Les dossiers OFC: Foot vs Coronavirus, pronostic vital engagé

Coronavirus Copyright -AFP
Souillée, malade et défigurée, la planète bleue jadis si resplendissante se rebiffe. De ses chaudes entrailles surgit un tueur implacable: le coronavirus, alias Covid-19. Sournoisement, il exécute son effroyable besogne.

De Wuhan à Paris, en passant par Milan et Dakar, les rues se vident, les stades aussi. Les temples mythiques du football sont désertés par leurs fidèles les plus inconditionnels. San Siro, Camp Nou, Bernabéu ainsi que le Stade de France sont désespérément vides. Il y règne un silence de mort.

Si en Afrique l’ampleur du coronavirus semble moins sévère, l’inquiétude monte face à la propagation galopante de la pandémie à travers le Monde. Cette appréhension se trouve pleinement justifiée eu égard à l’impact dévastateur du Covid-19 sur l’ensemble des secteurs d’activité dans un monde désemparé. Ni le sport en général, ni le football en particulier n’en sont épargnés.

Le spectre du coronavirus plane sur le football mondial


Touché de plein fouet par le fléau du coronavirus, le football est mis en sommeil. Pour les dirigeants des instances footballistiques la gestion de cette crise inédite est un vrai casse-tête "chinois".

Le péril est dans la demeure. La panique qui saisit le sport mondial provoque reports, suspensions et annulations en cascade. Circuits et pistes sont désespérément vides. Les stades ne font pas exception à la règle suite à la suspension jusqu’à nouvel ordre des championnats européens de football.

L’Euro 2020 reporté


Le doute a longtemps persisté avant que l’UEFA ne statue ce jour sur le sort de l’Euro 2020. L’instance européenne a fait le choix de reporter le championnat d’Europe des Nations, initialement programmé le 11 juin 2020. Le coup d’envoi de la plus prestigieuse des compétitions européennes sera donné le 11 juillet 2021.

Hier encore, l’atmosphère générale était bien morose car les plus optimistes osaient à peine affirmer que le football reprendrait ses droits au fur et à mesure d’une évolution positive du risque sanitaire lié au Covid-19 et de la libération des dates d’une façon progressive.

Autre point d’orgue de cette situation rocambolesque : le report à une date ultérieure par l’UEFA des derniers 8èmes de finale retour de la Ligue des Champions, initialement programmés mardi 17 et mercredi 18 mars.

L’annonce du contrôle positif des joueurs Daniele Rugani (Juventus Turin), Callum Hudson-Odoi (Chelsea), Eliaquim Mangala (Valence) ainsi que la mise en quarantaine de l‘ensemble de l’effectif du Real Madrid, de la Juventus ainsi que de l’Atalanta Bergame, ont certainement pesé sur les délibérations de l’UEFA.


La CAN 2021 menacée ?


Face à la propagation fulgurante du coronavirus, la décision de la CAF ne s’est pas faite attendre. Après avoir insisté sur le maintien de toutes les compétitions, en dépit de la prolifération alarmante du mal, la Confédération africaine a fait marche arrière. Les matches de qualification à la CAN 2021 ont été ainsi ajournés à une date ultérieure.

Ce revirement fait suite aux nombreuses requêtes de report émanant des Fédérations locales. La mise en quarantaine des joueurs africains évoluant en Europe aura eu certainement raison des atermoiements de l’instance panafricaine.


Le sort des stars africaines évoluant en Chine


Longtemps considérée avec les pays du Golfe comme un terrain de prédilection pour les stars africaines du ballon rond, la Chine a subi un coup d’arrêt fatal pour cause de coronavirus. Le championnat qui devait démarrer le 22 février a dû être suspendu. De ce fait, nos valeureux guerriers se retrouvèrent dans des situations bien embarrassantes.

A lire aussi >> La Chine, nouvel Eldorado des footballeurs africains

C’est le cas notamment de Christian Bassogog (Cameroun), sociétaire depuis 2017 du club Henan Jianye. Contraint de demeurer à Yaoundé, le meilleur joueur de la CAN 2017 s’est engagé à venir en aide à ses compatriotes étudiants vivant en Chine en leur faisant don d’un montant de 10 millions de CFA.

La situation de l’attaquant ivoirien Jean Evrard Kouassi est bien plus singulière. Le joueur de 25 ans a été tout simplement contraint de ne pas quitter l’Espagne où il effectuait un stage de pré-saison avec son club et quel club : le Wuhan Zall FC, ville où s’est déclarée la terrible pandémie du Covid-19.

Pour la petite histoire, l’équipe chinoise a été conviée par la ligue espagnole à assister au dernier Clasico qui a opposé le Real au Barça, le 1er mars. Un geste de solidarité bien appréciable, à ne pas douter… (Sic).

Autre figure emblématique du football africain, Cédric Bakambu, sociétaire du club chinois Beijing Guoan. Suite à son transfert manqué au FC Barcelone lors du dernier mercato, l’attaquant vedette des Léopards de la RDC est dans l’expectative d’une reprise hypothétique du championnat chinois.

L’unique "Lion de l’Atlas" de la Chinese Super League est le virevoltant gaucher, Ayoub El Kaabi, meilleur buteur du CHAN 2018. Sous contrat avec le Hebei China Fortune jusqu’au 30-12-2021, il évolue actuellement sous forme de prêt de six mois au Wydad Casablanca. Il est appelé à regagner le club chinois dès l’apaisement de la pandémie.

Quant à la superstar nigériane, Odion Ighalo, parti monnayer son talent au Shanghai Shenhua, il a atterri sous forme de prêt durant le dernier mercato à Manchester United. Passée la période de quarantaine (14 jours d’isolement), le meilleur artificier de la CAN 2019 a rechaussé les crampons, pour ouvrir son compteur but face au FC Bruges en Ligue Europa.

Le bout du tunnel ? L’après-coronavirus


Un seul mot d’ordre unit les professionnels du ballon rond = «wait and see». Le coronavirus finira bien par s’estomper. En attendant des jours meilleurs, la principale préoccupation des staffs techniques est de maintenir les joueurs en forme et de préserver leur intégrité physique face à ce fléau effroyable.

A lire aussi >> Coronavirus: RDC, Sénégal, Guinée… Le football s'arrête en Afrique !

Les répercussions économiques du passage du coronavirus seront certainement désastreuses, mais non irréparables. En fin de compte, on se souviendra dans quelques mois, ou dans quelques décennies peut-être, qu’un microscopique agent infectieux dénommé Covid-19 a empoisonné notre existence en nous privant de football durant le printemps 2020. Un printemps sans football, c’est bien triste.

Quelle ironie du sort ! Comme pour mieux assombrir ce tableau, le fâcheux virus a entravé le voyage de la flamme olympique pour l’Empire du Soleil Levant. Partie du site antique d’Olympie, la flamme n’est pas allée plus loin que Sparte
Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des

Mercato : Cheick Diabaté veut revenir en France

Deux ans après avoir quitté la France, Cheick Diabaté souhaiterait faire son retour dans l’Hexagone. L’international malien, évolue actuellement sous le maillot du FC Esteghlal, à Téhéran en Iran. L’attaquant de 31 ans, passé par les Girondins de Bordeaux, l'AC Ajaccio, l'AS Nancy-Lorraine ou encore le FC Metz s’est dit prêt à revenir dans un club français avant la fin de sa carrière. « Franchement, ça fait un petit moment que je suis parti de la France. Et, là, le seul pays auquel je pense, c’est la France… Je ne veux pas faire une demande ! Je ne veux pas dire : 'S'il vous plaît, je veux retourner en Ligue 1.' Non, je ne veux pas ça. Je veux aller là où on me veut. Si une équipe me demande, ce sera avec un grand plaisir. Je n’ai pas fini. J’ai des buts à marquer en France. Quand je vais revenir, les filets vont trembler". a il Diabaté indiqué lors d'un entretien accordé à France Football. A lire aussi sur Orange Football Club >> Mercato : Sadio Mané, plan B pour le Real Madrid !

Argentine : Di Maria a « déchiré la lettre du Real »

C'est le Real Madrid qui a fait pression pour qu'Angel Di Maria ne dispute pas la finale de la Coupe du Monde en 2014.
Angel Di Maria, qui vit très mal son confinement, s'est confié à la télévision argentine. Sondé sur la finale du Mondial 2014 perdue avec l'Argentine, El Fideo raconte un avant-match mouvementé. "Ceux qui connaissent la vérité sont le docteur, le sélection, Sabella et moi. Je m'étais blessé contre la Belgique, une déchirure. Je n'étais pas à 100% mais bien à 90%. On m'a dit que si je  me cassais la jambe, je ne pourrais plus jouer au football mais je m'en fichais, c'était la finale du Mondial", raconte l'Argentin qui venait de remporter la C1 avec le Real Madrid.

Di Maria "J'ai déchiré la lettre du Real"


L'ancien joueur de Manchester United, qu'il allait rejoindre un mois plus tard contre 75M€, raconte l'implication de son club d'alors. "Je m’imaginais, parce que je savais que James venait à Madrid et que c’était ma position, qu’ils voulaient me vendre. Je savais que James Rodriguez arrivait à Madrid et qu'il jouait à mon poste. Une lettre du Real est arrivée, je ne voulais même pas la regarder et je l’ai déchirée." Di Maria n'a donc pas joué cette finale. Le club merengue ne voulait pas passer à côté d'un transfert juteux en cas de blessure grave. Et l'Argentine a perdu face à l'Allemagne.

Real Madrid - Ramos : « J'ai marqué ce but avec mon âme »

Sergio Ramos a vécu un moment de grâce lors de l'égalisation en finale de C1, en 2014.
Sergio Ramos garde un souvenir évidemment particulier de la campagne de la "Décima", la dixième Ligue des Champions du Real Madrid. Et quand on lui demande son plus beau but, le capitaine merengue mentionne forcément son égalisation face à l'Atlético Madrid en finale de C1 2014. Un but inscrit de la tête sur corner à quelques encablures du coup de sifflet final. Un but égalisateur salvateur, qui permettra au Real de prendre le dessus par Bale, Marcelo puis Cristiano Ronaldo sur penalty face à Courtois. "Ce but a changé l’histoire de notre club parce que cela faisait longtemps que nous n’avions pas gagné la Champions et, en plus, nous l’avons gagnée alors que tout semblait perdu", s’est souvenu le défenseur andalou sur les canaux sociaux de son club.

"J’ai dit à ma mère que je pouvais mourir en paix"




"Après ce moment, j’ai dit à ma mère que je pouvais mourir en paix, quoi qu’il arrive. Et oui, je pense que c’est mon meilleur but, le but de ma carrière, pour tout ce qu’il représente. Pas uniquement pour moi personnellement, mais aussi pour tout le monde du football et pour notre club. Je n’ai pas marqué avec ma tête, j’ai marqué avec mon âme", s'est encore remémoré l'international espagnol dans des propos relayés par Real France.

Dortmund ne bradera pas Sancho

Le président du Borussia Dortmund hausse le ton concernant un possible transfert de son joueur anglais Jadon Sancho.
La saga Jadon Sancho n'a pas fini de faire danser les grands clubs européens au rythme des velléités de départ du prodige anglais. Des velléités bien réelles selon le président du Borussia Dortmund Hans-Joachim Watzke. Ce dernier ne compte pas s'opposer à un départ de sa pépite, mais ne compte pas la brader pour autant. "Même avant l'épidémie du coronavirus, nous avions dit que nous préférions que Jadon reste avec nous. Mais en fin de compte, vous devez toujours respecter la volonté du joueur. Je dirai clairement que même les clubs les plus riches ne devraient pas penser qu'ils peuvent venir ici et faire de bonnes affaires. Nous n'avons pas à vendre qui que ce soit à un prix inférieur à sa valeur", a ainsi tonné le dirigeant dans les colonnes de Bild, ce dimanche.

Sancho a l'embarras du choix


Si Xavi espère le voir signer au Barça, Manchester United semble avoir une longueur d'avance sur ce dossier. Les Red Devils seraient en pole pour recruter l'ancien joueur de Manchester City selon différents médias anglais. Une saga qui risque de tenir en haleine les fans de football dans différents pays pendant très longtemps...

Le Real Madrid vise le « nouveau Kaka » Igor Gomes

Le milieu de terrain de 21 ans Igor Gomes est convoité par le Real Madrid, le FC Barcelone et Séville, lui que l'on compare à Kaka.

Le Real Madrid continue de chercher des jeunes joueurs prometteurs. Le club merengue aurait des vues sur le "nouveau Kaka" Igor Gomes. Après Rodrygo, Vinicius ou encore Reinier Jesus, le Real a jeté son dévolu sur ce nouveau virtuose brésilien. Gomes est considéré comme le "nouveau Kaka" par les médias locaux.


"Un Kaka, mais en mieux"


Le joueur de 21 ans a été surveillé par le réseau de scoutisme sud-américain du Real selon AS. Mais le jeune prodige ne sera pas donné. Il possède en effet une clause libératoire de 50 millions d'euros dans son contrat. Gomes est également surveillé par les rivaux du Real en Liga que sont Barcelone et Séville, alors que l'Ajax serait également un grand admirateur de l'international brésilien U20.


Gomes a été qualifié de "version améliorée de Kaka" dans la presse brésilienne et il a déjà fait 44 apparitions en A pour São Paulo, marquant cinq buts. Kaka, le vrai, affirmait récemment que Gomes lui ressemblait. "II me fait penser à moi en termes de styles de jeu", confiait-il. Pour rappel, le Real Madrid ciblerait également le jeune Rennais Eduardo Camavinga.