CAN 2019 - Ouganda : Sébastien Desabre dévoile une première liste

Le sélectionneur de l'Ouganda, Sébastien Desabre, a dévoilé une première liste de 19 joueurs en vue de la CAN 2019. La liste finale sera un mix entre ces éléments, des joueurs basés en Europe, voire les 20 locaux retenus en parallèle pour la COSAFA Cup. La phase finale verra les Cranes affronter l’Egypte, pays hôte, la RD Congo et le Zimbabwe dans le groupe A.
Les 19 Cranes :

Gardiens de but : Charles Lukwago (KCCA), James Alitho (URA FC).

Défenseurs : Bevis Mugabi (Yeovil Town, Angleterre), Brian Majwega (Maroons FC), Godfrey Walusimbi (sans club), Awany Timothy (KCCA), Halid Lwaliwa (Vipers SC), Mujuzi Mustafa (Proline FC).

Milieux de terrain : Khalid Aucho (Churchill Brothers, Inde), Hassan Wasswa Mawanda (sans club), Ibrahim Sadam Juma (KCCA), Tadeo Lwanga (Vipers SC), Allan Okello (KCCA FC), Moses Waiswa (Vipers SC).

Attaquants : Daniel Isiagi (Al-Nassr FC, Egypte), Allan Kyambadde (KCCA), Balinya Juma (Police FC), Henry Patrick Kaddu (KCCA), Joel Madondo (KJSSS FC).

Ce groupe entrera en stage à compter du 13 mai prochain au Kabira Country Club. Après une semaine de préparation au pays, les joueurs et leur staff s’envoleront pour les Emirats Arabes Unis le 20 mai, pour continuer la préparation en vue de la CAN. La liste finale sera composée d'un mix entre joueurs de cette liste, expatriés voire locaux retenus pour la COSAFA Cup (25 mai-8 juin à Durban, Afrique du Sud).


Eto’o : « Le Qatar m’a associé à un grand projet, maintenant j’apprends l’arabe ! »

Samuel Eto’o - Qatar Copyright -@2022mondial
Le légendaire Samuel Eto’o n’est plus le roi qu’il a été sur la scène internationale. Mais au pays des émirs, le Lion Indomptable reste un prince du ballon rond. En effet, et alors que son contrat avec le Qatar Sports Club arrive à échéance cet été, le quadruple Ballon d’or africain a fait part de son intention de rester au service de la ligue qatarie. Loin du haut niveau sportif qu'il a connu, mais dans des conditions matérielles plus qu'avantageuses l’ex-attaquant du FC Barcelone termine tranquillement sa carrière du côté de Doha, qu'il a rejoint à l'été 2018. "Je pense que je vais rester un an supplémentaire au Qatar, et je verrai ensuite. Je suis reconnaissant envers les Qataris de m'avoir donné l'occasion de jouer tout en planifiant mon projet éducatif ", affirme Eto’o. Se révélant également être un entrepreneur de premier plan, en équilibrant ses activités avec ses projets humanitaires, la super star camerounaise qui a fêté ses 38 ans en mars dernier, révèle que le Qatar sera probablement sa dernière étape. « J’ai eu l’occasion de jouer en Europe, au sein des plus grands clubs du monde mais maintenant je compte terminer ma carrière au Qatar. Les Qataris ont un gros projet dont je veux faire partie. Mon anglais n’est pas très bon, mais je parle italien et espagnol, et maintenant j’essaie l’arabe » a déclaré le joueur dont la riche carrière l’a amené dans six pays: l’Espagne, l’Italie, l’Angleterre, la Russie, la Turquie et maintenant le Qatar. Il convient de rappeler que le Qatar va organiser la Coupe du Monde 2022 et Samuel Eto’o, qui a été nommé ambassadeur de la compétition en février dernier, aura certainement un grand rôle à jouer.
 
Voir cette publication sur Instagram
 

Merci pour ce dîner hier. Et welcome à DOHA ❤️❤️❤️❤️adrénaline 💉💉💉💉💉Fifa président. Caf président

Une publication partagée par Samuel Eto'o (@setoo9) le

Olivier Boumal : « Me donner à fond pour faire partie des 23 pour la CAN »

Convoqué pour le dernier stage préparatoire en vue de la Coupe d’Afrique qui débute en juin en Egypte, l’ailier de Panionios FC, club de D1 en Grèce, se livre.

Comment avez-vous accueilli la nouvelle de votre convocation pour le stage préparatoire à la CAN 2019 ?

C’est avec beaucoup de fierté et de joie que j’ai accueilli ma convocation. Et certainement comme nous sommes nombreux dans la liste, ç’a encore mis la pression ; une pression positive pour continuer à travailler afin d’être parmi les 23 pour la CAN.

Au regard de votre prestation lors du dernier match du Cameroun face aux Iles Comores, votre convocation ne vous a certainement pas surpris…

Non, effectivement : Après, on sait qu’on est au Cameroun et que beaucoup de choses peuvent se passer. Néanmoins, je tiens quand même à remercier le staff technique pour la confiance et la Fédération parce qu’il y a quand même un travail qui est mis sur pied qui nous donne la possibilité de savoir que nous joueurs, en travaillant bien, on a la chance de revenir ou d’être en sélection nationale.

Au moins 14 attaquants ont été convoqués avec vous. Pensez-vous sincèrement avoir des chances de figurer dans la liste finale ?

C’est déjà une grande chance de faire partie des convoqués ; puisqu’on sait que le Cameroun est un grand pays de football. Il y a beaucoup de joueurs qui évoluent à l’étranger. Le plus important, c’est de donner le maximum et après le coach décidera. Moi, mon objectif est clair : me donner à fond pour faire partie des 23 pour la CAN. Rien n’est encore acquis. Il va falloir travailler dur. Et cela commence maintenant. Après un séjour de quelques jours à Douala au Cameroun, je suis retourné en Europe pour entamer ma préparation personnelle. Ensuite, quand viendra le moment du stage, je vais tout simplement me battre pour prouver que je peux être une valeur sur laquelle le staff technique et les supporters des Lions Indomptables peuvent s’appuyer à la CAN.

Si vous êtes retenu parmi les 23 qui iront en Egypte, ce sera votre première CAN. Est-ce qu’il vous arrive de vous imaginer déjà à cette compétition ?

Pas vraiment. J’ai certes une motivation particulière, mais je préfère garder les pieds sur terre et me concentrer sur le travail. Car à la fin, c’est l’entraineur qui aura le dernier mot.

Qu’est-ce qui change entre la méthode d’Hugo Broos et celle de Clarence Seedorf ?

Chacun a sa philosophie des choses dans le foot… Le courant passe mieux avec le coach Seedorf qui a été un excellent joueur. Il se met justement à la place des joueurs. Il a un comportement adéquat qui fait en sorte qu’on adhère plus à sa philosophie et il est aussi très proche de ses joueurs.

Comment jugez-vous votre saison ?

C’est vrai que je n’ai pas mal bougé ces derniers temps. Je reviens dans un pays [la Grèce, Ndlr.] que je connais très bien et une maison [Panionios FC, Ndlr.] que je connais aussi très bien. Le fait de bouger ne m’a pas créé un problème particulier. Sur le bilan sportif, ce que j’ai pu faire à l’étranger et ce que je continue de faire en Grèce, a été plutôt positif ; puisque je retrouve la sélection nationale. Ça veut dire que le travail ou ce que j’ai pu faire a payé. Cette saison donc, j’ai fêté mon retour au Panionios FC, club avec lequel j’ai disputé tous les matchs restants de la saison (9 matchs, Ndlr.) en tant titulaire. J’y ai inscrit un but et délivré quatre passes décisives.

Peut-on savoir un peu plus sur les clubs qui sont à vos trousses pour le prochain mercato ?

C’est vrai que c’est un peu tôt de parler de ça aujourd’hui parce que beaucoup de saisons sont encore en cours. Il y a des sollicitations, mais j’ai des managers qui travaillent pour ça et je pense que d’ici peu, on va s’asseoir  pour prendre la meilleure décision possible.

FC Barcelone : Bartomeu annonce la couleur pour l’avenir de Valverde !

Lionel Messi - Ernesto Valverde Copyright -Twitter @fcbarcelona
L'exercice 2018-2019 du FC Barcelone s'est achevé de la plus mauvaise des manières. En effet, samedi, les protégés d'Ernesto Valverde se sont inclinés en finale de la Coupe du Roi, face au FC Valence (1-2). >> FC Barcelone - Valence: le résumé complet de la rencontre (1-2) Au coup de sifflet final, le président du club catalan Josep Maria Bartomeu a exprimé son sentiment à l'issue de ce cuisant revers, au micro de Teledeporte : « Il faut féliciter Valence, c'est un juste vainqueur. Nous avons tenté, nous avons beaucoup travaillé, les joueurs ont fait des efforts mais cela n'a pas été possible. Cela fait un moment qu'on réfléchit à la saison prochaine, cela ne commencera pas demain (dimanche). Ce n'est pas le moment d'expliquer ce qui va se passer Nous allons continuer, il y aura des nouveautés à l'avenir mais ce n'est pas le moment d'en parler. »

« Ce n'est pas la faute de l'entraîneur »

Le dirigeant en a également profité pour revenir, une nouvelle fois, sur l'avenir de son entraîneur, et n'a d'ailleurs pas manqué de le conforter en vue de la saison prochaine : « Je l'ai toujours dit, Ernesto (Valverde) a un contrat pour l'an prochain, il est l'entraîneur. Ce soir, il faut souligner que selon moi, ce n'est pas la faute de l'entraîneur. Simplement, nous avons beaucoup travaillé, nous avons eu beaucoup d'occasions mais le ballon n'a pas voulu rentrer » affirme-t-il. Il convient de rappeler qu’en février dernier, et alors que le Barça était encore en lice pour un triplé, Valverde a prolongé son contrat d'une saison, avec une autre en option (jusqu'en 2020, potentiellement extensible jusqu'en 2021). Depuis, ses hommes ont connu une déroute monumentale en demi-finale de Ligue des champions contre Liverpool (4-0) et perdu une Coupe du roi qu’ils détenaient depuis 2015.

Thomas Tuchel (PSG) prolongé, place désormais aux chantiers de la prochaine saison

Officiellement prolongé par le Paris Saint-Germain jusqu'en 2021, Thomas Tuchel va devoir se tourner vers la prochaine saison. Avec les chantiers qui vont avec, comme la gestion de son vestiaire où se sont constitués des clans.
Les doutes étaient encore permis mais c'est désormais officiel depuis ce samedi. Thomas Tuchel prolongera bien l'aventure du côté du Paris Saint-Germain. En effet, le technicien allemand a signé un nouveau bail qui le lie désormais au club de la Capitale jusqu'en 2021. Cette nouvelle perspective d'avenir a été accompagnée d'une revalorisation de salaire particulièrement conséquente. Payé 420 000€ par mois, le natif de Krumbach touchera désormais 625 000 euros bruts mensuels. Alors que la saison 2018-19 vient tout juste de se terminer, voilà qu'il faut désormais préparer la prochaine, la deuxième au PSG pour Tuchel. D'après L'Equipe, en raison notamment de la difficile fin de saison de Paris, il semblerait que l'Allemand n'ait pas obtenu toutes les prérogatives attendues en vue du prochain Mercato estival. Par conséquent, l'entraîneur parisien devrait continuer à collaborer avec Antero Henrique, le directeur sportif du club. Les deux hommes ne s'entendent vraiment pas.

Le clan brésilien et son influence au sein du vestiaire du Paris Saint-Germain


L'ancien entraîneur du Borussia Dortmund va devoir également se tourner vers un problème de taille, à savoir la gestion de son vestiaire, où se sont constitués des clans, a en croire les informations du quotidien sportif français. Les deux parties peineraient même à s'entendre. Toute l'année, Thomas Tuchel n'a eu de cesse de répéter à qui voulait l'entendre que Neymar était bel et bien son joueur numéro un. De plus, il n'a pas considéré Kylian Mbappé, qui reste sur une sortie fracassante sur son avenir lors de la dernière cérémonie des trophées UNFP, comme étant l'égal du Brésilien. Le coach allemand en est désormais conscient, le clan brésilien a une influence capitale au sein du club et il pourrait être difficilement amené à laisser passer plus de choses à son prodige français. L'Equipe rapporte également que, ces dernières semaines, les relations entre Tuchel et ses protégés se seraient « au mieux distendus ». Des liens qu'il faudra absolument reconsolider en vue de la saison prochaine. Alors que Paris devrait conserver et Neymar et Mbappé, la question du leadership se posera. Lorsque Neymar et Edison Cavani étaient absents en même temps à cause d'une blessure, c'est Kylian Mbappé qui s'était chargé de tout, ou presque. Les prochains mois pourraient donc être mouvementés du côté de la Capitale.

Son avenir ? José Mourinho veut prendre son temps

Actuellement à Monaco pour le Grand Prix de Formule 1, José Mourinho, interrogé par Sky Sports, a indiqué vouloir prendre son temps concernant son avenir, lui qui n'a plus de banc depuis son limogeage de Manchester United.
Une chose est sûre, il ne manque pas de sollicitations. Pourtant, José Mourinho n'a pas l'intention de se précipiter sur son avenir. Libre de tout contrat depuis son limogeage de son poste d'entraîneur de Manchester United, le Portugais n'a, depuis, pas retrouvé de banc. Actuellement, le nom du technicien est régulièrement cité aux quatre coins de l'Europe, et même dans des clubs plutôt prestigieux. Annoncé dans un premier temps du côté de la Juventus Turin, sans coach depuis le départ de Massimiliano Allegri, la Vieille Dame a finalement décidé d'abandonner cette piste. Interrogé par Sky Sports, le « Special One », actuellement au Grand Prix de Monaco de Formule 1, a indiqué avoir clairement l'intention de prendre son temps, quand il s'agira de prendre une décision sur son avenir, et souhaite étudier minutieusement les différentes offres qu'il recevra : « Honnêtement, je ne sais pas. La seule chose que je sais, c'est que je ne peux pas être émotif. Je dois être rationnel. Je ne dois pas choisir simplement parce que je veux travailler et que je suis désespéré de ne pas le faire. Je dois faire un choix parce que c'est le bon projet pour moi, la bonne motivation. Je veux devenir plus fort que jamais. J'étudie beaucoup, je travaille beaucoup avec mon staff pour former une bonne équipe d'entraîneurs. (...) Alors je dois réfléchir. Nous réfléchirons, analyserons et prendrons la bonne décision. »