Coupe de France : Une qualification sans briller pour l'OM

Copyright : Panoramic
Ce vendredi, l'Olympique de Marseille, peu brillant, a validé sa qualification pour les huitièmes de finale de la Coupe de France, aux dépens de Granville (0-3).
Le mois prochain, l’Olympique de Marseille prendra part aux huitièmes de finale de la Coupe de France. Les hommes d’André Villas-Boas ont rempli leur mission en prenant le dessus sur Granville, mais au-delà de la qualification il n’y aura pas grand-chose à retenir de cette sortie. Brouillons aux avant-postes, les Provençaux ont longtemps été tenus en échec et ce n’est qu’en supériorité numérique qu’ils ont réussi à se détacher à la marque. Leurs opposants leur ont mené la vie dure, et ils sont à féliciter pour la copie livrée. Le score final de 0-3 parait même trop sévère au vu ce que Granville aura affiché comme vertus mentales et qualités collectives face au deuxième de la Ligue 1.

Les Marseillais ont longtemps buté sur un mur


Les Olympiens ont totalement dominé la première période de cette rencontre, mais sans parvenir à trouver la faille devant. Ils ont essayé, souvent même, mais se sont heurtés à un portier en état de grâce, en la personne de Jeffrey Baltus. Sur sa ligne, ce dernier a multiplié les parades, intervenant avec brio contre Dimtri Payet (26e), face à Boubacar Kamara (30e) et aussi devant Maxime Lopes (37e). Et les fois, où il n’a pu attraper le cuir, il a pu compter sur le manque d’efficacité des Marseillais. Valentin Rongier (23e) et Payet (29e) ont notamment manqué d’attraper le cadrer alors qu’ils étaient en position favorable pour conclure.

A l’image de ce qu’ils ont fait lors du précédent tour contre Trélissac, les Phocéens ont donc eu du mal à matérialiser leur domination. Leurs adversaires normands ne les y ont pas aidés non plus, en défendant corps et âme et avec beaucoup de solidarité. Ils ont continué à le faire en deuxième mi-temps, subissant un peu moins, même si Baltus a eu à effectuer d’autres sauvetages contre successivement Kevin Strootman (54e), Valère Germain (70e) et Dario Benedetto (75e).

À dix, Granville a fini par s’écrouler


Granville a tenu le choc, mais il ne pouvait le faire avec un homme en moins. Et, malheureusement pour eux, le match a basculé avec l’expulsion de leur avant-centre William Sea. À un quart d’heure de la fin, ce dernier s’est rendu coupable d’un excès d’engagement. Et la sanction fut double puisqu’immédiatement après ce rouge, Marseille parvenait à débloquer la situation. Profitant de ce moment de flottement chez leurs opposants, les visiteurs ont multiplié les passes à l’entrée de la surface avant qu’Alvaro Gonzalez n’ait réussi à faire mouche d’une frappe à bout portant (77eme). Ça faisait 0-1, et il n’y avait dès lors plus de doute quant à l’issue de cette rencontre.

À sept minutes de la fin, les Marseillais ont plié les débats par l’intermédiaire de Nemanja Radonjic (84e). Le Serbe a fait trembler les filets d’un tir du gauche suite à un dribble à la Ronaldo. Un coup de semonce qui a définitivement enterré l’équipe de Johan Gallon, battue ensuite une troisième fois dans le temps additionnel sur un tir enroulé de Dimitri Payet de l’extérieur de la surface (92eme). Granville a donc fini par craquer, mais il n’aura pas à rougir de sa prestation. Loin s’en faut. Les pensionnaires du National2 ont livré un visage plus qu’honorable avant ce terrible tournant qui leur a fait si mal. S’ils étaient restés à onze, qui sait ce qu’ils auraient pu réaliser, surtout qu’ils eu les opportunités de faire la différence avec des tentatives non converties d’Akueson (39e) et de Blondel (78e).
Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des

PSG : Idrissa Gana Gueye, comme un symbole du naufrage parisien

Idrissa Gana Gueye - PSG Copyright -AFP
Il faut sauver le soldat Idrissa ! Méconnaissable et sans impact, le guerrier des Lions de la Téranga et du PSG, Idrissa Gana Gueye, a symbolisé le naufrage collectif de l’armada parisienne à Dortmund. Mardi soir, dans la redoutable arène des "Schwarzgelben" de Dortmund, Idrissa Gueye a semblé bien dépassé par les évènements. En effet, atone et fébrile, led "Lion de la Téranga" est passé à côté de son match face au phénomène Erling Haaland et ses partenaires au point de récolter un 2/10 sur Orange Football Club. >> Dortmund-PSG: les notes de la rencontres Le milieu de terrain sénégalais n’était certes pas le seul de sa formation, dont le naufrage fut collectif. Mais son manque d’impact et ses pertes de balle inhabituelles auront pesé dans la balance. Une simple statistique suffit d’ailleurs à illustrer à quel point Idrissa Gueye était loin du compte, mardi: Alors que son binôme Marco Verratti touchait 139 ballons et en récupérait 15, le Sénégalais se contentait de 97 ballons touchés et de 8 récupérés. Un bien maigre total pour celui qui était ces dernières saisons l'un des meilleurs ratisseurs de Premier League sous le maillot d'Everton. Cette pâle prestation contraste de manière frappante avec sa brillante performance réussie le 18 septembre dernier lors du mémorable succès du PSG face au Real Madrid (3-0). Ce soir-là, l’enfant de Dakar avait passé avec brio son premier gros test à Paris. Gueye avait su défendre en avançant, mettant son équipe dans le bon sens et obtenant des balles de but. « C’est incroyable. Je n’ai pas de mots. Je ne sais pas combien de ballons il a récupéré, et pas des ballons faciles. Il a réussi à bien lire les situations. Gana a fait un très bon match » : l’éloge était alors signé Thiago Silva. L'ancien pensionnaire de l'Institut Diambars est-il capable de rendre une aussi bonne copie lors de la manche retour dans trois semaines au Parc des Princes  ? Son avenir dans l’entrejeu parisien en dépend.

Ligue 1- Classement des buteurs : Cheikh A. Bamba Dieng reprend son rythme fou

Après être resté muet deux journées de suite, Cheikh Ahmadou Bamba Dieng l’attaquant de Diambars a repris son rythme d’enfer. Il a encore claqué deux buts dimanche au stade Caroline Faye, lors de « l’autre derby de la Petite Côte », lors du nul 2 partout entre Mbour PC et son équipe. Il porte ainsi son total à 12 réalisations en 10 journées de Ligue 1. Une cadence plus qu’impressionnante dans un football sénégalais où l’on ne marque pas beaucoup de buts et où la race des goléadors se fait de plus en plus rare. La preuve, le suivant le plus immédiat de Bamba Dieng, Bouly J. Sambou de Teungueth FC, est à 5 longueurs avec ses 7 réalisations. Derrière vient Makhtar Ndiaye du Ndiambour avec ses 6 buts suivi d’Idrissa Camara (DSC) et Babacar Ndiaye de l’US Gorée qui arrivent avec cinq réalisations. Le Top 5 des meilleurs buteurs de la Ligur 1: Cheikh Ahmadou Balba Dieng (Diambars) 12 buts Bouly Sambou (Teungeth FC) 7 buts Makhtar Ndiaye (Ndiambour) 6 buts Idrissa Camara (DSC) 5 buts Babacar Ndiaye (US Gorée) 5 buts

L’improbable querelle entre le clan Lihadji (OM)… et Toifilou Maoulida

Alors que le clan Isaac Lihadji, jeune espoir de l’OM sur le départ, aurait comparé son poulain à Angel Di Maria et l’autre jeune marseillais Mrley Aké à Toifilou Maoulida, l’ancien Marseillais a réagi sur Twitter mercredi.

Voilà un début de clash qu’on n’avait pas vu venir. Mardi, on apprenait dans les colonnes de La Provence que le jeune Isaac Lihadji, grand espoir de l’OM qui n’est jamais tombé d’accord avec son club formateur pour la signature d’un premier contrat pro, avait de très grandes chances de s’engager avec Lille dans les prochains mois. L’occasion pour le média de relayer des propos tenus par un membre de l’entourage du milieu offensif, qui a vu Marley Aké lui voler la vedette en débutant avec l’équipe première : « Marley (Aké), c'est Toifilou Maoulida, Isaac (Lihadji), c'est Angel Di Maria ! ».


Maoulida : « L’entourage peut être la cause de ta réussite comme de ton échec »


Une phrase loin d’être du goût de l’ancien attaquant, auteur de 21 buts en 69 matchs avec l’OM entre 2005 et 2007 : « À l’attention de l’entourage de M.Lihadji. Je ne vais pas polémiquer ni rajouter de l’huile sur le feu, car le plus important c’est le bien-être du joueur et malheureusement il ne doit y être pour rien. L’entourage peut-être la cause de ta réussite comme celle de ton échec », a écrit Maoulida sur Twitter.




Avant de reprendre : « Je lui souhaite malgré tout la première. Je ne suis peut-être pas une référence à vos yeux, néanmoins j’ai beaucoup de respect et d’estime pour votre joueur, un jeune issu des quartiers Nord de Marseille comme moi, un joueur que je ne connais pas, mais à qui je souhaite plein de bonnes choses et aussi une aussi longue carrière que la mienne au plus haut niveau, 20 ans et plus de 650 matchs pro. Les 3 principes qui m’ont permis d’y arriver : humilité, respect et détermination. Retenez bien la première s’il-vous-plait pour le bien de la carrière de votre jeune joueur. » Vexé mais bienveillant, Maoulida.


FC Barcelone : Le message énigmatique de Gerard Piqué

Depuis lundi et les révélations de la Cadena Ser, le FC Barcelone traverse une crise interne importante. Et Gerard Piqué à son mot à dire sur la question…
La situation devient irrespirable au FC Barcelone, alors que le scandale des « faux comptes » ébranle le président Josep Bartomeu. Selon les médias espagnols, le président aurait convoqué mardi les capitaines et le coach blaugranas. Bartomeu aurait nié l’implication du club dans cette histoire et aurait mis en cause l'agence I3 ventures.

« Marionnette »





Et, un nouvel épisode risque d’enflammer la Catalogne à nouveau. En effet, mardi soir, Gerard Piqué a répondu à un message d’un journaliste espagnol qui signifiait que le Barca était « devenu plus intelligent et moins manipulable ». Le défenseur n’a pas tardé à réagir en adressant un simple «Titella » (marionnette en espagnol) en réponse de ce tweet. La guerre des nerfs démarre du côté de Barcelone, et Gerard Piqué semble avoir choisi son camp, au grand dam de son président.

Marseille : Marley Aké, un grand fan de Didier Drogba !

Marley Aké Copyright -Twitter @FootMercato
La révélation de l'Olympique de Marseille, Marley Aké, qui a fait une bonne entrée en jeu contre Lille, dimanche dernier. Le Franco-Ivoirien a été impliqué sur les deux buts qui ont permis à l'OM de renverser le LOSC. Le père du joueur de 19 ans a fait une révélation sur son fils, dans une interview accordée au journal L’Equipe. Son poulain était fan de ... Didier Drogba ! « Marley l’a vu une première fois après France – Côte d’Ivoire (3-0), en 2005, il avait 4 ans, il s’est évanoui dans ses grands bras. Puis il l’a revu plus tard en Côte d’Ivoire, cette fois bien éveillé », a-t-il indiqué. Aké est né en Côte d'Ivoire mais a rejoint la France pour réaliser son rêve de footballeur professionnel. Il joue avec les U19 français mais est encore éligible pour la sélection des Éléphants. A lire aussi >> La CAN tous les 4 ans ? L'avis de Didier Drogba