France - Moldavie : Une fausse peur bleue

Copyright : Panoramic
Depuis le début de la semaine, les Bleus évitent soigneusement de s’imaginer la qualification pour l’Euro 2020 déjà en poche, avant de recevoir la Moldavie jeudi (20h45). En surjouant le registre de la méfiance, comme pour invoquer de vieux démons.
Deux matchs, une victoire à glaner pour se qualifier. Sur le papier, le scénario n’est pas sans rappeler la catastrophe de 1993. Avec un seul point à prendre à domicile contre Israël ou la Bulgarie, l’équipe de France se trouvait dans une situation extrêmement confortable pour composter son billet pour la Coupe du Monde 1994. Deux défaites plus tard, les Bleus vivaient la plus grosse déconvenue de leur histoire en phase de qualification. Didier Deschamps était joueur et avait pris cette claque de l’intérieur. D’où probablement sa méfiance avant d’aborder la réception de la Moldavie jeudi (20h45). « Prudence ne signifie pas crainte. C’est toujours bien d’être vigilant, a lancé le sélectionneur français mercredi en conférence de presse. La réalité aujourd’hui, c’est qu’on n’est pas qualifiés. On a tout pour atteindre notre objectif, faisons en sorte de l’atteindre. C’est juste être pragmatiques, c’est mieux que ce soit comme ça. »

La Moldavie n’est ni Israël ni la Bulgarie


Sa prudence, Deschamps l’a diffusée à ses joueurs. Clément Lenglet et Steve Mandanda en avaient fait preuve mardi à Clairefontaine, Raphaël Varane n’a pas fait exception au Stade de France le lendemain. « Je ne dirais pas que c’est une crainte. Tant que ce n’est pas fait, on ne sait jamais, a soufflé le capitaine des Bleus, en l’absence d’Hugo Lloris. Le coach a toujours été très prudent, à ne jamais vouloir laisser les choses au hasard. On ne va pas se relâcher. Le coach est toujours prêt à nous motiver et à faire en sorte qu’on reste bien concentrés. Il tire ça de son expérience et essaye de nous le transmettre. » Ce fameux épisode de 1993 trotte forcément dans la tête de Deschamps. Mais le contexte n’a rien à avoir. La Moldavie de 2019, 175eme nation au classement FIFA, n’est pas Israël, encore moins la Bulgarie, futur demi-finaliste du Mondial américain en 1994. Elle n’a gagné qu’un match sur cette phase de qualification (1-0 contre Andorre), n’a planté que deux buts en 8 matchs (dont un face aux Bleus à l’aller) et reste sur cinq défaites de rang sans marquer.

Ils avaient fait le travail en 2017


Certes, les Moldaves ont changé de sélectionneur depuis le dernier rassemblement et la nomination du Turc Engin Firat pourrait être un électrochoc dont Deschamps se méfie. « Entre les deux derniers rassemblements et celui-là, il y a sept joueurs qui ne sont pas là. Il y a des anciens qui sont revenus. Ça se rapprochera plus de l’équipe qu’on avait dû rencontrer là-bas. » Les Bleus n’avaient pas tremblé à Chisinau en mars pour entamer leur campagne de qualification (1-4). Il n’y a aucune raison pour les champions du monde qu’il en soit autrement au Stade de France, une enceinte dont la dimension pourrait surprendre les Moldaves. Les vieux démons du passé, les Bleus de Deschamps en avaient parfaitement fait abstraction sur le chemin de la Coupe du Monde 2018 pour vaincre successivement la Bulgarie (0-1) et la Biélorussie (3-1) dans deux matchs décisifs en octobre 2017. Un vécu qui ne doit pas les autoriser à se faire peur avant d’accueillir la Moldavie.
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

PSG: le geste exceptionnel de Neymar envers Choupo Moting

PSG Choupo Moting Copyright -AFP
Si Neymar a battu un record exceptionnel mercredi soir avec 17 dribbles réussis lors de la victoire du PSG face à l'Atalanta, en quart de finale de la Ligue des Champions, le héros de la rencontre se nomme bien Choupo Moting. Le Camerounais, dont l'entrée a été très fracassante, lui qui vient de très loin, a offert une qualification historique au Paris Saint Germain, à la 93' minute, sur une offrande de kylian Mbappé. Une prouesse qui lui a valu un geste exceptionnel de la part de Neymar, qui lui a tout simplement offert le trophée de l'homme du match, décerné au Brésilien, pour l'ensemble de son oeuvre... Rappelons que le PSG court derrière une première consécration en C1, et n'est désormais qu'à 180 du rêve absolu de tout fan Parisien... Est-ce enfin l'année de la bande à Thiago Silva?  

« Sadio Mané est un cauchemar pour moi, un joueur de classe mondiale »

George Baldock se méfie de Sadio Mané Copyright -AFP
Sadio Mané est un poison pour les défenses adverses et beaucoup d'adversaires ont été victimes de sa technique et de sa vivacité cette saison. George Baldock, défenseur de Sheffield United en fait partie. Même si Sheffield United dispose de la 4e meilleure défense de la Premier League, cela n'a pas empêché le club de perdre ses deux confrontations avec les Reds, subissant la loi de Sadio Mané et ses coéquipiers. Le défenseur George Baldock est allé jusqu'à qualifier le Lion de la Téranga de cauchemar.

Sadio Mané, un cauchemar pour vous

« Je dis toujours que l’adversaire le plus coriace était de loin Sadio Mane. S’il ne vous court pas avec le ballon, il court derrière vous sans lui. Il court, court, fait des courses en diagonale. Il cherche toujours à se mettre derrière vous et c’est un cauchemar pour vous », a déclaré le joueur Anglais. « Parfois, quand les ailiers veulent que le ballon soit remis aux pieds, cela peut être un peu plus facile, mais c’est juste un joueur de classe mondiale et de loin le meilleur contre lequel j’ai joué. Je veux jouer à nouveau contre lui, à 100 pour cent, et tenter une autre chance, j’aime jouer contre les meilleurs joueurs et je veux jouer à ce niveau pour le reste de ma carrière ».

Sadio, des statistiques honorables

Époustouflant cette saison, le 4e du classement du Ballon d'Or 2019 est le grand artisan du premier titre de champion d'Angleterre décroché par le club de la Mersey depuis 30 ans. Sous contrat jusqu'en juin 2023 avec le champion d'Angleterre, le joueur de 28 ans a marqué 22 buts toutes compétitions confondues durant la saison 2019-2020, pour 18 réalisations de Premier League. Le Sénégalais a été logiquement nominé pour le titre du meilleur joueur de la saison avec ses coéquipiers en club Trent Alexander-Arnold et le capitaine, Jordan Henderson, qui devront se mesurer à une belle concurrence pour ce titre. Danny Ings (Southampton) ou Nick Pope (Burnley) font figure d’outsiders, mais Kevin de Bruyne, lui, pourrait repartir avec le titre, alors qu'il avait dû s'incliner derrière Virgil van Djik la saison passée, malgré le titre de champion de Manchester City. A lire aussi >> Premier League : Les nominés pour le titre de joueur de la saison dévoilés

Christopher Nkunku choisit entre la France et la RD Congo

Christopher Nkunku Copyright -AFP
Transféré l'été dernier du Paris Saint-Germain au RB Leipzig, Christopher Nkunku est en train de prendre une autre dimension en Allemagne. Il est suivi par la République Démocratique du Congo alors qu'il semble plus proche de représenter la France. Nkunku a un rêve, celui d'évoluer avec les Bleus comme il l'a confié à France Football. « Evidemment que l’équipe de France me fait rêver. J’ai goûté aux différentes sélections de jeunes, je sais que le bleu me va bien. Et je pense qu’avec deux étoiles dorées en plus sur la poitrine, cette couleur m’irait encore mieux », a-t-il déclaré dans un entretien exclusif pour la magazine française. Une déclaration qui met un coup de froid aux espoirs des Congolais de le voir un jour porter le maillot des Léopards. Le joueur préfère plutôt attendre l'appel de Didier Deschamps que de répondre favorablement à ceux de Christian Nsengi. A lire aussi >> RB Leipzig : Nkunku s'illustre encore

Première saison plutôt réussie

« J'étais dans ma chambre, au centre. Mon téléphone vibre, je ne réponds pas, se remémore Nkunku. Il vibre une seconde fois et là je me dis que ça doit être urgent. C'était mon coach en U19 qui me dit qu'ils ont besoin d'un joueur pour faire le nombre chez les pros. J'ai bondi de mon lit pour foncer au vestiaire, je ne sais pas si j'ai déjà couru aussi vite. » Auteur de cinq buts et seize passes décisives toutes compétitions confondues avec le club allemand, Christopher Nkunku a d'ores et déjà réussi sa première saison. Au sein d'une équipe joueuse et talentueuse, le Français s'épanouit pleinement à Leipzig où il a signé jusqu'en 2024.

Être un jour capitaine du PSG

« Je suis persuadé que j'aurais pu m'imposer, avoir davantage de temps de jeu. J'ai su avant la dernière année qu'il fallait que je parte, mais le coach Tuchel m'a dit qu'il comptait sur moi et les jeunes, a-t-il confié. Pourtant, les choses ne sont pas passées comme je l'espérais. Même s'il n'y a pas de sentiment d'échec de ma part, je trouve ça quand même dommage car je me sentais capable de jouer un vrai rôle. Je rêvais même d'être un jour capitaine du PSG. » A lire aussi >> Officiel: Christopher Nkunku quitte le PSG pour ce cador européen !

Les chiffres à connaître avant Leipzig - Atlético Madrid

Leipzig - Atlético Madrid Copyright -AFP
Pour sa première en quarts de finale, Leipzig affronte un habitué des matches de la Ligue des Champions : l'Atlético de Madrid. Un match à enjeu, avec un billet pour le dernier carré. Voici les chiffres les plus importants à connaître avant ce duel, selon les données présentés par le site officiel de l'UEFA : 1 : C'est la première rencontre entre les deux équipes. Leipzig dispute seulement sa neuvième rencontre en phase à élimination directe d'une compétition UEFA, alors que l'Atlético, finaliste à deux reprises lors des sept dernières éditions, participe aux quarts de finale de l'UEFA Champions League pour la sixième fois. 2 : C'est seulement le deuxième déplacement de Leipzig en 2019/20 à Lisbonne, le premier s'étant soldé par une victoire 2-1 à Benfica lors de la première journée. 4 : Le nombre de buts marqués par Leipzig contre les Spurs sur les deux matches en 8es (1-0 ext., 3-0 dom.) pour la première double confrontation du club en phase à élimination directe d'UEFA Champions League. 5 : Le nombre des défaites des hommes de Diego Simeone lors de leurs 17 rencontres européennes disputées hors de Madrid. C'est aussi le nombre des matches perdus par l'équipe lors de ses 29 derniers matches européens (18 victoires, 6 nuls). 7 : Le nombre de victoires du club en 14 matches joués en Ligue des Champions (3 nuls, 4 défaites). Soit une efficacité de 50%. 8 : Les Colchoneros ont remporté leurs huit dernières doubles confrontations face à des clubs allemands en phase à élimination directe d'une compétition européenne. 10 : C'est le 10e quart de finale de C1 pour l'Atlético, le cinquième en sept saisons. Les Madrilènes sont passés à six reprises, contre trois éliminations. Ils ont remporté trois de leurs quatre derniers quarts, le plus récemment face à Leicester City en 2016/17 (1-0, 1-1). 21 : C'est le nombre de victoires de l'Atlético Madrid face à des clubs Allemands (7 nuls, 16 défaites). Les chiffres sont là, mais la qualification se jouera sur le terrain dans ce match indécis. A lire aussi >> Ligue des champions : l'année ou jamais pour l'Atlético Madrid ?  

Victor Ciss rappelle les projets de la Federation Sénégalaise de Football

La Fédération sénégalaise de football (FSF) veut profiter des financements de l’initiative Forward de la Fifa pour construire plusieurs infrastructures sportives, apprend t-on de son secrétaire général, Victor Ciss. Outre le lancement samedi dernier des travaux de revêtement en gazon synthétique du stade Maniang-Soumaré de Thiès (ouest), la construction du centre d’hébergement de Guéréo (ouest) et la réhabilitation du stade Demba-Diop font partie des infrastructures à construire par la FSF, selon M. Ciss. ‘’Le centre d’hébergement est un vieux projet qui tient à cœur l’instance fédérale’’, a souligné le chef de l’administration de la Fédération sénégalaise de football. Ce sera un hôtel quatre étoiles, qui pourra accueillir toutes les sélections nationales, a précisé M. Ciss. Le ministère des Sports avait décidé en janvier dernier d’affecter le stade Demba-Diop à la FSF, qui a sollicité le soutien financier de la Fifa pour sa rénovation. La Fédération sénégalaise de football veut faire de cette infrastructure construite pour les Jeux de l’amitié de 1963, un stade répondant aux normes. De nombreux matchs de l’équipe nationale senior de football du Sénégal se sont déroulés dans ce stade dakarois fermé depuis les heurts à l’origine de la mort de huit personnes, en juillet 2017, entre l’US Ouakam et le Stade de Mbour. Concernant les projets, Victor Ciss a également parlé de la Maison du football, le futur siège de la FSF et des ligues de football, des pelouses à construire dans les centres Youssoupha-Ndiaye (Guéréo) et Jules-Bocandé (Touba Dialaw), du matériel de sonorisation et du matériel médical à acquérir. Avec l’aide de la Fifa, la fédération nationale a déjà offert des stages de formation aux entraîneurs des clubs de National 1 et 2, des ligue 1 et 2. Des stages de recyclage ont été offerts aux directeurs techniques régionaux, et les phases finales nationales ont eu lieu en 2018 à Fatick et Kaolack (centre), pour les sélections U17 et U20, grâce à la Fifa, a rappelé Victor Ciss. S’y ajoutent les stages d’initiation et le financement de la formation des ‘’stadiers’’, prévus par la FSF, selon M. Ciss.