Cameroun : Onana ou Ondoa ? Thomas Nkono tranche

Copyright -Onana et Ondoa à l'entraînement
Un débat fait rage dans les milieux du football camerounais. Au centre des divisions, la question de savoir qui du talentueux Fabrice Ondoa et de l’extraterrestre André Onana mérite de garder les buts des Lions Indomptables, durant la CAN 2021 ?

Onana ou Ondoa ? Certains comme Thomas Nkono, trouvent la question assez complexe. Pour l’ancien gardien international camerounais, les deux rivaux se valent. Et c’est une chance dit-il, pour le Cameroun de les avoir tous les deux. « Pour le Cameroun, c’est une chance d’avoir deux grands gardiens », juge le double ballon d’or africain (1979, 1982), sur Fifa.com.

Comme au temps de sa rivalité avec Joseph Antoine Bell, Thomas Nkono pense que le duel Onana – Ondoa peut s’avérer bénéfique pour l’équipe du Cameroun. « Cette situation dit-il, peut engendrer des tensions si celui qui est sur le banc pense qu’il peut faire aussi bien que l’autre. Mais ça reste une bonne chose pour la sélection parce que chacun reste concentré et cherche toujours à donner le meilleur de soi-même. Celui qui joue donne tout pour ne pas perdre sa place ».

Enormes capacités

Mais entre André Onana et Fabrice Onana, le cœur de l’entraîneur des gardiens de l’Espanyol Barcelone balance. « Ondoa est un gardien qui a eu des difficultés dans sa carrière et qui n’a pas eu la chance de beaucoup jouer en club. Mais sa capacité à répondre présent malgré son manque de compétition montre sa grande maturité et son esprit compétitif. Fabrice l’a démontré lors de la CAN 2017. Onana, a aussi d’énormes capacités et fait de belle choses cette saison. Honnêtement, les deux se valent », tranche-t-il.
Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des

Mercato : Cheick Diabaté veut revenir en France

Deux ans après avoir quitté la France, Cheick Diabaté souhaiterait faire son retour dans l’Hexagone. L’international malien, évolue actuellement sous le maillot du FC Esteghlal, à Téhéran en Iran. L’attaquant de 31 ans, passé par les Girondins de Bordeaux, l'AC Ajaccio, l'AS Nancy-Lorraine ou encore le FC Metz s’est dit prêt à revenir dans un club français avant la fin de sa carrière. « Franchement, ça fait un petit moment que je suis parti de la France. Et, là, le seul pays auquel je pense, c’est la France… Je ne veux pas faire une demande ! Je ne veux pas dire : 'S'il vous plaît, je veux retourner en Ligue 1.' Non, je ne veux pas ça. Je veux aller là où on me veut. Si une équipe me demande, ce sera avec un grand plaisir. Je n’ai pas fini. J’ai des buts à marquer en France. Quand je vais revenir, les filets vont trembler". a il Diabaté indiqué lors d'un entretien accordé à France Football. A lire aussi sur Orange Football Club >> Mercato : Sadio Mané, plan B pour le Real Madrid !

Argentine : Di Maria a « déchiré la lettre du Real »

C'est le Real Madrid qui a fait pression pour qu'Angel Di Maria ne dispute pas la finale de la Coupe du Monde en 2014.
Angel Di Maria, qui vit très mal son confinement, s'est confié à la télévision argentine. Sondé sur la finale du Mondial 2014 perdue avec l'Argentine, El Fideo raconte un avant-match mouvementé. "Ceux qui connaissent la vérité sont le docteur, le sélection, Sabella et moi. Je m'étais blessé contre la Belgique, une déchirure. Je n'étais pas à 100% mais bien à 90%. On m'a dit que si je  me cassais la jambe, je ne pourrais plus jouer au football mais je m'en fichais, c'était la finale du Mondial", raconte l'Argentin qui venait de remporter la C1 avec le Real Madrid.

Di Maria "J'ai déchiré la lettre du Real"


L'ancien joueur de Manchester United, qu'il allait rejoindre un mois plus tard contre 75M€, raconte l'implication de son club d'alors. "Je m’imaginais, parce que je savais que James venait à Madrid et que c’était ma position, qu’ils voulaient me vendre. Je savais que James Rodriguez arrivait à Madrid et qu'il jouait à mon poste. Une lettre du Real est arrivée, je ne voulais même pas la regarder et je l’ai déchirée." Di Maria n'a donc pas joué cette finale. Le club merengue ne voulait pas passer à côté d'un transfert juteux en cas de blessure grave. Et l'Argentine a perdu face à l'Allemagne.

Real Madrid - Ramos : « J'ai marqué ce but avec mon âme »

Sergio Ramos a vécu un moment de grâce lors de l'égalisation en finale de C1, en 2014.
Sergio Ramos garde un souvenir évidemment particulier de la campagne de la "Décima", la dixième Ligue des Champions du Real Madrid. Et quand on lui demande son plus beau but, le capitaine merengue mentionne forcément son égalisation face à l'Atlético Madrid en finale de C1 2014. Un but inscrit de la tête sur corner à quelques encablures du coup de sifflet final. Un but égalisateur salvateur, qui permettra au Real de prendre le dessus par Bale, Marcelo puis Cristiano Ronaldo sur penalty face à Courtois. "Ce but a changé l’histoire de notre club parce que cela faisait longtemps que nous n’avions pas gagné la Champions et, en plus, nous l’avons gagnée alors que tout semblait perdu", s’est souvenu le défenseur andalou sur les canaux sociaux de son club.

"J’ai dit à ma mère que je pouvais mourir en paix"




"Après ce moment, j’ai dit à ma mère que je pouvais mourir en paix, quoi qu’il arrive. Et oui, je pense que c’est mon meilleur but, le but de ma carrière, pour tout ce qu’il représente. Pas uniquement pour moi personnellement, mais aussi pour tout le monde du football et pour notre club. Je n’ai pas marqué avec ma tête, j’ai marqué avec mon âme", s'est encore remémoré l'international espagnol dans des propos relayés par Real France.

Dortmund ne bradera pas Sancho

Le président du Borussia Dortmund hausse le ton concernant un possible transfert de son joueur anglais Jadon Sancho.
La saga Jadon Sancho n'a pas fini de faire danser les grands clubs européens au rythme des velléités de départ du prodige anglais. Des velléités bien réelles selon le président du Borussia Dortmund Hans-Joachim Watzke. Ce dernier ne compte pas s'opposer à un départ de sa pépite, mais ne compte pas la brader pour autant. "Même avant l'épidémie du coronavirus, nous avions dit que nous préférions que Jadon reste avec nous. Mais en fin de compte, vous devez toujours respecter la volonté du joueur. Je dirai clairement que même les clubs les plus riches ne devraient pas penser qu'ils peuvent venir ici et faire de bonnes affaires. Nous n'avons pas à vendre qui que ce soit à un prix inférieur à sa valeur", a ainsi tonné le dirigeant dans les colonnes de Bild, ce dimanche.

Sancho a l'embarras du choix


Si Xavi espère le voir signer au Barça, Manchester United semble avoir une longueur d'avance sur ce dossier. Les Red Devils seraient en pole pour recruter l'ancien joueur de Manchester City selon différents médias anglais. Une saga qui risque de tenir en haleine les fans de football dans différents pays pendant très longtemps...

Le Real Madrid vise le « nouveau Kaka » Igor Gomes

Le milieu de terrain de 21 ans Igor Gomes est convoité par le Real Madrid, le FC Barcelone et Séville, lui que l'on compare à Kaka.

Le Real Madrid continue de chercher des jeunes joueurs prometteurs. Le club merengue aurait des vues sur le "nouveau Kaka" Igor Gomes. Après Rodrygo, Vinicius ou encore Reinier Jesus, le Real a jeté son dévolu sur ce nouveau virtuose brésilien. Gomes est considéré comme le "nouveau Kaka" par les médias locaux.


"Un Kaka, mais en mieux"


Le joueur de 21 ans a été surveillé par le réseau de scoutisme sud-américain du Real selon AS. Mais le jeune prodige ne sera pas donné. Il possède en effet une clause libératoire de 50 millions d'euros dans son contrat. Gomes est également surveillé par les rivaux du Real en Liga que sont Barcelone et Séville, alors que l'Ajax serait également un grand admirateur de l'international brésilien U20.


Gomes a été qualifié de "version améliorée de Kaka" dans la presse brésilienne et il a déjà fait 44 apparitions en A pour São Paulo, marquant cinq buts. Kaka, le vrai, affirmait récemment que Gomes lui ressemblait. "II me fait penser à moi en termes de styles de jeu", confiait-il. Pour rappel, le Real Madrid ciblerait également le jeune Rennais Eduardo Camavinga.