Okocha, Pokou, Song... Ces 10 légendes qui n'ont jamais remporté le Ballon d'or africain

Okocha - Pokou - Song - Mputu - Keita Copyright -AFP
Le sport-roi est parfois injuste. Il existe ainsi des légendes vivantes du Continent-mère, de valeureux chevaliers du ballon rond qui ont fait la gloire et la fierté du football africain mais qui n'ont jamais réussi à obtenir le tant convoité Ballon d'Or africain, alors qu'ils le méritaient amplement.

A lire aussi >> Ballon d'or africain 2019: Le palmarès complet

Voici ci-dessous une liste non exhaustive de 10 joueurs, qui auraient pu (ou dû) remporter la prestigieuse récompense :

1) Jay-jay Okocha - Nigeria


Symboles de la virtuosité technique africaine, adulé par tout un pays et idolâtré par tout un Continent, Okocha demeurera certainement l’un des plus grands joueurs qu’ait enfanté le « Continent-mère ».

Champion d’Afrique 1994, huitième de finaliste des Mondiaux 1994 et 1998 et vice-champion d’Afrique 2000, Okocha participa également au triomphe historique de sa sélection lors des Jeux Olympiques d’Atlanta en 1996 face à l’Argentine.



 

2) Laurent Pokou - Côte d’Ivoire


Considéré comme étant l’un des plus grands footballeurs ivoiriens de tous les temps, le meilleur buteur des Coupes d’Afrique des Nations 1968 (6 buts) et 1970 (8 buts), a porté pendant 38 ans le statut de meilleur buteur de l’histoire de la plus prestigieuse des compétitions africaines avec 14 réalisations.



 

3) Trésor Mputu - RD Congo


Le jeu de mots est facile mais bien approprié et nullement exagéré : Trésor Mputu Mabi est un trésor, un joyau pur, une technique exceptionnelle, bref, un joueur qu’on adore regarder jouer.

Considéré comme étant le meilleur footballeur évoluant en Afrique depuis plusieurs années, le maître à jouer du TP Mazembe et des Léopards de la République Démocratique du Congo est l'une des seules grandes stars du ballon rond à évoluer sur le continent africain.



 

4) Rigobert Song - Cameroun


Crinière blonde au vent, audacieux, combatif et fougueux, Rigobert Song Bahang, toutes griffes dehors, aura symbolisé, presque à la perfection l’image du Lion Indomptable du Cameroun.

Le nom de l’homme aux cent trente-sept sélections, aux quatre Coupes du Monde et aux huit Coupes d’Afrique des Nations (un record), dont deux victorieuses (2000 et 2002), restera certainement gravé à jamais dans les annales du football camerounais, africain et mondial.



 

5) Seydou Keita - Mali


L’ex capitaine emblématique des Aigles du Mali, Seydou Keita, est certainement l’un des plus grands joueurs que le football malien ait connu.

Meilleur buteur de l’histoire de sa sélection (25 buts), l’ancien chouchou des supporters du FC Barcelone (2008-2012) s’impose également comme étant le footballeur malien le plus titré de l’histoire avec pas moins de 17 prestigieux titres remportés durant sa riche carrière.



 

6) Rashidi Yekini - Nigeria


Le « Taureau de Kaduna » a terrifié les défenseurs adverses de 1986 à 1999 sous le maillot des Super Eagles, s’imposant à ce jour comme étant le meilleur buteur de l’histoire du Nigeria avec 37 unités dans son escarcelle (en 58 sélections).



 

7) Michael Essien - Ghana


L’ex capitaine des Black Stars du Ghana, Michael Essien, est certainement l’un des meilleurs milieux de terrain défensifs de l’histoire du football africain et mondial.

Redoutable dans les duels, infatigable et doté d’une force physique naturelle impressionnante, Essien, alias « Le Bison », a perpétué une tradition de milieux défensifs ghanéens intraitables qui ont illuminé l’Europe de leur talent



 

8) Rachid Mekhloufi - Algérie


Pour beaucoup il demeure encore le plus grand joueur africain de tous les temps. Durant sa longue carrière de près de vingt ans, l’emblématique attaquant de l’AS Saint-Etienne des années 50 et 60 a fait vibrer les férus du ballon rond en France, au Maghreb et en Afrique comme personne ne l’a fait avant lui.

Ballon d'or

 

9) Jules Bocandé - Sénégal


Idole de toute une génération au Sénégal au cours des années 80, l’illustre «serial-buteur» du FC Metz et du Paris Saint-Germain, Jules Bocandé, a massacré bien des défenses sur les terrains de la Ligue 1 française, finissant même meilleur buteur du championnat, avec 23 réalisations lors de l’exercice 1985-86. En 223 matchs en L1, il a inscrit 69 buts.

Ballon d'or

 

10) Hossam Hassan - Egypte


Dans l’histoire du ballon rond, peu de footballeurs peuvent se targuer de détenir un palmarès aussi éblouissant que le légendaire attaquant égyptien Hossam Hassan.

Cent soixante-seize sélections, quatre-vingt-trois buts en 21 ans de carrière sous le maillot des Pharaons, Hossam Hassan alias le "Cantona africain", c’est 14 titres de champion d’Egypte, 5 Coupes nationales, 2 Ligues des Champions africaines, 3 Coupes d’Afrique des Nations, une participation à la Coupe du monde 1990 et une retraite à près de 41 ans.

Ballon d'or

 

Ils auraient pu figurer dans cette liste:

Kolo Touré (Côte d'Ivoire)

Sunday Oliseh ( Nigéria)

André Ayew ( Ghana)

Daniel Amokachi ( Nigéria)

François Omam-Biyik ( Cameroun)

Japhet N’Doram ( Tchad)

Pascal Feindouno ( Guinée)

Stephane Keshi ( Nigéria)

George Finidi ( Nigéria)

Mahamadou Diarra ( Mali)

Pierre Kalala Mukendi (RD Congo)

Noureddine Naybet ( Maroc)

John Obi Mikel ( Nigéria)

Essam El Hadary ( Egypte)

Wael Gomaa ( Egypte)

Geremi Njitap ( Cameroun)

Christopher Katongo ( Zambie)

Khalilou Fadiga ( Sénégal)

Didier Zokora ( Côte d’Ivoire)

Henri Camara ( Sénégal)

Bruce Grobbelaar (Zimbabwé)

Marc-Vivien Foé ( Cameroun)

Benedict McCarthy ( Afrique du Sud)

Carlos Kameni ( Cameroun)

Larbi Benbarek (Maroc)

Godfrey Chitalu (Zambie)
Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des

Mercato : Cheick Diabaté veut revenir en France

Deux ans après avoir quitté la France, Cheick Diabaté souhaiterait faire son retour dans l’Hexagone. L’international malien, évolue actuellement sous le maillot du FC Esteghlal, à Téhéran en Iran. L’attaquant de 31 ans, passé par les Girondins de Bordeaux, l'AC Ajaccio, l'AS Nancy-Lorraine ou encore le FC Metz s’est dit prêt à revenir dans un club français avant la fin de sa carrière. « Franchement, ça fait un petit moment que je suis parti de la France. Et, là, le seul pays auquel je pense, c’est la France… Je ne veux pas faire une demande ! Je ne veux pas dire : 'S'il vous plaît, je veux retourner en Ligue 1.' Non, je ne veux pas ça. Je veux aller là où on me veut. Si une équipe me demande, ce sera avec un grand plaisir. Je n’ai pas fini. J’ai des buts à marquer en France. Quand je vais revenir, les filets vont trembler". a il Diabaté indiqué lors d'un entretien accordé à France Football. A lire aussi sur Orange Football Club >> Mercato : Sadio Mané, plan B pour le Real Madrid !

Argentine : Di Maria a « déchiré la lettre du Real »

C'est le Real Madrid qui a fait pression pour qu'Angel Di Maria ne dispute pas la finale de la Coupe du Monde en 2014.
Angel Di Maria, qui vit très mal son confinement, s'est confié à la télévision argentine. Sondé sur la finale du Mondial 2014 perdue avec l'Argentine, El Fideo raconte un avant-match mouvementé. "Ceux qui connaissent la vérité sont le docteur, le sélection, Sabella et moi. Je m'étais blessé contre la Belgique, une déchirure. Je n'étais pas à 100% mais bien à 90%. On m'a dit que si je  me cassais la jambe, je ne pourrais plus jouer au football mais je m'en fichais, c'était la finale du Mondial", raconte l'Argentin qui venait de remporter la C1 avec le Real Madrid.

Di Maria "J'ai déchiré la lettre du Real"


L'ancien joueur de Manchester United, qu'il allait rejoindre un mois plus tard contre 75M€, raconte l'implication de son club d'alors. "Je m’imaginais, parce que je savais que James venait à Madrid et que c’était ma position, qu’ils voulaient me vendre. Je savais que James Rodriguez arrivait à Madrid et qu'il jouait à mon poste. Une lettre du Real est arrivée, je ne voulais même pas la regarder et je l’ai déchirée." Di Maria n'a donc pas joué cette finale. Le club merengue ne voulait pas passer à côté d'un transfert juteux en cas de blessure grave. Et l'Argentine a perdu face à l'Allemagne.

Real Madrid - Ramos : « J'ai marqué ce but avec mon âme »

Sergio Ramos a vécu un moment de grâce lors de l'égalisation en finale de C1, en 2014.
Sergio Ramos garde un souvenir évidemment particulier de la campagne de la "Décima", la dixième Ligue des Champions du Real Madrid. Et quand on lui demande son plus beau but, le capitaine merengue mentionne forcément son égalisation face à l'Atlético Madrid en finale de C1 2014. Un but inscrit de la tête sur corner à quelques encablures du coup de sifflet final. Un but égalisateur salvateur, qui permettra au Real de prendre le dessus par Bale, Marcelo puis Cristiano Ronaldo sur penalty face à Courtois. "Ce but a changé l’histoire de notre club parce que cela faisait longtemps que nous n’avions pas gagné la Champions et, en plus, nous l’avons gagnée alors que tout semblait perdu", s’est souvenu le défenseur andalou sur les canaux sociaux de son club.

"J’ai dit à ma mère que je pouvais mourir en paix"




"Après ce moment, j’ai dit à ma mère que je pouvais mourir en paix, quoi qu’il arrive. Et oui, je pense que c’est mon meilleur but, le but de ma carrière, pour tout ce qu’il représente. Pas uniquement pour moi personnellement, mais aussi pour tout le monde du football et pour notre club. Je n’ai pas marqué avec ma tête, j’ai marqué avec mon âme", s'est encore remémoré l'international espagnol dans des propos relayés par Real France.

Dortmund ne bradera pas Sancho

Le président du Borussia Dortmund hausse le ton concernant un possible transfert de son joueur anglais Jadon Sancho.
La saga Jadon Sancho n'a pas fini de faire danser les grands clubs européens au rythme des velléités de départ du prodige anglais. Des velléités bien réelles selon le président du Borussia Dortmund Hans-Joachim Watzke. Ce dernier ne compte pas s'opposer à un départ de sa pépite, mais ne compte pas la brader pour autant. "Même avant l'épidémie du coronavirus, nous avions dit que nous préférions que Jadon reste avec nous. Mais en fin de compte, vous devez toujours respecter la volonté du joueur. Je dirai clairement que même les clubs les plus riches ne devraient pas penser qu'ils peuvent venir ici et faire de bonnes affaires. Nous n'avons pas à vendre qui que ce soit à un prix inférieur à sa valeur", a ainsi tonné le dirigeant dans les colonnes de Bild, ce dimanche.

Sancho a l'embarras du choix


Si Xavi espère le voir signer au Barça, Manchester United semble avoir une longueur d'avance sur ce dossier. Les Red Devils seraient en pole pour recruter l'ancien joueur de Manchester City selon différents médias anglais. Une saga qui risque de tenir en haleine les fans de football dans différents pays pendant très longtemps...

Le Real Madrid vise le « nouveau Kaka » Igor Gomes

Le milieu de terrain de 21 ans Igor Gomes est convoité par le Real Madrid, le FC Barcelone et Séville, lui que l'on compare à Kaka.

Le Real Madrid continue de chercher des jeunes joueurs prometteurs. Le club merengue aurait des vues sur le "nouveau Kaka" Igor Gomes. Après Rodrygo, Vinicius ou encore Reinier Jesus, le Real a jeté son dévolu sur ce nouveau virtuose brésilien. Gomes est considéré comme le "nouveau Kaka" par les médias locaux.


"Un Kaka, mais en mieux"


Le joueur de 21 ans a été surveillé par le réseau de scoutisme sud-américain du Real selon AS. Mais le jeune prodige ne sera pas donné. Il possède en effet une clause libératoire de 50 millions d'euros dans son contrat. Gomes est également surveillé par les rivaux du Real en Liga que sont Barcelone et Séville, alors que l'Ajax serait également un grand admirateur de l'international brésilien U20.


Gomes a été qualifié de "version améliorée de Kaka" dans la presse brésilienne et il a déjà fait 44 apparitions en A pour São Paulo, marquant cinq buts. Kaka, le vrai, affirmait récemment que Gomes lui ressemblait. "II me fait penser à moi en termes de styles de jeu", confiait-il. Pour rappel, le Real Madrid ciblerait également le jeune Rennais Eduardo Camavinga.