Can U20 Niger : le Sénégal se qualifie à la coupe du monde pour la troisième fois d’affilée

Cet après-midi, le Sénégal faisait face au Ghana pour une place en demi-finale et la qualification à la coupe du monde 2019, en Pologne. Les lionceaux ont battu leur homologue sur le score de 2 buts à 0. 

Le Sénégal et le Ghana se faisaient face cet après-midi pour la tête du groupe B de la coupe d’Afrique des nations des moins de 20 ans. Après leur victoire respective sur le Mali et le Burkina Faso sur le même score (2-0), les deux équipes avaient la chance de se qualifier en demi-finale de la can Niger (du 2 au 17 février) et à la coupe du monde 2019. 

Cependant, grâce à un doublé de Youssouph Badji (11’ et 44’), les lionceaux remportent le match sur le score de deux buts à 0. Grace à cette victoire, les hommes de Youssoupa Dabo se qualifient en demi-finale avant même le dernier match de poule face au Burkina Faso. Avec cette qualification en demi, le Sénégal se qualifie aussi, pour la 3ème fois d’affilée en coupe du monde de cette catégorie après 2015 (Nouvelle-Zélande) et Corée du Sud (2017). La prochaine coupe du monde des U20 se déroulera en Pologne du 25 mai au 16 juin 2019. 
Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des

13 novembre 2016 - Laurent Pokou, l'homme d'Asmara, quitte définitivement les arènes

Laurent Pokou - Côte d'Ivoire Copyright -OFC
Certains anniversaires sont difficiles à fêter. Il y a trois ans jour pour jour, Laurent Pokou nous a quittés tragiquement à l’âge de 69 ans. Le 13 novembre 2016, le "Continent-mère" a perdu l’un de ses enfants les plus adorés, mais les exploits footballistiques du légendaire canonnier des Eléphants de la Côte d'Ivoire resteront à jamais gravés dans le grand livre des légendes du football africain et mondial ! « Tu aurais dû naître Brésilien » : cette sentence élogieuse rendue par le Roi Pelé en novembre 1971 envers Laurent Pokou résume bien le talent hors norme du légendaire buteur ivoirien, vedette des CAN 1968 et 1970. Malheureusement, le 13 novembre 2016, le football africain a perdu l'un de ses enfants les plus adorés, certainement l’un des meilleurs qu’ait enfanté le Continent-mère. Considéré comme l’un des plus grands footballeurs ivoiriens de tous les temps, le meilleur buteur des Coupes d’Afrique des Nations 1968 (6 buts) et 1970 (8 buts), a porté pendant 38 ans le statut de meilleur buteur de l’histoire de la plus prestigieuse des compétitions africaines avec 14 réalisations. Ce record a tenu jusqu’à ce que l’ex capitaine des Lions Indomptables du Cameroun Samuel Eto’o fils le pulvérise en 2008 avec 18 buts au bout de cinq participations. Le mythique attaquant de l'ASEC Abidjan n'a lui eu besoin que de deux éditions pour inscrire ses 14 buts. C'est en Ethiopie que le jeune surdoué ivoirien s’est révélé aux yeux du monde. En 1968, le pays dirigé d'une main de fer par l'ex empereur Haïlé Sélassié accueillait la sixième édition de la compétition qui réunissait huit nations. Pokou, alias «l’Homme d'Asmara» termina alors le tournoi en tant que meilleur buteur avec 6 réalisations, dont un historique quintuplé réalisé face à l’Ethiopie pour sa toute première participation à seulement 21 ans ! En 1970 au Soudan, Laurent Pokou a continué de faire étalage de tout son talent et a amené les Eléphants de la Côte d'Ivoire en demi-finale de la CAN grâce notamment à ses 8 buts. Cet exploit hors normes lui a permis de terminer pour la seconde fois meilleur buteur de la compétition. C’était déjà il y a 49 ans ! Dans l’histoire du football africain, peu de joueurs peuvent se targuer d’être devenus, de leur vivant, des légendes mondialement reconnues. Pokou ne serait pas l’un des plus grands, mais peut-être le plus grand de tous ! A lire aussi >> Rétro CAN : 1968, les Léopards sur le toit de l’Afrique

Algérie - Djamel Belmadi : "Rais M’Bolhi est le numéro un"

Raïs M'Bolhi Copyright -OFC
Interrogé en conférence de presse sur la relève au poste du gardien de but, le sélectionneur de l'Algérie, Djamel Belmadi a fait savoir que Rais M’Bolhi est le numéro un et que personne n'arrive à le détrôner. « Nous ne sommes pas des formateurs, c'est aux clubs de former des gardiens. Puis au vu des performances de Rais, cela n'est pas une priorité. L'EN n'est pas un laboratoire, vous devez être présent en ayant le niveau. Je pense que malheureusement on ne dispose pas de relève plus jeune au poste de gardien qui se rapproche du trio dont on dispose actuellement, à savoir M’Bolhi, Oukidja et Doukha », a-t-il indiqué. « Aujourd'hui, il n'y a pas de successeur de Rais. Nous avons misé au début sur le gardien Salhi qui était en progression mais ça n'a pas continué. M'Bolhi reste à l'heure actuelle le gardien n°1 au vu de sa régularité en club, de son expérience et des performances. L'objectif étant de lui installer une concurrence saine pour le garder au plus haut niveau en sélection ». A lire aussi >> Belmadi : "Mahrez mérite le titre du meilleur joueur africain"

Cameroun - Toko-Ekambi : "faire la meilleure prestation possible"

Karl Toko-Ekambi
L'attaquant Camerounais, Karl Toko-Ekambi se focalise actuellement sur l'équipe nationale, lui qui a été élu meilleur joueur du mois en Liga suite à ses belles prestations avec Villarreal. À Villarreal depuis l’été 2018, le buteur camerounais a été élu joueur du mois d’octobre de Liga, après avoir marqué 3 buts en 4 matches de Championnat sur la période. « Je n’ai pas de pression, ma distinction, ça n’a rien à voir. Ici c’est l’équipe nationale et c’est complètement différent. Les objectifs sont différents. Là, on doit jouer à domicile contre le Cap Vert, et on va essayer de faire la meilleure prestation possible », a-t-il confié. Le Camerounais a parlé du match de son équipe face à l'équipe du Cap-Vert : « On la connait comme toutes les autres équipes. Personnellement je n’ai jamais joué contre eux, mais on sait que c’est une très bonne équipe qui a de bons joueurs qui jouent en Europe. Donc, on va essayer de faire en sorte de les mettre en difficulté ici chez nous pour pouvoir remporter la partie ». Les Lions Indomptables se rappellent que le Cap-Vert a été un obstacle lors de la campagne en 2013. « C’était en 2013, avec des joueurs complètement différents. Il n’y a que Fabrice Olinga qui y était, donc ça n’a rien à voir. C’est complètement différent, eux aussi ont des joueurs différents, nous on va préparer notre match et non celui de 2013 », a-t-il conclu. A lire aussi >> Eliminatoires CAN 2021 : hécatombe de blessure au sein du Cameroun

PSG : « il ne fait que pleurer »… Cheikh Ndoye allume Verratti !

Cheikh Ndoye - Marco Verratti Copyright -AFP
Cheik Ndoye a vertement tancé la mentalité du maître à jouer du PSG, Marco Verratti, au micro de RMC. Selon l'expérimenté milieu de terrain des Lions du Sénégal « l'Italien ne fait que pleurer...». Observateur attentif de la Ligue 1 française, le charismatique milieu de terrain des Lions du Sénégal, Cheik Ndoye (33 ans, 35 sélections), a une opinion dénuée d’équivoque sur Marco Verratti, un joueur qu’il n’apprécie pas du tout, non pas pour ses compétences en tant que milieu de terrain, mais plutôt pour sa mentalité.

"Verratti râle tout le temps"

« C’est un joueur très fort. Son problème, c’est qu’il donne des coups mais ne veut pas en recevoir. Il ne fait que pleurer, il râle tout le temps ! Tout le temps, tout le temps, tout le temps », a ainsi tancé Ndoye au micro de RMC dans l’émission "Le vestiaire" au sujet de l’international italien. L’ancien joueur du SCO Angers, libre de tout contrat, apprécie pourtant énormément un autre joueur du PSG en la personne d’Angel Di Maria: « Sa touche de balle, ses transversales, les contrôles… Il voit tout avant. Il voit avant de recevoir. Tu ne peux pas anticiper ses gestes. Il est extraordinaire. Là, il est dans une période où il est intouchable. Avec Paris, on parle de Mbappé, Mbappé, Mbappé… Mais derrière Mbappé, c’est Di Maria qui fait les passes et qui marque », a admiré le Lion de la Téranga. Il convient de rappeler que Cheikh Ndoye, victime d’une rupture des ligaments croisés du genou gauche en mars dernier, a également annoncé qu'il sera bientôt de retour sur le rectangle vert. Une bonne nouvelle pour les supporters sénégalais. >> Sénégal : Cheikh Ndoye fait les louanges de Sadio Mané

Sénégal-Congo : Aliou Cissé : « il faut imposer notre rythme »

Le Sénégal affronte le Congo, ce mercredi à 19h au stade Lat Dior de Thiés. Pour ce match comptant pour la première journée des éliminatoires de la coupe d’Afrique des nations 2021, Aliou Cissé invite les joueurs plus d’intensité et de rythme pour venir au bout des Congolais. « On ne connaît jamais assez une équipe, mais nous avons essayé de l’étudier. Ce qui est le plus important au-delà de l’équipe congolaise, c’est surtout nous, ce que nous sommes capables de faire, quel est notre fil conducteur, est-ce qu’aujourd’hui, nous serons capables de jouer avec l’intensité que j’attends de mes joueurs de la 1ere à la 95e mn, faire focus sur nous, plutôt que sur l’adversaire », a expliqué Aliou Cissé en conférence de presse d’avant-match. « Ce qui est important, c’est que les 11 qui seront choisis demain (Ndlr: aujourd’hui), jouent avec une grande intensité, qu’on puisse rentrer dans ce match avec beaucoup de motivations, de la 1ere à la 95e mn, imposer notre rythme et gagner le match », a jouté le sélectionneur des lions de la Téranga. Pour rappel, le Sénégal joue son premier match des éliminatoires de la coupe d’Afrique 2021, ce mercredi soir à Thiés.