement fait abstraction sur le chemin de la Coupe du Monde 2018 pour vaincre successivement la Bulgarie (0-1) et la Biélorussie (3-1) dans deux matchs décisifs en octobre 2017. Un vécu qui ne doit pas les autoriser à se faire peur avant d’accueillir la Moldavie.
Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des

Everton : Moyes pour succéder à Silva ?

Selon Sky Sport, Everton songerait à remplacer Marco Silva par Davis Moyes au poste d'entraîneur.
Avec neuf défaites en quinze journées de Premier League, Everton vit une première partie de saison compliquée. Après une lourde défaite face à Liverpool dans le derby de la Mersey (5-2), l’avenir du coach Marco Silva pourrait être largement compromis. Selon Sky Sport, les dirigeants des Toffees ont d’ores et déjà un nom en tête pour lui succéder. David Moyes. L’actuel 18ème du championnat pourrait donc faire revenir son ancien coach. Entraîneur du club entre 2002 et 2013, l’Écossais connaît le club par cœur et serait pour Farhad Moshiri, le propriétaire du club, la solution la plus adéquat. Pour la prochaine journée de Championnat, Everton accueillera Chelsea (7 décembre à 13h30)

Nantes : Cardiff saisit le TAS pour Sala

Condamné par la FIFA à payer six millions d'euros à Nantes pour le transfert d'Emiliano Sala, Cardiff a décidé de faire appel au Tribunal arbitral du sport.
Entre Cardiff City et le FC Nantes, c’est loin d’être fini. Réunie le 25 septembre dernier, la Commission du statut du joueur de la FIFA avait condamné le club gallois à verser six millions d’euros aux Canaris dans le cadre du transfert d’Emiliano Sala, tragiquement décédé en début d’année dans l’avion censé l’emmener dans son nouveau club. Mais le 18eme de la dernière saison de Premier League n’a pas dit son dernier mot dans cette affaire et a interjeté appel auprès du Tribunal arbitral du sport (TAS), comme indiqué jeudi dans un communiqué de l’instance : « Une procédure d’arbitrage d’appel a été ouverte. Les conseils de Cardiff City FC et du FC Nantes se sont entendus pour déterminer un calendrier de procédure ad hoc. Une audience sera vraisemblablement fixée au printemps 2020. Il est peu probable qu’une sentence finale ne soit rendue avant juin 2020 », peut-on lire. Une affaire qui s’éternise tristement.

Lyon : Koné absent jusqu'en 2020

Sorti sur blessure contre Lille (0-1), Youssouf Koné, l'arrière gauche de Lyon, va être opéré à une cheville et sera absent plusieurs semaines.
La liste des blessés s’allonge à l’OL. Sorti sur blessure mardi soir contre Lille (0-1), Youssouf Koné ne rejouera plus en 2019. Le coach des Gones, Rudi Garcia a donné des nouvelles du latéral gauche malien. Et elles ne sont pas rassurantes : « Youssouf Koné est forfait. Il va se faire opérer vendredi de la cheville », a confié en conférence de presse, le technicien rhodanien. Koné, transféré de Lille à Lyon cet été pour 9 millions d'euros, souffre d'un problème ligamentaire, a indiqué l'entraîneur, sans plus de précision.


Melvin Bard appelé ?





Avec Marçal suspendu, Léo Dubois et Youssouf Koné blessés, il ne reste plus que deux latéraux dans le groupe lyonnais : Kenny Tete et Rafael. Deux arrières droits de profession. Performant avec la Youth League et l'équipe réserve, Melvin Bard pourrait apparaître pour la première fois dans le groupe professionnel. Ces derniers jours, le jeune de 19 ans s’entraîne avec les joueurs de Rudi Garcia. Et à en croire le coach, le jeune Gone pourrait rapidement avoir sa chance.

Real Madrid : Bale s'ajoute à la liste des blessés

Touché à l'ischio-jambier, Gareth Bale a rejoint l’infirmerie du Real Madrid.
Le Real n'est pas chanceux en ce moment. Alors qu'Eden Hazard va manquer le Clasico et que Marcelo est incertain pour ce choc prévu le 18 décembre prochain, Madrid enregistre un nouveau blessé dans ses rangs et pas des moindres, puisque Gareth Bale est touché aux ischios-jambiers. Une blessure qui lui fera manquer le match de Liga contre l'Espanyol samedi ainsi que la rencontre de Ligue des Champions contre Bruges prévue mercredi.

S'étant entraîné individuellement mardi et mercredi, Bale était de nouveau absent de la séance de groupe du Real ce jeudi en raison de sa fameuse lésion. Selon AS, il s'agit d'une blessure sans gravité, mais avec le Clásico qui pointe à l'horizon, le Gallois aurait choisi de ne pas prendre de risque et espère être disponible pour le choc contre Barcelone du 18 décembre.



Il est également peu probable que Bale joue le 15 décembre prochain contre Valence, laissant Zinedine Zidane avec Rodrygo Goes, Vinicius Júnior et Brahim Díaz comme seules options sur les flancs. Pour rappel, en plus d'Hazard (micro-fracture à la cheville), les ailiers Lucas Vázquez et Marco Asensio sont eux aussi indisponibles.

.

Nîmes : Un grand ménage chez les Crocos ?

En difficulté cette saison, Nîmes pourrait procéder à quelques changements au sein de son organigramme sportif, d'après Midi Libre.
Giflés à Bordeaux (6-0) mardi, Nîmes est en très mauvaise posture. Les Crocos, 19emes avec un match de retard, n’ont plus gagné depuis la réception de Toulouse (1-0) le 21 septembre dernier et patinent en championnat. De quoi faire sérieusement réfléchir le président du NO. Selon Midi Libre, Rani Assaf aurait ciblé Eric Roy, ancien entraîneur de Nice, pour prendre en charge le recrutement alors que Laurent Boissier s’apprête à être remercié à la direction sportive. Mais ce n’est pas tout. Toujours selon le quotidien sudiste, Bernard Blaquart serait également en sursis. Le coach des Crocos pourrait être remercié si ses hommes ne remportent pas l’un des trois matchs avant la trêve. Et ce ne sera pas chose aisée : Lyon, Nantes et Marseille sont au programme d’ici-là, en plus de la réception de Saint-Etienne en huitième de finale de Coupe de la Ligue.