CAN 2019 : que retenir de la participation du Cameroun

Alors qu’ils ont été éliminés de manière prématurée en huitièmes de finale avec un André Onana finalement pas si bon que ça, et un Bahoken affamé, les Lions ont perçu 32,5 millions de francs CFA chacun en guise de primes.

Une fin inattendue

Depuis trois semaines, le continent vibre, respire et pense football. La fête qu’impose la 32e édition de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) de football continue en terre égyptienne. Sans le pays organisateur. Ni le pays tenant du titre. Comme les Pharaons d’Egypte emmenés par leur joueur vedette Mohamed Salah, les Lions Indomptables du Cameroun sont eux-aussi sortis à la phase des huitièmes de finale de la compétition. Les hommes de Clarence Seedorf ont été éliminés par le Nigeria (2-3), après avoir mené 2-1 au terme de la première période d’un match plein de rebondissement. Si le beau jeu n'a pas toujours été au rendez-vous, le suspense était présent et ce jusqu'au dernière minute de cette rencontre qui a vu le Nigeria l'emporter aux dépens du Cameroun. Une fin un peu inattendue pour le tenant du titre qui est allé en Egypte avec l’ambition ferme de conserver son trophée.

Animation : le baffle « maudit »

Les coéquipiers de Vincent Aboubakar ne peuvent s’en prendre qu’à eux-mêmes. S’ils voulaient vraiment aller plus loin, ils auraient dû terminer premiers de leur groupe F. Après une belle entame en effet face à la Guinée Bissau (2-0), Eric-Maxim Choupo-Moting et ses coéquipiers ont perdu de leur superbe, alignant deux matchs nuls consécutifs sans marquer face au Ghana et au Bénin, le petit poucet du groupe qui a finalement atteint les quarts de finale du tournoi. S’ils avaient terminé à la première place de leur groupe, les Camerounais auraient rencontré la Tunisie, un adversaire moins dangereux que le Nigeria, en huitièmes de finale. Les Lions étaient pourtant très confiants avant le coup d’envoi de cette CAN. Quand ils arrivaient dans les stades, les Lions Indomptables, emmenés par un Ambroise Oyongo en véritable chef d’orchestre, montraient tout de suite leur sérénité à travers des chants et danse de ralliement. C’était beau à voir. Seulement, l’enceinte bluetooth (baffle sans fil qui permet de jouer de la musique) de « DJ » Oyongo a semblé leur apporter plus de poisse que de chance sur le terrain où ils auraient dû se montrer plus déterminés.

Bahoken avait faim

Avec sa jeunesse et sa fougue, l’équipe du Cameroun faisait partie des favoris de cette CAN. Et pourtant, ça n’a pas suffit pour atteindre le dernier carré tel que fixé comme objectif. Cette compétition aura néanmoins permis à quelques jeunes recrues d'exploser et de se révéler intéressants, comme le nouveau numéro « 9 », Stéphane Bahoken. Meilleur scoreur camerounais à cette CAN avec un but inscrit contre la Guinée Bissau d’entrée et un autre face au Nigeria, l’attaquant du SCO Angers en Ligue 1 de France a prouvé qu’il peut être le futur leader offensif de la sélection fanion du Cameroun. Pour sa première CAN, le néo-Lion Indomptable a réussi là où des joueurs comme Christian Bassogog, Karl Toko Ekambi et autre Eric-Maxim Choupo-Moting, pourtant plus expérimentés ont échoué.

Onana, pas si bon que ça finalement ? 

Jamais inquiété durant le premier tour de la compétition, André Onana a enfin eu un « vrai » adversaire lors de match des huitièmes de finale. Et ça s’est mal terminé pour celui que beaucoup considèrent comme le meilleur gardien africain de l’heure. Battu à trois reprises, le joueur de l’Ajax Amsterdam a fait preuve d’un manque de sérénité et d’expérience sur les occasions nigérianes. Intraitable en club, André Onana a totalement été différents sous le maillot national. Le joueur formé au Barça a commis des erreurs d’appréciation qui ont tout de suite fait regretter un certain Fabrice Ondoa, meilleur gardien de la précédente CAN remportée par la nation vert-rouge-jaune.

32,5 millions de francs dans la poche

L’argent ne fait pas bruit. On l’a bien compris avec les joueurs de la sélection du Cameroun. Ainsi donc, après avoir disputé 4 matchs dans cette compétition, les Lions Indomptables ont perçu chacun 32,5 millions de francs CFA. De façon détaillée, des sources officielles parlent de : 20 millions de francs CFA, correspondant à la prime de qualification ; 4 millions pour la victoire obtenue face à la Guinée Bissau (2-0) ; 4 millions de francs CFA pour les deux matchs nuls concédés ensuite contre le Ghana et le Bénin (soit 2 millions de francs CFA par match nul, Ndlr.) ; 2,5 millions de prime dite de performance payée par la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) ; 1,5 millions de francs relatifs à la prime de top sponsor et enfin, 500 000 francs CFA de prime de présence.

Banana et Zambo, deux fois distingués

Déjà retenu dans le onze-type de la première journée de la compétition après son but et sa belle prestation contre la Guinée Bissau, Yaya Banana a été retenu dans l’équipe-type du premier tour de la compétition. Malgré une bourde qui a permis au Nigeria d’inscrire son troisième but et de battre les Lions en huitièmes de finale de la compétition, le joueur de Panionios a été le seul Camerounais dans ce onze. Alors que ses compatriotes, le gardien André Onana et Frank Zambo Anguissa, élu deux fois « Homme du match » au terme des rencontres Cameroun – Guineé Bissau et Cameroun – Ghana, faisaient partie des remplaçants.

Rennes : De la concurrence pour Gonalons

Alors que Rennes semblait proche de récupérer Maxime Gonalons, le milieu de l'AS Rome, le Besiktas Istanbul a fait son apparition dans le dossier, d'après Sky Sport Italia.
En contacts avancés avec Rennes, le milieu de terrain récupérateur international français Maxime Gonalons (30 ans) aurait aussi la cote en Turquie. Prêté la saison passée au FC Séville, l’ancien joueur de l’OL serait dans le viseur du Besiktas Istanbul (qui vient d’enregistrer le renfort de l’ex-Nantais et Marseillais Georges-Kevin Nkoudou). Placé sur la liste des transferts par la Roma, le natif de Vénissieux pourrait faire l’objet d’un prêt avec option d’achat. Selon les informations de Sky Sport Italia, la piste serait active. Une offre aurait été transmise, mais le Tricolore garderait une préférence pour les Rouge et Noir.

Atlético Madrid : L'AS Rome pour Kalinic ?

Sur le départ du côté de l'Atlético Madrid, Nikola Kalinic, l’attaquant croate, pourrait rebondir du côté de l'AS Rome, d'après Sky Sport Italia.
Avec les éventuels départs de Grégoire Defrel et Patrik Schick, la Roma s’activerait pour se renforcer aux avant-postes. Dans cette optique, les Giallorossi se pencheraient sérieusement sur le cas de l’avant-centre international croate Nicolas Kalinic (31 ans, Atlético Madrid). Sous contrat jusqu’en juin 2021 avec les Colchoneros, l’ancien joueur de la Fiorentina et du Milan AC pourrait faire l’objet d’un prêt avec option d’achat. Selon les informations de Sky Sport Italia, l’affaire pourrait être bouclée la semaine prochaine. En revanche, les discussions auraient connu un coup d’arrêt concernant le défenseur central international italien Daniele Rugani (25 ans, Juventus Turin).

Bayern Munich : Lille accélère pour Renato Sanches

Alors que le Bayern Munich et Lille discutent au sujet de Renato Sanches, le milieu portugais, un accord serait en passe d'être trouvé.
Avec le départ annoncé de Thiago Maia en Serie A, Lille est passé à la vitesse supérieure pour arracher la signature du milieu de terrain international portugais Renato Sanches (22 ans, Bayern Munich). Un temps suivi par Hoffenheim et Leverkusen, notamment, l’ancien joueur du Benfica Lisbonne a donné son feu vert pour rejoindre les troupes de Christophe Galtier. Alors qu’un prêt était envisagé, les discussions portent aujourd’hui sur un transfert sec.

Lille sort le carnet de chèques 


Du côté des Dogues, l’optimisme est de mise, même s’il s’agit d’un investissement considérable. Après avoir cassé sa tirelire pour recruter le Turc Yusuf Yazici, le club du président Gérard Lopez est parti pour franchir un nouveau cap avec le transfert de l’ex-Golden Boy. Malgré un engagement courant jusqu’en juin 2021 avec les Bavarois, Renato Sanches ne sera pas retenu outre mesure. Il n’est néanmoins pas question de brader celui qui avait été recruté pour trente-cinq millions d’euros, plus des bonus, il y a trois ans. Avec l’arrivée du Barcelonais Philippe Coutinho, le numéro 35 n’a plus d’avenir aux côtés des coéquipiers de Manuel Neuer, mais le LOSC est contraint de mettre la main au portefeuille. Les négociations sont à un stade très avancé, toutes les parties concernées acceptant de faire un effort.

Real Madrid : Navas vers le PSG ?

Ces dernières heures, Leonardo, le directeur sportif du PSG, aurait relancé le dossier Keylor Navas, le gardien remplaçant du Real Madrid, d'après Marca.
A la recherche du successeur de Kevin Trapp, qui a été transféré à l’Eintracht Francfort, le Paris Saint-Germain aurait réactivé la piste menant au gardien international costaricien Keylor Navas (32 ans, Real Madrid). Barré par Thibaut Courtois chez les Merengue, l’ancien joueur de Levante et Albacete pourrait débarquer pour concurrencer Alphonse Areola sous les couleurs du club de la Capitale. Selon les informations de Marca, celui qui a été formé au Deportivo Saprissa se rapprocherait des coéquipiers de Kylian Mbappé. Après avoir donné son accord à Antero Henrique, le protégé de Zinédine Zidane aurait été relancé par Leonardo, son successeur au poste de directeur sportif chez les champions de France en titre.

Le Real demande 20 M€ 


Aujourd’hui, les discussions seraient dans leur phase finale, et ce dossier ne serait pas forcément lié à celui de Neymar. Lié jusqu’en juin 2020 avec La Maison Blanche, qui avait versé 10 M€ pour le recruter il y a cinq ans, le numéro 1 serait aujourd’hui estimé aux alentours de vingt millions d’euros. A défaut de pouvoir attirer Gianluigi Donnarumma (20 ans, Milan AC), l’écurie du président Nasser Al-Khelaïfi pourrait se « consoler » avec le Costaricien. Le nom d’André Onana (23 ans, Ajax Amsterdam) est aussi cité par nos confrères ibériques.

Metz : Un nouveau pari africain

Ce jeudi, Metz a annoncée l'arrivée de Boubacar Traoré, le jeune milieu malin de l'AS Bamako, pour une durée de cinq ans.



Agé de 18 ans, Boubacar Traoré, le milieu de terrain défensif de l’AS Bamako, rejoint Metz. Les Grenats ont officialisé ce jeudi la venue de l’international malien U20, qui s’est engagé pour une durée de cinq ans. « En Moselle, il fera ses premiers pas en dehors de son pays natal et il compte bien apporter toute sa fougue et ses qualités de récupérateur afin d'aider le FC Metz dans son opération maintien, peut-on lire sur le site officiel des Grenats. Par ailleurs, il portera le numéro 8 ! »