🔮CAN 2019: La liste finale des 8 qualifiĂ©s et les affiches des quarts !

CAN 2019 Copyright -OFC
Les spĂ©cialistes du ballon rond avaient prĂ©alablement annoncĂ© que cette 32Ăšme Ă©dition de la Coupe d’Afrique des Nations regorgerait des surprises, mais la tournure actuelle de la plus prestigieuse des compĂ©titions africaines laisse vĂ©ritablement pantois.

En effet, rien ne s’est passĂ© comme prĂ©vu pour les tĂ©nors du continent-mĂšre lors des huitiĂšmes de finale de la grande messe du football africain qui se sont achevĂ©s ce lundi soir.

Des 16 équipes qualifiées pour le second tour de la compétition, huit cadors ont quitté la CAN 2019. Victimes de cette étape, l'Egypte, pays hÎte, le Cameroun, champion d'Afrique en titre, mais également le Maroc, la RD Congo, la Guinée, l'Ouganda, le Mali et le Ghana.

Ci-aprÚs le point complet des résultats:

Maroc - BĂ©nin (Q) : 1-1 (1-3 aux tab.)

Ouganda - Sénégal (Q) : 0-1

Nigeria (Q) - Cameroun : 3-2

Egypte - Afrique du Sud (Q) : 0-1

Madagascar (Q) - RD Congo : 2-2 (4-2 aux tab.)

Algérie (Q) - Guinée : 3-0

Mali - CĂŽte d'Ivoire (Q): 0-1

Ghana – Tunisie (Q): 1-1 (4-5 aux tab.)

Les 8 nations qualifiées :


1) BĂ©nin

2) Sénégal

3) Nigeria

4) Afrique du Sud

5) Madagascar

6) Algérie

7) CĂŽte d'Ivoire

8) Tunisie

Les 8 nations éliminées:


1) Maroc

2) Ouganda

3) Cameroun

4) Egypte

5) RD Congo

6) Guinée

7) Mali

8) Ghana

Le programme des quarts de finale (horaire GMT)


Mercredi 10 juillet

16h : Sénégal vs Bénin (Stade du 30 Juin, Le Caire)

19h : Nigeria vs Afrique du Sud (Stade international, Le Caire)

Jeudi 11 juillet

16h : CÎte d'Ivoire vs Algérie (Stade de Suez, Suez)

19h : Madagascar vs Tunisie (Stade Al Salam, Le Caire)



PSG: La LFP s'inquiÚte d'un possible départ de Neymar !

Didier Quillot
InterrogĂ© par RMC, Didier Quillot n’a pas cachĂ© sa dĂ©ception face Ă  un possible dĂ©part de Neymar du PSG. MĂȘme s’il prend ses distances, et c’est bien normal, en rappelant que la LFP n’a pas Ă  « dĂ©finir ou commenter la politique sportive » d’un club, Didier Quillot est embĂȘtĂ©. Il y a un an, le directeur gĂ©nĂ©ral exĂ©cutif de la LFP a lancĂ© « la Ligue des talents » avant la reprise du championnat de France. Or sans Neymar, la communication autour de la Ligue 1 n’est plus la mĂȘme. VoilĂ  pourquoi Didier Quillot est ennuyĂ© par un possible dĂ©part de la star brĂ©silienne, qu’on annonce chaque jour plus loin du PSG. « La Ligue 1 a besoin de stars, rappelle-t-il dans un entretien accordĂ© Ă  RMC. Nous, ce que l’on veut, ce sont des grands joueurs, que les grands joueurs qui sont Ă  l’étranger viennent ou reviennent. On veut Ă©videmment que les meilleurs restent. Mais ce n’est pas Ă  nous de nous immiscer dans la politique sportive des clubs
 » Pourtant, le DG de la Ligue va devoir se faire une raison. MĂȘme Ă  Paris, on prĂ©pare le dĂ©part de Neymar, avec Leonardo en chef de file, Ă  la manƓuvre pour pousser vers la sortie l’ancien Barcelonais.

Cameroun/Equipe nationale : le casse-tĂȘte des sĂ©lectionneurs locaux

Le rĂ©cent limogeage de Clarence Seedorf et de Patrick Kluivert, ouvre de nouveau la voie au dĂ©bat sur la nationalisation du staff technique de l’équipe fanion de football.

L’équipe nationale fanion de football du Cameroun cherche de nouveau un entraĂźneur. AprĂšs avoir limogĂ© mardi, Clarence Seedorf et Patrick Kluivert suite Ă  l’élimination prĂ©maturĂ©e des Lions Indomptables aux huitiĂšmes de finale de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) qui s’achĂšve ce 19 juillet en Egypte, la FĂ©dĂ©ration camerounaise de football (FĂ©cafoot) doit Ă  prĂ©sent trouver des successeurs aux deux anciens internationaux nĂ©erlandais. De quoi remettre sur la table l’éternel dĂ©bat sur la « nationalisation » du poste d’entraĂźneur-sĂ©lectionneur de l’équipe championne d’Afrique 2017. Alors que nombre de commentateurs et de fans soutiennent – comme Ă  chaque fois que le Cameroun se sĂ©pare de ses entraĂźneurs Ă©trangers – qu’il est judicieux de confier la sĂ©lection nationale Ă  des techniciens nationaux, en face, il y a ceux qui estiment que les entraineurs locaux ne sont pas suffisamment « prĂȘts » pour assumer librement cette fonction et garantir des victoires Ă  la nation vert-rouge-jaune. Mais pourquoi ?

Le diplĂŽme c’est bien, l’expĂ©rience c’est mieux

C’est un principe. Pour entraĂźner une Ă©quipe nationale sĂ©nior, il faut le mĂ©riter. Au Cameroun, quelques techniciens peuvent se targuer de remplir ce critĂšre important. Sans doute parce que, dit-on, « ils ont les mĂȘmes diplĂŽmes que les entraĂźneurs Ă©trangers ». Cependant, le diplĂŽme seul ne suffi pas. Il faut la compĂ©tence et le palmarĂšs. Et sur ces deux points, les techniciens locaux n’ont pas beaucoup d’arguments Ă  faire valoir. Bien sĂ»r, l’histoire des Lions Indomptables s’est Ă©crite avec des entraineurs comme Jules Nyongha, François Omam Biyik, Jean Manga OnguĂ©nĂ©, Alexandre BĂ©linga, Raymond FobĂ©tĂ© et le plus cĂ©lĂšbre, Jean Paul Akono, vainqueur des Jeux Olympiques de Sidney 2000. Mais depuis, on n’a pas beaucoup entendu parler d’eux. Que ce soit Ă  la tĂȘte de clubs locaux ou de sĂ©lections nationales infĂ©rieures, rares sont ceux qui, comme Thomas Libiih, vainqueur de la CAN des moins de 17 ans cette annĂ©e, peuvent brandir leurs CV. MĂȘme si cela ne fait pas le poids face Ă  des entraineurs expatriĂ©s qui accumulent des dizaines d’annĂ©es d’expĂ©rience Ă  la tĂȘte de grandes nations africaines comme HervĂ© Renard, Claude Le Roy, Michel Dussuyer, Alain Giresse, Gernot Rohr etc.

DĂ©sintĂ©rĂȘt ou peur d’échouer ?

Certes, recruter un entraĂźneur national a ses avantages : il connait l’environnement camerounais et ne coĂ»te pas cher. Mais cela peut Ă©galement s’avĂ©rer ĂȘtre un inconvĂ©nient. « Avoir un entraĂźneur local est une bonne idĂ©e, argue sous cap, un entraineur camerounais. Mais en plus du problĂšme liĂ© au niveau, il y a celui du salaire. Face Ă  des joueurs qui touchent des fortunes en Europe, on s’expose Ă  un problĂšme d’autoritĂ©. Pour gĂ©rer des multimillionnaires et autres milliardaires, il faut ĂȘtre ne serait-ce que modestement Ă  leur dimension. Sinon, ils vont vous marcher dessus. Il y aura une indiscipline caractĂ©risĂ©e parce que le sĂ©lectionneur local n’aura ni la poigne, ni la rigueur nĂ©cessaire pour contenir les caprices de ces stars ». Mais encore, pour entrainer une sĂ©lection nationale sĂ©nior, il faut de l’expĂ©rience. Beaucoup d’expĂ©rience. Et autant dire que dans l’environnement camerounais actuel, ce n’est pas ce qu’il manque le moins.

Du coup, il est assez difficile de peindre le portrait robot de l’entraineur local idĂ©al. Ce technicien qui doit ĂȘtre seul maĂźtre de ses choix de joueurs, capable de s’affirmer face aux manipulateurs, un entraĂźneur charismatique qui peut dire « non » Ă  la corruption et aux pressions de sa hiĂ©rarchie. Un technicien expĂ©rimentĂ© qui a une bonne maĂźtrise du management
 Une vĂ©ritable perle. Seul bĂ©mol, les anciens grands joueurs camerounais ne semblent pas tentĂ©s par la fonction. Si certains se tournent facilement vers le mĂ©tier de consultant comme Patrick Mboma, d’autres prĂ©fĂšrent ĂȘtre spectateurs et de temps en temps
 donneurs de leçons. « C'est plus facile d'ĂȘtre devant son poste de tĂ©lĂ©vision et de critiquer, explique Michel Tadoun, un ancien footballeur. EntraĂźner, c'est un mĂ©tier extrĂȘmement difficile. Il y a une pression Ă©norme : de la part des dirigeants, du public, des supporters, des joueurs, des mĂ©dias. C'est un super boulot, mais il y a un risque. Et les grands joueurs ne veulent pas toujours abimer leur image ». Faut-il alors nationaliser le staff technique des Lions Indomptables juste pour le plaisir de nationaliser ? Ou ce serait juste pour imiter le SĂ©nĂ©gal d’Aliou CissĂ© ou l’AlgĂ©rie de Djamel Belmadi ? Quels entraineurs locaux faut-il recruter et pour quel projet ? Le dĂ©bat est ouvert.

CAN 2019 - Finale: Le message de Sadio Mané au peuple sénégalais !

Sadio Mané - Sénégal
InterrogĂ© par la BBC avant la grande finale de la CAN 2019, l'attaquant vedette des Lions de la TĂ©ranga, Sadio ManĂ©, ne craint pas d’endosser le costume de favori, ce vendredi face Ă  l’AlgĂ©rie.
>> CAN 2019: Suivez la finale Sénégal-Algérie en direct sur notre portail à partir de 18h gmt
«Sans prĂ©tention aucune, je promets au peuple sĂ©nĂ©galais de ramener la Coupe Ă  Dakar incha'Allah. Notre objectif depuis le dĂ©but du tournoi, c’était d’arriver en finale. Nous sommes favoris. Je pense ĂȘtre assez modeste pour le confirmer. Il faut Ă  un moment donnĂ© ne pas se voiler la face et dire les choses telles qu’elles sont. Maintenant, nous avons la chance d’ĂȘtre lĂ  (en finale), et nous devons la saisir» a affirmĂ© l'enfant de Bambali avant d'ajouter: «Nous sommes en finale, il n’y a plus de calcul. Il faut se donner Ă  fond et aller chercher la Coupe. C’est Ă©vident que la pression soit prĂ©sente dans l’esprit des SĂ©nĂ©galais, c’est normal et c’est ce qui fait la beautĂ© du foot. »

Les Lions seront revanchards !

Battus lors du premier tour par leur futur adversaire algĂ©rien (0-1), les Lions de la TĂ©ranga auront Ă  cƓur de laver l'affront ce vendredi soir au Caire. Le numĂ©ro 10 se souvient notamment du penalty non sifflĂ© lors de la manche aller: « Je n’aime pas trouver des excuses mais tout le monde a constatĂ© ce qui s’est passĂ© dans ce match. On est conscients qu’ils (AlgĂ©riens) nous ont battus. On aimerait bien remporter ce match. Maintenant, on est toutes les deux en finale. J’estime que ce n’est pas une revanche mais plutĂŽt une motivation de plus pour aller les battre. Et nous allons les battre. » VoilĂ  de quoi motiver les "GaĂŻndĂ©" sĂ©nĂ©galais, mais aussi les "Guerriers du DĂ©sert" algĂ©riens
 A lire aussi >> SĂ©nĂ©gal-AlgĂ©rie, qui remporte le match des statistiques ?

Cameroun : les véritables raisons du limogeage de Seedorf

Outre les rĂ©vĂ©lations fracassantes de PĂ©trus Boumal qui le place au centre de certaines « magouilles », l’entraineur nĂ©erlandais est aussi accusĂ© d’insubordination et de manipulation des joueurs.

Initialement sous contrat jusqu’en aoĂ»t 2022, Clarence Seedorf a Ă©tĂ© dĂ©mis de ses fonctions de sĂ©lectionneur de l’équipe nationale de football sĂ©nior du Cameroun, mardi dernier. Officiellement, le prĂ©sident de la FĂ©dĂ©ration camerounaise de football (FĂ©cafoot) justifie cette dĂ©cision par l’élimination prĂ©maturĂ©e des Lions Indomptables aux huitiĂšmes de finale de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) qui s’achĂšve ce vendredi 19 juillet en Egypte. Alors que les vĂ©ritables raisons de ce limogeage qui ne surprend (presque) personne, sont ailleurs. Enfin, officieusement.

En termes de management, Clarence Seedorf a totalement déçu ses employeurs, dit-on. Durant la CAN Ă©gyptienne, l’ex-joueur de l’AC Milan a semblĂ© manquer de personnalitĂ© et mĂȘme d’indĂ©pendance nĂ©cessaire pour manager librement l’équipe championne en titre. « Il s’est avĂ©rĂ© en effet que M. Seedorf est restĂ© du dĂ©but Ă  la fin, esclave des lobbies qui l’ont emmenĂ©, voire imposĂ©, Ă  la tĂȘte de l’encadrement technique de notre sĂ©lection nationale », confie sous cap, un fonctionnaire du ministĂšre camerounais des Sports. Clarence Seedorf est accusĂ© de n’avoir pas Ă©tĂ© le seul maĂźtre de ses choix. « On a bien vu dĂšs le dĂ©part, poursuit notre source, qu’il Ă©tait Ă  la solde d’un clan de personnes qui ont semblĂ© lui dire quels joueurs sĂ©lectionner, quels joueurs aligner pendant un match et quels remplacements opĂ©rer ». Notre informateur se rĂ©fĂšre non seulement aux choix tactiques souvent douteux de Clarence Seedorf qui a alignĂ© une nouvelle Ă©quipe Ă  chaque match, mais aussi aux rĂ©vĂ©lations de PĂ©trus Boumal, l’un des joueurs recalĂ©s par la star hollandaise.

Dans une sĂ©rie de voice notes adressĂ©e Ă  l’un de ses proches, mais qui s’est retrouvĂ©e dans les rĂ©seaux sociaux, le joueur se lĂąche et accuse violement Samuel Eto’o et Clarence Seedorf d’ĂȘtre au centre de certaines « magouilles » au sein de la sĂ©lection nationale. « JoĂ«l Epalle (le deuxiĂšme entraineur adjoint, Ndlr.) m’a dit que Seedorf est obligĂ© de prendre (Wilfried) Kaptoum parce que c’est le fils d’Eto’o », rĂ©vĂšle PĂ©trus Boumal. « Il y a le groupe Oyongo, Anguissa, Faï
 les gars eux, ils n’aiment pas Eto’o, poursuit-il. Ils n’aiment pas Eto’o parce qu’ils ont compris qu’il fait trop de magouille [
] Dawa (Joskym, Ndlr.) a jouĂ© 5 matchs en un an. Il est remplaçant en club depuis un an. Son coach, c’est l’un des meilleurs amis de Seedorf. Le coach ne le fait pas jouer dans son propre club, mais il l’envoie en sĂ©lection ». Une chose est certaine dit-on Ă  la FĂ©cafoot, Clarence Seedorf n’était pas totalement responsable de ses choix. MĂȘme son adjoint et compatriote Patrick Kluivert a dĂ» se sentir agacĂ© Ă  un moment donnĂ©. Contre certains choix tactiques de Seedorf lors de cette CAN, l’ex-buteur vedette du FC Barcelone s’est longtemps senti incompris et se dit prĂȘt Ă  tenter une aventure seul Ă  la tĂȘte d’une sĂ©lection nationale ou d’un club, en tant qu’entraĂźneur principal. « Mes ambitions en tant qu’entraĂźneur sont grandes. En fin de compte, je veux travailler comme entraĂźneur en chef, dans un club ou un pays », a dĂ©clarĂ© Patrick Kluivert cette dans une interview Ă  nos confrĂšres de Voetbal International.

Insubordination, chantage, manipulation

Les fautes de Seedorf ne s’arrĂȘtent pas lĂ . Ce dernier paie Ă©galement les frais de ses mauvais rapports avec le ministre camerounais des Sports. Il est notamment accusĂ© d’insubordination vis-Ă -vis de sa hiĂ©rarchie, de chantage et de manipulation des joueurs. « Il nous a Ă©tĂ© donnĂ© d’apprendre que c’est M. Seedorf qui a montĂ© les joueurs contre leur propre pays, en formant un clan avec les joueurs appartenant aux lobbies qui l’ont emmenĂ© au Cameroun. RĂ©sultat : il y a eu le boycott du drapeau national et l’affaire des primes. Parce qu’à la vĂ©ritĂ©, il faut dire que M. Seedorf et son clan de joueurs Ă©taient chargĂ©s de reverser une partie de leurs revenus Ă  ces lobbies », confie encore une source Ă  la FĂ©cafoot. « Ce monsieur a passĂ© son temps Ă  manipuler certains joueurs qui se sont ensuite hissĂ©s contre le ministre des Sports et le prĂ©sident de la FĂ©cafoot. Pendant que certaines personnes rĂ©putĂ©es proches de lui, avaient accĂšs au vestiaire des Lions. L’on a vite compris qui Ă©tait le vĂ©ritable patron de Seedorf, et selon tout Ă©tat de cause, ce n’était ni le gouvernement, ni la FĂ©dĂ©ration, mais un individu que tout le monde connait et dont je prĂ©fĂšre taire le nom », renchĂ©rit un informateur au ministĂšre des Sports.

RecrutĂ© Ă  la tĂȘte de l’encadrement technique des Lions Indomptables en aoĂ»t 2018, Clarence Seedorf qui a ramenĂ© avec lui Patrick Kluivert comme adjoint, mais aussi son frĂšre cadet, Chedric Seedorf comme analyste vidĂ©o de l’équipe, touchait un salaire de 42,5 millions de francs CFA mensuels. Selon des sources au ministĂšre des Sports, la star hollandaise a touchĂ©, au moment de s’engager, un an de salaire payĂ© cash. Soit 510 millions de francs CFA.

🔮Officiel: l'OM s'offre sa premiĂšre recrue de l'Ă©tĂ© !

Alvaro Gonzalez - Villarreal Copyright -AFP
Dans les tuyaux depuis quelques jours, l’arrivĂ©e d’Alvaro Gonzalez est officielle. Le dĂ©fenseur espagnol rejoint l'OM dans le cadre d’un prĂȘt. Il a donc fallu attendre le 19 juillet pour voir dĂ©barquer la premiĂšre recrue Ă  Marseille. Dans les tuyaux depuis quelques jours, l’Olympique de Marseille a officialisĂ© l’arrivĂ©e d’Alvaro Gonzalez. FormĂ© au Racing Santander et Ă  Villarreal depuis 2016, le dĂ©fenseur central espagnol a vu Raul Albiol dĂ©barquer en Espagne en provenance de Naples ce qui a prĂ©cipitĂ© son dĂ©part vers Marseille. « Villarreal est tombĂ© d’accord avec l’OM pour un prĂȘt d’une saison d’Alvaro Gonzalez. Ce prĂȘt est assorti d’une option d’achat », a ainsi Ă©crit le club espagnol dans son communiquĂ© officiel. Alors qu’un prĂȘt avec une obligation d’achat Ă©tait Ă©voquĂ© depuis quelques jours en France ou de l’autre cĂŽtĂ© des PyrĂ©nĂ©es, c’est finalement un prĂȘt avec option d’achat à l’issue de la saison qui a Ă©tĂ© signĂ© entre les deux clubs mĂȘme si montant n’a pas Ă©tĂ© divulguĂ©e.

ALVARO EN ATTENDANT BENEDETTO ?

Le dĂ©sormais ex-dĂ©fenseur du Sous-Marin Jaune vient renforcer une arriĂšre-garde olympienne bien mal en point la saison derniĂšre (52 buts encaissĂ©s) et qui a perdu Rolando et Aymen Abdennour durant l’intersaison, en attendant peut-ĂȘtre Adil Rami. Ayant plus de 300 matchs de Liga Ă  son compteur, Alvaro Gonzalez va venir apporter de l’expĂ©rience Ă  la doublette Boubacar Kamara – Duje Caleta-Car, certes prometteuse mais trĂšs jeune. Il arrive donc en qualitĂ© de remplaçant du jeune duo. « L’Olympique de Marseille est ravi d’accueillir Álvaro qui apportera toute son expĂ©rience et sa combativitĂ© pour aider le club Ă  concrĂ©tiser ses ambitions », indique le club marseillais. Cette premiĂšre recrue, dĂ©sirĂ©e rapidement par AndrĂ© Villas-Boas, vient donc lancer le Mercato sur la CanebiĂšre avec comme dossier principal la traditionnelle question du « grantatakan ». Dario Benedetto fait figure de favori mais aucun accord n’a encore Ă©tĂ© trouvĂ© avec Boca Juniors pour l’international argentin.