Fayçal Fajr : "Prêt à mourir sur le terrain pour mon pays"

Fayçal Fajr : "Prêt à mourir sur le terrain pour mon pays" Copyright -OFC
L'international Marocain, Fayçal Fajr, n'a pas caché son ambition et sa détermination en vue de la CAN 2019 dan un long entretien accordé à France Football.

Relégué en Ligue 2 avec le Stade Malherbe Caen, Fayçal Fajr a l'occasion de vite rebondir avec le Maroc, sélection avec laquelle il s'apprête à disputer la Coupe d'Afrique des Nations 2019.

"Quand je vais en sélection, il y a une différence dans le professionnalisme, dans le travail (par rapport au club). Il y a des différences de caractères, de statuts, mais pourtant, c'est top, il y a du respect, des plus jeunes aux plus anciens. Tout ça parce qu'il y a une autre mentalité. Attention, je ne crache pas sur le vestiaire, sur la mentalité du club ou de l'équipe (de Caen). Bien sûr qu'il y a une grande différence dans la mentalité entre le groupe qui vit au Maroc et celui de Caen. Certains vont dire que Renard n'a pas le même caractère que le coach (NDLR : Fabien Mercadal). Oui, mais il y a aussi des joueurs de caractère comme Benatia, Fajr, Belhanda, Boussoufa... Des joueurs capables de dire "Calmez-vous, on se met au travail" ou quelque chose comme ça. Un coach a toujours besoin de joueurs de relais entre le vestiaire et lui. Dans certains tu vas les avoir, et dans d'autres tu ne vas pas réussir", a notamment déclaré Fayçal Fajr à France Football.

"Pas de pression, aucune pression. On sait qu'on a un groupe au top, qui vit bien, qui travaille bien. Une famille ! On sait pourquoi on y va. On y va pour montrer de quoi on est capable et pour aller le plus loin possible. D'après les observateurs, les bookmakers, on est une des équipes favorites...", a ensuite analysé le principal intéressé, avant d'aller plus loin dans ses propos.

"Mais j'ai envie de dire aux gens que ce mot-là, "favori", surtout en Afrique... La mentalité des équipes est différente. Les gens jouent pour l'amour de leur pays. Ils sont prêts à mourir. Je parle pour mon cas à moi : je suis prêt à mourir sur le terrain pour mon pays. La rage est en moi et je l'aurai toujours. Et c'est encore pire quand je porte le maillot du Maroc. Il y a un truc qui me transcende et qui me rend encore plus fort. Je ressens quelque chose que tu ne peux pas ressentir dans un club. À part si tu y as joué des années et des années, cinq, six, neuf, douze ans (...) On va tout faire pour emmener le Maroc le plus loin possible. Je n'ai pas envie de te dire demi-finale ou quarts de finale, c'est bidon. Si je te dis quarts, on va dire "pourquoi pas la finale ?" Je ne suis pas con : j'ai envie d'aller en finale. Avec tout le respect que j'ai pour toutes les équipes africaines, le Maroc a son mot à dire", a conclu Fayçal Fajr.
Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des

Simeone (Atlético Madrid) attend plus de Joao Felix

La jeune pépite portugaise, Joao Felix, traverse une période délicate au sein de son club de l’Atlético. Son coach, Diego Simeone, l’invite à se ressaisir.
Joao Felix, l’homme qui valait 126M€, a connu quatre premiers mois plutôt mitigés au sein de son club de l’Atlético. Séduisant lors de ses débuts, le jeune milieu de terrain portugais a ensuite été stoppé par une fâcheuse blessure à la cheville. Un coup dur qui l’a immobilisé pendant un mois et dont il a eu des difficultés à se remettre. En six matchs joués depuis son retour à la compétition, il ne s’est montré décisif qu’à une seule reprise. C’était mercredi dernier face au Lokomotiv Moscou en Ligue des Champions.

L’international lusitanien connait donc une période de moins de bien. Cela n’a bien sûr pas échappé à son entraineur Diego Simeone. Et le coach argentin a jugé bon, lors de sa dernière sortie médiatique, de piquer sa star en le poussant « à montrer plus » que ce qu’il n’a fait pour l’instant. « Vous (les journalistes) voulez un meilleur Joao Felix, mais moi aussi je veux le voir à son top tous les jours et se montrer à la hauteur. Il n’y a pas de doute à ce sujet », a déclaré El Cholo. L’ancien benfiquiste a donc été mis devant ses responsabilités. À lui de répondre sur le terrain et montrer qu’il peut hisser son niveau de jeu tout en étant régulier.

Joao Felix peut s’inspirer de Griezmann


Ce n’est pas la première fois que Simeone exprime publiquement ses attentes envers ses joueurs vedettes. Le coach argentin est un adepte de la carotte et du bâton et avec Antoine Griezmann il avait employé la même méthode pour tirer le meilleur du Français. Ce dernier avait connu des débuts poussifs du côté de Vicente Calderon, avant d’exploser complètement et devenir le monsieur plus des Matelassiers. Tous les supporters de l’équipe madrilène signeraient assurément tout de suite pour que Joao Felix connaisse la même trajectoire, et devienne à son tour une icône locale.

Si Simeone se montre aussi exigeant envers sa recrue estivale, c’est aussi parce que c’est toute l’équipe de l’Atlético qui tangue en ce moment. Les vice-champions d’Espagne n’ont remporté qu’un seul de leurs 13 dernières rencontres de la Liga et ils figurent actuellement à la 7e place du classement et à huit points du leader barcelonais. Les Rojiblancos sont dans l’urgence et tout est bon dans le management pour provoquer un éventuel sursaut, qu’il soit individuel ou collectif. « Nous savons ce que nous devons faire pour nous améliorer en championnat, a assuré El Cholo. Au-delà des critiques et des opinions, nous recherchons des solutions pour retrouver l'équilibre. Cet équilibre est plus clair maintenant, et avec plus de régularité au cours des 90 minutes, on aura plus chances de gagner. »

James Milner prolonge son contrat à Liverpool

Le milieu de terrain anglais James Milner a signé ce vendredi un nouveau contrat avec sa formation de Liverpool.
Même âgé de 33 ans et utilisé avec parcimonie par Jurgen Klopp depuis le début de la saison en cours, James Milner reste un élément sur lequel on compte du côté de Liverpool. La preuve ; un nouveau contrat de deux ans lui a été soumis et il l’a paraphé ce vendredi. L’ex-international anglais est désormais lié aux champions d’Europe jusqu’en 2022. Une belle récompense pour ce joueur chevronné et qui a souvent porté le brassard de capitaine des Reds. En 2019/2020, il n’a marqué qu’un seul but en Premier League, mais celui-ci fut d’une grande importance puisqu’il a permis à l’équipe de Jurgen Klopp de s’imposer sur le fil face à Leicester (2-1), son dauphin au classement. Au total, depuis son arrivée sur les bords de la Mersey en 2015, Milner a disputé 198 matches et marqué 25 buts.

Lille - Montpellier : Une équipe-type des deux côtés... Les compos de LOSC - MHSC

Lille et Montpellier se présenteront avec leur équipe-type du moment pour leur affrontement ce vendredi, en ouverture de la 18eme journée de L1 (20h45). Les Dogues seront de nouveau disposés en 4-4-2 avec Renato Sanches pour animer le côté droit, Jonathan Ikoné et Victor Osimhen étant associés en pointe. Côté héraultais, Pedro Mendes, suspendu, sera remplacé en défense par Damien Le Tallec. Joris Chotard accompagnera lui Téji Savanier dans l'entrejeu.
Lille et Montpellier se présenteront avec leur équipe-type du moment pour leur affrontement ce vendredi, en ouverture de la 18eme journée de L1 (20h45). Les Dogues seront de nouveau disposés en 4-4-2 avec Renato Sanches pour animer le côté droit, Jonathan Ikoné et Victor Osimhen étant associés en pointe. Côté héraultais, Pedro Mendes, suspendu, sera remplacé en défense par Damien Le Tallec. Joris Chotard accompagnera lui Téji Savanier dans l'entrejeu.

  • Lille : Lille - Maignan - Celik, Fonte (cap), Gabriel, Bradaric - R.Sanches, Bo.Soumaré, André, J.Bamba - Ikoné, Osimhen


Remplaçants : L.Jardim (g), Soumaoro, L.Araujo, Pied, Xeka, Yazici, Rémy

Entraîneur : C.Galtier

  • Montpellier : Rulli - D.Le Tallec, Hilton (cap), Congré - Souquet, Chotard, Savanier, Oyongo - Mollet - Delort, Laborde


Remplaçants : Bertaud (g), C.Vidal, Sambia, Dolly, Ristic, S.Camara, Skuletic

Entraîneur : M.Der Zakarian

Paulo Sousa reste concentré sur Bordeaux… pour l’instant

Alors que son nom est cité parmi les potentiels futurs entraineurs d’Arsenal, le Portugais Paulo Sousa a indiqué qu’il ne pensait pour l’instant qu’à son travail à Bordeaux.
Les supporters des Girondins de Bordeaux peuvent être soulagés. Le technicien qui a ramené leur équipe dans le premier quart du classement de la Ligue 1 n’a pas l’intention de bouger. Bien que ciblé par d’autres formations du continent, et parmi lesquelles figurerait Arsenal d’après la presse italienne, Paulo Sousa ne compte pas stopper sa mission en terre aquitaine. Du moins, pas dans l’immédiat. Et c’est ce qu’il a lui-même assuré vendredi en conférence de presse.

Quand on lui a rapporté les rumeurs qui sont évoquées dans les médias, le coach portugais est resté imperturbable, confiant que « quand tu fais de bons résultats, ce sont des choses qui se passent ». Ensuite, il a affirmé qu’il n’avait aucune raison de vouloir changer d’air : «Je suis bien ici, concentré sur tout ce que je peux contrôler. C’est moi qui prends la décision, pas mon agent. J’essaie d’avoir une grande union ». Venant de la bouche de quelqu’un qui a beaucoup bourlingué en tant que coach, et qui n’est jamais resté plus de deux ans dans un même endroit, ces propos sont à prendre avec précaution tout de même.

Paulo Sousa met la pression sur ses responsables


Malgré la défaite essuyée la semaine dernière contre l’OM, Bordeaux réalise une très bonne première partie de saison. Les résultats sont encourageants et ont de quoi inciter Sousa à poursuivre son œuvre. En revanche, sur le plan extra-sportif, la situation du club aquitain n’est pas au mieux avec cette instabilité au niveau de la direction et la volonté des propriétaires (GACP) de quitter le navire. Sans parler du conflit qui oppose les supporters au président délégué. Sur ce plan-là, Sousa a reconnu qu’il y a trop d’incertitudes et qu’il n’aime pas exercer dans un pareil contexte : «Ce n’est pas une question d’être impatient. Chaque joueur, chaque entraîneur, a besoin de voir la situation du club être résolue le plus vite possible. Je ne sais pas ce qui peut se passer demain. Demain, le propriétaire peut prendre une autre décision. Ça ne dépend pas que de moi. C’est important pour le club que cette situation soit résolue le plus possible, pour la stabilité ».

Tout en faisant part de son attachement aux Marine et Blanc, qu’il a personnellement relancé à la faveur d’un excellent travail réalisé avec le staff et le groupe, Paulo Sousa s’est donc dit préoccupé par les manœuvres qu’il y a en coulisses et l’absence de plan à long terme chez ses responsables. Une posture compréhensible et qui légitimerait en quelque sorte une volte-face de sa part si jamais le flou venait à perdurer. Ainsi, et même s’il en écarte totalement l’idée à l’instant T, le technicien lusitanien pourrait très bien claquer la porte s’il voit que les progrès accomplis sur le terrain ne sont pas suivis par un travail sérieux des décideurs et des signes tangibles quant à l’avancement du club.

Mercato : Fenerbhace relance Choupo-Moting

Déjà intéressé par l’attaquant camerounais du Paris Saint-Germain durant le mercato estival, Fenerbhace pourrait rentrer de nouveau en contact avec le Lion Indomptable, dans les prochains jours.   Eric Maxim Choupo-Moting joue (très) peu au Paris Saint-Germain (12 matchs toutes compétitions confondues). Mais l’attaquant camerounais dont le contrat expire en juin 2020, pourrait voir d’un bon œil un départ cet hiver. Déjà dans le viseur de Fenerbahce lors du mercato estival, le Lion Indomptable est à nouveau l’objet des convoitises du club stambouliote. Selon les informations du média turc, Aksam, Fenerbhace serait toujours intéressé par l’international camerounais (30 ans) et auraient entamé des discussions pour le recruter durant le mercato estival. « Damien Comolli, le directeur sportif de Fenerbahce, serait attendu dans les prochains jours à Paris afin de discuter d’une éventuelle arrivée de Choupo-Moting en Turquie », apprend-on.