Coupe de la Ligue : Le PSG perd son trophée contre Guingamp !

Enorme sensation au Parc des Princes ! Quintuple tenant de la Coupe de la Ligue, le PSG s’est fait éliminer à domicile par Guingamp ce mercredi en quarts de finale de la compétition (1-2).

Le debrief


Le leader de L1 a concédé trois penalties et l’En Avant en a transformé deux, dont le dernier par Marcus Thuram dans le temps additionnel pour décrocher une qualification historique. Les Parisiens sont battus à la maison pour la première fois de la saison et laissent surtout s’arrêter une invincibilité dans les Coupes nationales qui durait depuis janvier 2014, soit 45 matchs de suite. Un exploit majuscule réalisé par les hommes de Jocelyn Gourvennec, pourtant derniers du championnat.

Venus de leur propre aveu pour emmener le PSG jusqu’à la séance de tirs au but, les Bretons ont bien eu besoin des penalties pour réussir leur coup. Mais ils sont intervenus dans le temps réglementaire, Thuram manquant le premier à 0-0, peu avant l’ouverture du score de Neymar. Les Parisiens semblaient alors avoir fait le plus dur et poussaient fort pour se mettre à l’abri. Mais Edinson Cavani a vendangé la balle de break et un deuxième penalty, accordé généreusement à Marcus Coco pour une faute peu évidente de Juan Bernat, a offert l’égalisation à l’En Avant. Le score a tenu ainsi jusqu’à un dernier rush de Thuram et cette faute de Thilo Kehrer, l’attaquant guingampais prenant ses responsabilités pour offrir une qualification inespérée pour le dernier carré à son équipe. Ultra-courageuse dans son 4-1-4-1 qui s’est mué en 6-3-1 en phase défensive, avec les onze joueurs dans leurs 30 derniers mètres pour laisser un minimum d’espaces au PSG, elle a obligé son adversaire à un match de handball auquel il n’était pas préparé.

Paris n’a pas su mettre suffisamment de vitesse dans son jeu, a ronronné dans l’espoir de trouver la faille sur un exploit personnel de Neymar, lui irréprochable dans l’utilisation du ballon et dans l’investissement. En sus, il a manqué de justesse quand les décalages étaient faits, à l’instar de Kylian Mbappé, pas dans son assiette. Les Parisiens sont aussi tombés dans le piège guingampais, en attaquant en nombre, quitte à se désunir derrière et à ouvrir des boulevards en contres, y compris après avoir pris les devants au score. Un excès de zèle qu’ils ont payé cher, comme leur manière de ne pas forcer pour se mettre à l’abri. Cette fois, il n’y aura pas de triplé national pour le PSG, et c’est déjà une sacrée surprise en soi, car ce n’était arrivé qu’une fois sur les quatre dernières saisons. C’est surtout une bonne leçon à retenir pour une équipe qui avait pris l’habitude de toujours finir par s’en sortir, même sans forcer. Là, ce n’est pas passé.

Le film du match


3eme minute
Depuis la droite, Di Maria repique sur son pied gauche et trouve une ouverture dans le dos de la défense guingampaise vers Mbappé. A l’aveugle, l’attaquant parisien reprend du droit et le ballon prend une trajectoire lobée qui déstabilise Johnsson. Il atterrit finalement sur le poteau droit du but breton.

21eme minute
Neymar vient chercher le ballon dans l’entrejeu et déclenche une fabuleuse ouverture dans le dos de la défense guingampaise pour M.Diaby. A la tombée, le « titi » parisien reprend du plat du pied gauche dans un angle fermé et dévisse légèrement. Ça passe à côté de la lucarne de Johnsson.

46eme minute
Neymar fixe la défense guingampaise grâce à l’appel de M.Diaby et centre depuis l’angle de la surface. C’est ajusté pour la tête de Cavani, tout juste entré en jeu et qui reprend aux mètres. Johnsson sort un bel arrêt réflexe en laissant traîner ses pieds.

50eme minute
Contre bien mené par les Guingampais, qui changent rapidement d’aile pour trouver Coco à l’opposé. L’ailier de l’En Avant dépose Bernat en vitesse et prend sa chance dans un angle fermé. Areola s’interpose d’une belle envolée sur sa droite.

61eme minute
Penalty pour Guingamp. Meunier commet une faute très évitable sur Blas, entouré de trois Parisiens dans la surface bretonne. Après de longues secondes d’attente, avec notamment un coup d’intox d’Areola, M.Thuram se charge de la sentence. Mais sa frappe passe largement à côté de la lucarne gauche du but du PSG.

63eme minute (1-0)
Draxler décale Meunier, qui dédouble dans son dos sur le côté droit. Sans contrôle, l’international belge adresse un centre parfait pour Neymar, arrivé lancé au second poteau. Libre de tout marquage, le Brésilien croise bien sa tête pour battre facilement Johnsson.

66eme minute
Guingamp n’arrive pas à éloigner le danger et M.Diaby hérite du ballon sur le côté gauche. D’un coup de rein, il laisse C.Traoré sur place et centre en retrait pour Cavani, seul aux six mètres. Mais l’attaquant uruguayen du PSG manque sa frappe du gauche, trop croisée et qui passe devant le but guingampais.

81eme minute (1-1)
Nouveau penalty pour Guingamp, bien moins évident. Sur un ballon en profondeur, Bernat joue le duel à l’épaule avec Coco, qui s’écroule dans un deuxième temps après s’être pris les jambes dans celles du latéral espagnol du PSG. Après vérification auprès du VAR, l’arbitre confirme sa décision et Ngabkoto prend cette fois Areola à contre-pied en trouvant le petit filet droit.

93eme minute (1-2)
Troisième penalty pour Guingamp. M.Thuram hérite d’un ballon de contre dans le rond central et s’en va percuter en solitaire. Au milieu de trois Parisiens, il est fauché par Kehrer et l’arbitre désigne logiquement le point de penalty. M.Thuram prend de nouveau ses responsabilités et trompe Areola, pourtant sur la trajectoire et tout proche de sortir la frappe.

Tops et flops


Top
TOP 3

Un match impeccable pour KERBRAT. A l’aise dans ce bloc très bas de Guingamp, le capitaine de l’En Avant a coupé de nombreuses trajectoires avec sa science du placement et fait régner sa loi dans sa surface. Le patron défensif d’une équipe qui avait fait le choix de tout miser là-dessus.

Il n’y avait que NEYMAR pour faire sauter le verrou guingampais. Omniprésent sur le terrain, autant par ses fulgurances balle au pied que par ses courses de repli, il a ouvert le score de son premier but de la tête avec le PSG. Déjà bien en jambes, le Brésilien a aussi régalé le public de deux sombreros délicieux. Il en a parfois trop fait, mais il a quand même fait bien plus de bonnes choses que de mauvaises.

Peu en vue lors du premier acte, COCO est largement monté en puissance lors du second. Il a pris la mesure de Bernat dans son couloir et lui a posé beaucoup de problèmes par sa vitesse. Il s’est procuré la meilleure occasion guingampaise dans le jeu et a provoqué le penalty de l’égalisation.

Flop
FLOP 3

Les vacances prolongées de CAVANI ne lui ont visiblement pas suffi à soigner tous les maux qui rongent sa tête et érodent sa confiance en ce moment. Lancé à la pause par Tuchel, l’attaquant uruguayen a gâché une belle occasion d’entrée, avant de se trouer sur une véritable balle de match trois minutes après l’ouverture du score. Au lieu de ça, il a laissé le PSG à la merci de Guingamp, qui en a profité. Dur à digérer pour le co-meilleur buteur de la Coupe de la Ligue.

MBAPPE n’était pas dans un grand soir et ça s’est ressenti sur le terrain. Pas aidé non plus par un choc violent avec Johnsson en fin de première période, il n’a pas fait étalage de sa justesse habituelle et sa vitesse n’était d’aucun secours pour attaquer sur le bloc très regroupée des Guingampais. Comme un symbole, c’est lui qui a croqué la toute dernière situation de la partie, pourtant intéressante à jouer.

De retour à l’entraînement il y a seulement 48 heures, DI MARIA a montré qu’il n’était pas encore à plein régime. En dehors d’un raid solitaire au cœur de la première période, il s’est fait très discret et a rarement pris la bonne décision dans ses choix. 45 minutes et puis s’en va, le coach parisien le sortant à la mi-temps pour son match de reprise.

Monsieur l’arbitre au rapport


Fait rarissime dans un match, encore plus concernant un adversaire du PSG, Benoît Bastien a accordé trois penalties en une demi-heure à la même équipe. Deux sont incontestables, le troisième l’est moins, tant Bernat et Coco disputent un duel régulier avant de s’emmêler les pinceaux. Dommage, car c’est celui qui fait véritablement basculer la rencontre, permettant à Guingamp d’égaliser. Autrement, il a rendu une bonne copie, en officiant dans le sens du jeu et en laissant ses cartons dans la poche jusqu’à la distribuer en pagaille dans les derniers instants à des Parisiens frustrés par la tournure des événements.

La feuille de match


Coupe de la Ligue (Quart de finale) / PSG - GUINGAMP : 1-2


Parc des Princes (35 000 spectateurs environ)
Temps frais - Pelouse excellente
Arbitre : M.Bastien (5)

Buts : Neymar (63eme) pour le PSG - Ngbakoto (81eme sp) et M.Thuram (93eme sp) pour Guingamp

Avertissements : Verratti (95eme), Cavani (96eme) et Neymar (96eme) pour le PSG

Expulsion : Aucune

PSG
PSG
Areola (5) - Meunier (5), Kehrer (4), T.Silva (cap) (6), Bernat (4) - Marquinhos (6) puis Verratti (46eme / 5), Draxler (4) puis D.Alves (76eme) - Di Maria (4) puis Cavani (46eme / 3), Neymar (7), M.Diaby (5) - Mbappé (4)

N'ont pas participé : Cibois (g), N’Soki, Choupo-Moting, Nkunku
Entraîneur : T.Tuchel

Guingamp
Guingamp
K.-J.Johnsson (6) - C.Traoré (6), Kerbrat (cap) (7), Eboa Eboa (6), Rebocho (5) - Deaux (5), Phiri (5), Blas (5) puis Didot (76eme) - M.Thuram (7), A.Mendy (4) puis Ngbakoto (73eme), Coco (7)

N'ont pas participé : Caillard (g), J.Larsson, Tabanou, Rodelin, Roux
Entraîneur : J.Gourvennec

PSG : Marco Verratti a marqué avec l’Italie et Kylian Mbappé l’a chambré [Vidéo]

Marco Verratti a marqué d’une belle frappe enroulée mardi avec l’Italie contre le Liechtenstein (6-0) en match de qualification pour l’Euro 2020. Ce qui n’a pas manqué d’étonner Kylian Mbappé.
La réputation de Marco Verratti le précède. Il n’a marqué que 8 buts en 268 matchs toutes compétitions confondues avec le PSG et n’en a toujours pas inscrit un seul avec son club cette saison. Aussi parce qu’il frappe peu, guidé par son envie de toujours faire l’« extra pass ». Le milieu parisien a toutefois revu ses principes mardi avec l’Italie lors de la balade de la Nazionale contre le Liechtenstein (6-0) en match de qualification pour l’Euro 2020. Peu après une première tentative envoyée juste au-dessus du but adverse, il a conclu un petit numéro de soliste dans la surface d’un tir enroulé qui s’est logé dans le petit filet opposé (32eme).


Verratti même proche du doublé


L’ancien de Pescara a ainsi ajouté à un troisième but à son total en sélection, pour sa 32eme cape, ce qui n’a pas manqué de faire réagir Kylian Mbappé sur son compte Twitter. L’attaquant français a gentiment chambré Verratti, son coéquipier au PSG, qui se serait même offert un doublé si Daniel Kaufmann ne s’était pas sacrifiée en repoussant une autre frappe de la main sur sa ligne. La preuve, peut-être, que « Gufetto » mériterait de prendre davantage sa chance avec son club.



A voir aussi :
>>> Qualifs Euro 2020 : L’Italie cartonne avec Marco Verratti, l’Espagne ne force pas à Malte

Amical : Le Brésil renverse la République tchèque grâce à Gabriel Jesus

Mené 1-0 à la mi-temps en République tchèque, le Brésil s’est finalement imposé avec un doublé de Gabriel Jesus dans les 10 dernières minutes (1-3). Marquinhos et Thiago Silva étaient associés en défense centrale pour la Seleçao.
Gabriel Jesus a joué à merveille son rôle de « supersub » ce mardi. Lancé par Tite à une vingtaine de minutes du coup de sifflet final, l’attaquant de Manchester City a claqué un doublé en 7 minutes pour donner la victoire au Brésil contre la République tchèque en match amical (1-3). Il a d’abord profité d’une passe lumineuse de David Neres pour conclure de près (1-2, 83eme) avant de terminer en deux temps une magnifique action collective (1-3, 90eme). Avant les deux buts de Gabriel Jesus, dont les cinq derniers buts en sélection ont été inscrits lors de matchs amicaux, c’est Roberto Firmino qui avait égalisé grâce à un excellent pressing en tout début de seconde période (1-1, 49eme). La Seleçao courait en effet après le score à la mi-temps suite à l’ouverture du score de David Pavelka (1-0, 37eme), bien aidé par l’erreur d’appréciation de Marquinhos. Le défenseur du PSG était associé à son capitaine en club Thiago Silva en charnière, pour la première cape de l’ancien Milanais depuis septembre. Ils ont tous deux disputé le match dans son intégralité.



A voir aussi :
>>> Amical : Une petite Argentine domine le Maroc

Qualifs Euro 2020 : L’Italie cartonne avec Verratti, l’Espagne ne force pas à Malte

L’Italie a atomisé le Liechtenstein mardi en éliminatoires pour l’Euro 2020 (6-0), grâce à notamment à un but de Marco Verratti et un doublé sur penalty de Fabio Quagliarella, devenu le plus vieux buteur de l’histoire de la Nazionale. L’Espagne s’est imposée tranquillement à Malte avec un doublé d’Alvaro Morata (0-2), alors que la Suisse s’est écroulée contre le Danemark (3-3).

Groupe D : Et la Suisse s’est effondrée…


La Suisse a cassé sa dynamique positive au moment où elle ne s’y attendait pas. Qualifiée pour le premier Final Four de l’histoire de la Ligue des Nations, la Nati était partie pour faire un grand pas vers la qualification pour l’Euro 2020. Mais elle n’a pas validé son succès en Géorgie (0-2) en se faisant remonter trois buts d’avance par le Danemark (3-3). Après l’ouverture du score de Remo Freuler entachée d’une faute de main préalable d’Albian Ajeti (1-0, 19eme), elle pensait s’être mise à l’abri. Granit Xhaka avait doublé la mise d’une belle frappe (2-0, 66eme) et Breel Embolo avait confirmé le break d’un geste acrobatique (3-0, 79eme). Mais les Danois sont revenus au prix d’un réveil spectaculaire, avec des réalisations de Mathias Jorgensen (3-1, 84eme), Christian Gytkjaer (3-2, 88eme) et Henrik Dalsgaard (3-3, 93eme). Exempts de la première journée, les Scandinaves sauvent un point déjà important. D’autant que l’Eire sort de ce rassemblement avec six points pris en deux matchs. Elle s’est imposée sans briller contre la Géorgie (1-0), grâce au premier but international de Conor Hourihane (36eme).

Groupe F : Morata a renoué avec le but, la Suède a cru à la « remontada »


Alvaro Morata n’avait plus marqué avec l’Espagne novembre 2017. L’attaquant de l’Atlético Madrid a stoppé cette disette avec un doublé pour concrétiser l’ultra-domination de la Roja à Malte (0-2), en marquant au cœur de chaque période (31eme, 73eme). L’Espagne a possédé le ballon 80% du temps, tenté 22 tirs et en a cadré 7, pour seulement deux frappes subies. C’est dire si le score final reflète mal la physionomie de la rencontre. La Roja a fait une excellente opération avec le nul entre la Norvège et la Suède (3-3). Menée 2-0 à 20 minutes de la fin à cause de Joshua King, passeur décisif puis buteur, la Suède était revenue de nulle part dans le sillage de Victor Claesson. Ce dernier avait réduit l’écart suite à un penalty manqué par Andreas Granqvist (2-1, 70eme) avant de délivrer deux passes décisives à Robin Quaison, qui pensait avoir donné la victoire aux siens à l’entrée du temps additionnel (2-3, 91eme). Mais Ola Kamara a arraché l’égalisation à la 97eme minute, pour offrir un premier point à la Norvège. Défaite en Suède samedi (2-1), la Roumanie s’est relancée en dominant aisément les Îles Féroé (4-1), derniers du groupe. Vieille connaissance de la L1 (Nantes, Angers, Bastia), Claudiu Keseru a inscrit un doublé.

Groupe J : L’Italie a déroulé, la Grèce est revenue de loin


L’Italie n’a laissé aucun répit au Liechtenstein, atomisé par la Nazionale (6-0). Après l’ouverture du score de Stefano Sensi (1-0, 17eme), Marco Verratti a doublé la mise d’une belle frappe enroulée (2-0, 32eme), peu après avoir tenté sa chance une première. Fabio Quagliarella est ensuite devenu le plus vieux buteur de l’histoire de l’Italie en transformant deux penalties de suite (35eme, 45eme+3) sifflées pour deux mains sur des tirs… de Verratti. Le deuxième, qui a privé le milieu du PSG d’un but tout fait, a causé l’expulsion de Daniel Kaufmann. La Squadra Azzurra n’a pas forcé par la suite, même si Moise Kean y est allé de son 2eme but en 3 jours après avoir couru après la réussite (5-0, 70eme). Leonardo Pavoletti a clos le score pour sa première cape, à 30 ans (6-0, 76eme). L’Italie est seule en tête de sa poule, devant la Bosnie-Herzégovine et la Grèce, qui se sont neutralisées (2-2). Les Bosniens menaient de deux buts à la pause, avant l’expulsion de Miralem Pjanic (65eme), qui avait marqué en première période. Dimitrios Kolovos a arraché l’égalisation à la 85eme minute. La Finlande a évité le piège en Arménie (0-2), qui avait bousculé la Bosnie samedi (2-1).

Côte d'Ivoire - Liberia (Amical) : Jonathan Kodjia offre la victoire aux Eléphants

Ce mardi 26 mars 2018 , la Côte d'Ivoire affrontait le Liberia au stade Felix Houphouet Boigny du Plateau dans le cadre d'un match amical international  . Apres leur victoire le samedi dernier face au Rwanda pour le compte de la 6e journée des éliminatoires de la CAN , la Côte d'Ivoire s'est imposée par la plus petite des marges dans ce match qui l'opposait au Liberia . Avec un onze complètement remanié , les hommes de Kamara Ibrahim ont eu du mal à animer cette rencontre . Faible en occasions lumineuses , le faible public ivoirien présent à ce match a du se contenter en première mi-temps des tacles défensifs de Simon Déli (22è, après une perte de balle de sa part) et de Serey Dié (43è) . Au retour des vestiaires, les Libériens, bien regroupés, se découvrent. De quoi créer quelques ennuis à la défense expérimentale ivoirienne. Mais les deux frappes de Mohamed Sangaré trouvent un Cissé Abdoul Karim bien inspiré. Derrière, la défense libérienne ouvre des brèches. Un bouffée d'oxygène pour Assalé Roger qui lance Maxwel Cornet. La tentative du Lyonnais cette fois ne trouve pas le cadre. Au bonheur d'Ashley Williams, le portier des visiteurs. Même scénario qu'en première période , à part ces trois occasions rien de consistant à se mettre sous la dent jusqu'à la sortie de Méïté Yakou et l'entrée de Jonathan Kodjia. Rentré à la 74e minute , ''Djoko''  a attendu 9 minutes pour se faire remarquer dans ce match . Apres avoir touché le poteau sur un lob presqu'astucieux , celui qui n'avait jamais marqué au Felicia benificie d'un penalty obtenu par le Lyonnais Maxwell Cornet . Il le transforme avec sérénité et offre la victoire dans les dernieres minutes aux Eléphants . Score final 1-0.

Amical : L'Algérie l'emporte à l'usure contre la Tunisie (1-0)

Grâce à un penalty de Baghdad Bounedjah, l'Algérie a battu la Tunisie, mardi à Blida en match amical.
L'Algérie a pris le meilleur sur la Tunisie (1-0), mardi à Blida en match amical de préparation à la CAN 2019. Bien en place, les deux équipes largement remaniées (Oukidja, Lekhal, sorti blessé au quart d'heure de jeu comme son remplaçant Abeid par la suite, et Benrahma titulaires côté Algérien ; Saidani, Khaoui, Chaouat et Dräger côté tunisien) ont peiné à se créer des occasions. Un tir croisé de Mahrez loupait le cadre de peu (30eme). Chaouat manquait un peu de précision au moment d'exploiter l'une des rares bévues d'Oukidja (60eme). Et c'est le plus remuant des Fennecs, Baghdad Bounedjah, qui ouvrait le score, sur un penalty en force consécutif à une faute sur Mahrez (70eme, 1-0). Un court avantage qui allait s'avérer suffisant.



"Ce n'était pas un match facile, la Tunisie est une belle équipe, elle s'est qualifiée pour la Coupe du Monde. C'est une victoire qui va nous donner de la confiance pour la CAN", a réagi Youcef Atal au micro de Canal Algérie. "C'est une grande fierté de représenter son pays. L'équipe m'a bien accueilli. C'est une bon résultat face à une bonne équipe, avec la satisfaction ne pas avoir pris de but", a de son côté souligné Alexandre Oukidja, qui a réussi son examen de passage en sélection.

Les onzes de départ :